Bon anniversaire Monsieur le Président !

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bon anniversaire Monsieur le Président !

Publié le 6 mai 2015
- A +

Présidence Hollande - Contrepoints437

Tout le monde se souvient du sketch trans-générationnel de Coluche : « C’est un mec normal, quoi, B…. » (la suite n’est plus politiquement correcte). Coluche avait défrayé la chronique en présentant sa candidature à la Présidence de la République en 81. Avant de se retirer, après avoir foutu un peu la trouille aux instituts de sondages et à leurs clients. Finalement, il fut un peu prophète : 31 ans plus tard, un nouveau Coluche fut élu, pompant honteusement ses meilleurs sketchs – le nouveau comique est un imposteur sans talent. Sous le pseudo de Flanby, il a électrisé les salles avec son sketch « Moi, Président normal, je réduirai le chômage ; moi, président normal, je ne ferai plus de Françafrique ; moi, Président normal, etc. ». Bon le sketch était un peu longuet, mais le jury a tranché en sa faveur, ayant apparu trop agressif pour un clown. Depuis, d’autres créations ont enchanté les magazines : « ma femme s’est tirée parce que j’ai tiré une de ses copines, ouais heu, bon, hein ? » Il a remis le coup avec le même sketch, mais avec un casting rajeuni pour essayer de toucher un public plus jeune.

Mais il y a aussi toutes les plaisanteries qui lui valent régulièrement des ennuis, comme celles devant le Crif sur Valls qui l’ont fait huer dans les salles en Algérie. Et il y a la pression de la concurrence des jeunes qui montent des banlieues, comme Dieudonné.

On ne peut tous les citer, mais un de ses triomphes reste son sketch « Je vais inverser la courbe du chômage avant 2013 », invité dans toutes les MJC des villes roses (moins de villes, maintenant), avec un jeu genre chmilblik : « Deviner comment est le chmilblik que j’ai qui va faire diminuer le chômage, la dette, la pluie et le réchauffement ? » Énorme succès commercial, des clubs se sont créés, des millions de camarades participent, cherchent, suggèrent, mais pour l’instant personne n’a trouvé. Mais Flanby reste optimiste : il compte sur son nouveau parolier Macron (il aime donner leur chance aux jeunes) pour relancer la machine et, en attendant, multiplie les spectacles en France et à l’étranger. Tenez, là, il a assisté à une lapidation qui lui a donné une idée : « Heu, c’est un mec normal, sans tête, quoi… » Et il va régulièrement en Afrique avec son tabac « J’avais dit que je ne viendrais pas, puis que je ne ferais que passer, finalement j’envisage un Riyad pour mes vieux jours. »

Bon anniversaire, Monsieur le Président. Et tes bougies du chômage, de la dette et du déficit, tu sais ce que tu peux en faire…

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Voilà, ça y est, la France est parvenue à boucler trois années de socialisme officiel et assumé, avec François Hollande à sa tête. La performance mérite d'être soulignée tant il n'y avait rien d'évident à ce qu'on y parvienne : en 2010 ou en 2011, bien peu auraient misé sur le candidat Hollande, qui ne semblait absolument pas taillé pour le job. Et après trois années de test grandeur nature, force est de constater que l'impression s'est confirmée.

[caption id="attachment_175492" align="alignleft" width="640"] François Hollande (Crédits... Poursuivre la lecture

Par Baptiste Créteur.

[caption id="attachment_171063" align="aligncenter" width="640"] François Hollande en 2011 (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.[/caption]

 

Une laïcité bulldozer

Le candidat Hollande voulait devenir le président du rassemblement. Il s'est donc attelé à lutter contre le racisme et l'antisémitisme et promouvoir les valeurs de la république et, pour cela, il a déployé une certaine vision de la laïcité qui réduit l'espace public à la neutralité, et oblige tous ce... Poursuivre la lecture

Après un an de présidence Hollande, les pistes ne manquent pas pour sortir de l'ornière économique.

Par Lucien Ouhlabib.

À ceux qui ont expliqué très sérieusement sur le pavé parisien lors du 5 mai 2013 que l'austérité serait "déjà là" parce que réduire les dépenses publiques cela veut dire moins d'infirmières, moins d'enseignants, moins de services publics, il est semble-t-il de plus en plus possible d'être entendu par la population lorsque l'on répond en disant que c'est tout simplement faux parce que ces infirmières manquante... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles