Bon anniversaire Monsieur le Président !

Le regard de René Le Honzec.

Présidence Hollande - Contrepoints437

Tout le monde se souvient du sketch trans-générationnel de Coluche : « C’est un mec normal, quoi, B…. » (la suite n’est plus politiquement correcte). Coluche avait défrayé la chronique en présentant sa candidature à la Présidence de la République en 81. Avant de se retirer, après avoir foutu un peu la trouille aux instituts de sondages et à leurs clients. Finalement, il fut un peu prophète : 31 ans plus tard, un nouveau Coluche fut élu, pompant honteusement ses meilleurs sketchs – le nouveau comique est un imposteur sans talent. Sous le pseudo de Flanby, il a électrisé les salles avec son sketch « Moi, Président normal, je réduirai le chômage ; moi, président normal, je ne ferai plus de Françafrique ; moi, Président normal, etc. ». Bon le sketch était un peu longuet, mais le jury a tranché en sa faveur, ayant apparu trop agressif pour un clown. Depuis, d’autres créations ont enchanté les magazines : « ma femme s’est tirée parce que j’ai tiré une de ses copines, ouais heu, bon, hein ? » Il a remis le coup avec le même sketch, mais avec un casting rajeuni pour essayer de toucher un public plus jeune.

Mais il y a aussi toutes les plaisanteries qui lui valent régulièrement des ennuis, comme celles devant le Crif sur Valls qui l’ont fait huer dans les salles en Algérie. Et il y a la pression de la concurrence des jeunes qui montent des banlieues, comme Dieudonné.

On ne peut tous les citer, mais un de ses triomphes reste son sketch « Je vais inverser la courbe du chômage avant 2013 », invité dans toutes les MJC des villes roses (moins de villes, maintenant), avec un jeu genre chmilblik : « Deviner comment est le chmilblik que j’ai qui va faire diminuer le chômage, la dette, la pluie et le réchauffement ? » Énorme succès commercial, des clubs se sont créés, des millions de camarades participent, cherchent, suggèrent, mais pour l’instant personne n’a trouvé. Mais Flanby reste optimiste : il compte sur son nouveau parolier Macron (il aime donner leur chance aux jeunes) pour relancer la machine et, en attendant, multiplie les spectacles en France et à l’étranger. Tenez, là, il a assisté à une lapidation qui lui a donné une idée : « Heu, c’est un mec normal, sans tête, quoi… » Et il va régulièrement en Afrique avec son tabac « J’avais dit que je ne viendrais pas, puis que je ne ferais que passer, finalement j’envisage un Riyad pour mes vieux jours. »

Bon anniversaire, Monsieur le Président. Et tes bougies du chômage, de la dette et du déficit, tu sais ce que tu peux en faire…