Le Cirque du Soleil et le nationalisme économique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Cirque du Soleil et le nationalisme économique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 avril 2015
- A +

Par Youri Chassin, depuis le Québec.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Cirque Du Soleil @ Marina Da Glória - Credits  Focka (CC BY-ND 2.0)
Cirque Du Soleil @ Marina Da Glória – Credits Focka (CC BY-ND 2.0)

 

Le nationalisme économique est encore bien vivant dans notre monde, au Québec comme ailleurs. Cette semaine, c’est le ministre de l’Économie, Jacques Daoust, qui a demandé à Investissement Québec d’aider un éventuel partenaire intéressé à racheter Manac afin que le constructeur de semi-remorques reste dans la province et reste québécois.

La semaine dernière, c’était le premier ministre Philippe Couillard qui interpellait Guy Laliberté afin que celui-ci ne laisse pas filer à l’étranger le siège social de son entreprise, le fameux Cirque du Soleil. Il n’était pas le seul, car en chambre, les péquistes et les caquistes ont pressé le gouvernement libéral de ne pas laisser l’entreprise passer à des mains étrangères.

Personnellement, j’avoue que j’aime bien les spectacles du Cirque du Soleil. Ils sont tout à fait spectaculaires. Je suis convaincu également que les semi-remorques Manac sont d’excellente qualité. Mais pourquoi ces entreprises doivent-elles demeurer au Québec, sous contrôle québécois ?

C’est certain que nous avons besoin d’entreprises au Québec, que nous avons besoin d’emplois. Mais pourquoi ces entreprises ? Pourquoi ces emplois ? Qu’un entrepreneur québécois vende librement son entreprise à des Américains ou des Européens, voire des Qataris, tant mieux pour lui, il n’y a pas de mal à ça. Bien sûr, si des gens perdent leur emploi – ce qui est loin d’être certain même avec un acheteur étranger – il y aura une période d’ajustement. Mais d’autres entreprises, aujourd’hui étrangères, se trouveront à être achetées par des Québécois à leur tour.

D’ailleurs, quand Jean Coutu achète des pharmacies aux États-Unis, est-ce qu’on pense que c’est une mauvaise chose pour les Américains ? Est-ce qu’on leur fait ainsi du mal ? Alors, si des Américains achètent le Cirque du Soleil, ça ne sera pas non plus une mauvaise chose pour les Québécois. Pas besoin de faire de débats de société chaque fois que ce genre de transaction survient, et pas besoin que l’État s’en mêle.

Le Premier ministre a rappelé la semaine dernière que le gouvernement du Québec, et donc les contribuables québécois, avait aidé à lancer le Cirque du Soleil dans les années 1980. Mais cela ne veut pas dire, comme un chroniqueur l’a affirmé, que le Cirque du Soleil appartient à tous les Québécois. Dans les faits, M. Couillard n’est pas allé aussi loin que le président Obama qui disait aux entrepreneurs américains en campagne électorale en 2012, « You didn’t build that ». Il a plutôt admis que le Cirque, c’est l’entreprise de M. Laliberté, et qu’il peut la vendre s’il veut. Il souhaite seulement qu’il la vende à des Québécois.

Par ailleurs, est-il même pertinent de remercier l’État d’avoir subventionné le Cirque il y a trois décennies ? Au contraire, nous devrions nous méfier de ce genre de dirigisme, autant que du nationalisme économique.

Pour un Cirque du Soleil, qui aurait peut-être réussi sans subventions, combien de Gaspésia, de Domtar ou d’Electrolux qui ont dû fermer des usines ? Pourtant, si les choix d’investissement étaient laissés aux acteurs privés, les fleurons économiques comme le Cirque du Soleil ne seraient pas moins nombreux au Québec ; il y en aurait probablement davantage. Car ce n’est pas l’État qui est le mieux placé pour choisir les gagnants et les perdants ; ce sont les investisseurs professionnels, qui doivent faire des choix judicieux pour gagner leur pain.

Le Premier ministre a demandé au fondateur du Cirque de se souvenir de ses racines, et je suis entièrement d’accord : chacun d’entre nous devrait se souvenir de ses racines en tant que citoyen d’un des pays les plus libres au monde, et reléguer le dirigisme et le nationalisme économique aux oubliettes de l’histoire.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • On peut se demander à quoi correspond la notion de nationalité pour une entreprise. Si c’est juste la localisation du siège social alors c’est vraiment un détail infime. Les artistes du Cirque du Soleil viennent de tous les pays et se produisent dans le monde entier.

  • Les acteurs du cirque du soleil étaient déjà internationalisés en grande majorité. Alors mettre le siège en paradis fiscal, serait le plus intelligent.

  • Les costumes et les spectacles sont fabriqués au Québec. Selon des critères de qualités que d’autres seraient peut être prêts à sacrifier par économies. N’oubliez pas que plus de 20 spectacles tournent encore. Et qu’ils ne sont pas fait que par les artistes que vous voyez sur scène. Si des emplois sont perdus, ça demandera « quelques ajustements »?… Dans les domaines artistiques ( costumes, accessoires, décors) les possibilités sont malheureusement rares… Pour moi qui suis costumière pour le cirque, ça demandera un gros ajustement… Et je ne suis pas la seule… Loin de là… Il ne s’agit pas  » que » du siège social… Qui par ailleurs emploie beaucoup de monde…. Ah! Oui! Pardon! J’oubliais: Ils s’ajusteront. Ah quel bel esprit individualiste!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Joakim Book. Un article de Mises.org

Dans le classique de la littérature russe Anna Karénine, Tolstoï écrit :

« Les familles heureuses se ressemblent toutes mais chaque famille malheureuse l'est à sa manière ».

On peut dire la même chose des technocrates obnubilés par l’État et de leurs tendances à la planification centrale : tous les technocrates heureux se ressemblent, mais chaque citoyen-sujet malheureux vivant sous leur domination est malheureux à sa manière.

Quel que soit le sujet, les technocrates suivent... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Depuis peu, le chroniqueur politique et sociologue québécois Mathieu Bock-Côté (MBC) est rendu à l’antenne de CNews pour l’émission Il faut en parler. Son impressionnante bibliographie montre qu’il n’a pas la langue dans sa poche et qu’il est capable d'aborder plusieurs sujets.

Mais pour quelqu’un qui se targue de fouiller derrière « le brouillard des controverses artificielles » il ne se gêne pas pour en créer de toutes pièces lui-même. Car derrière ses airs intellectuels se cache un être dangereusement opp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles