Migrants de Méditerranée ? Halte à l’hypocrisie !

Quelques vérités que certains à l’extrême droite ne veulent pas entendre sur l’immigration.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Migrants de Méditerranée ? Halte à l’hypocrisie !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 avril 2015
- A +

Par le Parisien libéral.

immigration credits icars (CC BY-NC 2.0)
immigration credits icars (CC BY-NC 2.0)

 

Un bateau d’immigrés qui chavire, la médiatisation qui s’en suit, et ça y est, la planète politique s’émeut. Enfin, la planète politique… toute ? Non. Car un village peuplé d’irréductibles individus d’extrême droite résiste encore et toujours en restant fidèles à ses principes.

Mais au moins, quand les nationaux-socialistes disent « coulez les bateaux », ont-ils le mérite de ne pas tomber dans l’insupportable hypocrisie dont le Parti socialiste nous abreuve.

Déjà, un petit rappel : non, il n’y a pas de vague migratoire qui nous submergerait. Quand bien même un million d’Arabes et d’Africains débarqueraient sur les côtes européennes (nous sommes 500 millions au sein de l’UE…), cela ne représenterait que 0,09% du milliard et quelques d’Africains.

Les Africains, comme la plupart des personnes sur cette planète, ne rêvent pas tous de migrer. Ils rêvent de vivre en paix et avec un minimum, chez eux. Et quand ils migrent, ils ne se dirigent pas tous vers l’Europe. Ils vont d’abord vers des pays africains voisins ou vers le Golfe, en dehors du cas du Maghreb qui, lui, a des liens avec la France.

Ensuite, sur le cas spécifique des migrants de Méditerranée, dont la traversée signifie le plus souvent la mort, qui peut vraiment dire, parmi les responsables politiques des pays européens, que nous avons réellement envie de les sauver ? Qu’ils se noient dans un cas sur deux arrange bien tout le monde, à commencer par les autorités italiennes qui, elles, pour le coup, sont submergées par le phénomène, et ce alors que l’Italie n’est souvent pas la destination finale de ces migrants.

La plupart des États européens, à commencer par la France et les États membres de l’UE les plus socialistes, sont dans un dilemme.

Citons Serge Federbusch, qui a parfaitement résumé la situation, on ne saurait mieux dire :

« Cette triste situation nous renvoie à l’incohérence fondamentale des politiques migratoires. Si l’on prétend, comme la gauche française et une partie de la droite, défendre un modèle social fondé sur la solidarité nationale, avec des lois protectrices, des transferts et des aides en tout genre, alors l’immigration doit être strictement et sévèrement contrôlée. Il faut en finir avec le regroupement familial et tout ce qui permet l’entrée sur nos territoires autrement qu’au compte-goutte.

L’alternative que peu envisagent mais qui est pourtant cohérente serait de laisser l’Europe ouverte aux mouvements de population. Ceux qui veulent tenter leur chance peuvent s’y installer. Que le meilleur et le plus travailleur gagne ! Mais il faut alors être logique : cela implique la fin de l’État-providence et de tous les systèmes de législation protectrice de la main d’œuvre puisque, bien évidemment, de très nombreux migrants seront prêts à travailler sans salaire minimum ni droits sociaux et qu’il sera vite impossible de réprimer leurs employeurs. De même, il ne doit y avoir aucun système d’assistanat qui puisse créer une incitation à l’émigration. La logique de « gauche », libérale en matière migratoire, implique en réalité un ultra libéralisme économique que la gauche, incohérente, vomit. »

La France socialiste de Nicolas Hollande et de François Sarkozy n’a pas envie de voir débarquer des migrants prêts à bosser pour moins que le SMIC, voilà la réalité ! Et elle ne peut pas non plus supporter plus de gens qui ne travaillent pas, étant donné l’état des comptes sociaux du pays.

Alors, quand remettra-t-on en cause le modèle social à la française ?

Et quand cessera-t-on de donner une prime aux passeurs, en autorisant tout simplement les migrations ?

Quand les Anglais, les Français, les Allemands ou les Hollandais ont débarqué du Mayflower et des bateaux suivants, il n’y avait ni service de l’immigration pour les accueillir, ni service de la sécurité sociale pour leur garantir une vie sans travail. Ils ont bâti ce que sont devenus les États-Unis avec leur travail (volontaire pour les Européens mais aussi forcé pour les esclaves africains). Alors pourquoi, en Europe en 2015, ne pas également autoriser chacun à avoir sa chance ?

Reste, disent les identitaires, le problème de la compatibilité culturelle. En effet, a priori, nous sommes peu nombreux à souhaiter voir s’installer une république islamique en France. Mais est-ce qu’un pays où seulement 4% des habitants pratiquent la religion qui a un historique de plus de 1000 ans sur le territoire peut se plaindre de la progression d’autres religions ? Si les catholiques « non pratiquants » désertent les églises, pourquoi regrettent-ils ensuite l’installation de mosquées ? Tout en disant très clairement aux migrants quelles sont les règles en vigueur dans ce pays, et notamment la laïcité, héritage du christianisme, ce qui implique que ceux qui ne sont pas prêts à les accepter ne sont pas forcés de rester, peut être pouvons-nous ouvrir le dossier de notre propre rapport au sacré ?

Quelles que soient les décisions que nous prendrons pour régler ce problème de migrations trans-Méditerranée, il faudra qu’elles soient marquées du sceau de la cohérence. Soit nous voulons être une Corée du Nord, ultra-socialiste, où personne ne migre, soit nous voulons être une Suisse, libérale. Le fait que nos voisins supportent un taux d’étrangers bien plus élevé que chez nous montre que, manifestement, nos problèmes proviennent peut-être non pas de Lampedusa mais de Bercy.

Oh, one last thing. Puisque le sujet du racisme est connexe, quand cessera-t-on d’idéaliser les pays de transit des migrants, pour enfin dénoncer les violences dont sont victimes les immigrés au Maroc ou en Libye ? Pas politiquement correct ? C’est toute cette question de gestion de l’immigration qui ne l’est pas. Mais tant que la France refusera d’amender son système social, mais aussi ses lois anti-racistes (qui génèrent en fait davantage de racisme), les non-dits de l’immigration continueront à générer de la frustration chez les citoyens !


Sur le web

Voir les commentaires (110)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (110)
  • Les quelques indiens qui restent aux USA ne seraient pas forcément d’accord avec votre vision angélique des apports bénéfiques de l’immigration. Dans un pays vide peut-être, mais dans un pays de culture différente comme la France c’est ailler droit au clash. Le libéralisme économique c’est très bien mais quand il essaie de s’appliquer à tous les domaines de la société il est parfois aveugle à la réalité.

    • Mais stop avec les Indiens, ils sont toujours là, toujours vivants et beaucoup d’Américains blancs ont des gênes amérindiens. De plus si les Amérindiens n’ont pas su résister c’est parce qu’ils étaient à un niveau inférieur en termes de technologie et connaissances, alors que là il s’agit d’immigrés avec moins de connaissances et un niveau d’éducation généralement plus bas.

      Puisque vous aimez les exemples -> Dans le cas des USA d’ailleurs : l’Etat d’Hawaii, les habitants d’origine de l’île sont toujours là mais sont une minorité dans une île désormais majoritairement composée d’Asiatiques et pourtant l’île est plus prospère et riche que jamais !
      La ville de Miami, qui n’était qu’une petite ville peu connue et considérée comme en retard économiquement est désormais une ville mondiale, dynamique et prospère en dépit du fait qu’elle est désormais majoritairement latina, cubaine en particulier.

      Bref, je ne pense pas que ces immigrés africains puissent apporter quoique ce soit à la France ou l’Europe vu leur très faible niveau d’éducation, mais dire que l’immigration n’amène pas la prospérité est trop gros, en plus d’être un mensonge…Tout dépend du type d’immigration.

      • « je ne pense pas que ces immigrés africains puissent apporter quoique ce soit à la France ou l’Europe vu leur très faible niveau d’éducation »

        @SweepingWave : D’une part, tous les immigrés africains n’ont pas un « très faible niveau d’éducation ». D’autre part, certains immigrés non-africains ont eux aussi un « très faible niveau d’éducation ».

        Par conséquent, pourquoi s’opposer exclusivement aux immigrés africains non-éduqués et ne pas s’opposer, par exemple, à d’éventuels immigrés européens non-éduqués ?

        Si vous étiez cohérent, vous devriez vous opposez à tous les immigrés non-éduqués, quel que soit leur origine (africaine, européenne, asiatique…) Or le problème, c’est qu’il vous faudrait ensuite définir ce qu’est un individu « éduqué. » Et votre définition ne pourrait être qu’arbitraire.

        Ce n’est pas à l’État de juger arbitrairement si des immigrés sont ou non assez « éduqués. » C’est aux propriétaires privés du pays d’en juger. C’est exclusivement aux propriétaires privées qu’il convient de décider d’accepter d’inviter ou de refuser d’inviter des immigrés sur leur propriété privée.

        • Parce qu’on parle d’immigrés africains ici, c’est tout, arrêtez de voir des choses qui n’existent pas.
          Cela s’appliquerait à tous les immigrés non qualifiés, d’où qu’ils viennent c’est plutôt évident.

          Et ma définition ne serait pas arbitraire puisqu’elle serait basée sur les diplômes, c’est tout, c’est ce que font les entreprises de toute façon.

          • SweepingWave : Les entreprises appartiennent à des propriétaires privés. Mon propos est justement de dire que c’est aux propriétaires privés, et non au gouvernement, de juger quels sont les immigrés qui sont ou non assez bien pour la France.

      • En tout cas ce n’est pas votre commentaire qui va ajouter de la valeur au débat.  » ces immigrés africains » ça faisait longtemps que je ne n’avez pas vu une généralisation aussi grotesque. Qui êtes vous pour juger de l’apport des flux migratoires? L’histoire humaines s’est faîte sur les migrations et ce ne sont pas les législations et les conflits multiples qui vont fixer les populations. Ce qui réussiront à trouver du travail feront les tâches que les français ont la flemme de faire comme d’habitude et c’ est tant mieux. On veut moins de chômage et bah les français n’ ont qu’à choisir prendre le 1er métier qui tombe au lieu de se plaindre. Ce sont les même qui critiquent les flux migratoires mais qui rechignent à faire les métiers les plus pénibles. Les 1ers assistés sont ceux qui se disent français « de souche » qui touchent les aident et se mettent à chialer quand pôle emploi leur proposent de faire éboueur, laver les carreaux ou faire le ménage, ont les retrouvent souvent au PMU…

    • Les Indiens qui restent aux USA sont aujourd’hui le plus bel (ou le pire, plus exactement) exemple du triomphe de l’assistanat sur le libéralisme. On les paie pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils font. Je suis descendant d’envahisseurs, et c’était comme ça, point. Pourtant, ne criait-on pas à l’époque « De la fureur des Normands, préserve nous Seigneur ! » ?

      • Oui, les Indiens sont un peu particuliers, ils ont des difficultés à lier modernité et culture traditionnelle.

        • Certains oui certains non. Je me souviens avoir lu qu’au Canada des indiens apparaissent comme par magie sur les sites des projets miniers (alors que l’on a aucune preuve qu’ils avaient déjà vécu à cet endroit) pour revendiquer la propriété des terrains et demander des indemnités.
          Après comme dans l’échelle de la bien-pensance l’avis des indiens est supérieur à la protection de l’environnement ça à l’avantage de moins ralentir les projets miniers que des factions écofacistes.

    • « votre vision angélique des apports bénéfiques de l’immigration » : surprenante remarque en forme de procès d’intention car il n’y a pas le moindre jugement de valeur de la sorte dans l’article.

      La convocation des Indiens d’Amérique dans le débat, façon Zemmour, est toutefois intéressante. Elle permet en effet d’observer, comme d’habitude, l’évidente supériorité des Sociétés (plus ou moins) libérales sur n’importe quelle Société collectivisée. Les collectivistes obtus, peu importe leurs modèles délirants, feraient bien de ne pas oublier les leçons systématiques de l’histoire, à savoir que les institutions immorales finissent toujours par s’effondrer sous le poids de leurs insuffisances rédhibitoires et de leurs contradictions intrinsèques.

      L’immigration devient un problème à partir du moment où l’espace public est hypertrophié par collectivisation du domaine privé, ce qui favorise son occupation illégitime par les immigrés, recel d’un larcin préalable réalisé par les idéologues voleurs de l’Obèse. A l’opposé, dans une Société libérale, l’immigration est indifférente puisque régulée par le marché libre et la propriété privée. Chacun doit alors y « acheter » sa place, ce qui implique travail personnel acharné, investissement de tous les instants et, surtout, respect d’autrui, notamment respect de ses traditions. Ainsi, nul ne peut prétendre migrer s’il refuse son assimilation pleine et entière dans le pays d’accueil libre. En France et en Europe, c’est bel et bien le poison de la collectivisation socialiste criminelle qui interdit une régulation raisonnable, juste et humaine de l’immigration. L’Obèse est responsable de la crise migratoire, comme de toutes les crises qu’il provoque par le simple fait de son existence.

      Autrement dit, le sort des Indiens nous menace uniquement si nous persistons avec le modèle social collectiviste périmé. Le temps est venu d’y mettre un terme définitif, sans regret.

      • Bien résumé. Une fois de plus Cavaignac bous êtes la voix de la sagesse.

      • @ Cavaignac Votre propos est un peu lapidaire J’ai passe mon enfance entre Nantua et Bellegarde ou les patrons liberaux cathos voulaient assoir leur pouvoir La jeunesse francaise s’en est allee puisque dans ces contrees il n’y avaient pas grand chose a faire et ce sont les turcs qui sont venus en masse ( premier Iman expulse sous Pasqua et premier foulard islamiste ) Que maintenant l’islman dans cette region deviennent majoritaire et que cette terre bascule desormais vers une autre culture cela ne me gene absolument pas Maintenant les francais poussent des cris d’offraie sur cette religion me parait tout a fait hypocryte Les patrons du BTP n’ont ils pas fait leur fortune avec cette immigration laissant le cout social aux contribuables Quant a la societe americaine nous l’ a copions et demain la France sera morcelle en autant de communaute comme ua USA pour le meilleur et le pire Les liberaux francais devraient jouer le jeux a fon ne plus recevoir d’aide de l’etat et cesser demander comme dans les grandes entreprises que le contribuables passent a la caisse pour les pertes Quant a l’immigration c’est un jeux pervers des politiciens qui veulent tuer cette nation

        • Par quelle mystérieuse circonvolution cérébrale arrivez-vous à confondre les libéraux et les patrons ? On en déduit que vous n’êtes pas en mesure de définir au moins un des 2 termes. Mais lequel est-ce ?

          « laissant le cout social aux contribuables » : tututut. L’Obèse socialoïde invente le coût social et l’attribue aux contribuables de manière tout à fait artificielle. Mais cette scandaleuse spoliation n’est évidemment pas une fatalité, dès lors que l’Etat minimal régalien aura été (r)établi.

          • @ Cavaignac la doctrine liberale est plus repandue chez les patrons que chez les fonctionnaires cela va de soi Le liberalisme est une vieille histoire et ce mot comme le socialisme est tellement employe a tort et a travers qu’il est vrai que sa definition est quelque peu floue et que ce mot par reflexe est circonscrit a l’activite economique ( patron ) mais on peu remonter a l’origine et faire allusion a JP SAY et a l’histoire de la pensee liberale qui a baignee le siecle des lumieres Je voulais un peu vous titillier et vous prendre un exemple la fonction notariale en france qui fut une charge Bruxelle a voulu liberaliser cette profession qui profite de facto d’un statut protecteur et redefinir l »action regalienne de cette profession Il y eut une operation de protectionnisme et les directives de bruxelles ne purent etre appliquees . Quant a l’exemple de ma region c’est un remplacement de population et que comme je l’evoquais il ne s’agit pas uniquement d’un probleme economique mais aussi culturel

            • « plus repandue chez les patrons que chez les fonctionnaires »
              Détrompez-vous !

              « remplacement de population » ; « probleme economique mais aussi culturel »
              Le problème culturel apparaît du fait de l’absence de régulation économique interdite par l’Obèse. La régulation économique oblige les arrivants à se fondre dans la masse du plus grand nombre, ce qui est la manière de procéder juste et humaine, au bénéfice de tous. Cela ne veut pas dire que les nouveaux arrivants n’ont pas d’influence sur la tradition du lieu de migration, mais plutôt que cette dernière s’adapte lentement, progressivement, à leur venue.

              Ce sont des idéologues bien franchouillards, et non les immigrés, qui ont voulu détruire brutalement la tradition française qu’ils vomissaient. La thèse du remplacement de population est très exagérée, d’abord parce que la plupart des migrants n’ont qu’une idée en tête, se fondre dans la masse, paraître plus français que les Français. Pour qu’ils s’assimilent en douceur, encore aurait-il fallu leur proposer une culture et des traditions dignes d’être respectées. Au lieu de quoi, le misérable modèle qu’on leur a proposé se réduisait à l’idéologie socialiste périmée prônée par l’Obèse, salmigondis repoussant de déclarations d’intentions malhonnêtes aussi néfastes pour les Français que pour les immigrés. Il y a eu et il y a encore une volonté acharnée d’instrumentaliser l’immigration pour transformer le pays au forceps. Les migrants comme les Français sont les otages du terrorisme idéologique de la pensée inique qui sévit depuis plusieurs décennies. Dès lors, il ne faut pas s’étonner des problèmes presque insolubles nés de cette folie. Au lieu de parler d’une immigration de remplacement, il convient plutôt de qualifier l’immigration d’instrument de destruction aux mains des idéologues français. Les immigrés en sont les victimes autant que les Français.

              On ne peut pas espérer faire du social(isme) impunément, car ce faisant, on interdit la régulation par les processus économiques, la seule régulation qui fonctionne. Tôt ou tard, il faut payer le prix du socialisme, tant en matière économique que sociale. L’immigration ne fait pas exception. Mais désormais, les contradictions intenables des discours ridicules des socialistes, Culbuto en tête, sont édifiantes, particulièrement depuis les attentats de janvier, signe que ça ne va plus tarder à craquer. L’immigration n’est pas le problème de la France. Le problème de la France, c’est le collectivisme, le modèle social et son Etat obèse dont il faut se débarrasser sans regret.

  • Nier le problème d’identité, c’est vivre dans un gentil monde bobo élitiste, c’est nier l’évidence : les descendants de l’immigration africaine ne se définissent pas comme français, et ne partagent pas notre culture sur tous les plans, dans une proportion majoritaire.

    Placer nos enfants dans un jeu où ils entreraient en concurrence avec tous ceux du reste du monde, c’est là bien étrange perspective !

    • @Proponome : « Vos enfants » seront en concurrence avec ceux du reste du monde, que vous le vouliez ou non. Fermez les frontières n’élimine pas la concurrence, au contraire cela sera encore plus difficile pour « vos enfants » d’y faire face.

    • « Nier le problème d’identité, c’est vivre dans un gentil monde bobo élitiste, c’est nier l’évidence : les descendants de l’immigration africaine ne se définissent pas comme français, et ne partagent pas notre culture sur tous les plans, dans une proportion majoritaire. »

      @Proponome : Et en plus ils ne mangent pas de saucisson, et ils ne boivent pas de pinard, et ils n’achètent pas les albums de Johnny Hallyday !

    • « les descendants de l’immigration africaine ne se définissent pas comme français »

      Et alors?? Où est le problème. Le jour ou Saint Denis déclare sont indépendance je déboucherai personnellement le champagne.

    • « Nier le problème d’identité, c’est vivre dans un gentil monde bobo élitiste, c’est nier l’évidence : les descendants de l’immigration africaine ne se définissent pas comme français, et ne partagent pas notre culture sur tous les plans, dans une proportion majoritaire. »

      @Proponome : Le problème, c’est que votre raisonnement laisse penser qu’étant donné que les français de souche partagent plus ou moins la même culture française cela signifie forcément qu’ils s’entendent tous à merveille entre eux. Ce qui bien sûr est complètement faux.

      Le fait que deux français de souche sont fiers d’être français, parlent la même langue française, possèdent la même culture française, respectent les mêmes traditions françaises, ne signifie pas nécessairement que ces deux français de souche sont les meilleurs amis du monde.

      Ils peuvent très bien se détester, se haïr, et cette haine peut très bien se manifester dans des actions violentes (atteinte à la liberté et à la propriété) quand les incitations à ne pas être violent (c’est-à-dire à être responsable) sont trop rares.

      Dès lors on comprend que le problème n’est pas tant que les immigrés « détestent » les français et vice versa, le vrai problème c’est que certaines politiques rendent les uns et les autres irresponsables. Quand les gens n’ont pas à assumer toutes les conséquences économiques ou sociales ou judiciaires de leurs actions violentes il n’est pas étonnant qu’ils commettent lesdites actions violentes.

      • Exact, et il y a des fois, ou je préférerais avoir un voisin syrien chrétien plutôt qu’un soit-disant français mal embouché.

  • certains immigrés versent des milliers d’euros aux passeurs ; dans ce cas , perméttons à ceux qui possèdent ces sommes de venir en europe , au moins ils ne rappliquerons pas les poches vides , ça leur preméttra de voir venir , et les passeurs ne bénéfieront pas de cet argent ; puis , il faut séparer le bon grain de l’ivraie , ceux qui viennent pour s’intégrer de ceux qui viennent pour palper de l’argent gratuit , ou dans le but de commètre des méfaits ;de toute façon , on ne peut plus acceuillir toute la misère du monde , nous n’avons plus les moyens ; les vrais respnsables de cette immigration sont les dirigeants des pays africains , pourris , corrompus jusqu’à l’os , laissant crever leur population ; éradiquez ces gens là , remplacez les par des gens propres et intègres , et les immigrés retourneraient dans leur pays d’origine ;

    • Les vrais respnsables de cette immigration sont les dirigeants des pays africains , pourris , corrompus jusqu’à l’os , laissant crever leur population ; éradiquez ces gens là

      Ce serait mieux que la population s’en occupe elle-même. Il faudrait publier dans ces pays qui est corrompu ou pas.

      • Si je peux me permettre d’être impertinent j’aurai envie de dire que celui qui migre pour venir en Europe c’est un peu comme le pauvre qui préfère jouer au Loto plutôt que de bosser, dans ce cas si il préfère aller en Europe où c’est plus « facile » de vivre (même si c’est pas si facile que cela) plutôt que de se retrousser les manches dans son pays pour changer les choses. …. et souvent faire fasse avec de maigres moyens à un appareil d’état armé et agressif, mais n’est-ce pas là l’occasion de devenir un héros ?

        • souvent faire fasse avec de maigres moyens à un appareil d’état armé et agressif,

          Pour certains, c’est bien le problème. Pour les autres, ils pensent refaire l’Amérique. Dire que tous viennent pour les allocations, c’est un peu fort.

          C’est là qu’on voit que le socialisme ne tient pas.

    • S’ils arrivent à trouver ces milliers d’euros que moi j’aurais bien du mal à trouver malgré mon confort de « riche occidental », je propose plutôt qu’ils investissent cet argent pour leur pays: qu’ils fassent comme nos ancêtres ont fait avant nous, qu’ils travaillent et investissent pour leur avenir, dans leur pays.

      L’occident n’a pas atteint le niveau de prospérité et de stabilité actuels sans peines, ni sans guerres, il ne faudrait pas l’oublier, et il faudrait aussi leur apprendre!

      • Il me semble que la plupart du temps il s’agit d’argent emprunté, et qu’aucun placement dans leur pays n’approche la rentabilité de l’investissement dans la possibilité de toucher les aides sociales françaises. Je constate aussi que quand je vais sur Kiva, il y a toujours des entrepreneurs en mal de prêts de microcrédit au Mali, au Burkina Faso, au Togo, au Bénin, etc., qu’il y a des pays où la situation est telle que même le microcrédit ne peut pas fonctionner, et que dans tous ou presque, il n’y a pas de relais pour les entrepreneurs qui dépasseraient la taille du microcrédit.
        J’en viens à penser que là-bas, il est plus facile d’emprunter pour payer un passeur que pour développer une entreprise…

        • Je doute fortement que l’argent soit emprunté. A qui d’abord? Je croyais qu’ils étaient tous dans une misère insurmontable? Et vous -même dites que sur Kiva, « il y a toujours des entrepreneurs en mal de prêts ». S’ils ont autant de mal à trouver un prêt, à plus forte raison ils devraient avoir d’autant plus de mal à emprunter.

          Ca, ça me semble plus cohérent et réaliste:

          http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2015/04/22/reflexions-iconoclastes-asile.html

          • J’avais entendu dire que c’était des emprunts à la famille, mais cette partie est secondaire. L’important est que le placement de l’argent dans un voyage est jugé là-bas plus rentable que son placement dans une entreprise, sinon les entreprises s’y développeraient au détriment de l’émigration. Les taux pour le micro-crédit y sont de 20 à 30%, et les emprunteurs remboursent très bien. D’où l’interrogation sur le pourquoi de l’attirance au moins égale pour l’émigration. Une part de mauvais calcul, une part de différence trop flagrante de change/pouvoir d’achat, sans doute.

  • Puisqu’il est question de cohérence et d’incohérence, qu’est-ce qui justifie l’emploi des pronoms « nous » ou « on » quand il est question d’immigration… Quand la politique migratoire de la France a-t-elle fait l’objet d’une consultation des autochtones ?
    L’espèce humaine ne s’est-elle pas construite partout sur des clans, des tribus, des groupes organisés autour de liens communs, la cohésion d’un groupe ne dépend-il pas d’abord d’un consensus autour de la composition du groupe ?
    Certains décident que tout problème dans un groupe a une solution économique, qu’il suffit de dire clairement aux migrants les règles en vigueur du groupe d’accueil, de supprimer les aides et d’ouvrir toutes les frontières.
    J’invite ces « sachant » à prendre leur bâton de pèlerin et à porter leur bonne parole pour convaincre leur groupe d’adhérer à ce qui est aujourd’hui une utopie.
    A défaut, tout cela reste de l’entre-soi confidentiel.
    Il semble que la Hongrie veuille demander l’avis des hongrois sur la politique migratoire de leur pays, incroyable non…
    ( Faire un parallèle entre l’Amérique quasi vide du 18e siècle et l’Europe de 2015 pour ce qui est de « donner sa chance » à chacun me paraît par ailleurs contestable )

    • Mais « nous » sommes coupables de tout. « Nous » sommes coupables de l’esclavage, des pogroms, de la déportation des juifs, même si tout cela s’est passé bien avant notre naissance. « Nous » sommes coupables des famines, des guerres, de l’exploitation des enfants, de la déforestation, même si tout cela se passe sur des continents où nous n’avons jamais mis les pieds. Nous, les méchants blancs capitalistes, notre pouvoir de nuisance est tel, que, même sans sortir de notre patelin, en vivant notre petite vie tranquille, nous faisons des victimes par milliers.

      • Et pourtant « NOUS » sommes tenus de résoudre tous les problèmes économiques, politiques et autres de l’Afrique, du moyen et proche Orient (nous les incapables malfaisants) et ils sont des millions à vouloir risquer leur vie à venir ici (chez nous les salauds)
        Alors quoi ?
        À la fin c’est faire preuve d’une incroyable arrogance que de se croire responsable de tout et c’est faire preuve d’un incroyable mépris que de croire les autres irresponsables.

    • « L’espèce humaine ne s’est-elle pas construite partout sur des clans, des tribus, des groupes organisés autour de liens communs, la cohésion d’un groupe ne dépend-il pas d’abord d’un consensus autour de la composition du groupe ? »
      Bien d’accord, c’est en fait de l’anthropologie de base. Que les lois de la République récusent. (lois anti »discriminations », mariage unisexe)

      En se limitant à l’Europe chrétienne, dans certains états centralisés ces solidarités de base ont été étendues à toute la nation puis à l’humanité entière. C’est le cas de la République française et de l’Union européenne, régimes qui ne tolèrent aucune préférence communautaire locale. Leur droit les décrit comme « discriminations ».

      Quelques états restés décentralisés où les citoyens ont conservé leur autonomie locale, sont moins sujets à ces dépossessions. Ils ont conservé leur droit, leur justice, leur police et leur budget local, bref leur souveraineté. (Confédération Helvétique) Or seule une communauté solidaire et souveraine localement peut négocier à égalité, avec une communauté de migrants solidaires comme les musulmans en Europe.

      En France tout avait déjà été centralisé au XVIIe siècle. La Révolution n’a fait qu’aggraver cette tendance. L’universalité du droit sert la puissance dominante du moment. Jadis la France, aujourd’hui les Etat unis au plan militaire, l’Islam et l’Afrique au plan démographique. Quant à la puissance économique, elle n’a jamais menacé personne, inspirons-nous de l’Asie orientale d’aujourd’hui.

      Défendre ses intérêts aujourd’hui c’est exiger la liberté économique pour tous, et la liberté communautaire locale. C’est aller contre la République, son universalisme juridiqueet son totalitarisme économique dont les autochtones font les frais.

  • tout à fait, l’ouverture des frontières( et la mondialisation) est incompatible avec la sécu à la française, et ce dans les 3 domaines qui sont les retraites, la maladie, les alloc.

    Même pour les ressortissants français cela pose problème.
    Ainsi, il n’est plus exceptionnelle, par exemple, de voir des carrières multiples avec des années à l’étranger, puis un retour, etc…comment les jeunes qui font cela avec l’insouciance(heureusement!) de leur age,pourront justifier des annuités nécessaires ?
    Comme arrêter la mondialisation se serait un peu stopper le progrès, il ne reste plus que le choix de sortir de cette sécu qui a fait son temps(très efficace il est vrai quand il y avait 10 cotisants pour un bénéficiaire)

    Ensuite très bon article mais dont le sous titre tombe dans la caricature bien-pensante et ne reflète pas forcément son contenu

  • « Suisse liberale » et très anti immigrés !

  • Parler d’hypocrisie des pays de destination sans évoquer les manquements du pays et de la société de départ sent le politiquement correct ! La carte vient du Monde diplo…docus ! Il semblerait que les arguments aussi. Par exemple le nombre de les migrants doit être comparées au nombre de naissances, et pas au total la population !

    Ce billet passe sous silence la solution australienne, pas d’invasion ! Comment appelle-t-on des migrations de masse ? Des invasions ! Nous avons eu les grandes invasions germaniques à la fin de l’empire romain.

    Le réservoir démographique africain (et asiatique) a de quoi peupler plusieurs fois l’Europe. Les causes de violence, de corruption, de misère ne vont pas s’éteindre dans ces pays, au contraire. Le sort réservé aux chrétiens d’orient (ou d’Afrique) est là pour nous le rappeler. Ouvrir la porte aux vagues de l’immigration pauvre c’est demain risquer ici, le sort des coptes d’Egypte, des arméniens ou des juifs. Croyez vous que l’Etat républicain vous protégera demain ? Il ne le fait déjà pas aujourd’hui !

    La clé du rapport inter-communautés, c’est précisément la cohésion communautaire. Les musulmans sont solidaires entre eux, au moins vis à vis des autres. Bien d’autre cultures font vivre cette solidarité de préférence communautaire. Les peuples européens et français ont perdu leur cohésion identitaire, sous le joug des élites de l’Union européenne, ou de la République française. Elites universalistes, déchristianisées donnant des primes juridiques, fiscales, sociales et économiques aux migrants (avec ou sans visas).

    C’est au peuple de décider (au plan national ou régional) s’il veut ou non partager sa terre ancestrale avec les nouveaux arrivants. La République n’a jamais permis au peuple de choisir, ou de répudier le regroupement familial, la régularisation ou même droit d’asile (n’y a-t-il pas de nombreux pays en Asie ou en Afrique, voire en Amérique latine pour recevoir les réfugiés de ces continent s?

    A ceux qui refusent d’être submergé par les vagues migratoire, il est temps de de se grouper, et de récuser et la République, et l’Union européenne qui vous trahit de faire sécession au besoin : décoloniser les provinces française du pouvoir républicain de Paris. L’outre-mer français a déjà obtenu de la République des clauses de préférence communautaire locale, nul doute que la France périphérique (Corse, Pays basque, Alsace) est en mesure d’obtenir la même chose, au besoin en poussant l’indépendantisme. Rien n’empêche les autres provinces de faire de même. Pour ceux qui veulent aller plus loin voir le site autochtonisme.com

  • Pourquoi l’immigration ne peut pas diminuer la pauvreté dans le monde (VOSTFR): https://www.youtube.com/watch?v=KDJbShXX_sQ

  • « Quelques vérités que certains à l’extrême droite ne veulent pas entendre sur l’immigration. »

    Il y a un problème avec le sous titre :
    – Soit il est de l’auteur, et il est ironique quand son article fustige d’abord les leaders politiques (et médiatiques) au pouvoir depuis des décennies.
    – Soit Contrepoints a lu l’article en travers et s’est arrêté au dessin.

    En tout cas, je n’ai pas retrouvé ce résumé sur le site « Le parisien Libéral »…

  • des immigrés musulmans ont jetés à la mer d’autres immigrés car ils étaient chrétiens. et on devrait se laisser envahir par ces gens ??? l’état islamique l’a clairement dit: elle fait tout pour envoyer les immigrés en europe pour la déstabiliser. il est temps de recopier la solution australienne. les immigrés ne vont que dans certains pays d’europe (l’europe occidentale). en plus, si on laisse un million d’immigrés venir (ou même un demi million) pendant plusieurs décennies, à la fin il y aura forcémment un problème. on voit l’échec de l’intégration des immigrés aujourd’hui et on devrait encore laisser d’autres immigrés venir??? occupons nous des immigrés qui vivent déja en France.

    • A ce niveau-là il y a du boulot ! Les immigrés déjà en France ont non seulement un taux de chômage bien supérieur à la moyenne mais en plus leurs descendants n’arrivent pas à saisir les opportunités offertes par l’éducation pour avoir une chance d’améliorer leur niveau de vie…Il est intéressant de savoir que le taux de réussite au BAC serait d’environ 90% en France mais de seulement 33% chez les descendants d’immigrés turcs et arabes, c’est le plus effrayant à ce niveau-là, et à long terme ça va poser un gros souci.

      • A long terme seulement ? Je pense pour ma part que les problèmes pointent déjà le bout de leur nez, et que ce n’est qu’un début. On est partis pour en chier des ronds de chapeaux.

        • Ce que je dis c’est qu’il ne s’agit que du début, ce qu’on voit n’est sans doute qu’un commencement.
          Les masses d’arabes et de jeunes noirs sans emploi, de plus en plus nombreux et coincés dans des ghettos vont ils rester éternellement sans rien faire ? C’est improbable, de nouvelles émeutes comme en 2005 sont possibles, et en pire.

          • Oui, clairement. Le tout mâtiné de ressentiment post-colonial et de clivage religieux, le Liban en Technicolor, quoi !

            Ça va être un bonheur.

          • @Sweepingwave
            A juste titre vous soulignez le taux de réussite scolaire des descendants des migrants. Les statistiques montrent des courbes très différentes si elles sont corrélées à la culture d’origine.

            Je suis toutefois certain qu’au niveau familial et individuel, cette origine culturelle ne présage rien dans un sens ou un autre. La qualité du fonctionnement de la famille est l’essentiel sur lequel se joue l’avenir de l’enfant. Les réussites d’élèves de toutes origines le prouvent, et si les résultat ne sont pas bons à l’école, un pédo-psychiatre aidera mieux qu’un sociologue !

            Un parent, une famille peuvent être défaillants dans leur rôle parental. L’enfant ayant par la nature des liens affectifs plus étroits avec sa mère, le statut de celle-ci dans sa famille et sa communauté, sa liberté éducative produit ses effets. Assujettie dans certaines cultures, elle n’est pas libre (ou manque des moyens) de donner la meilleure éducation à son enfant, surtout si c’est une fille. Ce n’est pas près de changer dans les pays d’Islam.

            Nous sommes donc inégaux par le talent et les dévouement que nos parents ont consacré à notre éducation. L’école n’y peut rien changer et « l’égalité des chances » non plus, sauf vers le bas pour tout le monde.

            Vous avez évoqué les émeutes de 2005. Les politiciens français en sont responsables. Ils ont nié le rôle déterminant de la famille, et ont promis la Lune à tous ! Ont déjà désigné les coupables des difficultés économiques : les propriétaires bailleurs et les employeurs ! L’Education nationale apprend l’irrespect et l’impunité aux élèves dépassés.

            Il y a donc un vrai ressentiment dans la banlieue française, largement créé par l’Education nationale, et entretenu par des politiciens clientélistes. C’est pourquoi le français de souche fuit la banlieue melting pot.

            Le djihad guerrier (sourates médinoises) rend ce mélange dangereux. La police d’Etat protégera l’Etat. Le français de souche ferait bien de préparer les moyens de se défendre collectivement, si jamais la police tardait à intervenir…

            • Bonjour populo
              C’est bien, la politique de l’excuse.
              Des gens brûlent des voitures, ce ne sont pas eux les responsables, ce sont les autres.
              Pas très libéral.

      • « Les immigrés déjà en France ont non seulement un taux de chômage bien supérieur à la moyenne mais en plus leurs descendants n’arrivent pas à saisir les opportunités offertes par l’éducation pour avoir une chance d’améliorer leur niveau de vie… »

        @SweepingWave : Vous vous prétendez libéral et vous oser défendre « les opportunités » offertes par l’éducation NATIONALE ?

        Ces « opportunités » existent mais sont inadaptées, en outre il ne faut pas oublier que rien n’est « offert », l’école n’est pas gratuite, elle est payée par les contribuables. Or bien souvent, comme les pauvres font généralement de moins longues études que les riches, l’argent versé par les contribuables pauvres pour l’éducation nationale ne bénéficie pas à leurs enfants à eux, cet argent finance les longues études des enfants des riches. Additionnez à ceci le fait que beaucoup de pauvres sont des « immigrés déjà en France » comme vous dites, et il en résulte que beaucoup des « immigrés déjà en France » sont forcés par l’Etat à financer l’éducation de français de souche parfois beaucoup plus riches qu’eux. Mais cette injustice ne vous pose apparemment aucun problème. Pour vous c’est en quelque sorte la nature paresseuse des immigrés ou descendants d’immigrés qui explique leur taux d’échec scolaire et leur chômage.

        • Où avez-vous entendu parler d’éducation nationale ? Relisez mon commentaire, je parle juste d’éducation.
          C’est quoi cette manie de faire dire aux gens ce qu’ils n’ont pas dit ?

  • pour une fois, je suis d’accord avec Zémmour: https://www.youtube.com/watch?v=zdEQbLzemhY (le seul point où je ne suis pas d’accord c’est quand il ne parle pas de l’état providence qui est une partie du problème et qui est en partie responsable de la mort des immigrés)

  • Nafy-Nathalie Diop
    25 avril 2015 at 10 h 01 min

    ++++ pour cet article !

  • L’évidence est que le socialisme est forcément nationaliste. Les socialistes sont partageurs … à condition que le partage ne dépasse pas les frontières. L’égalitarisme socialiste s’entend toujours par une redistribution des riches (mondiaux) vers les français et non des français vers les pauvres (mondiaux).

    PS et FN : même combat. La générosité n’est pas le moteur mais un prétexte à un confit d’intérêt : s’organiser en clan pour mettre la main les richesses et les redistribuer entre les membres du clan – le FN a juste l’honnêteté de présenter les choses plus clairement. (Idem pour la qualité de vie, l’écologie, le « partage » du travail …) Quand un « économiste » néo-collectiviste fait une « étude » sur la richesse, il exclut naturellement les pays pauvres – il ne faudrait surtout pas montrer que les « classes » inférieures sont en fait des riches.

    Mais on est toujours tôt ou tard rattrapé par la réalité : on ne peut plus faire de socialisme sans s’enfermer dans une logique nationaliste et on ne peut plus faire une politique nationaliste sans s’isoler économiquement et donc perdre en compétitivité et régresser. Le socialisme et toutes les belles idées sur le « niveau de qualité de vie » passent par le développement des pays pauvres pour réduire les inégalités ou du moins empêcher leur accroissement. Et on sait bien que ce n’est pas par la redistribution vers les pays pauvres que l’on pourra résoudre ce problème (la générosité a ses limites et on ne contrôle pas l’équité dans les pays pauvres).

  • Les Suisses ont peut-être beaucoup d’émigrés mais ce sont des émigrés européens, la plupart frontaliers , qualifiés voire très qualifiés. Qui ne viennent pas pour bénéficier des aides sociales. Ils ne risquent pas d’ouvrir la porte à un flot de migrants africains ou maghrébins sans qualification.
    Il faut comparer ce qui est comparable . Une immigration dure et sélective comme elle se pratique en Suisse, Canada, USA, Australie et qui correspond aux besoins d’un pays, et donc a vocation de participer à sa croissance. Et celle massive et subie d’un pays comme la France qui leur offre tout (soins médicaux, logements, minimas sociaux , allocations familiales, bourses d’étude) sans contrepartie et sans aucune certitude de trouver un emploi, ou qu’ils viennent vraiment pour travailler. Et donc qui est loin de participer à sa croissance, bien au contraire.
    De plus les statistiques le prouvent, cette immigration massive non sélective est source d’un accroissement des dépenses sociales (AME puis CMU, allocations familiales plus élevées, RSA, logements en HLM etc…), de délinquance et donc d’insécurité, et de communautarisme (racisme importé, non-intégration, manque de citoyenneté ).

    Il serait temps d’ouvrir les yeux sur la réalité française : notre émigration actuelle (grosses et moyennes fortunes, jeunes diplômés, cerveaux, entrepreneurs, familles juives etc ….) versus notre immigration actuelle … Il est où le bénéfice pour le pays, à part celui d’augmenter sa natalité ???!!!

    • Ce n’est plus au niveau de la France ou de quelque pays que ce soit, pris isolément que le problème se pose, mais au niveau mondial.
      Si tous ses maux perdurent et s’amplifient partout dans la monde, si le chômage et la pauvreté augmentent, si les inégalités sociales se creusent, si les revendications et les violences se multiplient, si le climat et l’environnement se dégradent chaque jour davantage, si les pires famines que nous ayons jamais connues s’annoncent, la raison première en est l’augmentation considérable de la population mondiale.
      À l’aube de notre ère, la Terre était peuplée d’environ 250 millions d’êtres humains. Elle en comptait 7 milliards 20 siècles plus tard, dont 1 milliard et demi de pauvres profonds. L’homme a ainsi créé 5 fois plus de miséreux qu’il y avait d’êtres humains de toutes conditions sur terre au début de son entreprise civilisatrice.
      Or chaque jour 200 à 250 000 êtres humains supplémentaires déferlent sur la planète pour aggraver son pillage et ses conséquences, et leur nombre dépassera bientôt les 10 milliards.
      Il devient donc plus qu’urgent que les experts en tous genres, que les responsables politiques, religieux et scientifiques de tous niveaux, que toutes les bonnes volontés, dépassent leurs visions parcellaires de l’écologie que sont le climat, l’énergie, les pollutions en tous genres, les ressources alimentaires, etc. par lesquelles ils ne font que masquer un peu plus l’essentiel qu’est le fait démographique, pour encourager la réduction de notre nombre ; le reste suivra.
      C’est la seule planche de salut de notre civilisation et peut-être même de l’espèce. Et elle est réelle, quelques générations pouvant suffire à revenir – par une simple dénatalité respectueuse de la dignité humaine – à une population tolérable par la planète et l’espèce elle-même, laquelle devient chaque jour moins gouvernable. Certes, d’autres problèmes surgiront, tels que notre vieillissement et la décroissance, mais ils seront passagers et eux aussi maîtrisables.
      Pour approfondir cette réaction : http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com

      • Et bien oui, vous avez vu juste : la situation actuelle est divergente : augmentation exponentielle de la population et de la consommation de ressources. Pour le climat et la pollution ça reste à démontrer mais admettons.

        Maintenant, la population et la consommation de ressources ne peut évidemment augmenter à l’infini et il va se produire une régulation : dénatalité par augmentation du niveau de vie, guerre, famine ou régulation autoritaire. Il est évident que vous prônez la dernière solution et avec forte réduction volontaire obligatoire. Mais on fait comment ? Bombe atomique, négociation Onusiennes stériles, on montre l’exemple en instaurant l’enfant unique en France, façon lutte contre le CO2.

        Sachant que de toutes façons le système va forcément s’auto-réguler, je suppose que vous connaissez la bonne méthode, que vous connaissez la façon dont le système va s’auto-réguler sans intervention et êtes en mesure de prouver que votre méthode est réaliste et meilleure (et ne produit pas de catastrophe mondiale). Ou alors que c’est aux autres de trouver une solution pour prouver que Vous avez raison ?

      • Puisque vous réduire la population de cette planète, pourquoi ne pas commencer par vous même pour l exemple ?

        Ensuite vous venez nous parler de dignité. Vous êtes à vomir.

  • Hypocrisie de toutes parts, car pendant 220 à 250 000 êtres humains supplémentaires déferlent quotidiennement sur la planète. Or, qui osera seulement évoquer cet aspect du problème, en attendant de nous comporter globalement autrement que comme des lapins ?
    Tant que la prise de conscience de cet état de fait n’aura pas eue lieu, les choses ne pourront que empirer, pour la honte de l’humanité entière, quelles que soient les postures des uns comme des autres.

    Pour approfondir cette réaction :
    http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com

    • Claudec: « les choses ne pourront que empirer, pour la honte de l’humanité entière »

      C’est faux, la grande famine et la pauvreté diminuent régulièrement depuis des décennies et pas qu’un peu.

      Par contre on a une grosse augmentation de dépressifs collé au JT dans les civilisations occidentales.

  • @ l’auteur
    « sur le cas spécifique des migrants de Méditerranée, dont la traversée signifie le plus souvent la mort ».
    Inutile d’en rajouter. Heureusement pour eux, ceux qui y laissent leur peau sont une petite minorité.

  • Ouvrir les frontières quelles absurdités.

    On a déjà des légions de chômeurs, des pénuries de logements.

    En France, on est mal lotie, on n’a pas de ressources naturelles, alors qu’en Afrique ils en ont pleins.

    En 30 ans la Chine inexistante est devenue la 1ere ou 2eme puissance mondiale, pourquoi ? parceque ils ont des bons dirigeants (faux communistes).

    Après je sais pas, mais en 1965, il y avait que 5 mosquées en France, aujourd’hui, il y en a plus de 2500, la France s’est séparé de l’église et des cures, ce n’est pas pour être remplacer par autre chose.

    C’est eux les invites, et c’est a nous de changer ? n’importe quoi.

  • Ainsi si l’on ne bénit pas l’immigration non contrôlée musulmane en période de chômage de masse et structurel on est « d’extrême droite ».
    Nous avons le choix : le pays des bisounours ou le fascisme…

    • Disons qu’entre les portes ouvertes et la fermeture on a en France une vision très extrême du problème. Personne ne propose par exemple une réforme de l’immigration basée sur les compétences et les diplômés et qui mettrait fin à l’immigration non qualifiée qui est au fond celle posant problème.

      • Faux, l’immigration non qualifiée ne pose aucun problème.
        Seul pose problème l’immigration non invitée.
        Et il faut préciser : non invitée par des propriétaires privés.

        • Faux. L’immigration pose problème dans certains pays comme la France où le chômage est élevé car ce sont ces emplois là qui sont les plus difficiles à trouver, surtout pour les Français. Cela génère du ressentiment, du racisme et les immigrés se retrouvent entassés dans des ghettos avec leurs bas salaires. Les pays qui sont plus exigeants sur la qualification de leurs immigrés s’en sortent mieux, c’est prouvé !

          • Selon moi, tout votre blabla sur la primauté à accorder à une immigration qualifiée, consiste à accepter l’arrivée en France de gens surdiplômés du tiers-monde, puis de leur interdire d’être « communautaristes » (c’est-à-dire de manger autre chose que du porc, de boire autre chose que du pinard, d’écouter autre chose que du Johnny Hallyday), puis de les racketter par de forts impôts pour financer par exemple les retraites des français de souche. La discrimination étatique arbitraire envers les immigrés non qualifié que vous souhaitez n’en rien d’autre que de l’esclavage moderne. Tout immigré, qualifié ou non, à le droit de venir en France à partir du moment qu’un propriétaire privé l’invite. S’opposer à ce principe revient à s’opposer à la propriété privée.

            •  » d’écouter autre chose que du johnny halliday …  »

              si on les obligeait à écouter lara fabian , la plupart foutrait le camp sans demander leur reste …

              • Je viens de signaler votre message à la CEDH, pour incitation ouverte à la torture.

                Il y a des limites à ne pas dépasser.

            • commando

              Pour qu’elles raisons un propriétaire prive inviterais un immigre sans qualifications ? : pour le payer moins chers ! Après vous parlez de rackets pour payer les retraites des fds.

              Vous n’êtes pas cohérents.

              • @peter
                Justement, quand un immigré sans qualification estimera que le salaire proposé par un employeur qui l’invite en France n’est pas assez élevé, l’immigré refusera de venir en France. S’il accepte l’invitation de l’employeur c’est qu’il accepte d’être « sous-payé » donc il est faux d’affirmer qu’il se fait racketter par l’employeur.

                • Faux,

                  Si vous donnez 100 euros de salaire par mois a un Chinois immigre, il va être heureux, c’est le même salaire qu’il gagne en chine, sauf qu’il va travailler 2 fois moins qu’en chine et en plus la secu et tout le bordel.

                  Un exemple concret ou j’ai habite a Hong kong, des chinoises venaient avec un visa touristique de 7 jours, (les chinois n’ont pas le droit de rester plus de 7 jours a HK), et elles faisaient de la prostitution, non seulement elles cassaient le tarif de leurs collègues hongkongaise, mais en plus cela créait des nuisances a la tombée de la nuit dans le quartier, elle gagnait en 7 jours l’équivalent d’un an de salaire en Chine.

                  Une immigration massive des pays pauvres, fait baisser le niveau de vie des pays riches.

                  • @peter: Vous soulevez deux problèmes :

                    – Les aides sociales.
                    (Vous dîtes : « la secu et tout le bordel. »)

                    – La propriété publique. (Vous expliquez qu’à Hong Kong des immigrés chinoises qui se prostituent dans la RUE PUBLIQUE créent « des nuisances à la tombée de la nuit dans le quartier ». )

                    J’ai déjà répondu à ces problèmes dans un de mes messages un peu plus bas sur cette page. J’y affirme la chose suivante :

                    « face d’une part aux aides sociales, et d’autre part à la propriété publique, la solution libérale est de supprimer ces aides sociales et de privatiser la propriété publique (en l’occurrence: de remplacer les rues publiques par des rues PRIVÉES), la solution libérale n’est pas de fermer les frontières.  »

                    Vous terminez votre message en affirmant : « Une immigration massive des pays pauvres, fait baisser le niveau de vie des pays riches. »

                    Reprenons votre exemple des immigrés chinoises qui se prostituent à Hong Kong : elles proposent des services moins chères que leurs collègues hongkongaises. Certes, cela demande aux hongkongaises de s’adapter pour faire face à cette concurrence. Mais au final cette concurrence profite aux clients hongkongais. Tout comme la concurrence de travailleurs immigrés avec des travailleurs nationaux profiteraient aux consommateurs français.

          • Le problème n est pas l immigration mais l’État providence.

  • Mon dieu, ce qu’il faut pas lire comme conneries dans les commentaires. Les libéraux-conservateurs sont désespérants.

    Au risque de me répéter: d’un point de vue véritablement libéral on ne peut pas légitimer la fermeture des frontières.

    Certes, les aides sociales provoquent l’arrivée d’immigrés attirés par ces aides sociales plutôt que par l’envie de travailler.

    Certes, la propriété publique provoque l’arrivée d’immigrés que les français n’ont pas invité et ne peuvent pas discriminer (les français sont donc forcés à côtoyer ces immigrés.)

    Cependant, face aux aides sociales et à la propriété publique, la solution libérale est de supprimer ces aides sociales et de privatiser la propriété publique, la solution libérale n’est pas de fermer les frontières.

    • @commando
      Vous êtes semble-t-il à la recherche d’une solution humaniste libérale concernant les migrations internationales. Vous préconisez de démanteler l’Etat-providence et je suis d’accord !
      Pour ma part j’irai même plus loin : défaisons l’Etat-nation ! Rendons l’autonomie complète aux provinces françaises, comme c’était le cas sous l’Ancien Régime, avant l’Absolutisme. Copions les cantons suisses de la Confédération Helvétique. Eux ont su faire vivre la subsidiarité et garder leur souveraineté locale.

      L’intérêt pour les français serait d’évacuer la plupart des causes de dissension, dûes à la centralisation jacobine. Faire jouer la concurrence entre les etats et même les collectivités , y compris sur le régalien et sur la politique migratoire. Relire « Pour une autre Europe » sur CP « Si l’Europe m’était contée de Léonardo Liggio. (ou la subsidiarité cause de l’essor médiéval européen)

      Bref sur les questions migratoires donc identitaires, un choix centralisé est un choix imposé, alors que des choix décentralisés préservent la liberté de chacun, et rapproche le prescripteur (le législateur) du payeur (le contribuable).

  • Il semblerait que la paix et la démocratie imposées à coup de canon …. ce ne soit pas la solution.
    Ce n’est pas demain la veille du jour où nos génies transcendants de la politique de haut vol, de « droite » comme de « gauche », auront les prémices d’un commencement de début de compréhension des conséquences de leurs actes .

    • ils s’en foutent , ils sont responsable de rien …

      curieusement, dans le débat sur la vague d’immigration qui déferle par dessus le lime , pas un journaliste ne pointe la responsabilité écrasante de sarkosy ! or , il se pourrait fort bien que cette ancien président secoueur d’épaule ( faudrait peut-etre songer à augmenter la dose ? ) soit aussi le suivant ! les démocratie occidentales semblent vraiment au bout du rouleau …

  • @ Cpts

    Le il (singulier) s’adressait au modèle.

    @ commando

    +1

  • Quelle pauvreté d’argumentation emplit l’article de base et certains commentaires de gens « émus par la détresse » de ces nouveaux immigrants, des hommes massivement venus d’islam de la tolérance (sic) !

    Ceux d’entre les lecteurs CP suffisamment érudits connaissent l’inclination du Monde diplomatique ; eux s’étonneront de l’usage fait de sa « carte » dont l’emprunt se fonde sur des sources biaisées. P.ex.: une masse d’immigrés vers les pays du M-O sont de fait des travailleurs-esclaves servant à exécuter là les basses besognes du monde arabe dont leurs indigènes ne veulent pas ! Situation entretenue de castes : lisez les analyses conduites par des sources plus vertueuses ? Faites-en vous-même le recensement !

    Remarquons que de tous temps (les ancêtres européens chassés exilés sous le coup d’exaction religieuses d’un triste passé dit catholique ; les boot-people vietnamiens des ’60-70s ; celui de la diaspora juive ; ceux nombreux de diaspora libanaise … arménienne ; d’autres cas historiques) le furent tous par instinct essentiel de protection de leur famille ?
    Observons que l’échantillon des « migrants » vers l’Eldorado UE » se réduit à des hommes jeunes ? Là, pas de traces de familles ou à peine de femmes : celles-là restent condamnées à moisir dans leurs souffrances natales. Tandis que les fuyards rémunèrant des passeurs mafieux vident à la fois leurs pays d’origine d’une force potentielle de contre-réaction aux assaillants politiques et ils appauvrissent ainsi les deux endroits : celui d’échappée et celui de destination !

    Cet article est donc biaisé par le dogme : celui induit d’une confusion entre la notion de libertés et leur protection plus un état d’esprit-slogan faussé de « la richesse par la diversité » (un emprunt aux dogmes propagés par le Conseil de l’Europe à Strasbourg …). Vrai/Faux ? Suffit de percevoir le repli identitaire qui caractérise ces masses une fois débarqués là où l’illusion occidentale et la leur propre nous conduit.

  • Le postulat répété ici encore selon lequel les immigrants sont une menace pour le système social français est faux. Toutes les statistiques montrent que ceux ci contribuent largement à l’entretenir. Sans immigration, les caisses de sécurité sociale souffriraient d’un déficit de 12 milliards d’euros annuels environ. Si certains libéraux souhaitent détruire la sécu, qu’ils s’emploient à fermer les frontières à l’immigration. Mais il leur faudra alors assumer ce paradoxe idéologique.

    • Bonjour guy
      Vous savez les études sur l’immigration, j’ai lu tout et son contraire.
      Restons modeste 😉

    • guy : « Toutes les statistiques montrent que ceux ci contribuent largement à l’entretenir. Sans immigration, les caisses de sécurité sociale souffriraient d’un déficit de 12 milliards d’euros annuels environ. »

      Si les populations statistiquement les plus pauvres ont une énorme contribution positive, d’où vient le déficit ?

      Sources de « toutes les statistiques » ?

    • guy néglige que les migrants sont une charge pour leur pays d’accueil , en attendant d’y trouver un travail, concurremment avec les chômeurs qui s’y trouvent déja. Leur santé est une autre affaire, dont il est pour le moins surprenant de prétendre qu’ils contribuent à « entretenir » (?) le budget. Comment ? Et avec quoi ?
      Comme quoi les paradoxes d’une idéologie valent bien ceux d’une autre.

    • J’ai entendu cela… Vous pouvez développer? Les immigrés étant plus souvent chômeurs que la moyenne de la population, moins qualifiés, ayant plus d’enfants, étant plus souvent en prison (souvent injustement), étant très subventionnés (ce ne sont pas les seuls…), recevant fréquemment une pension de retraite après leur décès… je ne vois pas trop comment ils peuvent être des contributeurs nets pour les caisses publiques.

      • Certes, les immigrés sont plus souvent au chômage, mais leur apport bénéfique aux caisses de la sécu est lié au fait qu’ils sont aussi plus jeunes, et donc moins malades, et moins à la retraite.

        Je vous laisse trouver les chiffres exacts par vous même. Mais les comptes de la sécu sont assez transparents.

        • guy: « est lié au fait qu’ils sont aussi plus jeunes, et donc moins malades, et moins à la retraite. »

          Une bombe à retardement en somme ? Mais vous n’y êtes pas.

          J’ai trouvé ça:
          « Une étude menée par l’université de Lille, et financée par le ministère des Affaires sociales, montre en effet qu’après 60 ans les migrants « utilisent moins le système de santé » que la moyenne, qu’ils touchent de plus petites pensions de retraite, et que les transferts qu’ils reçoivent sont significativement inférieurs. »

          Ça fait très court pour vos « toutes les statistiques », cette étude ressemble plutôt à un monument dédié au cherry picking appuyé par un article « Co-signé par six personnalités dont Martin Hirsch, ancien Haut-commissaire aux Solidarités actives, Etienne Caniard, président de la Mutualité Française, François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, et Philippe Aghion, professeur d’économie à Harvard »

          Je m’en fout un peu notez, c’est le système qui est foireux de toute manière immigrés ou pas. C’est juste mon bullshitmeter qui s’est bloqué sur rouge vif à la lecture de vos affirmations.

        • Rebonjour Guy
          Vous insistez..
          ‘Je vous laisse trouver les chiffres exacts par vous même.’
          C’est bien comme argument.
          Tenez un peu de lecture 🙂
          wiki.Immigration_en_France

          • Puisque vous y êtes, voici l’extrait wikipedia confirmant mon propos:

            « En 2005, selon une étude dirigée par Hillel Rapoport de l’université Lille I avec le soutien du ministère du Travail, les immigrés extraeuropéens sont environ 1,6 fois plus nombreux que les natifs à recevoir des allocations chômage, 3,8 fois plus représentés parmi les bénéficiaires du RMI et 2,5 fois plus dépendants des aides au logement79. Cependant, leur surreprésentation dans les classes d’âge actives et leur plus faible espérance de vie font qu’ils pèsent moins sur les caisses des branches maladies et vieillesse. De même, malgré leur taux d’inactivité plus important que celui des natifs, leur contribution globale aux recettes de l’État reste importante. Ainsi, pour l’année 2005, leur contribution nette au budget des administrations publiques serait positive, de l’ordre de 12 milliards d’euros. Il ne s’agit cependant que d’un instantané, ne prenant pas en compte le vieillissement futur des immigrés et les coûts associés (retraites, santé). En projetant sur le long terme, avec « un apport perpétuel d’individus d’âge actif » et en tenant compte de « la contribution nette des descendants de ces immigrés », les auteurs estiment que « l’impact global de l’immigration sur les finances publiques est légèrement positif »80. »

            Cette étude ne semble pas avoir été contredite, et pour cause, elle se base sur les chiffres officiels de la sécurité sociale. Si je me souviens bien, les immigrés coutent chaque année à la sécu 48 milliards (en prestations) et lui rapportent 60 milliards (en cotisations) => benef de 12 milliards.

            Le Sécurité sociale n’est donc pas mise en danger par l’immigration, bien au contraire.

            Que, par ailleurs, vous conchiez ce système de redistribution des richesses est un autre sujet.

            • Vous sélectionnez les extraits qui vous arrangent.
              Lisez le paragraphe suivant lol.
              Pour en finir la question est controversée. 😉

              • Je sélectionne le paragraphe dont on parle.

                Il sera très compliqué voire impossible de mesurer la totalité des couts et apports de l’immigration, tant les secteurs et facteurs impliqués sont divers et imbriqués. Tous ceux qui s’y sont essayés s’y sont cassés les dents et je n’ai jamais lu d’étude sérieuse sur le sujet (je pense qu’il n’y en aura jamais)

                En revanche, l’impact sur le budget de la sécurité sociale est facilement quantifiable (recettes/dépenses).

                J’espère donc que certains ici se coucheront moins bêtes grâce à moik et auront une nouvelle occasion de se taire lors des diners de famille ou des débats de bistrots.

                • Vous sélectionnez le paragraphe dont VOUS parlez.
                  Je dis simplement que la question est ouverte.
                  Votre intervention est utilitariste, ‘l’immigration c’est bien’.
                  Non, la liberté d’aller et venir est une liberté fondamentale, et aucune loi devrait la restreindre.
                  La liberté de consommer des ‘drogues’ est un principe libéral, même si la consommation de celles-ci peut -être négative.
                  De même pour l’immigration. la question n’est pas de savoir si les effets de l’immigration sont positifs pour le budget de la secu.
                  Je sais, vous êtes du coté du bien (J’espère donc que certains ici se coucheront moins bêtes), position très confortable.
                  Je vous envie 😉

            • « leur contribution nette au budget des administrations publiques serait positive » : le conditionnel est particulièrement savoureux, surtout qu’il concerne une pauvre petite année. Ca, c’est de l’étude qui envoie du lourd ! On croirait lire une étude d’un malthusien professionnel du changement climatique.

              Mais quoi qu’il en soit, cette question est oiseuse car le système lui-même ne peut pas être équilibré sans doute possible, par défaut de prix de marché.

    • « Sans immigration, les caisses de sécurité sociale souffriraient d’un déficit de 12 milliards d’euros annuels » : affirmation complètement absurde. La SS souffre d’une absence de prix de marché par manque de concurrence. Point barre. Immigrés ou pas, un système collectiviste ne peut pas être équilibré, jamais, même pas en rêve.

      • Vous êtes bien dogmatique.
        La Sécurité Sociale était en équilibre entre 1999 et 2001, sous Jospin. pour prendre le contre exemple le plus récent.

        • Une exception dans l’océan sans fin des déficits de la SS, liée à une période économique exceptionnelle elle aussi (la bulle dotcom) que Jospin a mis à profit pour… bouffer une cagnotte imaginaire et instaurer les 35h. Quinze ans après, on voit le résultat grandiose de cette politique au sommet du dogmatisme socialiste.

          Mieux, en situation de concurrence, vous serez libre de tenter d’imiter le système de SS avec vos amis, mais seulement avec eux. Une fois compris cela, qu’est-ce qui permet encore de justifier le monopole ? Qui donc est dogmatique, celui qui laisse le choix à chacun ou celui qui impose son choix personnel à tous par la force ?

          • Je comprends très bien que l’achat d’une nouvelle piscine avec vos amis soit pour vous bien plus important que la possibilité our chacun d’accéder aux soins, mais je suis bien content que vous soyez contraint par la force à cotiser à mes modestes allocations familiales ainsi qu’aux soins pour la santé de ma grand-mère. Je vous en remercie. Nous ne sommes pas amis, et nous sommes pourtant solidaires. C’est beau non ?

            • Les vieux, ceux qui n’auront plus la force de louer leurs bras, seront les premières victimes de l’effondrement de ce système.

              Vous tendez à confirmer que les statistiques sont biaisées.

              Si l’on considèrent que les immigrés sont les Portugais qui viennent créer des entreprises & repartent dans leur pays, l’immigration a des avantages…

              @gillib
              Oui, l’argument utilitariste est faible. Les immigrés ne représentent pas que des recettes & des dépenses, mais ce sont des personnes, avec des valeurs nationales, religieuses, qui peuvent se heurter à celles des autochtones. Quant à la liberté d’aller & venir, elle est limitée par l’appropriation des territoires.

            • Pauvre grand-mère, qui comprend en vous lisant qu’elle sera abandonnée à son sort par son petit-fils indigne si jamais la prétendue solidarité disparaît. En attendant, elle se demande par quel miracle 6 millions de chômeurs et autant de pauvres dus à la ruineuse SS ingérable, sans compter les millions d’exilés fiscaux, vont bien pouvoir payer les soins dont elle a tant besoin… Qu’elle se rassure ! C’est la charité et non la solidarité de pacotille qui la sauvera.

  • « Les nationaux-socialistes disent ‘coulez les bateaux' » : source?

    « 4% des habitants pratiquent la religion qui a un historique de plus de 1000 ans sur le territoire. » Vous avez entendu parlé des Mérovingiens & des Carolingiens? de saint Martin, de saint Irénée…? L’influence du catholicisme a beaucoup décru en France ces dernières décennies, plus que dans la plupart des pays, en lien avec l’Etat Providence, mais les 64 % de mariages célébrés religieusement dans le pays, les baptêmes, La Manif Pour Tous illustrent l’influence de l’Eglise.

    Je ne m’étendrait pas sur le nombre négligeable d’immigrés, le Suisse ouverte aux 4 vents, les migrants qui se noient en majorité…

  • Etes vous capable d’autre chose que de manichéisme stupide sur contrepoint ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles