Crash du chômage : Hollande annonce un « deuil républicain »

La nouvelle de la catastrophe a évidemment secoué le monde politique généralement peu mobilisé par le sort des malheureux chômeurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crash du chômage : Hollande annonce un « deuil républicain »

Publié le 27 mars 2015
- A +

Par Nicolas Nilsen.

Nicolas Nilsen 26 mars 2015

La tragique nouvelle du crash de Pôle emploi est tombée à 18h00 ce 25 mars 2015 : le chômage a fait en février 5,9 millions de victimes (pour la seule France métropolitaine, sans compter les DOM). À quelques jours à peine du deuxième tour des élections départementales, la nouvelle de la catastrophe a évidemment secoué le monde politique, généralement peu mobilisé par le sort des malheureux chômeurs. Repérée et suivie par tous les radars depuis des mois, la trajectoire du chômage n’inquiétait pourtant personne. Pas même le Premier ministre dont l’ennemi n°1 n’était pas le chômage mais le Front national. À 18:00, à quatre jours seulement des élections départementales, la catastrophe s’est donc produite, semblant prendre de court toute la classe politique préoccupée davantage par son maintien au pouvoir que par le sort des 6 millions de Français privés d’emploi…

Hollande tweete sa sympathie aux chômeurs et à leurs familles

Alors que les experts du Gouvernement s’interrogent encore sur les causes exactes de cette catastrophe nationale inattendue, le Président de la République a tenu à exprimer aux familles des demandeurs d’emploi « toute la solidarité de la Nation ». C’est « un deuil et une tragédie » a tenu à préciser François Hollande à la suite de la publication des chiffres de février…

ChomageFev2015_C/ Nicolas Nilsen
.
Dans une déclaration télévisée, le Premier ministre, Manuel Valls a assuré les demandeurs d’emploi que le Gouvernement était évidemment totalement mobilisé contre le Front National et qu’il défendrait la République avec fermeté et avec « une main qui ne tremblera pas »

ChomageFev2015_D/ nicolas nilsen
.

En ce qui concerne les causes exactes de la montée inéluctable du chômage, le Premier ministre a indiqué qu’aucune piste n’était pour l’instant privilégiée et qu’aucune hypothèse n’était exclue. Le chômage reste donc un mystère total a-t-il déclaré, et personne, jusqu’à présent, n’est en mesure de proposer une véritable explication. La trajectoire était sous contrôle a précisé Manuel Valls, nous ne comprenons pas ce qui s’est passé et pourquoi le pilotage automatique n’a pas pris en compte les instructions d’inversion de la trajectoire…

Des cellules d’aides psychologiques aux chômeurs

À l’heure où je vous parle, aucune hypothèse ne peut bien sûr être écartée pour expliquer le chômage, a affirmé Manuel Valls devant l’Assemblée nationale. Ajoutant qu’une cellule psychologique pour les chômeurs allait être installée dans chaque antenne de Pôle emploi, le Premier ministre a indiqué que « tant que nous n’aurons pas retrouvé les boîtes noires, l’augmentation du chômage restera un complet mystère »

chomagefev2015_e3/ Nicolas Nilsen
.Plus personne ne pilote la trajectoire de l’emploi

Nos reporters envoyés immédiatement à Pôle emploi ont aussitôt fait part du traumatisme causé par la publication des chiffres de l’INSEE pour le mois de février : 5,9 millions de chômeurs pour la seule France métropolitaine, hors DOM.

« Depuis des mois on nous demande de minimiser le choc des chiffres » nous a déclaré un responsable de Pôle emploi, « mais nous ne pouvions plus continuer à radier les chômeurs pour diminuer les statistiques. Nous ne sommes plus en mesure de contenir la colère des demandeurs privés d’emploi ! Avec près de 6 millions de chômeurs, on est arrivé à un seuil où tout peut exploser d’un moment à l’autre ». Interrogé par Europe1, un agent de Pôle emploi confirme que l’explosion était prévisible : « ça fait des mois et des mois que l’emploi n’est plus piloté et que le chômage évolue selon une trajectoire non contrôlée. Le crash était inévitable ».

Un numéro vert pour les familles de chômeurs

Depuis les studios de RTL, le Premier ministre a demandé qu’on envoie sur place des cellules d’aides psychologiques pour venir en aide aux familles. « Les demandeurs d’emploi ont besoin d’une aide d’urgence” a-t-il déclaré. “Tout cela va se mettre en place dans les meilleurs délais »… Le ministre du Travail a de son côté annoncé qu’il se rendrait sur place dans la soirée et annoncé que plusieurs numéros verts seraient ouverts pour les familles des demandeurs d’emploi frappés injustement par la crise.

ChomageFev2015_F/ Nicolas Nilsen
Des scènes de grande tension à Pôle emploi où l’espoir a totalement disparu

En direct de Pôle emploi, notre envoyé spécial nous déclare : « oui, je suis en direct sur le terrain et je peux vous dire qu’ici, aux côté des victimes, on assiste à des scènes de très grande tension. Il y a de longues files de gens complètement désespérés devant les guichets de Pôle emploi. C’est terrible toutes ces victimes de la crise ».

Sur la zone, nous confirmait notre correspondante, « l’espoir a totalement disparu. Ils auront beau trouver les boîtes noires et nous expliquer les raisons du désastre, nous a confié un chômeur, il restera tout de même ces pauvres 5,9 millions de victimes qui ont été sacrifiées et trahies par ce Gouvernement ».

Pôle emploi met son logo en deuil

ChomageFev2015_G/Nicolas Nilsen
Une minute de silence à l’Assemblée

À l’Assemblée nationale — dont, rappelons-le, les parlementaires viennent d’adopter à l’unanimité un texte de loi prévoyant le doublement de la durée d’indemnisation des élus en fin de mandat ou battus aux élections — le président Claude Bartolone a proposé une minute de silence en témoignage de « la considération qui est due aux malheureux frappés par la crise »

ChomageFev2015_H/Nicolas Nilsen
L’Europe de Bruxelles également en deuil…

Alors que Bruxelles est principalement responsable de la montée du chômage dans toute l’Europe, le Parlement européen a annoncé qu’il observerait demain une minute de silence en hommage aux victimes de l’austérité et de la crise.

ChomageFev2015_J/Nicolas Nilsen
Hollande annonce un « deuil républicain » de trois jours

Toujours soucieux de saisir la moindre catastrophe pour occuper les médias, le Président Hollande a fait deux gestes forts : le premier en annonçant un deuil républicain en hommage aux chômeurs.

ChomageFev2015_K/Nicolas Nilsen
.
Le deuxième en se rendant dans la cour des Invalides pour déposer une gerbe et se recueillir devant « le chômeur inconnu » qui a droit, a-t-il dit, « à la reconnaissance de la Nation ».

ChomageFev2015_L/Nicolas Nilsen

Évidemment, ce post est simplement supposé montrer que — si depuis deux ans le Gouvernement s’était mobilisé pour lutter contre le chômage avec la même énergie qu’il déploie pour occuper les médias quand un avion tombe, qu’un train déraille ou qu’un autocar sort de la route, la France se porterait mieux. Mais il faudrait pour cela avoir de vrais dirigeants. Ceux-là n’en sont pas.

Les chiffres de la DARES publiés le mercredi 25 mars 2015

dares-fev2015/Nicolas Nilsen

Voir les commentaires (58)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (58)
  • l’exécutif a demandé à certaines entreprises de bien vouloir attendre la fin des départementales pour tailler dans leur masse salariale ; lu sur le site brujitafr.fr ;

  • Alors que l’Union européenne devait nous apporter le plein emploi et la croissance, l’INSERM estime que le chômage est responsable d’une surmortalité en France de 10 à 20 000 morts !!!
    http://www.upr.fr/actualite/en-france-le-chomage-tue-5-fois-plus-que-les-accidents-de-la-route

    • Je vois difficilement le rapport entre le chômage et l’Union Européenne, d’autant plus lorsque, à l’heure actuelle, le chômage baisse presque partout en Europe, sauf en France.
      Ou alors, énoncez-moi les traités européens qui, selon vous (ou Asselineau) favoriseraient le chomage seulement en France.

      • Sauf erreur, les jeunes étudiants ne sont pas comptés, donc 20% des jeunes non-étudiants ça ne fait pas derche.

      • Une étude de l’INSEE a chiffré, pour la période 1995-2001 l’ampleur des emplois perdus dans le secteur industriel à cause de délocalisations : en moyenne, 13.500, dont plus de la moitié vers des pays à hauts salaires. Ce chiffre est à comparer aux 6,8 millions d’emplois dans le secteur secondaire en France.
        http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ECOFRA05b.PDF
        Une seconde étude du Conseil d’Analyse Economique, écrit ainsi : « les restructurations d’entreprises s’étant produites en Europe entre le 1er Janvier 2002 et le 15 juillet 2004 concernent 1456 entreprises et ont entrainé la suppression de 780 394 emplois, ce qui correspond à 0,42% des 192 millions emplois européens. Ramené à 1 an, on obtient un taux de 0,17%. Chaque année, c’est donc 0,17% des emplois européens qui disparaissent dans des restructurations. »
        http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054000102/index.shtml
        Les délocalisations ne représentent, selon le rapport, que 4,74% des emplois supprimés (36 977) pour restructuration et 7,14% (100) des entreprises restructurées. En terme d’emploi, cela correspond donc en deux ans et demi à 36 977 suppressions donc 0,019% de la totalité des emplois européens. Rapporté à 1 ans, on obtient un taux de 0,0076%. Chaque année, c’est donc 0,0076% des emplois européens qui disparaissent dans des délocalisations. ». « Au niveau de la France, les 8 000 suppressions d’emplois survenues en 2001 suite à des fermetures d’unités de productions correspondent à 0,032% des 25 millions d’emplois français.
        Un rapport du Sénat expose les mêmes conclusions que les précédents rapports.
        http://www.senat.fr/rap/r03-374/r03-3740.html
        Je vous invite aussi à consulter cet article : http://www.wikiberal.org/wiki/D%C3%A9localisation
        e protectionnisme constitue d’abord une erreur pour les consommateurs, qui ne peuvent se procurer certaines marchandises ou qualités, ou alors à des prix trop élevés. Le libre-échange, au contraire, favorise le consommateur. Mais le protectionnisme n’est pas non plus une bonne chose pour les producteurs nationaux; il leur ôte des débouchés (car les pays étrangers prennent des mesures de rétorsion) et surtout il laisse les producteurs nationaux, non soumis à la rigueur de la concurrence étrangère, « s’endormir » au lieu de s’adapter. Le protectionnisme, supprimant l’aiguillon de la concurrence étrangère, n’est pas un facteur de progrès, mais de stagnation économique et de faible productivité. Même pour des pays peu développés, l’existence d’une concurrence étrangère est un bon stimulant, et l’on sait qu’ils compensent leur éventuel retard technique par des coûts salariaux plus faibles par exemple. Ce sont d’ailleurs les pays en voie de développement les plus ouverts aux échanges internationaux qui ont connu le décollage le plus rapide, comme le montre l’exemple des NPI (Nouveaux pays industrialisés), en particulier ceux du Sud-Est asiatique, tandis que ceux qui refusaient l’ouverture internationale s’enfonçaient dans la misère. L’argument central en faveur du protectionnisme qu’avancent ses partisans est le plus souvent la préservation des emplois nationaux : un pays à haut niveau de vie et salaires élevés ne pourrait soutenir la concurrence de pays où les salaires sont beaucoup plus bas, et par conséquent où les produits et services sont moins chers. Des droits de douane (droits d’entrée pour les marchandises importées) ou des quotas d’importation seraient donc nécessaires pour rétablir l’équilibre vis à vis de cette concurrence « déloyale ».
        En réalité, le protectionnisme accélère le déclin. Il permet certes de sauver temporairement quelques emplois et industries, mais en réduisant le niveau de vie et le revenu des consommateurs de produits étrangers (car ce sont eux qui payent les droits de douane !), en augmentant les coûts de production interne (les producteurs employant des produits du secteur protégé, plus chers), en rendant par conséquent moins compétitifs les producteurs au niveau international. Finalement, il diminue l’attractivité du pays pour les étrangers qui, ne pouvant y vendre leurs produits, ne disposent pas en retour de fonds dans la monnaie du pays protectionniste.
        Le résultat est que, pour sauver quelques emplois inefficaces, un bien plus grand nombre d’emplois efficaces sont détruits ou non créés. Au lieu de profiter de la loi des avantages comparatifs en se spécialisant dans des secteurs à forte valeur ajoutée, le pays préfère prolonger la survie de secteurs non rentables.
        Les politiciens protectionnistes ne mettront évidemment en exergue que les côtés positifs, visibles (« on a sauvé des emplois ») sans insister sur les côtés négatifs (voir aussi la parabole de la vitre cassée). Quand le coût des emplois « sauvés » devient excessif et ne peut plus être assumé, on assiste à des reconversions douloureuses : le protectionnisme n’a servi qu’à repousser le problème à un peu plus tard, au bénéfice des politiciens du moment.
        Si la logique protectionniste était poussée jusqu’au bout par les politiciens, on aboutirait à des pays qui vivraient en autarcie totale et emploieraient des techniques complètement dépassées : n’aurait-il pas fallu protéger l’emploi des charrons, sabotiers, forgerons, conducteurs de diligence, vendeurs de bougies, porteurs d’eau, allumeurs de réverbères, etc. Le rêve secret du protectionniste, c’est d’aboutir à un monde figé pour toujours, en contradiction avec toute réalité. Le protectionniste est un réactionnaire !
        Il est d’ailleurs étonnant de voir resurgir, de la part de certains intellectuels (par exemple Emmanuel Todd, et avant lui Maurice Allais), la préconisation d’instaurer un « protectionnisme continental », cela plus de deux cents ans après le Blocus Continental napoléonien qui avait réussi à appauvrir davantage le continent…
        Si le but affiché du protectionnisme est d’entraver les importations étrangères et de favoriser l’exportation des produits nationaux (mercantilisme), on peut dire que le protectionnisme est contradictoire puisqu’il va à l’encontre même de ce but, les étrangers ne disposant pas de suffisamment de monnaie nationale pour acheter les produits nationaux (du fait de la barrière protectionniste qui les empêche de vendre leurs produits). Le protectionniste, méconnaissant la nature de l’échange économique, croit qu’exportations et importations sont déconnectées, et qu’on peut agir sur les unes sans impact en retour sur les autres.

        • Plusieurs remarques :

          – D’abord vos chiffres commencent à dater sérieusement. Ils remontent à avant les 5e, 6e et 7e élargissements de qui ont vu intégrer à l’UE des pays à très faible coût salarial : Chypre, République tchèque, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Bulgarie, Roumanie, Croatie. Je vous garantis que le travailleur français n’a pas aimé du tout !

          – Ensuite, l’article 63 du TFUE interdit les limitations aux « flux de capitaux ». Cela explique les délocalisations, mais aussi l’absence de création de nouvelles entreprises ( qui sont créées ailleurs ), le rachat d’entreprises françaises par des groupes étrangers dans le but de les démanteler, la faillite d’entreprises incapables de résister, en l’absence de barrières protectrices, à une concurrence déloyale. Si vous niez que cela soit la cause de centaines de milliers de pertes d’emplois en France, autant arrêter tout de suite de débattre.

          – Vous prétendez que le protectionnisme serait contre-productif. Même si vous en aviez les moyens, et que vous essayiez d’acheter un aéroport en Chine, un palace au Qatar, une entreprise stratégique comme Alstom en Amérique, vous ne le pourriez pas. Eux savent très bien se protéger et ne se sont pas entravés eux-même par des règlements absurdes.

          – Enfin pour ce qui concerne la deuxième moitié de votre commentaire, la prochaine fois, au lieu d’un interminable copier-coller, mettez directement le lien ça va plus vite. Je l’ai retrouvé ici : 😉
          https://www.contrepoints.org/2011/06/20/31123-que-savez-vous-du-protectionnisme

          • @rankhanplan, si les chiffres datent, alors rafraîchissez les donc. la critique du travail d’un autre est aisée quand on a rien produit soit-même. :mrgreen:

            le rachat d’entreprises françaises fautes d’actionnaires français laminés par les charges … :mrgreen:
            la faillite d’entreprises incapables de résister, plombés par des réglementations délirantes et des charges grotesques… :mrgreen:

      • ce qui ne convient d’ailleurs à personne, même pas aux Allemands, d’où leur insistance à provoquer le Grexit / Grexident

        Bah non:

        1) les grecs sont libres de partir même retenus un peu par la manche.
        2) Les dirigeant allemand ont des électeurs, ils ne peuvent faire le cadeau qui s’impose sans cinéma.

        Quand on ne veut pas respecter les critères pourtant trop souples sur l’Euro, la seule solution est de le quitter.

      • Avant le QE-suicide, l’euro n’avait rien à voir avec le chômage mais tout avec les réglementations débiles des Etats obèses socialoïdes, notamment la France. Bon, c’est vrai, depuis le QE, même SuperMariole va créer son propre chômage. Avec son illusoire relance par la demande, il ne voulait sans doute pas sembler faire moins que les autres socialo-keynésiens européens.

        • Oups, lire plutôt : « Le chômage n’avait rien à voir avec l’euro »

        • C’est tout le contraire : il est prouvé que le taux de chômage à l’intérieur la zone euro suit parfaitement la courbe du change euro/usd. C’est une évidente histoire de compétitivité. Un euro dévalué par rapport au dollar est synonyme de créations d’emplois.
          http://www.upr.fr/actualite/europe/le-lien-entre-leuro-et-le-taux-de-chomage-par-charles-henri-gallois

          Le QE est donc plutôt créateur d’emploi. Mais les bénéfices d’une monnaie nationale moins forte nous sont interdits à l’intérieur de la zone euro par le taux de change unique. Voilà une des raisons pour laquelle nous devons revenir au franc. De plus, sans monnaie nationale, pas de souveraineté. Les Capétiens l’avaient déjà compris au XIII e siècle.

          • C’est complètement faux. Un seul exemple : le chômage de la zone a baissé à compter de mai 2013 tandis que l’euro montait vis-à-vis du dollar. L’euro n’a commencé sa chute qu’à partir de juillet 2014, plus d’un an plus tard. Si l’euro avait une quelconque influence sur le chômage, il aurait dû baisser avant, pas après. CQFD. Il faut arrêter de manipuler les données, comme un vulgaire écologiste voulant démontrer le réchauffement anthropique à tout prix.

            L’économie, c’est simple.

            Théorème : il n’existe aucune relation entre taux de change et chômage.

            La raison en est évidente : dans une économie ouverte, les effets négatifs et positifs des variations monétaires tendent à s’annuler mutuellement. Autrement dit, ça ne sert à rien de faire mumuse avec la monnaie. En vérité, c’est d’abord et avant tout l’environnement réglementaire qui a une influence sur le taux de chômage. Dans l’analyse du chômage, l’erreur triviale est de croire que le chômage résulte d’un manque de travail, alors qu’il y a toujours du travail à foison. En revanche, le chômage résulte d’une destruction d’emplois devenus non rentables par inadaptation et excès des réglementations. Alors, le travail est laissé en jachère.

            Définition : nul emploi n’est créé s’il n’est pas rentable pour l’employeur.

            Lemme : quand la réglementation devient complètement ubuesque, même les employeurs se retrouvent au chômage.

            • Puisque vous annoncez des théorèmes, laissez moi vous rappelez les bases de toute démarche scientifique : pour évaluer les effets d’une variable sur un groupe il faut nécessairement disposer d’un groupe témoin sur lequel cette variable n’agit pas.
              Donc : Pour étudier les effets de l’euro sur l’emploi il faut comparer le chômage dans la zone euro ( ZE17 ) et le chômage hors de la zone euro ( HZE 10 ). Que constate-t-on : le chômage est plus élevé en ZE17 qu’en ZHE 10 et le différentiel entre les deux augmente quand l’euro est fort par rapport au dollar. C’est la preuve ( scientifique ) de l’effet délétère de l’euro sur l’emploi. C’est ce que montre l’article que j’ai mis en lien mais je vois que vous ne l’avez pas lu. ( Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir … )
              Par ailleurs pour voir les effets de l’appartenance à l’UE sur l’emploi je vous invite ( toujours au nom de la démarche scientifique ) à prendre connaissance des chiffres du chômage dans les pays d’Europe qui ne sont pas dans l’UE : Islande ( 4,5% en janv. 2015 ), Norvège ( 3,7% en dec. 2014 ), Suisse. En passage, si la France est trop petite et trop faible pour survivre hors de la zone UE, quid de l’insolente robustesse de pays comme la Suisse ou l’Islande.

              • « le différentiel entre les deux augmente quand l’euro est fort par rapport au dollar » : non, encore une fois. On vous a démontré que la baisse du chômage n’est pas incompatible avec un euro en hausse. Fin de l’histoire. Quand une thèse économique est fausse une fois, elle est fausse tout le temps. Voilà la seule démarche scientifique cohérente qui motive les économistes, contrairement aux idéologues.

                • On a l’esprit rationnel ou on ne l’a pas, ce qui est visiblement votre cas.
                  – le différentiel entre le chômage en zone euro et hors zone euro augmente quand le rapport euro/usd augmente. C’est indéniable et ça n’a rien à voir avec le fait que d’autres facteurs peuvent par ailleurs générer des créations d’emploi. Et là encore, libre à vous de vous féliciter des chiffres du chômage dans l’UE. Je note au passage que vous évitez de commenter les chiffres du chômage en Islande ou en Norvège. Bref.
                  Mais les effets de ces facteurs sont alors moins marqués dans la ZE du fait de l’euro. C’est ce que tente de vous expliquer depuis le début.
                  – la période du 2e semestre 2013 est une période où le rapport euro/usd n’augmente pas mais reste globalement stable avec une baisse importante suivie d’une remontée. http://www.zonebourse.com/EURO–US-DOLLAR-EURUSD-4591
                  – Puisque vous aimez les grandes vérités immuables et transposables à tous les cas je vous en livre une pour terminer : TOUTES LES MONNAIES PLURINATIONALES DANS L’HISTOIRE ONT FINI PAR DISPARAÎTRE. L’euro suivra le même chemin que le sesterce romain, la couronne austro-hongroise ou, que sais-je, le rouble soviétique. Que ça vous plaise ou non.

                  • Il n’y a rien à commenter. Votre thèse est fausse une fois, elle est fausse tout le temps. Vous perdez votre temps.

                  • On a l’esprit rationnel ou on ne l’a pas, ce qui est visiblement votre cas.

                    Vous avez l’esprit rat, (L)ionel …
                    Suisse, monnaie forte, 4% de chômage au plus ❗

                    TOUTES LES MONNAIES PLURINATIONALES DANS L’HISTOIRE ONT FINI PAR DISPARAÎTRE … sauf une :! Laquelle ❓

      • Cuba, le Venezuela et l argentine ont leur propre monnaie et sont pourtant en faillite. La monnaie n est pas le problème mais le socialisme. L Allemagne n est pas socialiste mais est dans l euro et s en sort plutôt bien.

        • Cuba et le Venezuela sont victimes de la vindicte des Etats-Unis depuis des décennies ( embargo, coups d’états orchestrés par la CIA, etc. ). Si la seule justification que vous apportez au fait que nous devrions accepter de renoncer à notre souveraineté est qu’il ne faut pas fâcher les USA comme l’ont fait Castro et Chavez, alors vous êtes sur la bonne voie 😉

          • C cela oui. C est la CIA qui est responsable de la pénurie de pq et de savon au Venezuela.

            C la faute de la CIA si la Grèce à fait cinq fois défaut sur sa dette depuis 1830 ?

            • Et il est patent que les USA vivent très mal par rapport à l’opulence constatée au Venezuela. Et il y a plein de meurtres qui n’ont rien à voir avec la corruption, l’interdiction de liberté d’expression, ni surtout avec l’extrême pauvreté des citoyens qui n’ont plus rien à perdre.

              • Excellent 🙂

                Et aussi les USA vivent très mal par manque de brouettes pour transporter le PQ qui leur sert de monnaie.
                Par manque de brouettes, les gens ne peuvent consommer.

                Moralité : investissons dans les brouettes :mrgreen:

                On se moque, mais demain, c’est ce qui nous attend. Investissez ❗ (dans la brouette pardi)

                • « ‘l’esprit Rat(L)inonnel, les brouettes de PQ, les porte-avions à rames… ‘

                  Dites-moi MichelC … Le C c’est pourquoi ? Pour Comique ? 🙁

                  Allez salut les gars, au plaisir. Vous m’avez bien fait marrer. C’est toujours drôle de voir des libertariens se mettre en quatre pour défendre bec et ongle la bureaucratie européiste. Vous pourrez au moins remplir vos brouettes de bananes bien courbées aux normes européennes ! LOL

  • @l’auteur , vous avez juste oublié la grande manifestation citoyenne où chacun pourra brandir sa pancarte « le suis chômeur » . Action tres suivie par les fonctionnaires de la nation, tres mobilisés par le sujet .

  • Les catastrophes rendent bien service à ce « gouvernement ». À la télé, (qu’il faut se forcer à regarder pour se rendre compte qu’elle devient un clone de la défunte Pravda), cela permet de passer gentiment la quasi-totalité du journal de 20 heures. Cela a permis en effet de passer rapidement l’autre jour sur la hausse du chômage.
    Et hier soir, grâce à cette actualité dramatique, on a eu ainsi juste le temps d’évoquer le chiffre économique du jour, destiné à servir l’antienne : «tout va bien, la situation s’améliore» : l’INSEE (dont on sait qu’il est totalement indépendant de Bercy) annonce un déficit moindre que prévu : 4% au lieu de 4,4% (sur la deuxième loi de finances modificative)…
    Non précisé évidemment : c’est 0,4% de plus que les 3,6% prévus initialement. Bidouillage des chiffres comme d’habitude. On ne parlera pas du reste du rapport de l’INSEE : le déficit a encore augmenté : 57,2% du PIB contre 52% en 2013, la dette aussi : 95% au lieu de 92,3% en 2013. Mais en effet, tout va bien, la com’ est sous contrôle.

    Troisième thème, sous la rubrique « l’œil du 20 heures » qui est en général une séance de déminage-justification de ce qui est injustifiable.
    Sujet du jour : le doublement de la durée de l’indemnité des élus locaux non réélus. Avec l’exemple d’un maire de petite commune à 1400€/mois d’indemnité. Donc ce ne sera pas cher, c’est vous qui payez.
    Signe d’une chaîne complètement inféodée au pouvoir en place : pas d’argument contradictoire, pas de débat, circulez, il n’y a rien à voir.
    Donc personne ne dit que la plupart des élus (retraités, fonctionnaires, et tous ceux qui n’arrêtent pas leur activité) n’ont pas besoin de cette prime, que tous les élus locaux sont concernés donc aussi ceux qui ont de grosses indemnités, cumulées la plupart du temps. Evidemment, cela ne vient pas à l’idée de mentionner que dans un pays en quasi-faillite, augmenter les avantages des élus est un scandale. Comme tout ceci était dénoncé sur internet, ce reportage caricatural était une nécessité (payé avec nos impôts).

    Mais pas d’inquiétude, le seul média échappant encore à la mainmise du pouvoir politique va bientôt être sous contrôle. C’est l’objet de la loi sur le renseignement dont on ne dit mot sur le 20 heures et qui d’une part, déborde largement le cadre du terrorisme, d’autre part laisse au seul exécutif les décisions d’application. C’est une authentique dictature qui s’installe au nez et à la barbe des Français, bien trop préoccupés par leurs problèmes immédiats. Comme dans les précédents exemples historiques, on joue sur les peurs (le terrorisme), on désigne un bouc émissaire (le FN) et au total on accorde à l’exécutif des pouvoirs exorbitants du droit dans une démocratie.
    A noter que Sarkozy veut voter cette loi, comme la droite a voté précédemment avec la gauche toutes les lois d’exception à la liberté d’expression. Si ça continue, ceux qui évoquent à tort et à travers « les heures les plus sombres de notre histoire » ne vont pas tarder à nous les faire revivre… »

    • C’est le concept du parasitisme, il se nourrissent de la putréfaction. Aucune proposition, aucune prise de risque. Il faut que la mycose grandisse, se nourrisse de la mort des autres.

      L’etat se protège du terrorisme, de la petite mamie qui a de l’argent en Suisse. Des entrepreneurs qui fraudent le fisc pour payer leurs employés, des restaurants qui remplacent poulet avec chat.

      Nous glissons dans le communisme. Le socialisme à son entière responsabilité dans cette haine humaine qu’il règne en France. Il faut le dire, l’écrire, le crier….

    • Malheureusement on ne peut qu’être totalement d’accord avec tous les points que vous développez.

  • Le pilote Mou President s’est enfermé, seul, dans le cockpit. Il est tres dépressif depuis qu’il n’a plus d’amis.
    Montebourg essayant de travailler pour de vrai dans le privé, avec des grosses louchées de connivence Étatique….les autres Frondeurs sont en vacance pour les syndicats.

    Mou President continue à envoyer des signaux positifs à la tour de contrôle Européenne: tout est sous contrôle.
    Les indicateurs sont très mauvais, mais seul celui du temps (2017) est important.
    La montagne se rapproche, l’altitude chute.

    Des passagers libéraux essayent en vain de défoncer la porte du cockpit.
    Une hôtesse essayé meme de faire de basses promesses, afin de regonfler le moral du mou President.

    Rien n’y fait, c’est avec détermination, contre terrorisme et FN, que mou President se battra jusqu’au bout.

    Mais WTF…allo quoi ! Que quelqu’un fasse quelque chose. N’importe quoi sera mieux que cette fin injuste.

    • Techniquement, le FMI pourrait prendre le contrôle de l’appareil à distance, mais dans la pratique on voit bien avec la Grèce que la solution n’a pas été adoptée et que celles mises en place sont inefficaces.

    • Oui, enfin, il reste un mois avant l’examen de l’Union Européenne! Ils ont « arrangé les bidons, avec la loi de finances, pour l’avenir, mais il ne faut plus trop espérer qu’ils vous fassent encore confiance sur des prévisions sans réforme de structure!

  • Il y a quand même un début d’explication : les personnes chargées de piloter l’emploi auraient eu de graves antécédents psychiatriques, indécelables lors de leur embauche à cause du CV anonyme. Elles souffriraient de paranoïa marxiste, de schizophrénie taxatrice et de mélancolie égalitaire. Certaines seraient même sujettes à de violentes crises de ni-ni-mortifère.

    La prochaine réforme de la santé, qui met fin au secret médical, devrait permettre de faire toute la lumière sur cette affaire.

    Paul Deschanel, revient !

  • Le présigland se prend pour une agence de presse en annonçant la découverte de la deuxième boite noire, que l’on cherche toujours, du crash dans les Alpes (comme il avait annoncé la libération, que l’on attend toujours, des lycéennes otages de Boko Haram).
    Ses lamentables et maladroites tentatives pour occuper l’espace médiatique deviennent indécentes comme son acharnement compassionnel qui le fait vivre grâce au malheur des autres…

    Plus nul et plus répugnant du meurs.

  • Fiction très réaliste et amusante 🙂

    • Le parallèle entre la France et cette affreuse affaire est tellement vrai, révélant la fin. Va-t-on accepter sans rien faire que Culbuto et la Danseuse à trois temps mènent 65 millions de Français au désastre final ?

  • Hors DOM ?? Des sous-français sans doute : Ah ! 250 000Chômeurs, évidement, mieux vaut les oublier.
    RSA 2 600 000Chômeurs dissimulés dans cette catégorie,
    Emaeus et autres associations : 40 000 ?? 60 000 ?

    Ils sont forts pour manipuler les chiffres, comment l’Europe s’y retrouve ? Pour faire ses statistiques !!

    Les emplois aidés 500 000 prévus avant la fin de l’année, sont créés dans la fonction publique, comme des chômeurs rémunérés, mais qui travaillent 1 ou 2 ans (2ans pour les fils de, les nièces de. et autres amants et amantes… La plupart ne viennent même pas travailler.

    Et les merdias soutiennent bien leur maîtres socialos en tant que serviles valets… On ne parle que du « A » malheur à Mélenchon ou Le Pen s’ils osent évoquer les autres catégories et à cette dernière si elles rappelle que les DOM sont des Français comme les autres…. Même du temps de la Pravda, on ne faisait pas plus servile…
    Jusqu’à présenter les partis comme des Groupes, pour ne pas dire que le FN est le 1er parti de France !! Il n’est pas le 1er groupe politique, mais 1er parti encore à ces élections : OUI, mais ça leur fait mal aux merdias, ils avaient bien préparé ce qu’ils devaient dire par conférence Internet (comment sinon ?) apprenant bien les éléments de language communiqués ; par les communicants de gauche, merdias qui ne se donnent même plus la peine d’aménager les rhétoriques d’une chaîne à l’autre, et idem pour les radios et journaux…
    Le spectateur , auditeur, lecteur Français, regarde et écoute ou lit sa démocratie qui s’est envolée depuis 2 ans….

    • Un chômeur noir ça se voit plus qu un chômeur blanc. :mrgreen:

      Curieusement, on n entend pas le Cran dénoncer cette discrimination. Quand il est de gauche, le racisme devient tolérable.

    • Le vrai chiffre du chômage, toutes catégories et planqués confondus est donc proche de 10 millions….

      Qui disait pays de merde ?

    • Personnellement, il y a un chiffre complémentaire qui serait très intéressant : le nombre de radiations, chaque mois. Aucun média bien orienté n’en parle, ne tente d’aller les chercher et ne les réclame.

      • L on ne serait pas surpris de voir les radiations augmenter à l approche des élections. Aubry avait donné des directives en ce sens en 2002.

        • Ils peuvent encore accentuer la pression ? Tous les employés sur les radiations, pour ceux qui cherchent du travail : repassez dans un mois ou deux.

          • Et le nombre de plaintes contre pôle emploi augmente encore plus vite que le chômage. Et ses reeponsables viennent expliquer que les chômeurs qui se plaignent sont des abrutis.

  • bravo à l’auteur: plaisant et excellent résumé de la désespérante action politique française.

    Cela n’a rien à voir avec le sujet, mais je profite de ce blog pour féliciter et encourager la greve à france radio: enfin autre chose que des débats toujours orientés dans la « bonne » direction, et donc rasoirs; enfin des musiques variées qui sortent du répertoire habituel des 10 à 20 chansons du moment reprises en boucle sur toutes les ondes.
    Surtout ne reprenez pas le travail !

  • Bon. Encore un grand talentueux grandboutien (oui, c’est par le grand bout de la lorgnette que l’on voit tout petit). La ligne tendencielle de ce joli petit graphique démontre tout simplement l’impuissance des politiques publiques à inflêchir la progression du sous-emploi. Avant 2012, après 2012….Les déterminismes multiples ne semblent pas ceux sur lesquels les gouvernements peuvent agir.
    En bon back-trader, on pourrait se demander ce qu’il en aurait été si une autre politique avait été conduite. Pire ou mieux ?
    On va bientôt s’apercevoir qu’il en est de même de la politique monétaire quantitative. Pendant des décennies, nous avons porté aux nues les monétaristes, leur octroyant force prix Nobel, pour s’apercevoir qu’injecter de la monnaie peut rester sans aucun effet sur le volume des investissements et des échanges.

    • Le sous-emploi est la conséquence directe des politiques publiques conduisant à l’Obésité de l’Etat. Un gouvernement décidé pourrait agir en réduisant massivement les dépenses publiques, les normes ubuesques et l’enfer fiscal.

      Les monétaristes n’ont rien à voir avec les frappadingues socialo-keynésiens qui proposent des politiques monétaires quantitatives folles, avec force injection de fausse monnaie. Au contraire, les inventeurs de la la théorie monétariste ont démontré la nocivité des politiques discrétionnaires, qu’elles soient budgétaires (Etats) ou monétaires (banques centrales).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l‘assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et concurrentiel. La couverture de... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles