Haïr les Américains et les armes à feu, une valeur québécoise ?

Les artistes, les intellectuels et l’ensemble des médias se donnent bonne conscience en diabolisant les armes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
walter P22 armes credits Anas Ahmad (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Haïr les Américains et les armes à feu, une valeur québécoise ?

Publié le 9 avril 2015
- A +

Au Québec, haïr les Américains et les armes à feu s’est imposé comme valeur. Les artistes, les intellectuels et l’ensemble des médias se donnent bonne conscience en les diabolisant.

Par Serge Rouleau, depuis le Québec.

walter P22 armes credits Anas Ahmad (licence creative commons)
walter P22 armes credits Anas Ahmad (CC BY-NC-ND 2.0)

Le 27 mars dernier, la Cour Suprême du Canada a conclu que le gouvernement fédéral n’avait pas l’obligation de remettre les données du défunt registre des armes d’épaule au gouvernement du Québec. La ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, sans même réfléchir, a aussitôt répliqué que le Québec créerait son propre registre avec ou sans les données d’Ottawa.

Je n’arrive pas à comprendre l’entêtement du gouvernement du Québec à vouloir créer un registre des armes d’épaule aussi inutile que coûteux. La ministre Thériault a imprudemment avancé le chiffre de 30 millions de dollars pour créer un nouveau registre. Faut-il rappeler à la ministre que le défunt registre du gouvernement fédéral devait coûter 2 millions $, mais à la fin a coûté mille fois plus. Dans un contexte de rigueur budgétaire où chaque dollar économisé compte, cet entêtement n’est pas seulement contre-productif, il est irresponsable.

Un registre inutile 

Les représentants hyperactifs du lobby pro-registre affirment que c’est un bien petit prix à payer pour éviter des catastrophes comme celle de l’Assemblée nationale (caporal Lortie), de Polytechnique (Marc Lépine), du collège Dawson (Kimveer Gill) et de l’université Concordia (Valéry Fabrikant). Ne savent-ils pas que dans chacun de ces cas, les armes utilisées étaient dûment enregistrées? Il faut vraiment être de mauvaise foi pour prétendre qu’une arme enregistrée protégera la population des méfaits d’un détraqué.

Ils prétendent aussi que le registre est un outil utilisé par les policiers lorsqu’ils répondent à un appel d’urgence. Il leur permet de déterminer si l’individu recherché possède une arme. C’est pourtant tout le contraire. Je doute qu’un détraqué se dise : « zut, mon arme est enregistrée, je ne peux donc pas m’en servir ». Même si la personne interpellée ne possède pas d’arme à feu, elle représente toujours un danger sérieux pour les policiers. Un marteau, une hache ou une pioche sont des outils potentiellement létaux. Donc, un policier qui supposerait que la personne interpellée est non armée, puisque son nom ne figure pas dans le registre, mettrait en danger sa vie et celle de ses coéquipiers. Enfin, les criminels n’enregistrent pas leurs armes.

La politique a ses raisons que la raison ignore 

Il faut donc chercher ailleurs les motivations du lobby pro-registre et des politiciens qui militent en faveur de la création d’un registre des armes d’épaule.
Les politiciens font fi de la réalité, car ce qui compte pour eux c’est de donner l’impression qu’ils agissent pour protéger la population des crimes commis par arme à feu. Ils choisissent donc d’appuyer le lobby pro-registre et de donner l’illusion que la sécurité publique est renforcée grâce à celui-ci.

La pensée unique véhiculée par les médias laisse croire que les Québécois supportent quasi unanimement le registre. Donc, tous les politiciens chantent en cœur « il nous faut un registre ». En clair, les considérations électoralistes priment toujours.

Les mauvaises priorités

Si le but du gouvernement était réellement de sauver des vies, il existe des dossiers autrement plus importants que celui du registre des armes d’épaule. Malheureusement, il n’y a jamais eu de débat dans ce dossier monté en épingle par les arguments hyper émotifs du lobby pro-registre.

Par exemple, selon l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, près d’une personne sur cinq souffrira d’une maladie mentale au cours de sa vie. La maladie mentale est très fréquente et les troubles mentaux représentent près de 20 % de la charge de morbidité pour notre société, se situant ainsi au 2e rang, comparativement à 23 % pour les maladies cardiovasculaires et 11 % pour les cancers. Le taux d’homicide par arme d’épaule au Canada est de moins de 0,1 par 100 000 personnes, environ une trentaine d’homicides par année pour tout le Canada.

La dépression fait plus de victimes que les accidents de la route. Le nombre de suicides reliés à la dépression (environ 950 par an) dépasse le nombre de décès sur les routes du Québec (environ 600 par année). En effet, 80 % des gens qui se sont suicidés souffraient de dépression.

Dans le contexte de rigueur budgétaire actuel, dépenser 30 millions de dollars pour créer un registre des armes d’épaule, pour faire plaisir à un groupe de pression qui carbure à l’émotion, est non seulement irresponsable, c’est criminel.

Conclusion 

Comment expliquer que pas un seul député de l’opposition, par nature réfractaire à tout ce que le parti au pouvoir propose, s’oppose à ce projet coûteux et inutile ?
Au Québec, haïr les Américains et les armes à feu s’est imposé comme valeur québécoise. Les artistes, les intellectuels et l’ensemble des médias se donnent bonne conscience en diabolisant les Américains et les armes à feu. Tout politicien qui oserait remettre en question la nécessité d’un registre des armes d’épaule serait rapidement lapidé en place publique et relégué aux banquettes arrière de l’Assemblée nationale, voire banni de son parti.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • @ Serge Rouleau :

    « Je n’arrive pas à comprendre l’entêtement du gouvernement du Québec à vouloir créer un registre des armes d’épaule aussi inutile que coûteux. »

    a) le gouvernement canadien n’est pas d’accord.
    b) les québécois sont gentiment socialistes sur les bords.
    c) le gouvernement canadien n’est pas d’accord.

    Ce sont les trois raisons principales.

  • Autre chose que je n’ai entendu dans aucun média, il faut un permis pour posséder une arme. Même les armes longues. Il est également interdit d’en posséder au moindre écart de comportement.

    En fait ils savent déjà qui en possèdent via les permis, mais je n’ai vu aucun journaliste mentionner ce fait.

  • Le Québec est le pire endroit de l’Amérique du Nord, et le seul à être socialiste (même les Etats américains plutôt à gauche sont au pire keynésiens).

    C’est la France de l’Amérique du Nord.

    Une intelligentsia marxiste, des gens accros à l’Etat, des syndicats étudiants anti-capitalistes, et des militants « péquistes » cultivant la haine du Canada anglais et des USA.

    Ils ont un solde migratoire négatif depuis 30 ans, sont le 5ème Etat le plus endetté au monde par rapport à leur PIB et en termes de niveau il s’agit d’un des endroits les plus pauvres du Canada et même de toute l’Amérique du Nord.

    N’allez jamais vivre là-bas, sauf pour les vacances.

  • Sur la létalité du marteau ou de la pioche, je trouve ça un peu léger. Oui, une arme à feu est le prolongement de la main mais essayez de balancer des pioches à 50 mètres en rafale, vous serez vite fatigué. La comparaison avec les possibilités du numérique me semble juste. Avant pour copier un CD, il fallait le temps que fait le CD. Aujourd’hui, il faut 25 fois moins de temps ce qui décuple en quantité les possibilités de copies. Voyez-vous avec une arme à feu, de poing ou d’epaule, c’est pareil. Imaginez à Columbine ou Charlie Hebdo les mecs avec une pioche, haha.

    Ensuite sur le nombre de personnes qui meurt chaque année pour d’autres raisons. Est-ce que parce que ceux-là sont morts d’autres chose, on ne peut pas attaquer d’autres causes ? C’est un par un ? On choisit le cancer ou le sida ? (Manifestement la dépression). Tant qu’à faire puisque nous sommes dans les pourcentages, quelle serait dans ce cas la proportion d’argent allouée à ce registre en comparaison à celui dévolu à la lutte contre les maladies mentales histoire de voir ?

    Enfin, je remarque ce triptique médias, artistes, intellectuels… A comparer, entre une société où tout le monde a un bon gros gun à la maison et une société avec des oeuvres, des livres ou des informations (ce site compris bien sûr), je préfère la seconde proposition. Au moins les artistes ou les intellectuels ils me remuent les méninges (la preuve tout de suite) tandis que dans le premier cas on risque de les éclater, mes méninges !

    • Ceux qui ont un fusil à la maison sont des gorets, ceux qui n’en ont pas son cultivés et aiment les oeuvres? Quelle malhonnêté intellectuelle, les armes sont déjà contrôlés, rien de cela n’est en rien changé.

      Et oui, je préfère que les centaines de millions que coûteront cette plaisanterie, alors qu’il faut déjà un permis de possession je le rappel, servent à la santé. Ce n’est pas normal d’attendre des années pour voir un spécialiste et les urgences aient des listes d’attente qui se compte en jour.

      Combien de personnes meurt chaque année à cause de ce système, au moins les propriétaires sont responsables, les responsables de ce système pourrit n’iront jamais dans une prison et ce peut importe combien devront souffrir.

      • Bon, excusez les fautes mais mes gros doigts de bûcheron font plus de dégâts pendant la tentative de correction 😀 Je vous rassure tout de suite, je ne suis pas chirurgien.

  • Gouvernement totalitaire, se fout de la population. Nous nous savons ce qui est bon pour toi, ferme ta gueule pis soumet toi. C’est comme cela que ça a commencé en Allemagne dans les années 30. Hourra pour Couillard le dictateur

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Elizabeth Nolan Brown.

 

Comment les États réagissent à l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade

Depuis l'arrêt de la Cour suprême de vendredi dernier qui a bouleversé la liberté de pratiquer une IVG en Amérique, les États ont pris des mesures pour en restreindre ou en protéger l'accès.

L'adoption de nouvelles interdictions de l'interruption de grossesse prendra au moins un peu de temps. Cependant, un certain nombre d'États ont déjà adopté des dispositifs légaux d'interdictions qui se déclencheraient automatiquement e... Poursuivre la lecture

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

On viole les droits constitutionnels des gens au nom de leur sécurité.

Les fusillades sont une triste réalité qui semble unique aux États-Unis. Et à chaque fois qu’elles se produisent, les sirènes (généralement démocrates) implorent le Congrès de « faire quelque chose ». Même si cela implique de violer les droits fondamentaux des individus.

Généralement, les républicains résistent au charme. Mais pas cette fois-ci.

Plusieurs sénateurs du parti de Trump se sont rangés du côté du parti de Biden pour imposer des restrictions... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles