Baltimore : une mère regrette d’avoir demandé à son fils émeutier de se livrer à la police

Baltimore - Jarrett Stewart (CC BY-NC-SA 2.0)

Avec une mise en liberté sous caution fixée à un demi-million $, le jeune émeutier de 18 ans risque de passer du temps en prison.

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Baltimore - Jarrett Stewart (CC BY-NC-SA 2.0)
Baltimore – Jarrett Stewart (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Se réjouir de ses quinze minutes de gloire quand on participe à une émeute peut mal tourner. Allen Bullock, 18 ans, a fait la première page du Baltimore Sun alors qu’il vandalisait une voiture de police. Mais lorsque le compagnon de sa mère a vu la photo dans le journal, il a exigé qu’Allen se rende à la police, ce que sa mère lui a suggéré de faire. Le jeune homme s’est donc rendu à la station de police… et il n’a pas pu en sortir. Il fait face à des accusations de méfaits qui pourraient le mener à huit ans d’incarcération. Le montant de sa liberté sous caution a été fixé à un demi-million $. Sa famille n’a pas cet argent.

Sa mère, Bobbi Smallwood, trouve le montant excessif. Il aurait pu lui être demandé de s’engager à réparer financièrement les dommages commis, a-t-elle dit. Elle regrette d’avoir demandé à son fils de se rendre. Le compagnon, lui, est convaincu que le jeune homme a fait le bon choix : la police aurait fini par l’arrêter de toute façon ; au moins en se rendant, il reconnaît avoir fait quelque chose de mal. La mère du jeune estime qu’il ne mérite pas une punition sévère : il a mal agi et mérite une punition, mais il n’était quand même à la tête de l’émeute. Il n’avait pas ce genre de pouvoir.

La mère de l’autre émeutier en première page du Baltimore Sun, Violet Gordon, a des sentiments bien différents de ceux de Bobbi Smallwood : j’ai très hâte que la police arrête mon fils, a-t-elle dit. En plus de vandalisme, son garçon de 23 ans est recherché pour avoir lancé des objets aux pompiers.

Pour Allen Bullock, 18 ans, il s’agit d’une première série d’accusations en tant qu’adulte. Il avait déjà été condamné, en tant que mineur, pour des vols et des bagarres et il était en probation. Le jour précédant sa « reddition » à la police, il avait publié sa photo en une du Baltimore Sun sur sa page Facebook.