Quelles solutions pour virer des fonds à l’étranger ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Billets Euros (Crédits Blatant World, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quelles solutions pour virer des fonds à l’étranger ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 mai 2015
- A +

Par Xavier Chambolle

Billets Euros (Crédits Blatant World, licence Creative Commons)
Billets Euros (Crédits Blatant World, licence Creative Commons)

Que vous soyez expatrié, que vous ayez de la famille ou des amis à l’étranger que vous souhaitez aider financièrement, que vous ayez à payer un fournisseur en devises étrangères, vous vous êtes sûrement posé cette question : comment envoyer de l’argent en devise étrangère tout en minimisant les coûts ? Comment avoir le meilleur taux de change, comment avoir les frais les plus bas ?

Petit aperçu de trois solutions qui s’offrent à vous pour des transferts de quelques centaines, milliers ou dizaines de milliers d’euros (au-delà, vous avez sûrement un conseiller et accès à des outils intéressants).

Votre banque

L’avantage de confier à votre banque le soin de transférer votre argent en devise étrangère est évident : c’est le plus simple et le plus rapide. Votre argent y est présentement et il vous suffit de lui donner les informations (compte destinataire). En revanche, cette solution est très onéreuse. Si le coût du transfert peut apparaître bon marché, c’est qu’il y a une petite astuce. Vous suivrez avec attention l’évolution du taux de change et à la réception des fonds, vous ferez le calcul et constaterez que celui qui a été appliqué était bien en-deçà de ce que vous aviez observé. Certes, la différence ne sera pas énorme, mais plus le montant transféré sera important, plus le coût du transfert vous semblera tout à fait négligeable face à ces « frais cachés ». Pour la plupart des banques il y a des paliers, donc plus la somme sera importante (on parle de centaines et de millions d’euros), plus ce taux de change appliqué se rapprochera de celui du marché, mais votre virement aura tout de même un goût amer.

Les spécialistes Forex

Forex pour Foreign Exchange. Nommons-en deux : XE et RationalFX. Vous devrez leur envoyer l’argent à eux, puis ils vous l’enverront dans la devise souhaitée. L’énorme avantage sur la banque, c’est que vous saurez à quelle sauce vous vous ferez manger puisque vous réaliserez votre transfert sur un taux de change affiché et précis. Là encore, plus la somme sera importante (on peut le simuler), plus ce taux se rapprochera de celui que vous pouvez observer par exemple sur Yahoo Finances. À vous de voir si la différence est suffisamment faible pour être intéressante.

Il faudra également penser aux frais de transfert de votre banque vers le spécialiste Forex.

Le pair à pair

Transferwise semble être le service le plus populaire dans son genre : transfert de monnaie de pair-à-pair (peer-to-peer). Le service utilise le taux de change que vous pouvez observer, à titre d’indicateur pour savoir à combien échanger votre devise contre une autre. Donc, pour vous, à part obtenir un meilleur taux de change qu’avec les deux précédentes solutions, cela ne change rien. Derrière, au lieu de transférer votre argent dans une nouvelle devise, pour simplifier, le système va trouver d’autres utilisateurs qui vont rechercher votre devise et se débarrasser de celle dont vous avez besoin. Au niveau des frais, ils sont de 0,05% environ, plus évidemment le coût de transfert de votre banque à leur banque en Estonie (s’il s’agit d’euros). Donc pour une somme importante, les frais auront l’air démesurés comparé à ceux, fixes, d’une banque… mais vous bénéficierez d’un taux de change bien plus avantageux et ceci compensera largement ces frais.

Bien entendu, comme avec la banque et Forex, le service est tributaire des fluctuations du taux de change et, en attendant qu’ils réceptionnent vos fonds, vous pouvez fixer une limite acceptable pour que la transaction se réalise même si le taux a baissé. S’il a trop baissé, vous pouvez attendre en espérant qu’il remonte, et passé un certain délai ils peuvent vous rembourser ou forcer le transfert au taux du moment.

NB : ce lien est sponsorisé, les frais de votre premier transfert (jusqu’à 3000£) sont offerts.

Quelle est la meilleure solution ?

Plus la somme que vous souhaitez transférer est importante, plus les frais fixes seront négligeables, tandis que ce qui comptera le plus, ce sera le taux de change appliqué. Le marché étant fluctuant, oubliez l’idée d’acheter la devise cible au plus bas. Passer directement par votre banque est évidemment ce qu’il y a de plus simple et rapide, mais cela peut s’avérer particulièrement coûteux. Les systèmes de pair à pair comme Transferwise me semblent être la solution idéale pour bénéficier des meilleurs taux du marché (à un instant t)… tout en se protégeant à minima de ses fluctuations et avec des frais raisonnables.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Cet article tombe à point nommé pour moi qui suis expatrié au Japon depuis peu. J’habite dans une petite île à 25 heures de bateau au sud de Tokyo et dans ce village (Ogasawara Village) ou mura en japonais, il n’y a pas de banque sinon la poste (Japan Post). Je suis allé ce matin même (je n’invente rien) ouvrir un compte en banque au bureau de poste accompagné non pas de ma femme qui avait d’autres choses à faire mais d’une de ses amies qui parle anglais. Il faut que je raconte cette histoire surprenante. D’abord pour ouvrir un compte en banque il faut un « incan » dûment enregistré à la mairie mais on m’a fait une petite faveur, ma signature, celle figurant sur mon passeport a suffit, du moins pour le moment. Mon compte a été ouvert au bout d’une demi-heure de paperasserie durant laquelle j’ai du écrire mon nom et mes prénoms en katakama !
    Bref, j’ai demandé au fonctionnaire, jeune et poli comme tous les Japonais, s’il pouvait me communiquer mon IBAN. Il est parti pianoter sur son ordinateur et est revenu s’excuser bassement : les IBAN n’existent pas au Japon.
    Un peu inquiet de connaître de quelle manière je vais faire virer ma retraite ici au Japon ce même fonctionnaire m’a présenté deux feuillets m’expliquant la marche à suivre :
    tous les transferts en euros vers le Japon passent nécessairement par Deutsche Bank ! Il suffit d’orienter mes caisses de retraite vers Deutsche Bank AG à Francfort qui transférera les euros au head office de Japan Post Bank , 3-2 Kasumigaseki 1-chome, Chiyoda-ku, Tokyo.
    Actuellement il se trouve que je survis avec une carte electron Deutsche Bank, la seule qui fonctionne dans les ATM (et pas tous) au Japon. Deutsche Bank me taxe 4 % de frais à chaque prélèvement de cash dans un ATM ! Comme je ne fais pas partie des « riches » je ne vois pas comment diminuer le montant de cette commission car que ce soit Deutsche Bank à Santa Cruz de Tenerife (là où se trouve ma banque) ou Deutsche Bank AG Francfort, je suppose que la situation sera identique.
    Maintenant demander à mes caisses de retraite (SecSoc et CDC) de passer par un canal pas très officiel risquerait d’être un parcours du combattant. Reste donc la seule solution : enrichir Deutsche Bank, la plus grosse banque européenne ! CQFD
    Un incan est un sceau qui sert de signature. Il y a une hiérarchie dans les incans (prononcer inecanne) ceux requis pour les signatures courantes (pas besoin de les enregistrer auprès des autorités), il y a un deuxième niveau, celui par exemple requis pour ouvrir un compte en banque ou faire un achat certifié important et enfin le niveau 1 requis pour acheter par exemple une maison et pour ce dernier on s’offre le luxe de faire graver le sceau dans un morceau d’ivoire mais il paraît que les dents de requin pourraient remplacer l’ivoire depuis le bannissement de ce commerce. j’ai suggéré qu’on utilise l’os du rostre des espadons mais on m’a ri au nez …

    • Bonjour Jacques Henry,
      Avez-vous pensé à utiliser les services d’une banque européenne performante et pas chère, Postfinance (filiale de la poste suisse) ?

    • Bonne chance !

      Vous devriez écrire à Transferwise pour savoir s’ils comptent prendre en charge la monnaie japonaise. Moi je l’avais fait à l’époque quand ils n’avaient pas encore le dollar canadien et je savais que ça allait arriver.

      S’ils vous disent que ça arrive l’an prochain, ça pourrait être bon à savoir. Cela vous donnerait le temps de préparer tout ça (en l’occurrence je pense qu’il faudra ouvrir un compte dans une vraie banque à Tokyo, pour l’occasion, virer votre retraite dans une banque française ou directement à celle de Transferwise, puis réaliser le transfert et enfin depuis Tokyo envoyer tout ça jusqu’à la banque postale de votre île).

  • Si vous n’avez que la poste, comme banque : c’est pas de chance.
    En Chine c’est la même chose, il faut un sceau, pour signer les paiement par carte Chinoise, au supermarché.
    Les mensonges avec lesquels on nous bourre l’esprit dans nos merdias, sont bien illustrés dans votre commentaire : Les transferts en EUROS hoirs de la zone EURO passent par la banque centrale Allemande :
    preuve que les draghi et autres n’ont aucun pouvoir, seuls les allemands gèrent le pactole.
    Quand vous faites transférer votre retraite, n’oubliez pas le code SWIFT de la Poste japonaise.
    Effectivement IBAN ne sert à rien hors des Banques en EUROS.
    Il est normal de remplir un certain nombre de documents, il s’agit quand même du compté où vous recevrez votre retraite.
    Si vous ne pouvez pas recevoir votre retraite par la paierie de France à Tokyo.
    A quoi cela sert de la transférer ?
    Utliisez votre carte Mastercard depuis Tenerife : Les Banques comme BBVA ou la CAIXA, ont des taux réduits avec les distributeurs de billets Japonais, et les paiements au Japon.

  • J’avais à envoyer de l’argent en Ukraine. Ma banque m’a informé qu’elle ne pouvait le faire.
    Je me suis donc tourné vers Western Union. J’ai envoyé les fonds sur leur site Internet à l’aide de ma carte de crédit, sans bouger de chez moi. Les fonds ont été disponibles dans une banque de Kiev environ un quart d’heure plus tard, et le bénéficiaire a pu aller les chercher à l’aide du numéro de code que je lui ai donné de vive voix par Skype.
    Des banques liées à W.U., il y en a des quantités à Kiev, le bénéficiaire n’a même pas eu besoin de se déplacer loin.
    C’est peut-être un poil plus cher que d’autres solutions, mais c’est extrêmement pratique et efficient.

    • Effectivement, pour certains pays on a accès à des outils meilleurs marchés, sinon il y a Western Union et d’autres outils pratiques, mais onéreux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse

[caption id="attachment_218188" align="aligncenter" width="640"] yuan-David Dennis- (CC BY-SA 2.0)[/caption]

En choisissant de dévaluer le Yuan trois fois en une semaine - chaque opération étant expliquée comme une action unique qui ne serait suivie d'aucune autre intervention - la Banque de Chine a jeté un nouveau combattant dans l'arène de la guerre monétaire. Une guerre absurde et sans vainqueur possible, qui ne fait que précipiter la mort des monnaies-papier...

Poursuivre la lecture

Par Thibaut Doidy de Kerguelen.

[caption id="attachment_172044" align="aligncenter" width="640"] Bourse (Crédits jam_90s, licence Creative Commons)[/caption]

L’Autorité des marchés financiers et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) publient régulièrement une nouvelle mise à jour de leur liste des sites Internet proposant des investissements sur le forex sans y être autorisé par les organismes de régulation français.

En voici la dernière mouture : www.amf-france.org.

Il s’agit de la 13e alerte é... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le Chili continue de renforcer la croissance et le bien-être.

Selon la dernière Étude économique sur le Chili publiée par l'OCDE, grâce à des politiques macroéconomiques saines et à la forte hausse des prix des produits de base, le Chili a connu une longue phase de croissance économique et de création d’emplois que beaucoup pourraient envier. Le système bancaire est solide, tout comme la position financière des administrations publiques, ce dont témoignent les faibles écarts de rendement des obligations souveraines et les rehaussements... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles