États-Unis : un policier abat un homme dans le dos

Comment prévenir ce genre de violences policières ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
police credits nigel parry (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : un policier abat un homme dans le dos

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 10 avril 2015
- A +

Une vidéo montrant un policier blanc qui abat dans le dos un individu noir désarmé défraie la chronique aux États-Unis. Comment prévenir ce genre de violences policières ?

Par Stéphane Montabert.

police credits nigel parry (licence creative commons)
police credits nigel parry ((CC BY-NC 2.0))

Les autorités de Charleston, en Caroline du Nord, États-Unis, sont KO debout après la diffusion par le New York Times d’une vidéo montrant un noir abattu par un policier.

Prise par inadvertance par un témoin à l’aide de son smartphone, la séquence ne laisse aucune place au doute. Un individu tente de s’enfuir ; le policier, Michael T. Slagger, âgé de 33 ans, dégaine alors son arme et lui tire dans le dos à huit reprises. Touchée de cinq balles, la cible s’écroule. Le policier intime l’ordre à sa victime agonisante de mettre ses mains dans son dos et lui passe les menottes… Walter L. Scott, 50 ans, père de quatre enfants, ne se relèvera pas.

L’altercation aurait débuté à la suite d’un contrôle routier et d’un phare éteint sur le véhicule de la victime.

Les médias insistent lourdement pour attribuer un aspect racial à l’affaire, la victime étant noire alors que le tireur est blanc. Pareille perception sonnerait comme une revanche alors que 9 mois et 1200 kilomètres séparent cette affaire de l’épisode de Ferguson dans le Missouri où un jeune noir avait trouvé la mort sans que la culpabilité du tireur blanc ne puisse être établie. Mis à part la couleur de peau des protagonistes, les similitudes s’arrêtent là. Nul caméra ne filmait la scène là-bas et la victime reçut les balles de face. Mais même à Charleston, rien dans les faits dont nous disposons à l’heure actuelle ne vient conforter l’hypothèse d’un crime raciste.

Si le grand public apprend quelque chose aujourd’hui, c’est avant tout le peu de scrupules que peut avoir un policier à mentir effrontément. Avant que l’avocat de la famille de la victime ne produise la terrible vidéo, le tireur affirmait qu’il avait eu « peur pour sa vie », prétendant que l’homme abattu se serait emparé de son Taser. Les images montrent depuis qu’au moment de vider le chargeur de son arme dans le dos de sa victime, sa main ne tremblait guère.

Alors, y a-t-il du racisme dans cette affaire ? Les activistes professionnels jurent que oui, et c’est pour eux le principal problème. Aucun d’eux ne semble beaucoup s’inquiéter de la facilité avec laquelle un policier expérimenté et assermenté peut froidement tuer un homme et mentir après-coup sur ce qui s’est passé, comptant sur la confiance qu’un jury apportera la plupart du temps à un dépositaire de l’autorité publique.

Mais pourquoi ? Les policiers ne sont pas et n’ont pas à être des Übermensch légaux. Ils sont aussi imparfaits et faillibles que tout autre être humain. Les nombreux avantages juridiques dont ils bénéficient ne les amènent certainement pas à devenir meilleurs. Si certains d’entre eux peuvent canaliser leur colère et leurs bas instincts à l’aide d’un entraînement rigoureux, d’autres peuvent très bien garder à l’esprit qu’ils seront innocentés au bénéfice du doute le jour où la justice leur demandera pourquoi ils ont employé leur arme.

Sans être entièrement faux en Suisse, cet aspect est d’autant plus remarquable aux États-Unis où la dangerosité de certaines zones (notamment à cause des gangs) et l’hystérie sécuritaire consécutive aux attentats du 11 septembre ont donné les coudées franches à tous les services de sécurités. Les abus s’enchaînent depuis contre le grand public. Entre une législation de plus en plus souple, la confiscation de biens sans inculpation, la facilité d’emploi d’une arme ou l’image positive associée aux comportements les plus extrêmes grâce aux séries télévisées faisant la part belle au « héros sans scrupules », le respect des droits des individus et des procédures est largement passé au second plan.

Michael Slagger aura du mal à éviter la prison à perpétuité. Sachant que la Caroline du Nord pratique toujours la peine de mort, il s’expose peut-être même à pire. On verra à l’occasion combien de manifestations politico-médiatiques seront orchestrées pour soutenir son droit à la vie.

Hors de toute polémique idéologique, on se demande surtout comment éviter pareille tragédie à l’avenir. Cet épisode relance encore une fois la pertinence de caméras accrochées à l’uniforme des policiers et filmant en permanence. L’idée est simple, facile à mettre en place et extrêmement formatrice. Un individu ne se comporte pas du tout de la même façon en sachant que ses faits et gestes sont enregistrés que lorsqu’il pense agir sans témoin.

Les policiers se doivent d’agir de façon irréprochable ; être filmés en permanence est une façon d’y parvenir. Ceux que cela dérange ne sont probablement pas dignes de l’uniforme. On ne sera pas surpris d’apprendre que certains s’y opposent, utilisant leurs relais politiques pour tenter de criminaliser l’œil public.

Avec une caméra attachée à sa chemise, Michael Slagger n’aurait certainement pas tué Walter Scott. Mais ce n’est pas le plus important. Avec la certitude de porter un gadget de ce type pendant ses heures de service, peut-être ne se serait-il même pas engagé dans la police.


Sur le web

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • quand même , pour tirer comme ça dans le dos de quelqu’un , faut pas avoir grand chose dans le ventre …..l’amérique serait elle raciste ? ce sont toujours les noirs qui trinquent ;

    • Combien pariez-vous qu’hélas, si la victime avait été blanche, personne n’en aurait parlé en dehors du Comté ?

      • Si la victime avait été blanche elle n’aurait même pas été l’objet d’un contrôle routier

        • Avec un phare éteint, bien sur qu’un blanc se fera arrêter. Moi ca m’est déjà arrivé et je suis blanc.

          • Et on va a tiré dans le dos ?

            • Moi parler de etre objet controle routier. Si toit lire conversation toi comprendre que moi répondre à message qui dire: « Si la victime avait été blanche elle n’aurait même pas été l’objet d’un contrôle routier ». Moi répondre uniquement à CONTRÔLE ROUTIER.

              Donc toi etre citoyen mais toit répondre à coté. Toi comprendre?

            • Et Mitch, pas pendre fuite … lui sage …

        • n’importe quoi. c’est normal que les noirs sont plus controlés ce sont eux qui commettent le plus de crimes tout comme c’est normal que les jeunes esoient plus controlés que les vieux et les hommes plus controlés que les femmes. désolé, si les flics sont logiques.

      • C’est pas une supposition des tas de cas ou ce sont des blancs qui tuent des blancs existent et on en parle jamais. Nos socialistes aiment plutôt l’idée qu’un policier peut tuer pour un oui ou pour un non, c’est dans leur idéologie, c’est pour cela qu’il faut à tout prix pour eux que ce soit un crime raciste.

    • faux, regardez les tués par la police américaine ce sont majoritairement des blancs. seulement quand un blanc est tué par la police tout le monde s’en fout. qui vous dit que ce meurtre était motivé par le racisme ?? il se peut très bien que le flic ait juste perdu les pédales.

    • il n’y a pas plus de racisme aux usa qu’ici. lemythe du racisme des usa vient d’une campagne de progande soviétique pdt la guerre froide. bien sur, les gauchistes américains (qui controlent les média américains) voient du racisme partout, ils veulent faire passer tous les blancs pour du racisme

    • selon les données officielles du FBI pour l’année 2012, sur les 2.648 Noirs tués, 2.412 l’ont été par des Noirs (soit 91 %) et 193 par des Blancs (soit 7 %). Face à ces 193 Noirs tués par des Blancs, on dénombre 431 Blancs tués par des Noirs cette année-là. Et il y a 6,22 fois plus de Blancs que de Noirs dans ce pays

  • Il me semble qu’il fut un temps, en Europe, en France et en Suisse, ou les forces de l’ordre pouvaient tirer sur un fuyard.
    Il y avait peut-être des conditions aujourd’hui durcies parce que tirer dans le dos d’une personne non armée, c’est quand même très dur.

    Dans ce cas, la personne aurait été rattrapée plus loin, à la rigueur plus tard. Le COP semble l’avoir touchée dans le buste, sans que la situation ne l’exige.

  • je cite:
    « on se demande surtout comment éviter pareille tragédie à l’avenir. » ?

    simple : prison a vie ; comment faire autrement, surtout que , circonstance aggravante il est assermenté et il a menti. Même la chaise électrique me semble envisageable.
    On peut tirer sur quelqu’un chez soi, surtout si on est attaqué, mais dans la rue, et pour une altercation !!
    Ils se croient toujours au Far West ces cons !!

    • Le châtiment du policier n’aura absolument aucun rôle pour éviter de pareilles tragédies à l’avenir. Au contraire, cela laisse penser qu’il n’y aurait pas d’autres mesures à prendre, dont le premier but doit pourtant être d’éviter de se retrouver dans une situation où policier et/ou victime perdent leur sang-froid.

    • « Ils se croient toujours au Far West ces cons !! »

      La far-ouest était une période de sécurité et de prospérité inégalé dans l’histoire…

  • Beaucoup des policiers blancs qui abattent des innocents noirs affirment avoir ressenti une menace. Je pense qu’il y a là une part de vérité : les policiers ont vraiment peur, ils croient vraiment être menacés.

    Du coup ils réagissent maladroitement, un peu comme certaines femmes réagissent brutalement lorsqu’un passant leur fait un compliment ; ces femmes ne sont pas méchantes, elles ont juste terriblement peur des hommes.

    Il me semble que plus des policiers ont des intérêts communs avec les populations qu’ils protègent moins ils ont peur de ces populations, ce qui entraine une baisse des bavures policières.

    Suis-je en train de dire qu’il faut des flics noirs dans les quartiers noirs, et des flics blancs dans les quartiers blancs ?

    Non, il faut simplement que les flics aient davantage d’intérêts communs avec les habitants de ces quartiers, et que ces derniers aient l’impression d’être protégés par eux-mêmes. Il faut notamment que certains jeunes aient l’impression que s’opposer aux policiers revient à s’opposer à leurs propres parents plutôt qu’ « au système. »

    Pour finir, l’article dit que certaines zones aux États-Unis sont dangereuses à cause des gangs… il est important de préciser ce qui rend ces gangs aussi puissants et nuisibles : l’illégalité des drogues.

    Légaliser les drogues permettrait de rendre les gangs (particulièrement ceux composés d’afro-américains) moins puissants, moins nuisibles… Je pense que ça se ressentirait même dans la musique rap : elle serait beaucoup moins violente, les messages véhiculés seraient beaucoup plus positifs. Tout cela aurait pour conséquence de réduire les préjugés de certains policiers blancs à l’égard des noirs.

    • Le problème c’est que ce genre de comportement intervient dans beaucoup de cas, que la victime soit blanche ou noire. Les policiers aux US ont l’air d’avoir un manque cruel d’entrainement et semblent recrutés assez légèrement. S’ils se croient menacés par rien du tout, c’est leur problème et le problème de leur formation. Souvent, même s’il y vidéo amateur, ils ne sont pas punis par leurs actions. C’est là un des grands problèmes. On ne juge pas un flic comme on juge un simple citoyen, ils doivent avoir un niveau d’exemplarité plus élevé que la moyenne.

      Totalement d’accord avec les drogues, vu que les US sont engagés dans une énorme guerre des drogues qui nuit totalement à leur société. Le tout en ayant tout de même un accès aux différentes drogues assez large.

    • je crois que si on légalisait les drogues, les criminels se retourneraient vers d’autres activités illégales. je ne dis pas qu’il ne faut pas légaliser les drogues (c’est une question très complexe) et qu’il n’y a pas d’effets positifs dans la légalisation des drogues mais je doute que ce soit une solution miracle, cela ne permettrait pas de rendre les noirs riches. je vous trouve bien naifs. je doute qu’il suffise de légaliser les drogues pour que la situation s’améliore et que tout devient parfait

  • Charleston n’est pas en Caroline du Nord. Charleston est en Caroline du SUD.

    Cela ne change rien au fond de l’article.

  • Évidemment le débat raciste revient et, sauf à être dans la tête du tueur, personne ne saurait dire si c’est un acte raciste. Il ne suffit pas de mettre fin à la vie d’une personne de couleur différente pour que cela soit un acte raciste, sauf à déplacer le débat la ou il n’a pas lieu d’être.

    Les policiers américains sont globalement bas du plafond, il faut avoir navigué aux USA pour s’en être rendu compte, du reste, il suffit d’observer la filmographie américaine, les comédies notamment, pour constater que les flics y sont souvent dépeints comme des brutes sans cervelle.

    Quant à « on se demande surtout comment éviter pareille tragédie à l’avenir » : l’éducation et la formation, dès l’enfance. De nos jours, arrivent à l’âge adulte, des gens dont l’enfance a été totalement laissée à la dérive, dans le meilleur des cas éduqués par la télé ou les jeux vidéos, dénués de réflexion, d’esprit d’analyse, esprits binaires.

  •  » l’amérique serait elle raciste ? ce sont toujours les noirs qui trinquent  »

    Plus du 90% des noirs assassinés l’ont été par d’autres noirs dixit le ministère de la justice. Et poser la question de savoir si l’Amérique est raciste après les deux élections d’Obama c’est un peu se foutre du monde.

    http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/htus8008.pdf

    D.J

    • La plupart des crimes commis par des afro-américains contre d’autres afro-américains sont liés aux trafics de drogue. Ces crimes résultent de l’illégalité des drogues.

      Il est impossible de comprendre à quel point un pays occidental est raciste tant qu’on juge normal que les drogues soient illégales.

      Dans un pays occidental, EN APPARENCE les minorités jouissent de tous les privilèges alors que les blancs se doivent d’être politiquement correct et de se sentir éternellement coupable pour l’esclavage et la colonisation. Mais EN RÉALITÉ les minorités sont fortement désavantagés par des politiques qui empêchent leur émergence économique. Les lois contre les drogues font partie de ces politiques faussant complètement la concurrence. Ce sont des lois contre les minorités avant d’être des lois contre les drogues.

      Les communautés afro-américaines seraient aussi prospèrent et paisibles que des vignobles bordelais si les drogues étaient légales.

  • Faut-il rappeler qu’à Ferguson le policier à été innocenté d’après des preuves de lutte et l’analyse de la scène de crime à démontré qu’il avait été attaqué dans son véhicule et qu’il n’a pas été tiré dans le dos.

    Il etait donc innocent, et non pas non condamné faut de preuve comme certains médias continues de le rapporter.

    La création de fausse histoire de racisme à des conséquences. Les médias en général ont un sérieux examen de conscience a faire.

    Sinon je vois ici une erreur de jugement criminelle, pas une affaire de racisme, affirmer le contraire est malhonnête. Même que supposer par défaut qu’un policier blanc tue un noir parce qu’il est noir est en soit raciste.

  • je me suis toujours mefie de la police ,des instits et des cures …

  • Amérique raciste ?? 93% des noirs sont abattus par d’autre noirs.. Le problème il est là..

  • Charleston est en Caroline du Sud et en plus cette histoire s’est déroulée à North Charleston qui n’est pas la même ville 😉

  • A-t-on une vidéo avec un flic noir qui tire dans le dos d’un blanc pour un phare cassé ?

  • Il est quand même surprenant de constater que des libéraux défendent à ce point les représentants armés de l’état qui tuent justement parce-qu’ils représentent celui-ci et se sentent intouchables.

    • L’auteur de l’article ne semble pas le soutenir. Moi non plus.
      Il semble y avoir une anomalie dans le comportement du policier.
      La justice tranchera.

    • Bah ça fait plusieurs affaires qui s’avèrent totalement fausses, c’est normal d’être prudent, spécialement avec le biais médiatique. Que l’on aime les policiers ou pas ils n’ont pas à se laisser abattre dans le vide.

      Bien que dans ce cas précis je vois mal comment ça peut être justifiable vu le vidéo. Le lien avec la racisme par contre est un mensonge, je vois un policier qui à commis une grave erreur de jugement.

      • Comment pouvez-vous AFFIRMER qu’il n’y a pas de racisme dans l’acte du policier, aurait-il tiré dans le dos d’un blanc de 50 ans ? Bizarrement on pas de vidéo de blanc qui se font descendre de cette façon.

        • Sauf si a une carte club privilège du KKK, tout lien avec le racisme est malhonnêteté de manière automatique. Il aurait tiré sur un noir pour le plaisir de la chose sachant qu’il est bon pour la chaise électrique?
          Pourquoi faire un procès de ses motivations avant même le début d’une enquête?
          J’ai vraiment besoin d’expliquer ça?

        • c’est vous qui affirmez que c’est du racisme donc c’est à vous de le prouver. n’inversez pas la charge de la preuve. la majorité des personnes tués par les flics américains sont blanches. les médias ne parlent que de policiers blancs tuant des noirs mais ils s’en foutent quand des flics noirs tuent des noirs ou des flics blancs tuent des blancs. ce qui montre clairement que les médias sont profondément racistes. à los angeles, il y a régulièrement des meurtres racistes contre les noirs mais les médias n’en parlent pas parce que ces meurtres sont commis par les latinos. la plupart des flics américains sont blancs tandis que la plupart des criminels sont des noirs. aux usa, les flics ne rigolent pas. la très grande majorité des blancs quand ils se font arrêter sont respectueux et ne s’enfuient pas tandis qu’une bonne partie des noirs manquent de respect aux flics et les insultent quand ils se font arrêter

    • il ne s’agit pas tellement de défendre les flics que de montrer que les médias font de la propagande. Il suffit de voir l’histoire de ferguson où le flic était clairement innocent (il y avait suffisamment de preuves pour montrer que le drogué (qui faisait parti d’une équipe de football américain) chargeait le flic bcp plus petit. http://www.lesobservateurs.ch/2014/12/18/ferguson-taubira-et-sa-haine-des-blancs/
      lefait de vouloir présenter l’amérique comme raciste vient de la guerre froide c’est une opération de propagande soviétique. lisez « The Kremlin Legacy » d’ Ion Mihai Pacepa ,ancien chef de la Securitate roumaine. exemple: Ion Pacepa explique comment le KGB a réussi à susciter, dans la presse américaine, une campagne d’articles s’indignant d’une recrudescence d’incendies volontaires racistes d’églises noires — incendies totalement imaginaires, qui n’ont jamais existé. Cela a tellement bien marché que Bill Clinton lui-même a pris la parole pour déplorer les nombreux « incendies racistes d’églises noires » qu’il avait connus enfant dans son Etat d’origine, incendies dont il est prouvé qu’ils n’ont jamais existé à l’époque où il était enfant. Enfin, une loi a été votée punissant de peines spécifiques ce type d’incendie volontaire, incendies, encore une fois, totalement inventés à Moscou, au siège du KGB. les gauchistes américains (qui controlent la majorité des média américains) voient du racisme partout, ils veulent faire passer tous les blancs pour des racistes (ils oublient de parler du fait que les autres communautés (latinos, asiatiques,…) ne s’entendent pas avec les noirs. bcp de noirs sont profondément racistes (antiblanc) ils agressent des blancs sans raison.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles