Pourquoi François Hollande ne parvient pas à reconquérir les Français

Quand Hollande parle comme un tract chiraquien des années 2000 !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande en 2011 (Crédits : Parti Socialiste, licence CC-BY-NC-ND 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi François Hollande ne parvient pas à reconquérir les Français

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 avril 2015
- A +

Par Serge Federbusch.

François Hollande en 2011  (Crédits Parti Socialiste licence Creative Commons)
François Hollande en 2011 (Crédits Parti Socialiste (CC BY-NC-ND 2.0))

 

Quitte à participer à une émission de variétés, on ne comprend pas pourquoi François Hollande a choisi Canal + et non TF1 ou France 2, mieux rompues à ce genre d’exercice et qui lui auraient valu des téléspectateurs supplémentaires. La reconquête de l’électorat bobo, assimilé à la chaîne cryptée peut être ? En tout cas, Mou-Président et Dur-d’être-Premier-ministre, nos deux chefs, sont en train de retrouver dans les sondages leur douloureux niveau d’impopularité d’avant Charlie Hebdo. Le drame de Hollande est, qu’en politique comme en amour, il et plus aisé de reconquérir celui qui vous déteste que celui qui vous méprise. Et beaucoup de Français méprisent leur président pour les avoir trompés avec un sourire goguenard, comme une vulgaire Trierweiler.

Pour faire le buzz, Hollande a griffé les communistes en assimilant leur discours économique d’antan à celui tenu aujourd’hui par le Front national. Cette agression inattendue et gratuite n’est pas entièrement dénuée de fondement mais il faudrait pousser l’assimilation jusqu’à la question de l’immigration puisque Georges Marchais utilisait autrefois le langage frontiste d’aujourd’hui sur ce sujet.

Hollande rené le honzecD’autres comparaisons seraient tout aussi instructives, notamment celle entre la logorrhée chiraquienne des années 2000 et le discours «hollandais» du temps présent. Une résignation à la domination de Berlin et Bruxelles, une pratique de filou pour entretenir malgré tout un système clientéliste dans le dos de l’Europe et de grandes proclamations sur le modèle social français : c’est la France réduite à l’état de grande Corrèze, département le plus endetté du pays, on comprend pourquoi.

La meilleure illustration de la semaine est le raclage des fonds de tiroir pour arroser les éternelles associations anti-racistes. Valls leur promet 100 millions d’euros miraculeusement trouvés. Hollande n’est pas en reste et veut soudain donner un chèque de cent à deux cents euros par mois à un million de jeunes qui travaillent sans gagner suffisamment leur vie. Coût de l’opération ? Pas loin d’un milliard d’euros, si d’aventure la promesse était tenue ! La mini reprise a à peine produit des petits bouts d’effets que la dilapidation recommence. Le pouvoir ne se sent exister que lorsqu’il dépense ou lorsqu’il contraint, dérive typique des régimes socialistes.

Ces grosses ficelles finissent par irriter le peuple, fût-il crédule. Ce sont elles qui tirent ce fameux mépris dont on ne guérit pas.

Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • hollande n’est pas fait pour tenir le rôle de président ; pas assez de jugeotte , trop dépensier , mal conseillé , peu de courage , trop à la botte des autres dirigeants , une équipe peu apprécié des français , …..et bien sur , cette manie de toujours penser aux futures élections …..pas bon du tout ….

  • A propos des discours de Marchais des années 70, on notera qu’il n’était pas qualifié de raciste à cette époque. Cela permet de mesurer le chemin (si l’on peut dire) parcouru: on en est arrivé à une société où, à coup d’accusations moralisatrices, le débat est interdit sur beaucoup de sujets importants. Indigne d’une démocratie.
    C’est cela aussi qui irrite le peuple: le sentiment de n’avoir pas droit à la parole.

    • Exactement. De toute façon dans le camp du Bien on peut détester les riches, c’est « in ». En revanche se poser la question de l’intérêt d’offrir des prestations, logements, et autres allocations à des gens qui n’ont jamais cotisé ou sont en situation irrégulière, ça c’est forcément du racisme.

  • bah , quand on perd l’amour de sa belle on lui fait de jolis cadeaux , on s’accroche et on finit par se faire détester ..il est seul le président avec, accrochés a ses basques , tous les opportunistes habituels très associatifs

  • vous avez raison cet individulicule ne mérie que le mépris et encore , je crois que la froide indifférence suffit, ce type est l’image du néant absolu , atterrant.

  • Re conquérir ??? Mais il ne les a jamais conquis bordel ! Il a a été élu par dépit ou par défaut comme vous voulez. Par rejet de Sarkozy. Point barre. Même un âne aurait gagné… C’est ce qui est arrivé d’ailleurs…

  • Hollandouille lâché par le système médiatico-oligarchique. Tout ça pour le remplacer par Manolo la patte folle ?

    • les médias ont comme champion Juppé. J’ai dû mal à voir en quoi Juppé est de droite c’est sans doute cela pourquoi les médias l’adorent

      • Affirmatif ! Les merdias ont trouvé leur champion, énarque comme le gland fainéant, d’apparence plus brillant et, surtout, repris de justice comme il se doit quand le pedigree est complet….

  • bonjour ,très étonnante constatation ! Nous avons là assurément ,non seulement le président mais la totalité de l’effectif du gouvernement la plus médiocre et surtout la plus dangereusement nuisible aux intérêts des citoyens ce par utopie rétrograde érigée en principe ! Notre pays n’est plus au bord du gouffre : il s’y trouve !

    • Mon grand-père disait toujours quand un objet tombait de la table : « il ne tombera pas plus bas ». Mais il n’a pas connu Hollande …

  • Mon complet bleu y’a trente ans que j’le porte.
    Et mes chansons ne font rire que moi,
    J’cours le cachet, je fais du porte-à-porte
    Pour subsister je fais n’importe quoi,

    Ce n’est pas ma faute mais celle du public qui n’a rien compris
    On ne m’a jamais accordé ma chance
    D’autres ont réussi avec peu de voix et beaucoup d’argent
    Moi j’étais trop pur ou trop en avance
    Mais un jour viendra, je leur montrerai que j’ai du talent.

  • simple, il a choisi cette chaine pour être face à un public favorable et non pas face à un public hostile

  • Mais si, mais si, il part à la reconquête des Français dès la semaine prochaine afin de préparer sa réélection en 2017 et il est tellement sur d’y parvenir qu’il installe déjà Julie à l’Elysée bien que cette dernière annonce (comme la précédente) vouloir garder son indépendance -au frais du contribuable cela va de soi)

    • il ne faut pas le sous estimer. il serait capable de se faire réélire. espérons qui’il soit réélu, cela permettra d’affaiblir durablement la gauche. Si la droite est élue, elle mènera de toute facon, la même politique que la gauche autant que la gauche fasse le sale boulot ce qui permettra de la discréditer et espérer un affaiblissement du contrôle qu’elle excerce sur l’UMP.

  • Il a fallu, pendant des années,des tombereaux d’insultes et des cargaisons de mensonges distillés, contre Sarkozy, par la presse et la nomenklatura parisienne pour qu’il obtienne 52% !

  • has been et nul pour le poste

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
tableau de Staline
2
Sauvegarder cet article

Holodomor. Le mot est enfin entré dans l’usage courant en Occident. La question est maintenant : doit-il faire l’objet de la même attention que Shoah ?

Holodomor signifie « la famine ». Il est le nom de la catastrophe survenue en Ukraine en 1932 et 1933. Six millions d’innocents perdent la vie dans des conditions cauchemardesques. Cette catastrophe n’est pas le produit de conditions météorologiques défavorables. Elle n’est pas non plus le simple fruit d’une politique agricole aberrante. Elle est un crime totalitaire parfait. L’assassin... Poursuivre la lecture

Fidel Castro
0
Sauvegarder cet article

L’époque soviétique est le couteau suisse de Vladimir Poutine. D’un coté, elle lui permet d’idolâtrer l’impérialisme russe à travers la victoire sur le nazisme ; de l’autre, l’idéologie communiste lui sert de repoussoir : il se présente comme l’homme qui ne la laissera jamais reprendre le pouvoir au Kremlin. Enfin, elle lui lègue en sous-main toutes sortes de techniques de gouvernement, de manipulation, de corruption, dont il a besoin pour structurer sa tyrannie. Si bien que selon les moments il utilise le passé soviétique soit comme un totem... Poursuivre la lecture

Quand Xi Jinping arriva à la tête du Parti communiste chinois (PCC) en 2012, puis à celle de l’État chinois en 2013, on pouvait facilement penser qu’il allait s’inscrire dans les pas réformistes de son illustre prédécesseur Deng Xiaoping.

Et de fait, c’est à Shenzhen, haut lieu du développement économique de la Chine et de son ouverture sur le monde tels qu’encouragés par Deng dès 1978 qu’il emmena ses collègues du Comité permanent du PCC pour inaugurer symboliquement son premier mandat. À cette époque, on le vit même écumer la scène i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles