Effet du vieillissement de la population sur l’inflation : l’exception japonaise

Good old time credits Aaron Shumaker licence (CC BY-NC 2.0) ), via Flickr.

Quel impact du vieillissement de la population sur l’inflation ? Quel est le sens de l’exemple japonais ?

Par Le Minarchiste.

Good old time credits Aaron Shumaker licence (CC BY-NC 2.0) ), via Flickr.
Good old time credits Aaron Shumaker licence (CC BY-NC 2.0) ), via Flickr.

 

Une chose sur laquelle les économistes s’entendent est que le vieillissement de la population a un impact négatif sur la croissance économique. On s’entend aussi pour dire que le vieillissement fait augmenter le fardeau fiscal dans les pays où il existe un certain État-providence. Mais qu’en est-il de l’inflation ? Si vous demandez à plusieurs économistes quel est l’impact du vieillissement de la population sur l’inflation, ils vous diront que l’effet du vieillissement est déflationniste. Ils pointeront probablement vers l’exemple du Japon pour corroborer leur opinion. Cependant, le Japon est-il la règle ou plutôt une exception ?

Il est évident que le Japon vieillit ; l’âge médian y est passé de 34 ans en 1980 à 46 ans aujourd’hui. C’est aussi un pays où le vieillissement est en accélération fulgurante. Cependant, le Japon a quelques particularités : 1) il n’y a pratiquement pas d’immigration, 2) une grande part de la dette gouvernementale est détenue localement (90%), 3) le taux de chômage y est structurellement très faible, 4) le pays est fortement endetté.

 

japan-aging

Working age pop UN

Dans un article publié en novembre 2014, Katagari, Konishi & Ueda (KKU) de l’Université Waseda au Japon, font la distinction entre une vieillissement causé par une chute des naissances et celui causé par l’augmentation de la longévité. Dans le premier cas, le gouvernement pourrait être tenté de monétiser son fardeau fiscal (c’est-à-dire créer de la monnaie pour faciliter l’endettement du gouvernement), ce qui résulte en une inflation plus élevée. Dans le second cas, la politique monétaire est plus serrée, ce qui limite l’inflation (et protège la valeur réelle de l’épargne des retraités), mais le gouvernement compense en augmentant les taxes (ce qui nuit aux plus jeunes).

Ce raisonnement est en partie basé sur des considérations politiques. Plus les retraités deviennent relativement nombreux, plus leur part de l’électorat sera grande. Ils seront donc en mesure d’influencer les politiques publiques en leur faveur, ce qui favorisera la hausse des impôts à l’endettement pour combler les déficits fiscaux.

Dans le cas du Japon, KKU pointe vers le second scénario, l’espérance de vie y ayant été constamment révisée à la hausse au cours des dernières décennies. KKU estiment que l’impact du vieillissement sur le taux d’inflation a été de -0.6% par année au cours des 40 dernières années – un impact énorme.

Japan life expectancy

Japan fertility rate

L’étude de KKU montre aussi ce graphique, qui illustre la corrélation entre l’inflation et le ratio de dépendance des 65 ans et plus entre 2000 et 2013. Ce ratio suggère que si la population vieillit, l’inflation sera plus faible. Cependant, les données sont plutôt limitées, ne portant que sur une décennie.

 

CPI and dependency OECD

Une autre étude de Juselius & Takats (J&T) publiée en février 2015 par la Banque de Règlement Internationaux jette un regard plus global sur la question. Ils ont observé 22 pays développés entre 1955 et 2010. À la grande surprise de plusieurs, ils ont découvert que plus une société comporte de « dépendants », c’est-à-dire des retraités et des enfants, plus l’inflation sera élevée, alors que ce sont les travailleurs qui exercent une pression à la baisse sur l’inflation. Leur modèle est en forme de « U », comme le montre le graphique ci-bas montrant l’effet sur l’inflation de chaque cohorte. On y constate que les 60 ans et plus font augmenter l’inflation, tout comme les 5-25 ans, tandis que les 30-60 engendrent une pression déflationniste.

Age cohort effects on inflation

De plus, quand on observe la relation entre le taux d’inflation et le ratio de dépendance pour différents pays, on constate que cela corrobore le modèle de J&T. On observe aussi que la relation n’est pas aussi claire pour le Japon, ce qui suggère que le Japon est l’exception plutôt que la règle…

Inflation vs dependency 5 countries

Ce graphique montre clairement l’impact du vieillissement de la population sur le ratio de dépendance au cours des prochaines décennies pour les pays développés. Selon le modèle J&T, la démographie aura un effet haussier sur l’inflation au cours des prochaines décennies.

Econ_dependency ratios

Finalement, le FMI a publié une étude en août 2014 rédigée par Anderson, Botman & Hunt (ABH), laquelle démontre qu’en vieillissant, le taux d’épargne des Japonais a chuté drastiquement. Cependant, la plupart des actifs vendus par les retraités étaient investis à l’étranger ; le rapatriement de ces sommes a donc occasionné une appréciation du taux de change qui aurait contribué à affaiblir l’inflation au Japon.

Conclusion

En somme, on constate que la relation entre le vieillissement de la population est plus compliquée qu’on ne pourrait le croire de prime abord et qu’elle est plutôt contre-intuitive. Dans les pays industrialisés, on peut s’attendre à ce que la hausse du ratio de dépendance mette une pression à la hausse sur l’inflation car les gouvernements, déjà fortement endettés et en déficit fiscal, n’auront d’autre choix que de créer de la monnaie pour monétiser la dette gouvernementale gonflée par les dépenses reliées aux retraités.

Le Japon est une exception à cet égard, car la hausse du ratio de dépendance n’a pas encore mené à une pression inflationniste. L’un des raisons pourrait être que depuis la crise Asiatique, l’endettement japonais est à un niveau stratosphérique, laissant peu de place à la croissance du crédit. Le processus décrit ci-haut ne peut donc pas s’y manifester. Cependant, les choses pourraient bien changer sous Shinzo Abe et ses « Abenomics ». Sa stratégie économique consiste à créer de la monnaie pour stimuler l’inflation. S’il atteint cet objectif, le Japon deviendrait alors l’exception qui confirme la règle…

Quant aux autres pays développés, il est impératif qu’ils adoptent des mesures visant à réduire leurs déficits fiscaux et leur endettement de manière à se donner une marge de manœuvre pour faire face aux imposants engagements financiers engendrés par le vieillissement démographique dans un contexte d’État-providence. Autrement, on pourrait observer des accélérations fulgurantes de l’inflation… ce qui serait un désastre pour les retraités vivant de leur épargne…

Sources

Sur le web