Baltimore : une mère regrette d’avoir demandé à son fils émeutier de se livrer à la police

Avec une mise en liberté sous caution fixée à un demi-million $, le jeune émeutier de 18 ans risque de passer du temps en prison.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Baltimore - Jarrett Stewart (CC BY-NC-SA 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Baltimore : une mère regrette d’avoir demandé à son fils émeutier de se livrer à la police

Publié le 1 mai 2015
- A +

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Baltimore - Jarrett Stewart (CC BY-NC-SA 2.0)
Baltimore – Jarrett Stewart (CC BY-NC-SA 2.0)

 

Se réjouir de ses quinze minutes de gloire quand on participe à une émeute peut mal tourner. Allen Bullock, 18 ans, a fait la première page du Baltimore Sun alors qu’il vandalisait une voiture de police. Mais lorsque le compagnon de sa mère a vu la photo dans le journal, il a exigé qu’Allen se rende à la police, ce que sa mère lui a suggéré de faire. Le jeune homme s’est donc rendu à la station de police… et il n’a pas pu en sortir. Il fait face à des accusations de méfaits qui pourraient le mener à huit ans d’incarcération. Le montant de sa liberté sous caution a été fixé à un demi-million $. Sa famille n’a pas cet argent.

Sa mère, Bobbi Smallwood, trouve le montant excessif. Il aurait pu lui être demandé de s’engager à réparer financièrement les dommages commis, a-t-elle dit. Elle regrette d’avoir demandé à son fils de se rendre. Le compagnon, lui, est convaincu que le jeune homme a fait le bon choix : la police aurait fini par l’arrêter de toute façon ; au moins en se rendant, il reconnaît avoir fait quelque chose de mal. La mère du jeune estime qu’il ne mérite pas une punition sévère : il a mal agi et mérite une punition, mais il n’était quand même à la tête de l’émeute. Il n’avait pas ce genre de pouvoir.

La mère de l’autre émeutier en première page du Baltimore Sun, Violet Gordon, a des sentiments bien différents de ceux de Bobbi Smallwood : j’ai très hâte que la police arrête mon fils, a-t-elle dit. En plus de vandalisme, son garçon de 23 ans est recherché pour avoir lancé des objets aux pompiers.

Pour Allen Bullock, 18 ans, il s’agit d’une première série d’accusations en tant qu’adulte. Il avait déjà été condamné, en tant que mineur, pour des vols et des bagarres et il était en probation. Le jour précédant sa « reddition » à la police, il avait publié sa photo en une du Baltimore Sun sur sa page Facebook.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Je trouve intéressant ce suivi des événements outre Atlantique mis en place par contrepoints et l’auteur de l’article. Merci

  • Il est étonnant que la presse française et en particulier la télé parle si peu de cette histoire.
    A n’en pas douter, il en aurait été autrement avec un républicain comme bush au gouvernement us …

  • 93% de noirs tués par d’autre noirs aux USA = le problème est Là. Les délires racistes de quelques policiers blancs ne changeront pas la réalité : dans la pays de la criminalité, 93% est un chiffre énorme.. Les noirs des USA, doivent apprendre à vivre ensemble, ça c’est LE scandale : 9 000 personnes peuvent s’entretuer allègrement tant qu’elles sont de la même couleur de peau ??? NON et Non.

    • « Les délires racistes de quelques policiers blancs ne changeront pas la réalité » la plupart des bavures ne sont pas dû au racisme. A batlimore, la moitié des flics sont noirs tout comme le chef de la police. je doute que l’on puisse accuser les flics de baltimore d’être racistes. selon les données officielles du FBI pour l’année 2012, sur les 2.648 Noirs tués, 2.412 l’ont été par des Noirs (soit 91 %) et 193 par des Blancs (soit 7 %). Face à ces 193 Noirs tués par des Blancs, on dénombre 431 Blancs tués par des Noirs cette année-là. Et il y a 6,22 fois plus de Blancs que de Noirs dans ce pays

  • 8 ans de prison il a de la « chance » en Arabie Saoudite ou en Iran c’est la peine capitale automatique au meiux…A Singapour le fouet et 20ans de prison…Les Américain sont soit excessivemment laxistes soit cruels au choix…Toutefois j’espère que les USA mettrons fin aux abus (des gangs notaments ou du viol et autres agressions qui sont monnaie courante) sur les détenus dans leur prisons..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
la Chine
10
Sauvegarder cet article

Si l’Histoire nous enseigne quelque chose, c’est qu’un empire ne peut tenir dans la durée que grâce à deux éléments clés : son armée et sa monnaie.

Son armée, car l’empire doit être capable de protéger son territoire et de conquérir de nouvelles terres pour s’étendre ; et sa monnaie car c’est avec elle qu’il paye ses militaires et c’est par elle qu'il entendra échanger des richesses avec ses vassaux. Dans ces deux domaines, un empire voulant durer doit mettre en place des mesures pour maintenir la stabilité à la fois militaire et écono... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford.

Si le premier acte d'un nouveau gouverneur donne le ton de son administration, Josh Shapiro, le gouverneur de Pennsylvanie, a clairement indiqué qu'il n'avait pas l'intention d'aider les organismes gouvernementaux de réglementation et d'éducation à renforcer les exigences en matière de licences et de diplômes pour les personnes à la recherche d'un emploi.

Le Démocrate Shapiro a prêté serment mardi. Son premier décret publié mercredi a été d'annoncer l'ouverture de milliers d'emplois du gouvernement de Pennsy... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF France

C’est sous cet intitulé alléchant que s’est tenue, le 10 janvier 2023, une soirée-débat à l’initiative de La Fabrique de l’industrie, le think tank de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM).

Pour commencer, arrêtons-nous sur le mot « souveraineté » qui a bien besoin d’être défini. Le co-président de La Fabrique de l’industrie, Pierre-André de Chalendar, par ailleurs président du groupe Saint-Gobain, rappela que souveraineté ne veut pas dire indépendance ni ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles