La France turbolibérale

Un con qui avance, même à petits pas, va toujours plus loin qu’un intellectuel assis… Mais comme c’est un con, il peut lui arriver de trébucher, de petit pas en petit pas, vers le totalitarisme. Et question petits pas, l’État français vient, ces dernières semaines, d’en faire une belle brochette.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ultralibéralisme Neolibéralisme Antilibéralisme (René Le Honzec/Contrepoints)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France turbolibérale

Publié le 26 mai 2015
- A +

Un con qui avance, même à petits pas, va toujours plus loin qu’un intellectuel assis… Mais comme c’est un con, il peut lui arriver de trébucher, de petit pas en petit pas, vers le totalitarisme. Et question petits pas, l’État français vient, ces dernières semaines, d’en faire une belle brochette.

Bien sûr, il y a eu, en début d’année, l’étonnant petit trot qui suivit la réduction d’une rédaction journalistique par saturnisme foudroyant : profitant de ce prétexte lacrymogène, l’État et tous ses politiciens les plus veules s’étaient engouffrés dans la brèche en recommandant bien fort que soient pratiquées d’importantes mesures de mises sur écoute du peuple français (puisqu’il semble que lorsqu’un terroriste s’en prend au peuple, c’est la faute du peuple). Comme je le notais alors, et malgré l’évidente inutilité des propositions, tout le monde a pourtant sciemment choisi ce chemin.

Dès lors, il n’est que logique qu’on continue à y trotter vaillamment. Ceux qui ont deux sous de jugeote ou un minimum de culture historique savent très bien ce qui se trouve au bout, mais tant pis, allons-y !

Par exemple, sous le prétexte particulièrement usé de la lutte contre le terrorisme, on persiste à freiner les transactions en liquide (et surtout lorsqu’il s’agit d’acheter des métaux précieux, graine d’anar) ; le méchant billet de 500€ est de toute façon sur la sellette, et le fait que cette lutte contre les méchants qui posent des bombes coïncide ici avec la lutte contre les méchants qui travaillent au noir est totalement fortuit. Tout comme est parfaitement fortuit le fait qu’en même temps, Sapin veuille favoriser le paiement par carte même dans les transactions les plus petites…

Par exemple, sous le prétexte de la meilleure couverture sociale des salariés, on demandera une délation active de la part des entreprises qui auraient, parmi leurs sous-traitants, des petits malins en délicatesse avec leur couverture sociale. Voilà en tout cas qui va favoriser de bonnes ententes commerciales, et aider à conserver une bonne ambiance dans tout le pays.

Par exemple, on l’a vu, on va consciencieusement éplucher les habitudes immobilières des contribuables, voire demander un flicage citoyen, parce que louer son bien au travers d’internet, c’est déjà, à la base, une activité louche et qu’elle entrave la bonne collecte de sous-sous pour les municipalités, mais qu’en plus de cet enrichissement scandaleusement capitaliste, tous ces va-et-vient de touristes, ça dérange la tranquillité des voisins.

le honzec - la domination libéralePar exemple, on va poursuivre en justice celui qui, n’utilisant aucun moyen illégal, se sera procuré au travers d’une bête recherche Google des documents confidentiels laissés au vu et su de tout le monde, sur des serveurs publics, par l’incompétence d’une administration dépassée par une technologie qu’elle ne maîtrise pas. Et lorsque la décision de justice ne plaira pas au petit procureur local, il relancera pour être sûr d’avoir la bonne condamnation, aussi stupide soit-elle.

Plus insidieusement, la dérive évidente d’une législation en foutoir illisible ne doit pas, là encore, au hasard mais bien à l’empilement de bonnes intentions sirupeuses qui aboutissent, par la force des choses, à dessiner une société égalitariste en diable où l’individu sera d’autant plus joyeusement broyé qu’il réclame un retour à des principes de base depuis longtemps oubliés voire honnis.

Plein de bonnes intentions, on a largement distribué des droits exorbitants au locataire voire à l’occupant illégal de propriétés privées, rendant leur expulsion invraisemblablement compliquée, alors qu’il est parallèlement extrêmement simple de pourchasser le propriétaire pour avoir loué son bien en dehors des sentiers battus.

Plein de bonnes intentions, la commission d’enquête parlementaire ouverte après la mort de Rémi Fraisse sur le site du barrage de Sivens dans le Tarn suggère de limiter le droit de manifester, en créant une interdiction administrative dirigée contre les personnes susceptibles d’être violentes, au prétexte de régulariser une pratique existante (même prétexte qui fut utilisé pour la Loi Renseignement, finalement).

Plein de bonnes intentions, le Sénat propose d’aider encore plus la presse. Oui, vous avez bien lu : alors qu’on distribue déjà plus de deux milliards d’euros à cette presse qui n’est plus, maintenant, que la voix fidèle de son maître, le Sénat propose de défiscaliser les dons qu’on peut lui faire en récupérant de façon assez putassière les attentats dont Charlie Hebdo fut l’objet en début d’année.

libération tractEt cette presse très docile tombe bien : comme tous ces éléments brossent un tableau bien spécifique, bien particulier, bien glauque, et qu’il ne faudrait surtout pas que tout le monde s’en rend compte (ce serait alors plus compliqué d’obtenir l’assentiment de tous), elle sera mise à contribution dans un renouvellement presque amusant de nombreux articles pleurant sur la trop grande austérité néolibérale qu’on doit subir, sur la dérive droitière, xénophobe et surtout ultralibérale du pays, et sur la tempête d’abandons des services publics que le monde nous envie, laissant sur le carreau un nombre toujours plus grand de malheureux, preuve s’il en est que le pays s’est complètement vendu au turbolibéralisme. Personne ne s’étonnera alors de lire partout (dans Le Monde, Le Figaro, Marianne) les consternantes assertions d’un énarque, ex-inspecteur des finances, qui ne voit que gigalibéralisme qui poudroie partout en France et qui se demandera si, en matière de libertés, la France n’est pas allée trop loin.

Je résume : la propriété privée est devenue une blague, le pays est en train d’être mis massivement sur écoute, on y décourage l’argent liquide (pour l’interdire un jour complètement), la justice a totalement oublié tout espoir de légitimité, on va sévèrement y encadrer les manifestations, et la presse est complètement tenue à coup d’argent public. C’est limpide : le turbolibéralisme a gagné, et bien sûr, tout pointe vers une liberté débridée !

fascism
—-
Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • réflexion de léo Ferré la gauche est l’anti chambre du fachisme

  • Je ne peux être, hélas, mille fois hélas, que parfaitement d’accord avec ce triste constat.
    Ces sottes idéologies coûtent cher au pays, et vont le mettre à genoux.

  • On va dans le mur, ce pays est foutu

  • Cette agitation trahit avant tout un malaise de l’état qui se rendant compte qu’il atteint les limites du faisable dans tous les domaines cherche de nouvelles sources de revenus, de nouvelles méthodes de contraintes et de contrôle des masses. Tout en évitant bien sur de se remettre en cause lui-même.

  • +1

    Réflexion matinale : Dans quel pays le droit de propriété semble le mieux respecté entre la Chine et la france ?

    https://www.google.fr/search?q=chine+maison+clou&espv=2&biw=1920&bih=971&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=o0NkVZTRA8GqUpGGgZgB&ved=0CCAQsAQ

    Au moins en Chine (du moins à première vue) si on est pas d’accord avec l’indemnisation on peut rester chez soi …. en france …. c’est une autre histoire…

  • Un « intellectuel assis »qui laisse passivement avancer un » con » doit assumer la responsabilité de son inertie et en accepter les prévisibles conséquences.
    Les nôtres
    -d’intellectuels-
    sont tellement réactifs que leurs interventions servent d’emplâtre sur une langue de bois.

  • « le Sénat propose d’aider encore plus la presse »

    Sur Internet, on tombe sur des articles « réservés aux abonnés » demandant un abonnement de 10 Euros par mois. Mais pourquoi payer pour une information officielle que l’on peut retrouver sur l’ensemble des media. La subvention de l’état tue de fait le pluralisme et enfonce la presse.

    Ils peuvent directement nationaliser l’ensemble des journaux et les renommer : Pravda2, Pravda3, ArtPravda, Pravda4, Prada5, PravdaO …

  • En parlant de mise sur écoute…la petite dernière du pote Pôle (sans emploi)…fliquons les chômeurs et leurs (plus ou moins) proches :

    http://www.nextinpact.com/news/95207-le-gouvernement-veut-fliquer-communications-chomeurs.htm

  • L’idéologie du petit bonhomme vert coûte cher aux agriculteurs. La norme 0 phyto reliée par des association au sein des collectivités est une gabegie. Qu’ils viennent eux dans les champs pour retourner le champ. Trop facile d’imposer une idéologie sans rien faire

  • La France allait dans une mauvaise direction (mur), ça on le savait. Mais ce qui est nouveau, c’est le grand coup d’accélérateur. Dieu que la réduction des libertés peut aller vite !

  • quand les maîtres du jeu soutiendront le pauvre petit artisan, peut-être que j’accepterai de faire un petit don pour la presse

  • Encore une fois, un article déprimant mais criant de vérité. A bien y réfléchir, on se rend compte que, finalement, le peuple se complaît plutôt bien dans ce simulacre de démocratie, arrosé d’aides sociales et têtant aux généreuses mamelles de l’état toujours plus obèse et écrasant qui lui explique comment bien se comporter. Enfermés dans leur ignorance et leur inculture les Francais -en est – il de même ailleurs ?-, ne se rendent pas compte pour la plupart de ce que leur pays est en train de devenir. Espérons qu’ils soient plus nombreux à lire ce genre d’articles…

    • Nous sommes dans un équilibre (optimum local pour reprendre une formule mathématique) qui forcerait un partie de la population a abandonner des pseudo privilèges pour ne pas être sur de gagner quelque chose.

      Le sans-emploi a finalement a manger sur sa table, la télé pour s’occuper et se dit pourquoi aller travailler après tout sans rien foutre de mes journées j’arrive a vivre, ils sont con de travailler. Il est privilégié.

      Celui qui a un travail, se dit chanceux d’en avoir un, a aussi a manger sur sa table, aussi la télé pour s’occuper et se dit qu’il peut en plus se payer des vacances aux Maldives, s’acheter un polo de marque, le dernier aie-truc. Il est privilégié.

      Personne n’ira manifester car 99% de la population française se complait dans un équilibre fumeux d’avoir plus que son voisin sans savoir que un peu plus tout les jours ont les encadres dans des pseudo-libertés. Ils n’ont même plus conscience de perdre quelque choses.

      Malheureusement, je ne pense pas qu’il aura beaucoup de plus de gens qui liront cette article car on y parle de libéralisme. Le mot fait peur, nous arrivons dans une société de délation et personne ne veut être associer a une idée que le média vilipende tout les jours en prenant pour exemple du capitalisme de connivence et en transformant son essence.

      @et pour Bzzzt, nous sommes toujours surpris de voir combien de temps un mauvais système perdure, et nous sommes encore plus surpris de voir a quelle vitesse il s’effondre.

      Ce n’est même plus que ce pays est foutu, c’est qu’il est ruine dans tous les sens du terme.

  • Je penses profondément à ceux qui ont manifesté en janvier…

  • « Saturnisme foudroyant »
    Ça confine au génie 🙂

  • D’accord à 100% avec vous. Il faut diffuser cet article.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Le professeur Jacques Garello invite les libéraux qui souhaitent réveiller la société civile à assister au séminaire organisé au Novotel Beaumanoir à partir de ce vendredi 18 heures.

Selon Jacques Garello :

« Le drame de notre pays est qu’il n’y a aucun corps intermédiaire entre le pouvoir et le peuple : faillite des partis incapables d’avoir une doctrine et se contentant de surenchères électorales démagogiques, faillite des partenaires sociaux avec des syndicats irresponsables et non représentatifs des salariés, et des dirigean... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le libéralisme est décidément une notion bien floue et très mal perçue par une grande partie des Français, nourris dès le plus jeune âge aux mamelles de l’État et qui sont persuadés, à tort puisqu’on le leur fait croire en permanence, que le libéralisme serait je ne sais quelle force occulte organisée qui les plongerait dans une sorte d’océan où ils se noieraient sans que personne leur vienne en aide. D’où la justification de l’interventionnisme et de l’État-providence, sans lesquels nous serions sans doute perdus.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles