Les deux Charlotte : Charlotte Corday et Charlotte Robespierre

Charlotte Corday et Charlotte Robespierre auraient-elles pu se rencontrer ? Qu’auraient-elles alors pu se dire ou se confier ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les deux Charlotte : Charlotte Corday et Charlotte Robespierre

Publié le 3 avril 2015
- A +

Par Johan Rivalland

Les deux charlotte rosartJean-Paul Rosart, l’auteur de cette pièce, imagine une situation où Charlotte Corday et Charlotte Robespierre, « les deux Charlotte », se seraient rencontrées, la veille de l’assassinat de Marat par la première.

Deux personnages opposés ?

Le contexte est celui de la période de la Révolution où les Girondins, jugés « trop tièdes et modérés » envers la Révolution, sont décrétés hors la loi depuis un mois et sont « éliminés » (en prison, en attendant d’être jugés, pour une grande partie d’entre eux), en tant « qu’ennemis de la Révolution ».

Charlotte Corday, partie de Caen, se rend à Paris dans l’intention bien ferme d’assassiner un homme, Marat, « pour en sauver cent mille », l’aboutissement d’une courte vie destinée à prendre fin bien jeune, pour cette descendante de Corneille, sans doute imprégnée de l’esprit de certains des personnages de son aïeul.

L’occasion, à travers ce dialogue, d’apprendre sur la vie respective des deux femmes (on se référera, à ce sujet, et en ce qui concerne la première, à l’excellent ouvrage d’Hélène Maurice-Kerymer « Le roman de Charlotte Corday », déjà présenté ici). Elles ont en commun, notamment, d’avoir perdu leur mère très jeune, ainsi qu’une petite sœur (entre autres).

Pour le reste, tout les oppose, a priori. L’une veut abattre la tyrannie et exècre la dictature ; l’autre juge cette dernière nécessaire, la « fermeté » seule, plutôt que les discours, étant compatible avec l’esprit de la révolution.

Du moins à première vue, car l’auteur entend justement imaginer ce qui aurait pu, d’une certaine manière les rapprocher, dans leurs itinéraires de femmes de l’époque.

Une situation réaliste ?

Une pièce intéressante, donc, d’autant que basée sur une bonne connaissance des deux personnages. Cependant, il me semble invraisemblable que cette jeune femme si courageuse et déterminée qu’est Charlotte Corday eût pu se confier ainsi un seul instant, non seulement à une inconnue rencontrée par hasard sur un banc de jardin public, mais qui plus est à la sœur du terrible Robespierre, au risque de faire échouer ses plans.

Ainsi, page 31, interrompant brusquement Charlotte Robespierre, à propos du sort réservé aux Girondins :

« Non, il est peut-être encore temps de l’empêcher ! Il faut commencer par tuer celui qui est à l’origine des calomnies et des accusations de trahison portées contre eux, et commerce avec l’ennemi (…) ». Plus loin : « (…) Il faut tuer Marat » (l’ami du peuple).

Absurde, à mon sens. Comment aurait-elle pu faire preuve d’une telle imprudence, la veille de l’acte qui lui importait tant, elle qui était si déterminée ?

Même si je juge cette situation très peu crédible et un peu légère, en particulier dans ce contexte de Terreur, je n’en salue pas moins l’hommage ainsi rendu par l’auteur aux deux Charlotte, qui a le mérite, à travers ce dialogue, de tenter de retranscrire les pensées que l’une et l’autre auraient pu exprimer au cours d’un dialogue sincère.

Charlotte Corday, une héroïne ?

Il reste la question que j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer et n’a jamais manqué de me perturber, au sujet du procédé de l’assassinat, qui m’est si étranger et me fait hésiter à classer Charlotte Corday parmi mes « héros » au féminin, lui préférant une Sophie Scholl tout aussi résolue mais pacifique.

Comment considérer son acte (dont on sait, comme y revient Jean-Paul Rosart, qu’en effet il fut vain et n’eut pour effet que de « décupler la violence et la brutalité » de la Terreur) ?
Hélène Maurice-Kerymer relevait la référence de Charlotte Corday à Judith qui, dans la Bible, « sauva son peuple de la barbarie des Assyriens en tranchant la tête du sanguinaire général Holopherne ». L’intention était donc louable, malgré l’horreur du procédé.

Mais, dans le même temps, comme j’en ai déjà fait part, comment ne pas faire le parallèle avec tous les exaltés assassinant des personnalités par la simple conviction qu’elles ont de détenir des vérités et de se présenter en sauveur de l’humanité ?

Sujet difficile lorsqu’on pense aux tentatives d’assassinat de personnalités comme Hitler ou celles orchestrées à l’égard de monstres sanguinaires quels qu’ils soient et dont on aimerait voir les actes cesser (je n’ose me référer à l’actualité).

Jean-Paul Rosart y apporte une réponse, considérant que « ce n’est pas une héroïne. Une héroïne ne frappe pas un être sans défense en abusant, de surcroît avec perfidie, de sa crédulité », même s’il reconnaît qu’elle « avait de la grandeur (…), ne demanda pas à être défendue et accepta seulement l’assistance d’un jeune avocat qui n’intervint que pour la forme sans aucune conviction », assumant « seule, pleinement et avec dignité la responsabilité de son acte ».

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • il faut savoir que marat n’avait probablement plus que quelques semaine à vivre lorsque le couteau de charlotte corday ( ou plutot le sien si ma mémoire est bonne ) lui a tranché l’artère aorte … en plus de cela, marat, contrairement à ce qu’insinue l’auteur, n’était pas un petit hitler en puissance, mais un homme politique de la révolution comme il y en eu tant, engagé dans le soutient aux sans culottes, bon journaliste et temoin lucide des événements. s’il n’avait pas été tué ce jour la, il est probable que seul les spécialistes de la révolution se souviendraient de lui … charlotte corday apparait plutot de ce point de vue, comme une abrutie qui va déclencher l’ouragan : son geste est vite relié à la présence des girondins en normandie, qui appellent à la révolte à un moment ou rien ne semble pouvoir arrêter l’armée vendéenne. elle a ainsi, une lourde responsabilité dans l’exécution des girondins à l’automne 1793, alors qu’au mois de juin, seul les extrémistes sans grand pouvoir, réclamaient leurs tètes …

  • Bonjour monsieur Rivalland,

    Les Editions du Panthéon m’ont transmis le mail que vous leur avez fait parvenir au sujet de ma pièce « Les deux Charlotte »
    Je vous en remercie beaucoup – et je suis tout à fait d’accord pour que nous entamions une discussion sur le sujet, sachant (comme je le précise) que je n’ai pas fait œuvre d’historien mais littéraire (théâtre)
    A ce sujet, elle a été programmée en lecture publique au Théâtre du Nord-Ouest à Paris les 30 mai et 13 juin prochains.
    Si cela vous intéresse, ce serait avec plaisir que je vous inviterai à l’une d’elles.

    Vous pouvez me joindre à l’adresse mail que je vous ai indiquée ci-dessus.

    Bien cordialement.

    Jean-Paul Rosart

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la chute du Mur de Berlin, nombreux furent les théoriciens qui affirmèrent que l’idéologie de gauche allait s’effondrer. Moscou, la Mecque du socialisme pendant 70 ans, redeviendrait une capitale comme une autre. Privées du soutien idéologique, logistique et financier de l’Union soviétique, les filiales du Komintern allaient s’éteindre les unes après les autres. Sans le soutien électoral des communistes, le socialisme était voué à disparaître. En France, l’effondrement du PCF actait, croyait-on, la victoire des idées libérales.

Jean-... Poursuivre la lecture

Les grandes illusions idéologiques (marxisme, fascisme, nazisme) ont à peu près disparu. Mais une radicalité de gauche (écologisme radical, intersectionnalité, wokisme, racialisme, dévoiement du féminisme) est apparue, qui n’a apparemment aucune des caractéristiques des anciennes idéologies.

Il s’agit de mouvances intellectuelles disparates que la notion d’intersectionnalité permet d’unifier. En récupérant le concept d’analyse systémique à des fins purement politiciennes, l’intersectionnalité étudie les interrelations entre les facteur... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

En 1892, l'archéologue français Henri Pognon a fait une découverte historique à quelques dizaines de kilomètres au nord-est de Bagdad : un énorme tell qui contenait les ruines de l'ancienne cité-État d'Eshnunna.

Bien qu'il n'ait été fouillé que des décennies plus tard par une autre équipe d'archéologues dirigée par l'égyptologue néerlandais Henri Frankfort, le tell a été l'une des grandes découvertes du siècle, révélant les secrets d'une ville mésopotamienne qui avait été cachée pendant des millé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles