Loi sur le renseignement : l’acte de naissance d’une police politique ?

S’inspirant directement de « l’exemple » américain, le gouvernement a fait approuver par le parlement une loi sur le renseignement dangereusement liberticide.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi sur le renseignement : l’acte de naissance d’une police politique ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 mai 2015
- A +

Par Damien Theillier.

So true we had enough credits Nicholas Komodore (CC BY-NC-SA 2.0)
So true we had enough credits Nicholas Komodore (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Vous êtes suspecté en permanence de terrorisme. Oui, même si vous êtes une mère de famille postant les photos de son dernier gâteau au chocolat. Votre vie privée est dorénavant sous coupe réglée. Les sbires de l’État y accèdent quand ils le souhaitent.

En effet, le 5 mai, les députés ont voté massivement le texte N°2669 intitulé « projet de loi sur le renseignement ». Manuel Valls assure que la loi s’appliquera uniquement dans le cadre de la lutte antiterroriste : « La surveillance sera ciblée strictement sur les comportements menaçants. Les données tierces ne seront pas accessibles ou exploitables par les services. » Mais ne sera-t-elle pas également appliquée pour d’autres cas, par exemple contre l’activisme politique ? Vous pensez que je délire, que je suis paranoïaque ? Regardons plutôt ce qui s’est passé de l’autre côté de l’Atlantique.

Le cas américain préfigure ce qui nous attend en France

Les révélations d’Edward Snowden sur la NSA ont dévoilé l’ampleur des atteintes aux libertés. Le programme Prism, permet à la NSA d’avoir un accès privilégié aux serveurs et aux données de neuf géants de l’Internet, parmi lesquels Google, Microsoft, Facebook et Yahoo. Dans le sillage du 11 septembre 2001 et de la menace terroriste persistante, le gouvernement américain a mis en place le « USA Patriot Act », sous Bush Jr., ainsi que d’autres nouvelles lois et décrets anti-terroristes sous Obama. Conformément à l’article 207 (III) du Patriot Act, le gouvernement fédéral peut espionner tous les appels téléphoniques, fax et e-mail à volonté – sans mandat de perquisition.

Sur simple demande du gouvernement…

Contrepoints496 Police politique - René Le HonzecLes fournisseurs de services Internet doivent retourner les dossiers de courrier électronique et leurs informations sur la clientèle sur simple demande du gouvernement. Les compagnies de téléphone doivent également remettre des enregistrements téléphoniques détaillés, y compris les numéros de carte de crédit ou de comptes bancaires utilisés pour les paiements. Récemment, le FBI a développé un nouveau logiciel appelé « lanterne magique » qui permet d’enregistrer chaque frappe faite sur un ordinateur.

Aux États-Unis, pas plus de sécurité, mais moins de liberté

Depuis, surveillance universelle, saisies de biens arbitraires, emprisonnements sans procès et arrestations sommaires de « suspects » sont devenus des pratiques courantes. Des pratiques qu’on croyait pourtant révolues depuis l’Allemagne nazie et la Russie soviétique. De telles violations des libertés et de la vie privée ont-elles leur place dans une société libre et civilisée et font-elles de l’Amérique un pays plus sûr ? Les attentats de Boston n’ont pu être empêchés malgré la surveillance généralisée par les agences gouvernementales. Pire : le gouvernement américain s’est octroyé le droit d’utiliser la loi hors du cadre du terrorisme. En 2013, sur les 11.129 demandes de perquisitions sur la base du Patriot Act, seules 51 visaient des suspects d’actes terroristes. Le plus de sécurité s’est donc soldé par moins de liberté.

Une frontière de plus en plus floue entre groupe terroriste et opposition politique

Plus grave encore, la frontière qui sépare le groupe terroriste de l’opposition politique s’estompe progressivement. Le pouvoir se limite rarement à un objectif déclaré et c’est ainsi que la définition des groupes terroristes potentiels a été élargie pour inclure des groupes comme le Tea Party. En 2011, le vice-président Joe Biden a accusé le Tea Party d’avoir « agi comme des terroristes » dans leur combat contre le relèvement du plafond de la dette. Or quelques mois plus tard, l’IRS, le département du fisc américain (Internal Revenue Service), a pris pour cible les membres du Tea Party Patriot. L’affaire a été révélée au grand jour et a mis dans l’embarras Obama et le parti démocrate.

Selon Jenny Beth Martin, co-fondatrice du mouvement Tea Party Patriot, environ 1% des contribuables américains ont été contrôlés chaque année par l’IRS, tandis que 10% de ceux qui ont donné de l’argent à des groupes Tea Party ont été contrôlés depuis 2011.

Sans vie privée, il n’est point de libertés

En France, les terroristes Merah et Kouachi-Coulibaly étaient surveillés. Pourtant, ils ont pu arriver à leurs fins. C’est pourquoi on peut douter que les outils mis en place par la nouvelle loi, permettant d’écouter toute la population française, parviendront mieux à déjouer des attentats.

Mais le pire n’est pas là. En effet la sécurité totale (risque zéro) n’est ni possible, ni souhaitable car protéger la liberté en supprimant la liberté est un non-sens, une contradiction. La liberté est plus précieuse que la sécurité. En effet, la liberté n’est pas définie par la sécurité. La liberté est définie par la capacité des citoyens à vivre sans subir l’interférence du gouvernement dans leur vie privée. Or une sécurité totale ne pourrait être mise en place sans un contrôle total sur la vie des citoyens. Seule une société totalitaire pourrait se vanter d’apporter la sécurité totale à son peuple. C’est pourquoi le gouvernement ne peut pas nous protéger contre toute forme de violence. Il ne doit pas non plus nous protéger à n’importe quel prix.

La fin du domaine privé

Enfin, en perdant l’anonymat, nous perdons notre capacité d’action, nous perdons la liberté elle-même car on ne se sent plus libre d’exprimer ce qu’on pense. Glenn Greenwald est le journaliste américain qui a travaillé avec Edward Snowden pour révéler le scandale des écoutes de la NSA. Dans un livre consacré à cette affaire, il écrit : « la vie privée est essentielle à la liberté et au bonheur des hommes pour des raisons rarement abordées, mais qui sont pourtant irréfutables. Premièrement, quand les individus se savent observés, ils changent radicalement de comportement. Ils s’efforcent de faire ce qu’on attend d’eux. Ils veulent s’éviter toute honte et toute condamnation. Ils y parviennent en adhérant étroitement aux pratiques sociales couramment admises, en se cantonnant dans des limites acceptées, en évitant toute action susceptible de paraître déviante ou anormale. (…) C’est dans le domaine privé que la créativité, le dissentiment et les défis à l’orthodoxie peuvent germer. Une société où tout le monde sait qu’il peut être observé par l’État – où, dans les faits, le domaine privé n’existe plus – est une société où ces attributs sont perdus, tant au niveau collectif qu’individuel. » (Nulle part où se cacher, J.-C. Lattès, mai 2014).

Comment le gouvernement donne raison à Ben Laden…

En octobre 2001, Oussama Ben Laden avait fait une prédiction : « Je vous le dis, la liberté et les droits humains en Amérique sont condamnés. Le gouvernement américain va conduire son peuple, et l’Occident en général, dans un enfer insupportable et une vie étouffante. » (cité dans NewsMax.com 01/02/02).

En permettant au gouvernement de détruire les libertés au nom de la lutte contre le terrorisme, nous donnons pleinement raison à Ben Laden.


Sur le web. Publié dans La Tribune le 20 mai 2015

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • La devise des sotscialistes :

    Liberté-Égalité-Fraternité Dénonciation-Division-Disparition …

  • Et la milice c’est pour quand ???

  • C’est marrant, Theillier défend la liberté d’expression mais il soutien Hoppe, qui la conchie.

    • D’où hoppe est contre la liberté d’expression ?

    • Supergolem, quel âge avez vous?

      • Hans Hermann Hoppe : « In a covenant concluded among proprietor and community tenants for the purpose of protecting their private property, no such thing as a right to free (unlimited) speech exists, not even to unlimited speech on one’s own tenant-property »

        Je dois traduire « no such thing as a right to free (unlimited) speech » ?

        Sachant qu’en particulier que toute discours promouvant la démocratie, dans une communauté idéale « libre » à la Hoppe, est proscrite.

        Fin de la discussion.

  • Les députés-crétins qui ont voté cette loi comprendront son sens véritable le jour où ils seront considérés comme des terroristes par un autre pouvoir. Alors, ils devront fuir comme des lapins.

    • @Cavaignac
      Non, ce ne sont pas des députés-crétins, bien au contraire.
      En votant cette loi, c’est à eux qu’ils pensent d’abord, au pouvoir qu’ils vont avoir avec cette STASIE française qui leur permettra en toute impunité de flicquer tous les français, et à travers de simples algorithmes obtenir les listings des cathos, des musulmans, des juifs(la, ils ont déjà l’habitude…), des athées, des jeunes , des vieux, des alcoolos, des shoutés, etc… etc…

      Vous pouvez déjà imaginer la multiplicité des magouilles qui se préparent pour 2017.

      Les terroristes? ils s’en fichent, ils les connaissent déjà.

      N’oubliez pas l’exemple de la présomption d’innocence, cette loi a été faite avant tout pour protéger la classe politique, à l’époque engluée dans de sinistres affaires, et fonctionne très bien pour eux, merci; au point que nous avons à l’Assemblée Nationale des élus jugés et condamnés par la justice qui siègent et votent les lois !! simplement en faisant appel puis en allant en cassation ils en ont pour 10 ans d’impunité et peuvent même se représenter. Un comble.

      • Votre analyse est exacte… jusqu’au jour où les députés tomberont sous la sujétion complète des surveillants. Pantins ou lapins, voilà le choix qui s’offrira aux crétins qui croient aujourd’hui asseoir leur pouvoir. Cette loi fait immanquablement penser aux pleins pouvoirs donnés à Pétain. Là, ce sont les pleins pouvoirs donnés à une bureaucratie. Pourquoi cette dernière s’en priverait-elle, puisque la loi organise explicitement l’absence du moindre contre-pouvoir ? Mais il ne faut pas être surpris. Le fascisme est l’aboutissement normal de toutes les formes du socialisme, parce que c’est la forme la plus pure, la plus totalitaire.

        • D’un autre coté, Cavaignac, si un jour vous arrivez au ministère de l’Intérieur, ces lois seront plus qu’utiles pour faciliter la déportation et/ou l’exécution des socialistes récalcitrants ! Votre pseudo indique que c’est plutôt votre angle d’attaque du problème.

  • C’est effrayant.

    Plus j’y pense, plus je trouve des cas concrets de dérives. Notamment avec le permission de surveiller les personnes suspectés de vouloir atteindre à la forme républicaine des institutions.

    Là comme ça au hasard, je vois une population de plusieurs millions de personnes en France qui doit pas se sentir tranquille tant de nombreux boeufs français sont convaincus que leurs valeurs religieuses sont incompatibles avec celle de la République…
    Vous êtes parents d’enfant musulmans et militez pour qu’il y ait de repas halal à la cantine de vos rejetons? Et bien pour les extrèmistes de la laïcité vous luttez contre le caractère républicain de la France (la laïcité étant une valeur républicaine).

    Vous êtes breton, basque, corse et nationaliste? Vous militez pour plus d’autonomie de vos régions (pacifiquement j’entend)? Et bien vous pouvez être surveillé. La République française étant une et indivisible (Constitution).

    Vous vous opposez à la réforme des collège? Vous pouvez être surveillé. Cette réforme est présentée comme amenant plus d’égalité à l’école. L’égalité est une valeur républicaine. Etre contre cette loi, c’est être contre l’égalité et contre la République.

    J’ose même pas imaginer ce qu’un esprit radical, contrairement à moi, pourrait trouver comme application. Et il est extrêmement naïf de croire que les déviances possibles ne sont qu’au FN. Les radicaux sont partout dans ce pays. Rappelons quand même que Manu a déclaré dans l’hémicycle du Parlement que toute personne qui ne voterait pas la loi sur le renseignement ferait le jeu des terroristes (je me souviens plus de la formulation mais ça voulait dire ça)…il n’y qu’un pas entre faire le jeu des terroristes et être considéré comme terroriste…

  • L’opposition a aussi voté pour. C’est un drame pour le pays de la Liberté.
    Cela a commencé par Nicola, tabassé, emprisonné et jugé sur ordres à 4 mois fermes, pour le port d’un T-Shirt.
    Puis les merdias serviles.
    OU EST L’OPPOSITION ? Je voyage beaucoup pour mon travail et la France est le seul pays où l’opposition est muette.

    • L’opposition ? Elle est dans le ravissement de savoir qu’elle trouvera cet outil à sa disposition quand elle reviendra au pouvoir.

  • des députés veulent limiter la liberté de manifester ( librejugement.org )…..ça sert aussi à ça leur désir de nous enfermer dans des interdictions de toutes nature ; les politiques ont peur….de leur propre peuple ;

  • Bernard Cazeneuve a remporté le prix Busiris pour son syllogisme inachevé (sans doute craignait-il de proférer à voix haute la conclusion de la majeure et de la mineure qu’il avait présentée)
    Voyez le lien ci-dessous:
    http://busiris.fr/prix/prix-busiris-pour-bernard-cazeneuve

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles