La France prend une trajectoire très inquiétante

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France prend une trajectoire très inquiétante

Publié le 15 avril 2015
- A +

Jusqu’à présent, la France trottinait sur ce petit chemin qui ne sent pas la noisette mais plutôt un collectivisme de plus en plus rance. Ces derniers jours, elle a dégoté une bicyclette abandonnée sur le bas-côté, l’a imprudemment enfourchée, et dévale maintenant la pente raide qui s’offre à elle, en gagnant de la vitesse. Seul souci : le vélo n’a plus de freins. La trajectoire prise par le pays est réellement inquiétante.

Et cette trajectoire inquiétante tient à trois facteurs aggravants.

1- Les Français désirent ardemment cette trajectoire

Le premier, c’est que, selon toute vraisemblance, les Français veulent être espionnés. Difficile d’oublier en effet qu’ils ont clairement choisi le pouvoir en place qui n’est pas arrivé là par hasard. Manuel Valls, François Hollande et la majorité parlementaire ne sont pas tombés du ciel et ont, bel et bien, été élus par un peuple manifestement très heureux de les voir poser leurs fesses dans les moelleux fauteuils républicains. Or, tout comme la droite précédente qui n’avait pas molli lorsqu’il s’agissait d’enquiller les lois sécuritaires, on pouvait s’attendre à la même envie gourmande de législations invasives de la part de la gauche, qui n’a jamais été en retard sur ce plan-là.

En outre, lorsqu’on demande aux Français s’ils sont spécifiquement favorables à ces restrictions de libertés au profit d’une sécurité publicitaire, ils répondent très majoritairement par l’affirmative. Écartons ici bien vite l’idée que ce sondage aurait été bidonné afin d’orienter l’opinion sur le mode « Si la majorité est d’accord, alors qui suis-je, moi, individu perdu au milieu de la masse, pour lui donner tort ? »

august landmesser refuses to perform nazi salute - photo public domain
August Landmesser refuse de faire le salut nazi – image domaine public

En fait, les résultats détaillés de ce sondage sont malheureusement très cohérents avec ce qu’on sait des citoyens français, biberonnés au Tout État, largement d’accord depuis quelques décennies avec la mise en coupe réglée de leurs libertés, et ce, d’autant plus qu’ils sont âgés : alors que près de la moitié des 18-24 ans sont opposés à voir leurs libertés rognées, les 65 ans et plus y sont très massivement favorables (à 76%). Autrement dit, la gauche socialiste, devenue conservatrice à mesure que son électorat vieillissait, joue sur du velours : les socialistes et sympathisants du PS sont 68% à approuver la limitation des libertés individuelles sur Internet. On retrouve une proportion similaire (69%) pour les militants et proches du FN, ce qui est tout sauf un hasard (et en contradiction avec certains de ses leaders, au passage).

Autrement dit, la France n’a pas du tout pris une direction aléatoire, et probablement parce que son peuple est composé (pour une grande quantité) de personnes qui ont l’intime conviction (fausse) que ceux qui seront espionnés seront les autres, tout comme elles ont cru que les riches, c’étaient les autres, et que les augmentations d’impôts seraient pour les autres. Et comme pour les impôts, ces personnes se rendront compte, bien trop tard, que les autres, … ce sont elles.

2- Ces mesures rendent parfaitement possible une dictature totalitaire

D’autre part, on est en train de mettre en place une série de mesures, toutes plus liberticides et/ou collectivistes les unes que les autres, dans une bonhommie consternante et une absence assez effarante de recul historique. Ces lois offrent véritablement un boulevard à tous ceux qui voudraient, le pouvoir en main, les utiliser à des fins néfastes. Notez que ce n’est pas moi, humble scribouillard, qui le dit, mais plusieurs anciens magistrats antiterroristes, c’est-à-dire des personnes qui ont été directement confrontées à des enquêtes sur des cellules terroristes, sur des attentats commis contre des Français, comme Alain Marsaud ou, plus récemment, le juge Marc Trevidic.

Leur analyse, à l’un comme à l’autre, ne laisse planer aucun doute sur le catastrophique potentiel de cette loi en matière d’abus. Ni l’un, ni l’autre n’hésitent à pointer du doigt les dérives possibles, notamment celles qui amènent à la mise en place d’une police politique :

« En l’état, si cette loi tombe entre de mauvaises mains, … on est en danger. Si elle est mal faite, dans 10 ou 15 ans, quelqu’un peut (…) l’utiliser à mauvais escient. Les lois trop mal faites, trop larges, donnent une latitude extraordinaire, ainsi que l’absence de contrôle. Or, là, c’est le premier ministre qui décide tout ce qu’il veut. »

detection de terroristesDe toute façon, on l’a vu, la loi proposée ne permet pas d’améliorer la lutte contre le terrorisme, c’est mathématique. Elle s’avère en revanche diaboliquement pratique pour espionner les opposants politiques, les mouvements sociaux désagréables pour le pouvoir en place, pister les fauteurs de trouble, et, bien sûr, les fraudeurs fiscaux.

Bref, on pave la voie d’une dictature. Il ne reste qu’à trouver le dictateur, et l’affaire est pliée.

Or …

3- Les potentiels dictateurs sont déjà à l’affût

Si tout ceci se déroulait dans un pays où l’alternance politique voulait encore dire quelque chose, et si la représentation démocratique jouait encore un rôle, cela laisserait encore quelque espoir de redresser la barre. Malheureusement, cette notion même de démocratie ne semble pas bien claire dans l’esprit des uns et des autres, à commencer par Manuel Valls.

Clairement, le vote démocratique n’est pas du tout du goût du Premier Ministre qui (le vote, ou le Premier ministre, ou les deux) risquerait d’amener Marine Le Pen au pouvoir. Voter, c’est bien, mais voter en dehors des clous, ça craint ?

