Effacement électrique : une fausse bonne idée qui profite beaucoup à certains

Éteindre son radiateur électrique à 19h00 peut rapporter de l’argent… à d’autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ampoule électrique (Crédits : Helen Flamme, Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Effacement électrique : une fausse bonne idée qui profite beaucoup à certains

Publié le 19 mai 2015
- A +

Par Michel Gay.

Ampoule électrique (Crédits : Helen Flamme, Creative Commons)
Ampoule électrique (Crédits : Helen Flamme, Creative Commons)

La coupure ou « l’effacement » d’appareils électriques à certains moments critiques (effacement électrique) permet de « lisser » les pointes de production préjudiciables au bon fonctionnement du réseau électrique. La nouveauté vient de la valorisation de cette absence de consommation qui enrichit des entreprises spécialisées dans ce commerce étonnant.

Le principe de l’effacement « diffus » est d’arrêter momentanément à distance une partie de la consommation électrique de particuliers. Par exemple, pendant la pointe de consommation d’hiver entre 18h45 et 19h15, les radiateurs électriques et les chauffe-eau sont mis autoritairement à l’arrêt. Les kilowattheures  (kWh) non consommés à ce moment-là ne sont pas perdus : ils sont revendus sur le marché de l’électricité à RTE (Réseau de Transport d’Electricité) pour « soulager » la pointe de consommation et équilibrer le réseau. Cet artifice  permet de diminuer l’appel aux centrales au fioul et au gaz quand l’électricité est la plus chère en raison de la demande élevée.

Cet effacement consiste donc à revendre de l’électricité… non consommée par les ménages pendant un temps (moins d’une heure).

Ainsi, la société « Voltalis » par exemple, équipe gratuitement en boîtier des foyers de particuliers pour éteindre leurs radiateurs électriques et leur chauffe-eau. Cette société est présidée par Pâris Mouratoglou qui a fait fortune grâce aux tarifs d’achats très largement subventionnés du photovoltaïque depuis 2009, dans des conditions qui intriguent la justice. Sa société a déjà investi 100 millions d’euros pour la mise en place de ce système tortueux et déployé un lobbying insistant pour donner une image économique et écologique… mais il y a un « hic ».

La quantité d’énergie non utilisée pendant l’effacement n’est que différée. Elle sera  tout de même consommée ensuite (hors période de pointe) pour remonter la température du chauffe-eau et du logement, bien que Voltalis déclare1 : « notre boîtier fait baisser la consommation et c’est pour ça que nous existons ». Des affirmations que le député François Brottes est prêt à diffuser2: « l’effacement diffus génère de vraies économies d’énergies ». Pourtant, l’Autorité de la concurrence{3. ibid.] a conclu en décembre 2013 qu’il n’était pas pertinent  de subventionner les effacements : « Il apparaît que le lien entre effacement de consommation et économies d’énergie n’est pas clairement démontré. »

Les lois de la physique sont impitoyables… sinon il suffirait d’éteindre régulièrement ses radiateurs pour faire des économies et ça se saurait…

De plus, non seulement les ménages ne sont pas indemnisés pour avoir été « vertueux » en acceptant de différer leur consommation, mais ils vont en plus payer sur leur facture d’électricité la prime versée à « l’effaceur » et aussi… l’indemnisation due aux fournisseurs ! Ces derniers demandent de compenser le manque à gagner de l’électricité qu’ils n’ont pas vendue au tarif fort (c’est donc une perte financière) par le biais d’une nouvelle contribution instaurée par la loi en préparation sur la transition énergétique !

Cette nouvelle taxe sur les ménages est scandaleuse car elle crée un système complexe qui rémunère des petits malins qui ont flairé le filon juteux en ces temps de « transition énergétique », et sous couvert de l’intérêt général.

Pour lisser les consommations d’électricité, il serait plus judicieux, comme auparavant, d’encourager l’effacement avec des tarifs incitatifs « heures pleines » (plus chères) et « heures creuses » (moins chères). De plus, cela donnerait une valeur financière au profit des comportements « citoyens » qui répondraient à la modulation de la demande dans l’intérêt général. Ce serait le moyen le plus efficace de soutien aux effacements, et les Français vertueux en bénéficieraient directement.

Peut-être est-ce trop simple et pas assez rémunérateur pour certains, qui, une fois de plus, veulent tondre des millions de consommateurs ?

À Lire aussi : Big Brother est vert

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • L’idée est bonne, mais comme vous le dites, ca devrait être un marché qui bénéficie a celui qui fait un effort.

    le vendeur du boitier mérite un part.
    celui qui l’installe, l’utilise et souffre de petits désagrément aussi.

    je croyais qu’on avait mis un tarif variable ?
    ah, mais ca ferait comprendre aux gens que l’électricité intermitente quand on en a pas besoin vaut moins chère que celle qu’on produit à la demande… le marcéh c’est mal, le gens finissent par comprendre la vrai valeur des choses.

    en passant, lisez freakonomics, vous verrez que les gens on un instinct « économique » rationnel qui leur fait décider des choses payantes quand on leur laisse le choix et qu’on les laisse accéder à l’information .

    vendre l’électricité a un prix fixe, c’est comme vendre les pomme au même prix toute l’année.

  • finalement , le consommateur , une fois de plus , se fait avoir et sans le savoir qui plus est ; nous sommes vraiment des pigeons qui se font plumer par tout les côtés ; c’est démoralisant de se dire que notre travail , nos revenus , finissent toujours dans les poches de quelques malotrus avides ;

    • Il serait temps que les dents poussent aux pigeons. Quand M. le maire de ma ville m’explique quel bel acte citoyen ce serait de m’inscrire à l’opération d’effacement diffus, j’ai le sentiment d’être bien isolé quand je lui rétorque « combien me paierez-vous pour ça ? »

  • Mieux vaut un radiateur à faible puissance qui diffuse constamment une petite chaleur pour entretenir la temperature de la pièce, que de faire des chauds/froids brutaux réclamant une consommation max d’énergie pour compenser « l’économie » faites.

    C’est exactement comme pour la voiture. Faites le test: roulez en vitesse constante à 90 km/h sur une route, puis amusez-vous à vous arrêter, accélérer, faire des pointes à 180, vous arrêter, et ainsi de suite. Votre avis sur l’économie réalisée?

    • la comparaison n’est pas valable pour le chauffage électrique si celui ci est adapté a un mode de fonctionnement par effacement des pointes : les radiateurs a inertie ou a accumulation pour les plus performants . pour une comparaison honnête, il faut comparer a des véhicules hybrides , ceux ci permettent de moins consommer de carburant lors des variations de vitesse..pas de pic de consommation de 30 ou 40 l pendant une accélération…et pour le réseau EDF c’est la même chose , l’effacement est obligatoire pour économiser l’énergie et s’adapter aux intermittents et pour le porte monnaie de l’usager .

      • Cela dépend de la taille des logements. SI vous avez 50 m2, vous pouvez. Mais avec 20 m2, c’est plus difficile.

        • avec 20 m2…..bah la consommation est négligeable …en effet , cela pose un problème avec électricité..une petite cheminée a gaz et fausse buches , une peau de bête , cela doit suffire pour en faire une petit nid douillet 😉

          • Si vous ne vous lavez plus, cela le fait aussi. L’homme de Cromagnon ne se lavait pas, sauf preuve contraire… Il suffira d’attendre l’été pour avoir son bain … Le réchauffement climatique semble avoir de la peine en ce moment !
            Et comme l’homme de Cromagnon, vous mangerez cru, cela le fera tout aussi bien…

            • aucun animal a poils ne perd son temps sous la douche , l’odeur est un puissant moyen de communication toujours actif de nos jours et bien plus puissant qu’internet .
              et je dis et répète , cet article ne sent pas bon , il sent la rose ,le vilain industriel contre le gentil consommateur..hors , le concept d’heure de pointe devrait en faire de bons copains comme le fameux compteur ‘numérique’ , n’ont ils pas qu’un seul but , limiter les couts de production et de distribution de l’énergie et cela demande un effort partagé !

              • Bien entendu que les animaux ne se lavent pas.
                En attendant d’avoir à nouveau des poils, les gens se frotteront aux arbres, feront des stocks de feuilles mortes pour s’essuyer, c’est du bio 100% …
                Pour le reste qu’est-ce qui vous fait croire qu’un boitier va sauver le monde ❓ Quelle est cette idée simplette ❓
                Alors qu’il y aurait eu moyen d’améliorer ce qui existait déjà. Le fait de payer plus cher pendant une heure ou deux vous fait baisser le chauffage et pas qu’un peu. Si vous avez une pneumonie, vous serez heureux d’avoir le choix.
                Mais voilà, vous vous en foutez des gens qui auront une pneumonie. Bah, c’est du bio s’ils crèvent … Sympa…

  • Ca devient lassant… Comme d’habitude, en raison de l’omniprésence de l’état, des petits groupes d’intérêts parviennent à s’insérer dans les dispositifs, afin de se créer des… rentes.

    Au détriment du plus grand nombre.

    Philosophiquement, on peut dire que c’est naturel, inhérent à la nature humaine.

    La seule solution consiste donc à attaquer le problème en amont : faire que l’état arrête de mettre ses sales doigts partout.

    • L’état et les zélus veulent intervenir partout par idéologie. Comme les finances sont à sec, ils se tournent vers les marchés et ce faisant plongent tête la première dans le capitalisme de connivence ou d’autres moyens encore plus glauques.

      En bon socialistes, ils n’ont toujours pas compris que c’est l’offre et la demande avec une surveillance du respect de la concurrence qui faisait fonctionner le système et que leur volonté d’orienter les marchés par des offres et demandes totalement artificielles ne peut qu’aboutir aux pires effets du capitalisme.

      Le prochain « CHE » partira en guerre contre les socialistes ! MDR

  • La meilleure méthode étant de ne plus utiliser de source de chaleur, et meme dormir dans une tente, dehors, comme çà économie d’électricité, de construction, d’eau,… la vrai révolution écologique est là, tout le monde doit dormir dans des tentes… meme par -20°c, faut faire un effort un peu pour le bien etre des individus. D’ailleurs une fois que tout le monde dormira dans sa tente, il n’y aura plus aucun probleme d’écologie, je vous le promet… bon d’accord, il y aura obligation de construire plus d’hopitaux et de morgues, mais bon, faut avoir des valeurs un peu non de non !

  • Moi qui suis équipé d’un compteur double tarif, je suis écroulé de rire devant cette escroquerie phénoménale.
    Plus c’est gros plus ça passe sans vaseline ❗
    En plus mon CE est positionné pour fonctionner sur heures creuses. Cette « nouveauté » « écologique » n’en est donc pas une puisque ce dispositif existe déjà, depuis longtemps ❗ Il suffit à EDF d’envoyer le signal à des heures différentes.
    Dans le bâtiment, le chauffage se fait par radiateur électrique avec bi-jonction, et EDF peut couper en cas de grosse pointe.

    Longue vie aux escrocs qui nous gouvernent :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
    En enfer de préférence …

    • Et le pire, c’est parce que c’est « gratuit » que les gens se décident. C’est les autres qui arrosent.

      Quelle belle mentalité ❗

      Et le pire c’est que le nouveau compteur linky aurait très bien pu le faire. C’est d’un nul.

      Imaginez la panne de ce boitier : le relais grille, le chauffage est éteint, il fait -30 dehors … Mort de rire … ❗

    • La différence avec ce que prévoit ce projet est que vous ne connaîtrez pas à l’avance les moments où vous serez rationné. Ce dernier terme est approprié: il s’agit bien de créer une pénurie pour accélérer la décroissance chère aux verts (et chère pour nous, à leur profit et à celui de l’État)

      • Mais actuellement les heures ne sont pas fixes, cela varie de 10 minutes. Alors une modification de l’heure creuse ne serait pas une grosse révolution.

        Je connais des gens qui ont un tarif spécial, avec 3 ou 4 tranches. Ils ont une lampe dans le salon qui leur signale quand le tarif est élevé.
        Ils en sont avertis, et c’est bien là le problème. Avec ce système à la noix, il n’y a plus de choix : un con décide à votre place, et vous le payez grassement.

        • « Je connais des gens qui ont un tarif spécial, avec 3 ou 4 tranches. »

          Par exemple l’option Tempo. Il y a les heures pleines et les heures creuses (de nuit) mais aussi des jours bleus, blancs ou rouges. Un petit boitier indique en permanence le tarif en vigueur. Vers 20h il indique la couleur prévue pour le lendemain. C’est simple, fiable et parfaitement compréhensible. Tout le monde à la maison sait qu’il faut faire attention les jours rouges. Mais surtout, c’est nous qui décidons de modérer notre consommation (ou pas). Si un algorithme devait décider à notre place, non merci!

      • Les économies (financière, de travail, de temps) sont le moteur du progès. L’idée de rationnement est totalement opposée au progrès : elle tue purement et simplement tout à la fois la productivité, le PIB, la motivation, le dynamisme, et la volonté.

        C’est d’autant plus stupide que c’est inutile : le progrès induit forcément l’optimisation. La volonté d’un résultat global de décroissance est malheureusement totalement illusoire et la cause d’un égarrement catastrophique pour la France (et l’Europe).

        Les écolos-bobos auront notre peau si on les laissent faire.

  • bah le simple nom de boitier intelligent laisse à penser le pire.

  • oui sans doute est-ce trop simple. nos énarques se doivent de détruire le passé français pour modeler le futur à leur pensée.

    Et il est un autre point assez impressionnant de cette quête imbécile contre un certain réchauffement climatique : les laboratoires écossais et occidentaux en général se préoccupent de trouver des plantes qui résistent aux conditions climatiques de l’Afrique et des évolutions.
    Une question : mais pourquoi ces recherches n’ont pas lieu sur le terrain, en Afrique? cela couterait moins d’argent aux contribuables et serait écologiquement plus respectueux ‘il n’y aurait pas besoin de beaucoup d’énergie pour retrouver les températures et les conditions d’humidité locales. en plus cela développerait la recherche sur place et l’emploi.
    Le colonialisme moderne existe toujours sous d’autres formes.

  • je n’avais pas lu les commentaires avant mon précédent message.

    mais toutes ces histoires de couleurs en fonction des tarifs qui changent me fait penser au Film  »le soleil vert »

    Ce n’est pas réjouissant

    • faut pas avoir peur de la vie , les enfants ont toujours ‘mangé’ leurs parents dés le premier jour de leur naissance. lorsque c’est programmé et que nul ne peut y échapper c’est bien entendu horrible et pas moins horrible lorsque l’on en a conscience .. c’est la vie.

  • Et si on faisait pareil pour le QI des français ????

    – nous améliorons votre intelligence grâce à notre super pouvoir ; on éteint votre TV

    Moi j’irais plus loin, je garantirais à mes clients une baisse de 50% de leur facture, sisi, je promet : je coupe le jus 12h par jour.

    • non ça marche pas…faut savoir quand il consomment et en plus les gens ont le culot de s’adapter! salauds de consuméristes…

  • Le prix de l’énergie est liée à la consommation des centrales qui produisent cette énergie mais aussi à leur taille. Une grosse centrale, peu utilisée, coûte autant à construire que cette même centrale utilisée à 100%. D’où l’idée de maximiser l’utilisation des centrales.

    Pour arriver à cet optimum, il faut « lisser » la consommation, c’est à dire éviter qu’elle s’éloigne trop de la consommation moyenne.

    L’effacement aide à cela, en « effaçant » des demandes rares et fortes. Grace à cela, des centrales plus petites suffisent à produire l’énergie nécessaire, qui, du coup, est moins chère, puisque ces petites centrales coûtent moins cher à construire.

    Le stockage de l’énergie, quand la demande est faible, aide aussi. On peut par exemple pomper de l’eau depuis un bassin bas vers un barrage. Ainsi, quand la demande est forte, l’eau du barrage produit l’énergie nécessaire.

    Stockage et effacement sont donc deux moyens complémentaires pour réduire la taille des centrales et donc réduire le coùt de l’électricité.

    La gestion « fine » de la consommation, appareil par appareil, sera possible avec l’informatique ; on nomme « smart grid » le réseau de distribution électrique ayant l’intelligence d’adapter la consommation pour optimiser l’utilisation des moyens de production.

    • Cette gestion « fine » n’est possible qu’avec des consommations déplaçables dans le temps.

      La plupart des usages de l’énergie ne le sont pas.

  • « l’effacement diffus génère de vraies économies d’énergies »

    J’ai lu cette idée étrange pour la première fois quand les médias ont fait état d’un « procès » subit par une société vendant ce service d’effacement.

    Bien sûr, les journalistes ne remettaient pas une seconde la vérité de cette accusation en question, mais uniquement le fait qu’on puisse considérer une économie d’énergie comme une mauvaise chose et demander à être indemnisé pour cela.

    Je me demande si ce « procès » et cette exigence d’indemnisation n’était pas une mise en scène afin de diffuser l’idée que l’effacement diminue la conso totale.

  • L’effacement de la consommation a déjà été pratiquée par EDF : il s’agit des contrats dits EJP (effacements lors des 21 jours de pointe annuels), encore en vigueur bien qu’EDF ne les propose plus depuis plusieurs années.
    Le consommateur au moins s’y retrouvait grâce à un prix du kWh imbattable lors des 365 – 21 jours « non EJP ».
    Et n’avait à rémunérer aucun intermédiaire.
    Le « mécanisme d’effacement » imposé sous de vrais faux prétextes à nos concitoyens à l’insu de leur plein gré, vient renforcer le scandale des taxes sur les énergies dites Vertes qui gonflent de près de 15% les factures d’électricité au nom de l’écologie… alors que notre électricité, majoritairement hydraulique et nucléaire, est déjà décarbonée !
    Cette mécanique infernale est un maillon supplémentaire du « nouveau système décentralisé et multiacteurs » cher à Brottes, l’homme clef de la loi de TE, qui est maintenant chargé par le président Hollande d’une mission pour s’assurer que ce ce système est fiable : espérons qu’il s’apercevra que ce n’est pas le cas, avant que nos concitoyens connaissent les premiers « black-outs » alors que leurs factures d’électricité auront rejoint celle des Allemands (+ 88%).

  • Exact , Alain 38 , l’effacement de la consommation a déjà été pratiquée par EDF avec les contrats dits EJP (Effacements lors des 21 Jours de Pointe annuels) ; à l’époque le consommateur devait insister pour avoir ce tarif ; tarif maintenu actuellement pour les « déjà inscrits » mais inaccessible « pour de nouveaux entrants » Cela exigeait une certaine réflexion du consommateur ; est ce donc répréhensible que le consommateur décide de lui-même ?

    • Oui, il est plus facile de plumer les personnes décérébrées. L’état n’aime pas que l’on pense … à lui échapper ❗

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don