En outre, il est piquant de constater que le pauvret s’inquiète de voir Marine Le Pen arriver au pouvoir et, dès lors, disposer de l’arme atomique, sans pourtant s’inquiéter le moins du monde de ce qu’elle trouverait en place, démocratiquement voté, fort pratiquement avant son arrivée. Pourtant, c’est bien Manuel Valls et le PS qui mettent actuellement sur pied cette loi consternante, et si on peut craindre que ces outils soient particulièrement mauvais pour la liberté d’expression et la sauvegarde de la vie privée entre leurs mains, on peut aussi constater qu’au même titre que la bombe atomique, ils feront d’utiles joujoux entre celles d’un dictateur. De quel parti sera-t-il issu ? À juger les saillies de Valls (ou d’autres complices), on a plutôt l’embarras du choix.

La conclusion est sans appel : 1/ les Français veulent cette incarcération numérique, 2/ leurs députés vont la voter, et 3/ ceux qui pourront l’utiliser à fond de train sont déjà sur les rangs.

Forcément, ça va bien se passer.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (72)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (72)
  • on va nous faire croire que des gens qui n’ont pas écouté le telephone portable des femmes d’individus multirécidivistes et dangereux, et signalé comme tel par la CIA, qui s’apprétaient à commettre des attentats en france ( couli de bali et compagnie … ) vont subitement espionner 65 millions de mangeur de grenouilles ?

    vite !! y a de l’embauche !

  • Super article, bien structuré.
    Pour le point 1, ça rejoint une idée que j’ai, ou plutôt une théorie. Entre 1970 et 1981, 25 % des électeurs français donnaient leurs voix aux communistes. Aujourd’hui, le corps électoral est composé soit directement de ces personnes, soit de leurs descendants. Ca laisse des traces. Effectivement, la direction prise n’est pas du tout aléatoire.
    Ravie de voir que les 18-24 sont plutôt contre ces mesures de surveillance (mais moins de 50 % si j’ai bien compris). La trajectoire va être longue à infléchir.
    Point 3 : les dictateurs sont déjà sur les rangs : complètement d’accord. Mais dans le genre qui nous endorment, style la grenouille dans l’eau tiède. « it won’t be that obvious » comme disait une de vos illustrations.

    • Il faut tenir compte que les « 18-24 » sont bien plus calés en informatique que les 50-65: eux, les jeunes (mais pas les majoritaires), connaissent mieux les pièges d’internet et des « réseaux sociaux »: ils savent comment faire pour ne pas être « espionnés », ni donner accès à leurs données et même à obtenir l’absence » de connaissance facile de leur « IP »: il y a des systèmes, parfois contraignants ou fastidieux, d’autres plus simples contre les cookies, par exemple, donc qu’on connaisse moins bien votre « trafic »internet » pour vous adresser des pubs « personnalisées », qu’on peut frapper d’ailleurs d’interdiction d’apparaitre à l’écran.

      Cela veut dire que certains sont déjà bien « plus armés » (ceux qui on grandi dans ce système) pour se défendre, comme un hacker est en avance, quasi toujours, sur la sécurité.

      Il est d’ailleurs réconfortant de voir des « jeunes », encore rebelles, parfois révoltés et moins « romantiques » à propos d’un avenir « souriant », « rose et violettes », et aussi bien plus sceptiques dans la « puissance » des politiciens nationaux, se prétendant compétents dans chaque domaine mais incapables de répondre pratiquement à leurs problèmes.

      Il en a sans doute été de même, à chaque génération, sauf qu’actuellement, ils ne se gênent pas pour l’ouvrir! Mais, c’est vrai, cela ne concerne pas la majorité. Ça, ça n’a pas changé!

      • les 18 24 ans n’ont pas peur de l’espionnage… ils mettent leurs vies en lignes….

        • C’est ce que je dis: ceux qui veulent se défendre ne sont pas majoritaires, les autres générations n’ont pas réagi en majorité non plus, alors qu’elles sont encore moins capables de se protéger!

  • he, he, je vois qu’on commence a voir les racines de tous les problèmes.
    Ce sont les français !! Quelle surprise !
    Puisqu’enfin tout au long de l’histoire on a plein d’exemples de cette décadence.
    Moi je fait un pari (théorique, puisque..)
    En 2017 le PS a comme candidat un serpent, l’UMP un singe, et le FN : Marine le Pen.
    Je fait le pari que le futur candidat sera : soit le serpent soit le singe.

    • Il est dommage d’avoir vu, aux dernières présidentielles, que par rejet plus de N.Sarkozy que de l’U.M.P., les électeurs n’avaient d’autre choix que de voter, au 2d tour, pour F. Hollande (en l’absence d’un « enthousiasme, même du côté socialiste où il n’a pas recueilli raz-de-marée de voix).

      N’y-a-t-il pas une faille démocratique, dans cette Vième, écrite sur mesure, pour Ch. De Gaulle, mais si peu respectable avec les sucesseurs.Le Général n’était pas un « saint », mais, à mon avis, un « dictateur démocratique » qui passait au-dessus de la tête des députés pour se faire approuvé par « le peuple », mais les référendums (promettant rarement des solutions démagogiques) sont devenus exceptionnels!

      • De Gaulle n’a pas osé aller au bout de sa logique : la mise en place d’un régime bonapartiste reposant sur un souverain élu : il avait tellement peu confiance dans les ‘partis’ qu’il a volontairement négligé la mise en place de contrepouvoirs efficaces.

        Jamais De Gaulle n’aurait accepté le bashing dont NS a été l’objet : jamais il n’a imaginé que cela se produirait un jour ainsi …

  • P.S. et je ne vote pas FN , bien entendu.

  • 1- ça me fait marrer tous ces gens qui critiquaient l’espionnage de la NSA et nous disaient que les Américains violent les libertés et blabla, puis 2 ans ils nous soutiennent massivement une loi rendant cela en France total et 100% légal ! Cette bande de faux-****

    2- Les Français sont la racine du problème, donc cela signifie-t-il que le pays est vraiment foutu ?

  • On a déjà l’incarcération fiscale et l’incarcération sociale (en termes de cotisations) donc l’incarcération numérique, ça change pas grand chose.
    Et puis qui va être visé, l’extreme droite, les identitaires, les français de souche qui ne veulent pas que leur pays soit envahis. Une minorité en somme, donc la majorité s’en fout, de la meme façon que la majorité de ceux qui ne payent pas d’ impots se moquent que ceux qui en payent commencent à saturer.

  • Les gens sont sortis dehors pour Charlie, pour la liberté!

    Par contre, pour les dernières taillades sanglantes dans leurs libertés, personne. Tout est normal dans l’enclos du loup-berger.

    Éventuellement si le poste de dictateur est officialisé, je peux me présenter?

    • Les élections de 2017 auront-elles lieue?

      • Les élections de 2017 iront-elles à leur terme si le candidat élu n’est pas « convenable » ?

        • Oui, et ce n’est pas sûr! Mais, en fait, l’article sous-entend aussi clairement que depuis 2012, à part contraindre les habitants, le pouvoir ne s’est occupé que de son pouvoir, sans avantage pour le pays, en prenant des mesures sur lesquelles il sera difficile de revenir, pour les futurs gens de pouvoir, mais sans avantage clair pour la situation et les chiffres de la France!

        • Soumission, le dernier roman de Michel Houellebecq, donne réponse à votre question !

    • Les millions qui sont sortis pour Charlie ne l’ont pas le moins du monde fait pour la liberté. Ils l’ont fait pour le vivrensemble, pour l’homogénéité de l’indignation, pour soigner l’image qu’ils veulent donner d’eux mêmes. Si Charlie avait été à la manif, il aurait dû avoir un bonnet rouge, je n’en ai pas vu.

    • Oui, mais avec un peu de recul, que voulait dire: « Je suis Charlie »: au sens littéral, évidemment rien! Ces personnes étaient bien vivantes, la plupart ne lisaitent pas « Charlie-hebdo etc …: c’était donc un slogan « facile » (mais bien trouvé »!) pour des personnes paniquées réclamant être protégées jusqu’aux « king kong’s » revanchards qui, se frappant la poitrine, était prêts à en découdre avec ces sal…ds, en mots, en tout cas!

      C’est bien ainsi que F.Hollande a pu réunir des personnalités aussi diverses que TRÈS variées! (ce qui est une forte motivation, chez lui, qui va se répéter avec SON show climatique, à Paris, où il fera encore semblant, sur les photos et à la télé, d »être un « Grand parmi les Grands »!)

      En fait, une réaction émotive qui a fait long feu! Par contre, combien ont su ce que recouvrait ce projet de loi?

  • Il est évident que la France est mûre pour une forme de totalitarisme du XXIème siècle : le bureaucratisme, la spoliation fiscale et sociale, l’étouffement des libertés…

    Ce qu’il faudrait savoir, c’est où en sont les autres pays occidentaux dans ce processus. Est-ce que la France est la seule malade en Europe, est-elle en avance ou en retard ?
    Où partir ? L’impression, c’est que fuir au UK, USA ou Espagne, c’est comme un Juif allemand qui aurait fui en Pologne en 1935.

  • Ne sortez plus sur internet sans Tor : https://www.torproject.org/

    • Attention, Tor ne s’utilise pas n’importe comment.

      Utilisez partout un pseudo. Ne réutilisez pas avec Tor un pseudo qui peut être connecté à votre adresse IP.

      Quand on vous demande votre « nom réel », inventez un faux nom plausible.

    • Même tor a été infiltré par la NSA selon snowden

    • Je dirais au contraire d’utiliser internet comme un beauf normal pour éviter d’attirer l’attention, et de revenir aux bonnes vieilles méthodes pour coder/dissimuler/router les rares trucs un peu sensibles que vous envoyez. N’oubliez pas que ce sont des algorithmes qui vous surveillent à la recherche d’un élément suspect qui va conduire à une enquête qui ne se limitera pas à internet, et qu’avant qu’ils décident de faire un xor de votre photo de famille avec celle que vous avez envoyée la semaine précédente puis un réarrangement des pixels en inversant l’ordre des bits des adresses, il passera de l’eau sous les ponts…

  • Je ne suis pas à 100% d’accord avec le premier point, il y a de ce côté un désaccord de méthode entre la gauche et la droite.
    La gauche, quand elle est dans l’opposition, crie à la mise en place d’une dictature si la droite envisage seulement la mise en place du 10e de ce qui est envisagé ici.
    La droite, quand elle est dans l’opposition, applaudit des deux mains ce type de lois.
    Dans l’histoire, même si aucun ne rattrape l’autre, il y en a un qui a le mérite de la cohérence. En politique, c’est assez rare pour être noté.

    Pour étayer mon propos, voir les débats lors de l’Hadopi, par exemple, où la partie de la gauche un minimum compétente sur les questions du numérique avait été priée de se faire entendre bruyamment pendant que le reste de la gauche gardait un silence prudent (en sachant sans doute que de toute façon ça passerait). Aujourd’hui où sont ces députés de gauche…? Priés de se taire…?

    • Bien évidemment. Mais alors POURQUOI la droite ne le dénonce t-elle pas davantage ? Pourquoi se laisse t-elle toujours impressionner ? Parce qu’elle est complexée ?
      Non. Parce qu’elle s’est laissée peu à peu contaminer et a abandonné ses principes.
      C’est une des raisons de la montée du FN.

      • Bonjour
        tout simplement parce que les « PUMPS » ont TOUS « tout » a y gagner…
        La question serait plutot pourquoi les Français votent-ils pour ceux-là ?

      • La droite est faite de gens qui comme chaque Français ont été passés au lavage de cerveau de l’EdNat marxiste et du révisionnisme gochiste de l’histoire.

        Ce pays patauge dans les mythes, les mensonges et les poncifs depuis 1792.

        Qui sait que l’idée de l’abolition des privilèges féodaux, dans la nuit du 4 Août 1789 vient de Armand-Désiré de Vignerot du Plessis de Richelieu, duc d’Aiguillon et duc d’Agenois, pair de France, général de brigade de cavalerie et seconde fortune de France après le Roi ?

  • Ce n’est pas spécifique aux français.
    Je sens un retour en force de la « liberté des anciens », qui consiste à s’autoriser à faire chier le voisin qui ne « suit pas la même route qu’eux » (selon les immortels mots de Brassens). Par tout moyen.
    http://www.contrepoints.org/2015/04/07/203583-lettre-ouverte-aux-deputes-revanchards

    • D’accord: ça c’était prévisible et connu: vieillissement de l’électorat comptant sur l’état pour les protéger: l’état allait devenir plus sécuritaire! Déjà que leurs économies sont mal protégées et l’avenir de leur retraite vacillant!! Que fallait-il espérer d’autre?

  • On est toujours le terroriste (ou le con) d’un autre …

  • Je vous l’ai déjà dit les français sont masochistes. Ils aiment ça.

  • HE, BEN !!!!!!!!! H16 !! Vous en avez mis du temps pour mettre les bons mots en face des maux HAHAHAHAHAH !!!!!!

    Depuis au moins 2 ans maintenant que je vous lis H16, je suis enfin heureux que vous mettiez le doigt sur le sujet qui fâche ou qui risque de facher…….petites explications un peu plus loin.
    Je me régale tous les jours a vous lire ainsi que sur votre blog, l’ensemble des commentaires de vos indéfectibles admirateurs, y’a du beau monde en terme, d’humour, de subtilité, de réalisme…..dans ce pays de m**** mais hélas çà ne transpire pas beaucoup ailleurs sur la toile.
    Pour en revenir a votre article, quand je dis que vous venez enfin de mettre le doigt sur le sujet qui fâche, je m’explique : je pense que les Français, ET RIEN QUE LES FRANCAIS, tous seuls comme des grands, sont effectivement responsables de ce bordel, économique, sociale et politique. NOUS SOMMES LES PLUS FORTS !!!!! HAHAHAHAHAHA
    Les Français sont un peuple de médiocres, biberonnez depuis 40 ans comme vous ne cessez de le répéter; un peuple de poltron et de faux culs, d’égoistes, ( ma gueule d’abord, a l’image de notre grammaire, avec ses exceptions qui ne cessent de confirmer la règle ) n’oublions pas que nous avons autour de nous, de nombreux descendants de colabos.
    On a ce que l’on mérite, une élites de médiocres. Je n’inventes rien : de la plus lointaine gauche jusqu’a droite toute…… la misère idéologique, un désert.
    En tant que Français, blanc et de souche je précise, je ne me sens pas concerné par ce cirque, un peu d’humour quand même : je suis breton et si j’avais pu la trucider notre chère Anne…….. parce que vous ne valez pas la peine que nous mettions demain nos bonnets rouges pour ce pays foutu.

  • L’une des plus grandes déceptions de ma vie : faire partie d’une population de crétins patentés qui se pensent, à tort, les plus intelligents du monde. Le nombre d’abrutis que je vois écrire « Je n’ai rien à me reprocher, donc la surveillance ne me gêne pas » dans les commentaires des divers journaux après un article sur cette loi ! Déprimant.
    Décidément, le socialisme est absolument l’antichambre du fascisme.
    (Merci pour vos articles, ils m’aident à me bagarrer tous les jours face à l’absurdité de cette société de bureaucrates hypocrites et trouillards.)

    • Ben l’HISTOIRE l’a bien prouvé…
      Après ils demandent de l’aide à des Pétain… Faux culs qu’ils sont…
      Puis ils disent que c’est de sa faute (n’est-ce pas Mimi)…
      Eux « jamais » dans aucun pays sur aucun continent… C’est toujours la faute aux autres.
      D’un autre coté… ou peut-on se procurer les rapports de la cours des comptes. Plusieurs articles sur ces rapports sont «  » »Forbiden » » » sur certains sites (ceux qui gênent je présume)… Ca commence ?

  • Bonjour,
    rien à voir (ou presque) avec le sujet :
    La semaine dernière, Martine Aubry (Tartine au Brie) s’est finalement ralliée à la majorité en laissant tomber ses copains frondeurs du PS.
    Hier j’apprenais que cette même M Aubry était totalement mise hors de cause dans l’affaire dite de « l’amiante ». (annulation de sa mise en examen pour homicides involontaires dans le cadre de son mandat de ministre du travail de 84 à 87).
    Doit-on cela au « hasard du calendrier » ??
    Si quelqu’un a une explication qui pourrait relancer ma confiance en la justice, ce serait formidable.

  • Enfin ! Et oui : on peut continuer à pointer du doigt les politiques et se refaire 1000 fois le sketch de Coluche pour se rassurer que toutes les fautes du monde viennent des politiques … https://youtu.be/zSmbM3aa3hs

    On a la politique que l’on mérite : l’argent de l’Etat, c’est notre argent, le destin de la France, c’est 66 millions de destins.

    La France est le centre du monde paraît-il … faudrait juste arrêter de croire tout ce que les gens disent et que l’on a surtout envie d’entendre : ça fait mal quand minuit sonne.

    • La France attend beaucoup trop de leurs politiciens! Je crois même qu’ils sont bien plus médiocres sue les citoyens, impuissants, obsédés par leur carrière, trop souvent légalement fautifs, mais tellement bien « protégés », immunisés ou « blanchis ».

      • Vous êtes en plein dans le paradoxe Français : les Français attendent énormément de la politique, donc des politiciens, c’est pour cela qu’ils sont persuadés de leur nullité : normal, face au niveau de leurs attentes Superman lui-même serait un toquard.

        Les Français se mentent à eux-mêmes, donc les politiciens mentent aux Français : on ne croit que ce que l’on a envie d’entendre.

  • « Écartons ici bien vite l’idée que ce sondage aurait été bidonné » : le seul sondage qui n’est pas bidonné, c’est l’abstention majoritaire. Elle révèle tout autre chose que les sondages de commande pour servir la soupe à l’Obèse. Passons…

    Comment bidonner un sondage ? Il est toujours possible de présenter des résultats imaginaires pour satisfaire facilement le commanditaire. Mais ce serait trop vulgaire et présenterait le risque qu’un salarié dénonce la manipulation. Non, c’est dans la forme et le contenu des questions que l’arnaque transparaît.

    Il suffit pour s’en convaincre d’observer comment le sondage dont il est question a été construit. Si les Français semblent majoritairement accepter de réduire les libertés, c’est seulement au sens vague et générique du terme, sous-entendu celle des autres, pas la leur. Un sondage plus exact consisterait à leur demander si, pour gagner en sécurité, ils seraient prêts à réduire leur liberté personnelle, être mis en cause par erreur, perdre leur famille et leurs biens, éventuellement faire un petit stage éducatif de quelques années de prison, à titre préventif. Si la question était posée correctement, matérialisant une menace individuelle pour chacun des sondés, il y a fort à parier que le résultat serait opposé.

    En outre, donner son opinion à propos d’une situation hypothétique est différent de réagir à une menace immédiate et concrète. C’est le cas du fameux « je n’ai pas peur de la mort », jusqu’à ce qu’on s’y trouve confronté pour de bon. En la matière, la seule opinion valable est celle de ceux qui sont effectivement en train de mourir, tandis que l’opinion des autres n’a strictement aucune importance. Bien évidemment, les sondeurs, à l’instar des politiciens démagogues, masquent constamment cette différence, pourtant essentielle pour forger une opinion qui soit fondée.

  • Oui, cette méfiance naturelle et spontanée d’une partie non négligeable des Français à l’égard des sources de pouvoirs (entreprises étrangères, individus fortunés… etc.) s’arrête presque instinctivement devant celle d’origine étatique ou paraétatique.
    Oui, ils débordent de confiance et presque d’affection pour la fonction publique, s’abandonnent religieusement à l’institution républicaine, et par conséquent, prêtant mille vertus à l’état-roi et à ses vassaux territoriaux, acceptent docilement ce qui leur paraitrait totalement odieux en des circonstances un peu plus « libérales ».

  • Cette loi va être votée, cela ne fait aucun doute maintenant. Il existe pourtant des solutions simples pour se protéger, et protéger sa famille et ses amis des dérives à venir.
    Protéger son système d’exploitation Windows avec Esset Nod 32, Malwarebytes Antimalware et Anti-Exploit, Private Firewall 7. Sinon Linux Mint est une distribution gratuite qui permet d’être essayée avant l’installation. Pour une discrétion maximale, Tails est recommandé. Ainsi que Tor.
    Au niveau navigateurs, préférer Firefox et Opéra. Avec les extensions suivantes : Adblock (plus pour Firefox), Disconnect, Ghostery, Noscript (Firefox). Un VPN pour ces navigateurs Zenmate ou Dotvpn. Des mots de passes avec un minimum de 15 lettres, chiffres, et des signes tels que $@&* mélangés. Comment les générer et les retenir ? L’extension Lastpass, gratuite, devrait vous y aider.
    En ce qui concerne les mails, utiliser dans un premier temps tutanota.de, et s’inscrire pour obtenir une adresse chez protonmail.ch. Double mot de passe, tout est crypté. Même les administrateurs du site ne peuvent pas accéder à vos mails.
    Enfin il est possible d’installer un VPN (surtout pas français.. l’accès aux logs se fera trop facilement). Essayer gratuitement CyberGhost (base en Roumanie) qui permet même, en payant, de profiter des torrents. Il résiste aussi aux tests IPleak.
    J’espère avoir aidé certains de vous qui ne savent pas trop comment se protéger des intrusions dans votre vie privée.

  • Sur la route de la trajectoire -inquiétante- le vote obligatoire, pour lequel les médias très obligeants commencent à préparer les esprits.
    Une manière pour la gauche d’avoir le vote des immigrés ?
    Oh mais quel mauvais esprit j’ai là ! Un peu comme Jejeroromeme..

    • 56% des français seraient favorables au vote obligatoire … alors qu’ils sont beaucoup moins à avoir voté au dernières élections ?

      Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est étrange. Même en supposant que tous ceux qui ce sont déplacé sont pour la coercition, le compte n’y est pas. Ou alors les français sont vraiment de grands malades qui veulent vraiment qu’on les forcent à faire ce qu’ils ne veulent pas, mais dans ce cas pourquoi voter, il n’y a qu’à tirer au sort le prochain dictateur.

  • Il y a comme une foi en l’omnibienveillance du pouvoir et des autorités, et de tous les individus qui les composent (n’oublions pas qu’à l’intérieur d’un pouvoir bienveillant, un simple individu malveillant peut faire mauvais usage de ceci).

    • Oui, mais ce seul malveillant sera vite repéré grâce à la formidable efficacité de ces mêmes outils de surveillance ! Il n’y a qu’à voir comment Hadopi a réussi à mettre fin au téléchargement illégal… 🙂

      Bref, justement puisqu’on est en France, et vu le fonctionnement traditionnellement impeccable et le rendement époustouflant de nos chères administrations, pas la peine de s’émouvoir d’un n+1e machin qui n’aura aucune conséquence réelle sur personne.

    • Il faut l’équivalent FR de House of Cards, ça réveillerait peut-être les gens :p

  • Quelqu’un sait-il si le texte de cette loi est disponible, et le cas échéant, ou le trouver?

  • Une masse de jeune français courageux a laissé sa peau pendant la première guerre mondiale et ce sont les autres qui ont fait des enfants… un siècle plus tard on s’étonne de constater que le peuple français est probablement l’un des plus poltrons et moutonniers de la planète. Les bons chromosomes sont restés dans les tranchées… Le « pays de la Liberté » n’est plus qu’un slogan.

  • Dans le cadre de la France,

    il ne s’agit pas d’un vélo sans frein,

    mais d’une draisienne !

    http://spader.free.fr/musee/histoire1.htm

  • Bof, il y a belle lurette que la démocratie n’est plus qu’un mot vide de sens dans ce pays qui se réclame à tout bout de champs comme « celui des droits de l’Homme ».
    A partir du moment ou on ne peut plus exprimer sa désapprobation sur des points jugés « sensibles » (par qui???) et que l’auto-censure est la règle dans les média, il n’y a plus de réelle démocratie.
    Démocratie, « voix du peuple » en Grec, le peuple vote, mais il n’a pas le choix, il vote par dépit, par intérêt personnel, par méconnaissance mais surtout pas par adhésion à un projet commun. Le système électoral, hérité d’un autre temps pour d’autres personnalités et d’autres projets, ne correspond plus à nos besoins. Mais il alimente sans fin une nomenklatura de moins en moins « déboulonnable » et une cohorte de fonctionnaires chargés de faire courber l’échine au « peuple ».

    • Le peuple, ca n’existe pas, c’est une invention des politiciens pour revendiquer leur légitimité. La démocratie a toujours été détournée, lisez la république de Platon : c’était déjà critiqué 5 siècles avant JC.

      Les droits de l’homme et du citoyen n’ont pas établi la démocratie, la version originale était conçue dans l’optique d’une monarchie parlementaire, mais 3 ans après sa rédaction, les adeptes de Rousseau ont fait un holdup sur le libéralisme Français et la chute a commencé.

      Depuis, les gauchistes essayent par tout les moyens d’expliquer qu’ils ont tout inventé …

  • C’est la saison de l’impôt sur le revenu dans tout le monde occidental.
    Tous les États qui imposent les revenus (et/ou les patrimoines), surtout à taux progressif, extorquent sous peine des pires châtiments le moindre détail de nos vies.
    Même notre sexualité fait maintenant l’objet d’un suivi étatique, « justifié » essentiellement par … l’impôt.

    Il est temps de relire le Meilleur des mondes, ouvrage d’anticipation d’un avenir de plus en plus proche de nous.

  • J’ai expliqué dans plusieurs billets que notre démocratie est devenue un authentique « totalitarisme mafieux » lorsque François MITTERRAND a détourné en 1991/92, en toute impunité, les frais de guerre remboursés à la France par le Koweït, les Emirats Arabes-Unis et l’Arabie Saoudite, à la suite de l’Opération « Division Daguet ».

    Il faut admettre que, dans cette affaire, tous les contre-pouvoirs se sont effacés face à l’autorité menaçante de « l’Arsouille » et de ses mafieux.

    Ceux qui se sont révoltés ont été « suicidé » comme Pierre BEREGOVOY, Premier ministre, François de GROSSOUVRE, conseiller du Président, ou encore le journaliste Jean-Edern HALLIER.

    Cette affaire est le thème du livre « LES MILLIARDS DISPARUS DE LA DIVISION DAGUET » que j’ai écrit pour faire une synthèse de cet effondrement du sens de l’intérêt général chez nos dirigeants mais aussi afin de proposer des solutions pour mieux les contrôler.

    Nous ne sommes que deux à nous être opposés à ce crime contre nos Institutions.

    Le premier est moi-même, ancien commandant de bord à Air France, qui a dénoncé l’affaire à la Direction des Enquêtes Fiscales en janvier 1998.

    Le second est Nicolas SARKOZY, qui aurait, d’après le roman « Opération Juliette-Siéra », rédigé par « I-Cube », organisé la récupération des fonds disparus et les auraient placés dans le « Grand Emprunt 2010 ».

    Le scandale est connu de toute les dirigeants politiques, des journalistes, et des hauts fonctionnaires, mais l’Omerta est totale tant les moyens de convaincre mais aussi de rétorsion sont nombreux : promotion, avantages financiers, comptes bancaires à l’étranger, déstabilisation, menaces sur la carrière, ou pire, sur la vie.

    L’Etat-major des armes est particulièrement révolté par cette affaire et on peut dire qu’ils « tiennent » les dirigeants « Soces », et en font ce qu’ils veulent…

    Mais ce n’est pas une situation d’avenir pour le pays.

    Tout totalitarisme a tendance à se renforcer en réduisant progressivement les libertés individuelles, et c’est le cas pour le nôtre.

    Nous nous dirigeons de plus en plus vers une dictature implacable dont il sera très difficile de sortir tant les moyens de surveillance informatique seront puissants.

    Les nouveaux moyens technologiques permettent en effet d’intercepter toutes les communications des individus et des entreprises, de suivre tous les virements de fonds, de déstabiliser tout opposant politique.

    La suite sur :
    http://www.alerte-ethique.fr/news/durcissement-de-notre-totalitarisme-mafieux-i/

    • On sait qu’il est plus facile de s’indigner contre les politiciens que contre les Français dont le silence vaut consentement.

  • Le sondage parlait de surveillance des données, pas de surveillance des internautes!

  • On a la phrase anti-liberal du mois avec Christian Estrosi qui écrit sur son compte twitter:  » Je le dis avec gravité, il faudra dans les années qui viennent renoncer a certaines libertés pour sauvegarder la liberté »

  • COUP DE BALAI DÉMOCRATIQUE

    Plus de 50% des inscrits sur les listes électorales ont compris (voir les dernières élections) que bureaux de vote, cartes d’électeurs, bulletins et urnes, ne représentent plus que des annexes politiques entérinant le dévoiement de la police d’Etat et de la pensé unique. Et, comme le projet de la « loi sur le renseignement » l’atteste aujourd’hui avec force : analogues -ô combien !- aux pièges ruban à glu attrape mouches.

    Du coup, n’en déplaise aux institutionnels Coupe-jarrets sociaux d’un monde politique aux abois, c’est plutôt rassurant pour la démocratie. En effet, cet acte électoral manqué a montré qu’une authentique majorité (celle qu’une certaine presse journalatrine feint toujours d’ignorer), -composée de millions de citoyens fatigués d’obtempérer, ad vitam aeternam, aux sempiternels ordres électoralistes-, a compris !… Tout compris !

    Oui ! Et ces millions d’abstentionnistes ont surtout compris, pour l’instant et… avant d’autres, qu’ils n’étaient ni des mouches ni des « gogolitos ». Ni même les protagonistes du roman « 1984 » de George Orwell. Et que la seule résistance vraiment efficace, le seul camouflet qui vaille, face à un Etat UMPS désormais « viandard » et dévoreur de liberté, c’était l’abstention.

    Or, F. Hollande, lui, a si bien compris les implications d’une démarche abstentionniste, qu’hier soir (15 avril) sur une chaîne de la TNT, il a déclaré vouloir rendre le vote obligatoire. Pourquoi ???… Que craint-il vraiment, si ce n’est une mise hors circuit d’une légitimité politique pourtant bien illusoire, tenu compte des scrutins réellement exprimés pour tel ou tel parti ?

    En tout cas, que ne voilà-t-il pas, une singulière façon d’admettre et d’avouer que le « Système » ne craint ni les votes blancs ni les votes nuls. Et pour cause ! Ils ne dérangent en rien ses objectifs autoritaristes, tant nationaux que supranationaux !

    Encore moins sa « légitimité »… à continuer de soumettre les citoyens de France à la volonté hégémonique de quelques familles bancaires du complexe militaro-financier étasunien. En réalité à une soumission qui, en l’espèce, ne peut s’assimiler à autre chose qu’à de la servitude volontaire ! C’est pourquoi, un coup de balai salutaire et démocratique s’impose. Il y a même urgence !…
    Vous avez dit abstention ?
    Alors, oui ! Encore une fois, oui ! Une Abstention massive, une et indivisible !

    https://www.google.fr/search?q=elections+piège+à+con

  • la majorité des gens s’inquiètent de cette loi (surtout les jeunes): http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/04/17/97001-20150417FILWWW00402-loi-sur-le-renseignement-les-francais-inquiets-sondage.php
    je pense que le pire dans cette loi (ce qui est le plus inquiétant) est le manque de contrepouvoir (qui ne peut qu’entrainer des abus): http://www.christianvanneste.fr/2015/04/15/big-brother-valls-vous-ecoute-pour-votre-bien/
    cette loi est à l’image de la constitution de la 5eme République qui donne des pouvoirs exorbitants à un seul homme sans contre pouvoir , elle donne des pouvoirs exorbitants à des gens qui ne sont pas des représentants du peuple . On peut imaginer ce que peut en faire un pouvoir autoritaire . mais bon, soyons des moutons et acceptons tout

  • la lutte contre le terrorisme n’est souvent qu’un prétexte pour renforcer les pouvoirs du gouvernement
    : http://www.numerama.com/magazine/32802-loi-renseignement-le-gouvernement-censure-les-critiques-de-sa-propagande.html

  • Anti-terrorisme : pourquoi la loi renseignement nous fait gagner trop peu en efficacité pour justifier les atteintes aux libertés qu’elle comporte: http://www.atlantico.fr/decryptage/anti-terrorisme-pourquoi-loi-renseignement-fait-gagner-trop-peu-en-efficacite-pour-justifier-atteintes-aux-libertes-qu-elle-2046637.html
    peut être qu’avant de faire des lois liberticides, il faudrait réformer nos services de renseignement et réorganiser la lutte contre le terrorisme. http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/04/03/charlie-hebdo-quand-la-dgsi-reecrit-l-histoire_4609126_1653578.html
    Il est urgent d’investir dans le renseignement (surtout dans le renseignement humain) et non pas renforcer le plan vigipirate ou faire des lois liberticides. la politique ultrasécuritaire n’est pas efficace. il faut aussi arrêter avec le le plan vigipirate qui a un but purement électoral. L’Etat doit clairement affirmer sa volonté de ne pas baisser la garde mais doit aussi prendre en compte différents facteurs incontournables, le premier étant l’efficacité. Le fait est que des soldats statiques, en garde devant un point fixe, ne sont que des cibles en tenue camouflée et vu le nombre de menaces et d’incidents, il ne faut pas attendre qu’il y ait un véritable drame pour réagir.
    Des soldats abattus à l’AK-47 dans un simple « drive-by shooting » devant un synagogue auraient un effet catastrophiquement désastreux sur la France et terriblement galvaniseur pour ses ennemis, surtout si cette attaque se termine dans le sang juif, à l’intérieur. L’Etat montrera définitivement son impuissance. Les autorités doivent non pas de lever la protection, mais de l’adapter aux menaces. Il faut rendre la protection moins visible et moins statique par une garde en patrouille qui complique beaucoup plus la tâche des planificateurs d’une attaque puisque le mouvement imprévisible des troupes réduit considérablement la possibilité de compter sur l’effet de surprise. Les terroristes en puissance doivent désormais prendre en compte qu’ils peuvent se faire cueillir bien avant, dans une confrontation imprévue avec des soldats entraînés, eux, à l’imprévu. Ca permet aussi, paradoxalement, une meilleure protection de la france. Quitte à ce qu’il y ait un affrontement, autant qu’il ne soit pas devant une école juive ou chaque balle perdue peut atteindre l’un des buts des terroristes: casser du juif!
    Pour faire une analogie historique, c’est le même débat qu’entre la ligne Maginot et les divisions blindées voulues par de Gaulle. Soit on mise tout sur la capacité à fixer l’ennemi sur nos défenses, avec les risques que ça implique puisqu’on lui donne définitivement l’initiative et qu’on se met en position de subir ses choix. Soit on prend le risque qu’il progresse sans être arrêté à un point fixe mais en ayant la possibilité de prendre l’initiative quand il se montre. Sanctuarisation ou mouvement.

  • Le gouvernement français, avec l’appui du premier ministre, du PS et de l’UMP, semble vouloir s’attaquer fermement à la liberté individuelle. Le propos tenu n’est évidemment pas celui-ci, mais un tel projet ne ressemble ni plus ni moins à la destruction massive de la confiance, de l’altruisme, et finalement de l’humanité. Faire tomber un monde de relations en un tas de ruines fumeuses en prétextant toujours plus de sécurité ; tel sera le résultat de la loi sur le renseignement qui risque d’être bientôt voté.

    Car il s’agit de renforcer les mesures de sécurité ; les forces de l’ordre seront autorisées à tracer les voitures, à intercepter toutes les communications « sur un rayon de 500 mètres à 1 km », à installer des dispositifs d’espionnage, tout cela sans l’aval d’un juge.
    L’ensemble d’internet sera aussi placé sous une surveillance à outrance, surveillance légitimée par un nouveau discours sécuritaire. Les fameuses « boîtes noires » enregistreront tout de notre quotidien, et plus que jamais on pourra scander « big brother is watching us ».
    Sans le contrebalancement de la justice, les services de renseignements seront une institution toute puissante et à même d’agir comme bon lui semble.

    Nous sommes surpris de voir ce bulldozer des confiances faire irruption dans un état où les avancées sociales sont possibles.
    La surveillance outrancière est l’affaire des régimes totalitaires ; l’état s’introduit partout, et les citoyens se sentent surveillés. La pensée et la critique risquent fort de se tasser après l’instauration d’une telle loi. La surveillance fatigue et affaiblit les gens, elle conforme leurs pensées, elle développe des réflexes de défense malsains et déplacés.
    « Il ne s’agit pas d’une surveillance de masse », clament les demandeurs de cette loi. Rien ne leur permet de l’affirmer, et le risque demeure réel pour les citoyens. Qui pourra prévenir des dérives d’une telle mesure ? Qui préviendra de l’utilisation abusive des appareils d’écoute ?
    Qu’on le veuille ou non, ce sont des humains qui seront placés derrière ces machineries. Des êtres humains avec des qualités, et des êtres humains avec des défauts. Il y aura des volontés, des désirs derrière tout cela.

    Le plus fort de tout, c’est qu’on prend cette mesure au vu « des récents événements ». Alors que « Je suis Charlie » était devenu comme un hymne à la liberté d’expression, les défenseurs du projet de surveillance s’en servent désormais comme un outil de discours sécuritaire, comme une propagande liberticide.
    Nous ne le répéterons jamais assez, les crimes et les agressions directes en France n’ont pas augmenté ces dernières années selon les rapports officiels.
    Alors quoi ? La menace terroriste est-elle un argument suffisant pour qu’on nous prive de nos libertés ? Pour qu’on nous surveille à ce point ? Les mesures existantes sont déjà suffisantes.

    De plus, un tel projet de loi est une insulte faite à l’ensemble de la population. On fait d’elle une menace potentielle en toutes circonstances.
    Autre conséquence, la désobéissance civile sera impossible. Ce que nous appelons désobéissance civile est la manifestation d’une préférence de la légitimité à la légalité. John Locke aux Etats-Unis refusait de payer ses impôts, car il ne soutenait pas le système esclavagiste. Les « boîtes noires » et autres paires d’yeux et d’oreilles des forces de l’ordre nous empêcheront de lutter par la désobéissance civile contre les mesures illégitimes (s’il y en a, évidemment).
    Ce que nous voulons dire, c’est que la surveillance nous oblige à observer la loi, quand bien même nous la trouvons illégitime. Il n’y a pas d’exemple en particulier, c’est une question de principe. Et si un jour un gouvernement qui met à mal la démocratie et l’acceptation de l’autre est installé, il se servira de cette loi, en la légitimant par le fait qu’elle est passée par le vote lors du mandat antérieur. Surveillés, nous ne pourrons plus ouvertement organiser de désobéissance civile.

    Citoyens du monde, ne troquons pas « beaucoup de liberté contre un peu de sécurité » (formule de Mr Mondialisation), et refusons d’être une masse sans voix, une masse qui pourrait se voir manipuler dans les années à venir si une telle loi est votée.
    Refusons cela dans tous les états du monde, car c’est la clef du totalitarisme.

    Citoyens du monde, n’acceptons pas la surveillance à outrance.

    Soyons les graines d’une autre pensée!

  • Les gens se foutent de l’espionnage informatique. La preuve ? Tout le monde est sur Face de book.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles