Aujourd’hui : athlétisme et lobbying

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Course 200m performance (Crédits Richard Herbert, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Aujourd’hui : athlétisme et lobbying

Publié le 24 mars 2015
- A +

Jadis, en France, tout ce qui n’était pas interdit par la loi était considéré comme autorisé. Heureusement, depuis, le législateur, les sociologues – philosophes – experts, les journalistes, les politiciens et les associations lucratives sans but se sont un peu secoués, et ont décidé que tout ce qui n’est pas expressément interdit par la loi se doit d’être codifié et, éventuellement, taxé. Sinon, c’est rapidement la porte ouverte à toutes les fenêtres, ce qui tournerait à l’auberge espagnole. Et si, dans la foulée, cela permet d’asseoir quelques corporatismes et de transvaser « automagiquement » des thunes de la poche de contribuables d’innocentes victimes vers quelques « happy fews », pourquoi se priver ?

Dès lors, une fois posé ce cadre indispensable, on peut décemment s’attaquer à tout et n’importe quoi. Surtout n’importe quoi.

Il y a quelques mois, un peu consterné de voir jusqu’où se nichaient les petits doigts de certains pour s’occuper de la vie des autres, je relatais les délires bureaucratiques qui s’emparaient doucement mais sûrement de la randonnée en France. Car oui, marcher sur les chemins de ce pays ne s’improvise pas : si, pour le profane, la randonnée consiste essentiellement à marcher du point A au point B en suivant un itinéraire et en prenant l’occasionnelle photo, pour la Puissance Publique, la rando, c’est du sérieux calibré, normé, millimétré et diplômé, qui ne se fait pas sur un coin de table, surtout pas aussi simplement que par un groupe d’amis et sans prévenir. Rappelez-vous : il faut faire attention à l’environnement parce qu’il peut vous attaquer de toutes parts, notamment depuis un guichet.

Pour une autre discipline, on trouvera un autre motif, mais on procédera, finalement, de la même façon.

Prenez l’athlétisme, et plus spécifiquement, la course (i.e. la course à pied, qui consiste à trotter plus ou moins vite et avec plus ou moins de grâce sur un terrain plus ou moins boueux, avec un short plus ou moins ridicule, un t-shirt aux couleurs plus ou moins vives et des chaussures franchement fluo). On pourrait croire qu’une telle activité, bien connue, bien organisée depuis des lustres, ne puisse pas vraiment déclencher de batailles législatives homériques ou même l’un de ces lobbyings effrénés qu’on observe pour d’autres sports, plus médiatiques, ou d’autres secteurs, brassant bien plus d’argent…

Il n’en est rien.

figure running

Comme courir d’un point A à un point B peut engendrer des frais (notamment pour ceux qui organisent le point A, le point B et tous les points intermédiaires), comme il s’agit d’une activité qui intéresse tout de même plusieurs millions de Français, il ne pouvait pas se passer trop de temps sans qu’au moins une personne n’y trouve à redire et ne vienne chouiner devant le gouvernement pour qu’enfin soit remis en ordre toute cette intenable improvisation, ce vide juridique et ces organisations sauvages hors du giron douillet de l’État-maman.

C’est donc assez naturellement que Bernard Amsalem, l’actuel président de la Fédération Française d’Athlétisme et auto-investi de l’immense responsabilité d’aller voir le gouvernement pour mettre un terme à cette situation intenable, a décidé que la fédération française allait prélever une partie des droits d’inscription acquittés par chaque coureur, sur chaque course, y compris hors stade et hors de la Fédération. En effet, aux yeux du frétillant président, une trop grande majorité des coureurs qui trottent d’une course à l’autre dans ce beau pays sont non licenciés. Voilà qui est, pour le moins, dommage pour un homme qui entend bien les accueillir dans le giron fédéral.

On pourrait croire que les petits prurits organisationnels du président et sa manie assez spéciale de vouloir absolument récupérer l’intégralité des coureurs tient d’une simple compulsion un peu pathologique que d’aucuns gratifieraient à peine d’un petit haussement d’épaules et d’un soupir appuyé. Pas du tout : comme bien souvent dans ce genre de volonté farouche d’obliger les uns à passer absolument par les petits coups de tampons administratifs des autres, si notre ami Bernard veut absolument récupérer les trotteurs non licenciés, c’est pour une histoire de sous-sous dans la po-poche.

En effet, sur les plus de 9000 courses organisées en France, seulement 10% sont organisées par les clubs de la fédération. Oh, zut, tout ce bel argent qui ne rentre pas dans les caisses fédérales, forcément, c’est – quelque part – un mankagagner, n’est-ce pas. Et si Bernard veut avoir la mainmise sur les organisations des courses hors stade, c’est bel et bien pour prélever une partie des engagements versés par chaque coureur. Miam. Bien évidemment, notre homme ne l’explique pas tout à fait ainsi. Pour faire passer la pilule, on utilisera le joker du patrimoine (oui, vous avez bien lu) :

« Ne les laissons pas aux autres, c’est notre patrimoine. Nos structures sont mieux placées que quiconque pour organiser. Et puis cette somme reliera les coureurs à la fédération. »

Seul hic : pour le moment, méchante concurrence oblige, les coureurs peuvent choisir de s’affilier ou non. En effet, suite à une directive européenne passée il y a quatre ans, le décret permettait à qui le souhaitait d’organiser une épreuve. Ce qui, on le comprend, n’est pas compatible avec les histoires de patrimoine, de relation des coureurs avec la grande famille des trotteurs licenciés et de sous-sous dans la po-poche de la fédé de Bernard. Depuis, heureusement, le président travaille avec le ministère des Sports pour qu’aucune course hors stade ne puisse être organisée sans l’aval de sa fédération. Confiant, Bernie explique que « Le décret devrait être revu dans les mois qui viennent. » (et par ici la bonne soupe).

fascism - socialism

C’est pas formidable, ça ? Bientôt, pour trotter, il faudra payer, non pour une organisation, mais pour une fédération à laquelle l’inscription sera de jure obligatoire. Bien sûr, ce n’est pas la seule discipline qui impose ainsi ce genre de pratiques, toujours en se drapant dans les grosses tentures lourdes de l’organisation, de la sécurité, ou, comme ici, d’un fichu patrimoine dont on se demande ce qu’il vient y faire. Et à chaque fois qu’une liberté de se passer d’un coup de tampon disparaît, à chaque fois qu’une nouvelle loi, qu’un nouveau décret vient ainsi imposer un mode là où régnait avant le libre choix des individus, un chaton meurt un petit pas est fait dans la mauvaise direction.

On pourrait croire que ces petits pas guillerets de la France sur la route de la servitude sont le fait de personnes animées de noirs desseins, en coulisse du pouvoir visible et tirant les longues ficelles machiavéliques qui font bouger les marionnettes ridicules qui occupent nos journaux et nos chroniques. Eh bien non : chaque jour, c’est « grâce » au travail de Bénédictin d’une foule presque anonyme de petits frustrés que le pays avance vers ce paradis où jamais la devise de Mussolini, « Tout par l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État ! », n’aura été autant d’application. C’est bien grâce à leurs exactions quotidiennes conscientes, aux petites entorses régulières au bon sens, aux crocs-en-jambe fourbes assidus à la liberté que les sbires tranquilles du tout-à-l’État poussent le pays vers l’enfer collectiviste et totalitaire qu’ils appellent de leurs vœux. Et c’est précisément parce que la foule de ces chefaillons frustrés et de ces petits magouilleurs retors est de plus en plus grande qu’il n’y aura probablement pas d’autre issue que d’y aller, sinon gaiement, au moins d’un pas assuré.

Ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • ça commence déja.

    Hier en ballade sur un chemin de rando avec mon chien, un gros moustachu à vélo vient m’interpeller en me disant « votre chien doit être tenu en laisse ». Sauf que mon chien a une longe de 20m qui traine au sol et que si besoin, mon pied viendrait à appuyer sur cette corde pour arrêter net le chien.

    Il me dit « bon soit » mais ne pas oublier que le lac est interdit à la baignade (?!). Logique…surtout quand une assoc de « terre neuve » a signé un « partenariat » avec le parc pour aller faire trempette en plein milieu du lac avec un gros zodiac….

    Putain on peut vraiment rien faire sans être emmerder par un connard qui fout rien de sa journée à part jouer au cow boy. Juste un peu de bon sens et de pragmatisme ne serait pas de trop. Pourquoi la seule règle du réglement ne serait-elle pas « profitez et faites ce que vous voulez sauf faire chier les autres » ?

    Voila pour mon coup de gueulle du jour…

    • J’aime bien votre règlement, mais il risquerait de mettre trop de monde au chômage dans ce pays, donc ça ne passera jamais… donc –> voir la conclusion de l’article.

    • Dans le même genre « mentalité de petit caporal », à l’étranger, je m’arrête 2mn sur un sentier de randonnée très touristique pour tremper mes pieds endoloris en bordure d’un (large) ruisseau. Un couple de Français (dois-je le préciser ?) m’interpellent au prétexte qu’il est « interdit de tremper ses pieds, c’est l’eau que l’on va boire un peu plus bas »… comme si les animaux, eux, se retenaient de faire leurs besoins dans les rivières ou d’y crever, au prétexte que les humains vont en boire l’eau.

      • il fallait leur répondre de ne pas boire de telle heure à telle heure car vous avez l’habitude d’y pisser un peu avant les créneaux indiqués par vos soins.

      • Des Français….évidemment !

        Vous savez comment on repère un Français à l’étranger (avion, aéroport, à l’hôtel, etc….)
        En admettant qu’il n’ouvre pas sa gueule pour râler avant….

        Il est (l’homme) mal rasé, souvent en tongues (même dans le nord….), avec un sac à dos quechua, des vêtements de plus de 10 ans avec des couleurs (non, mais ça existe….!) horribles.

        Il traîne les pieds, mange du Nutella le matin.
        Il râle, et gueule sur sa femme (il dit qu’elle est conne, en même temps….)

        Bref, Zlatan, tu as raison. Les Français sont des cons. Pire, ils aiment ça.

        • En tant que touriste français , lorsqu’à l’étranger , je vois des français , je fuis !!!

        • « Mon Dieu, des mœurs du temps, mettons-nous moins en peine,
          Et faisons un peu grâce à la nature humaine ;
          Ne l’examinons point dans la grande rigueur
          Et voyons ses défauts, avec quelque douceur. »

          Blague à part et bien que je sois d’accord avec ce qui a été dit, les russes, par exemple, sont bien pires…

  • « il faut faire attention à l’environnement parce qu’il peut vous attaquer de toutes parts, notamment depuis un guichet » : J’ai bien ri ! Merci h16

  • A une époque j’avais un petit 4*4 : interdit de sortir de la route avec !
    A une époque j’avais une moto crotte: interdit sur les chemin, ça abime les chemins qui sont empruntés par des gros tracteurs….
    A une époque je marchais au milieu de la montagne, sans emprunter les chemins banalisés: interdit, ça fait des passages pour l’eau, peut être meme un jour un cayon !?
    A une époque, on avait l’impression de vivre….

    Enfin, c’etait quand même beaucoup plus libre qu’aujourd’hui.
    Les gens deviennent completement con.

    Meme, des fois ils vont vous balancer aux autorités, genre, le voisin, il fait pousser sont herbe et gagne plein d’argent !
    Vous n’avez pas le droit de faire si ou ça, car moi je n’ai pas le droit….blabla.

    C’est usant, pénible, mais nécessaire de pousser du coude cette interdiction permanente.
    La liberté étant illégale, il est important de la faire respecter dans l’illegalité !

    Rien à foutre de leurs conneries.

  • La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme énonce ceci :

    « Article 20

    1. Toute personne a droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques.
    2. Nul ne peut être obligé de faire partie d’une association.  »

    Et pourtant on ne peut pas dire que la DUDH soit ultra-méga-néo libérale.

  • Bonjour !
    Eh oui , une minorité ( souvent les lobbies ) sont sur Terre pour emm…… la majorité !
    On étouffe sous les lois sur cette planète ! tout est réglementé ,c’est dément !
    Il ne se passe jamais une journée sans qu’un député fou ou un ministre mégalo ( de quelque bord qu(il soit ) ne propose un texte supprimant encore et encore nos libertés individuelles !
    Et ça passe toujours !
    Les gens continuent de voter pour des partis dont ils savent pourtant qu’ils n’auront de cesse de supprimer vos libertés individuelles et de tout réglementer !
    Je suis très pessimiste quant à la nature humaine et m’aperçoit que les gens naissent esclaves !
    PIRE , comme dénoncé dans le meilleur des mondes d’Huxley , les gens réclament eux-même leur servitude ! C’est la meilleure des dictatures ,car il n’y a meme plus d’opposition en faisant en sorte que le peuple demande lui-même des chaines et beaucoup sont tellement bêtes ( ou sont tellement fait pour être serf ) qu’ils croient que c’est pour leur sécurité !
    JJ Rousseau disait déjà :  » l’homme est né libre et partout il réclame des fers  » !
    Relisez aussi :  » discours de la servitude volontaire  » de la Boetie !
    Rien n’a changé
    Pourquoi laissons -nous faire?

    • Si c’est en train de changer….

      La preuve:
      Nous sommes tous et toutes dans l’illégalité !

      Cela devrait donc nous décomplexer totalement.
      Exemple, les impôts:

      Ils sont incapables de les remplir à Bercy !!!!!

      Ce système est fucked up. Faisons donc le notre…..

    • Chaque lobby d’intérêt ou de bien-pensance y va de sa petite loi. On joue sur la division : une minorité est impactée à chaque fois, les autres s’en foutent. Peu de gens réfléchissent au fait qu’ils seront à leur tour la cible d’une loi destinée au mieux à réduire leur liberté, au pire à leur pourrir la vie.

      Mais la suprême bêtise est de croire que cela a un sens de voter des lois qu’on ne peut faire appliquer. Non seulement la loi est alors inefficace, mais elle conforte alors le citoyen dans l’idée que la loi doit être contournée et que l’essentiel est de na pas se faire prendre.

      Alors que l’on voit se développer des zones de non-droit où les pouvoirs publics ne peuvent plus intervenir et où la protection civile comme les pompiers ne peut même plus sauver des vies, on assiste à une dilution des règles sociales dans une multitude de lois qui n’ont aucun intérêt sur le plan de la cohésion de la société.

      La déliquescence de notre société est je pense l’une des causes principales de la montée du FN – pour ne pas dire que le FN est la seule réponse actuelle à la déliquescence de notre société …

      • Je me demande par quel pied de biche l’état et ses affiliés sont arrivés à leurs fins d’interventionnisme :
        – Les associations relais partisans ?
        – La normalisation étatique plutôt que la contractualisation privée ?
        – La connivence état lobbys ?

  • J’aime beaucoup les articles de Contrepoint qui souvent nous font réagir !

  • PUTAIN !

    Dsl, je tombe des nues. J’ai très sincèrement cru jusqu’à la fin à un billet caricatural de h16 pour dénoncer ce type d’attitude.

    Je suis coureur, cours 4 fois/semaine et principalement « compétition » du semi marathon. Donc je pourrais me sentir concerné en tant que coureur. Mais c’est en tant que citoyen que je me sens choqué.

    Le billet de h16 n’est rien comparé à la réalité, je suis tombé sur cet article du Telegramme sur le sujet:

    « n contrepartie, la fédération gérera les certificats médicaux et offrira un lien informatique à chaque coureur avec des conseils, des plans d’entraînements et des cartes de fidélités offrant des réductions…

    « Les coureurs hors stade ont les moyens », assure le président qui a bien compris la manne financière que sa fédération pourrait en tirer. Pas sûr que les coureurs hors stade apprécient d’être « reliés » à la fédération mais le processus semble inéluctable. « Nous y travaillons depuis huit mois. Le ministère est prêt à modifier le sport en conséquence. »

    © Le Télégramme – Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/autres-sports/amsalem-veut-taxer-les-courses-hors-stade-22-03-2015-10567046.php

    Vous ne vous trompez pas ! Nous assistons à une démagogie qui dépasse les niveaux du combo Mélenchon+Besancenot. Un homme, se prépare à imposer sa dictature à toute une discipline avec le culot de le justifier entre autres par une supposition non vérifiée et aussi par un service qui peut être n’intéresse personne (informatique, plan d’entraînement blablabla) [Ce que je veux dire, c’est que ce genre de service, on a pas besoin de la Fédération pour y avoir accès]. Il a oublié l’argument du lait chaud servi à la fin pour enfoncer le clou.

  • On peut consulter le site Légifrance et y lire des perles comme celle-ci :

    « 1. Lorsque la proportion de licenciés de chacun des deux sexes est supérieure ou égale à 25 %, les statuts prévoient les conditions dans lesquelles est garantie dans les instances dirigeantes une proportion minimale de 40 % des sièges pour les personnes de chaque sexe.  »

    D’autre part, il y a tellement de règles, de normes, d’obligation qu’il est nécessaire de prévoir des exceptions :

    Chapitre Ier : Dispositions applicables à Mayotte (Articles L421-1 à L421-3)

    Chapitre II : Dispositions particulières à Saint-Pierre-et-Miquelon (Articles L422-1 à L422-3)

    Chapitre III : Dispositions applicables à Wallis et Futuna (Article L423-1)

    Chapitre IV : Dispositions applicables en Polynésie française (Article L424-1)

    Chapitre V : Dispositions relatives à la Nouvelle-Calédonie

    • Il y a mieux:

      La Polynésie est un paradis (fiscal….)
      Le RSA est une obligation dans les DOM Tom. En fait si l’on travaille, on est complètement con…

      Bah, oui, il y a la mer, le soleil, des fruits, des légumes, des poissons. Pourquoi se faire chier à travailler ?!
      Les stats sont formelles:

      Le chomage est plus important au soleil et directement lié à la température extérieure (proportionnellement)

      En gros, il faut habiter dans les Dom Tom….. Si on les supporte…..

    • Bonjour la non parité qui est à 50 % et non 40 % !

      • Pour une instance dirigeante de 7 personnes, ça mettrait un peu le foutoir une telle règle, Adèle…

      • et si il y a quelque part 26 % de femmes, il faut vraiment 50 % de femmes parmi les responsables ?
        et les gens désignés à la faveur de quotas idiots sont ils forcément plus compétents que ceux désignés selon d’autres critères ?
        pourquoi le critère de la couleur des cheveux ou du fait de porter des lunettes ne serait pas plus pertinent ?

  • Ils devraient aussi taxer les chaussures, parce que cela permet de courir, Courir sans autorisation, courir au noir, pour attraper son bus, son train, ce qui est parfaitement déloyal et scandaleux… Et marcher vite sans courir est lamentablement déloyal et criminel, pire que de la copie en série de sacs Vuitton.
    Ils devraient créer un CTAC, contrôle technique annuel de la chaussure, obligatoire comme il se doit.
    Si la semelle est usée, vous devez vous représenter. Coût du contrôle, au moins 10 EUR.

    Non mais ❗

    • A propos de controle qu’ en est -il des installations électriques en neuf ?

      • Vous faites bien de le souligner.
        Actuellement, vous êtes bon quand le consuel est passé. Bon jusqu’au prochain incendie.

        Et hop, une taxe de plus : le CTAE, contrôle technique annuel de l’électricité, au moins 200 EUR.

        Non mais ❗

        • Le consuel voila j’ avais oublié
          à l’époque c’ était 1 controle avant pose compteur et probable une revérification en cas de faute 1fois /an là c’ est une blague ! Merci de m’ avoir répondu

  • Sport national: capter l’influence de l’État pour faire du fric

  • Et seuls les coureurs avec des pointures impaires pourront participer en cas de mauvaise humeur de Mme Hidalgo.

  • Il serait peut-être temps que les coureurs sur route aillent faire une opération escargot pour interdire l’accès au Stade de France au prochain meeting Areva présidé par cet impoli tocard.

  • Vrai ! On vient de me demander un certificat d’aptitude à la randonnée pour quelques balades dans les Cinq Terres (Italie).
    il est vrai que c’est très escarpé, on peut glisser et tout ça !

  • Sur le chemin de randonnée qui va de Perros Guirrec à Trégastel il est indiqué que les bâtons de marche sont interdits (!) car ils ne sont pas bons pour l’environnement. Bien sûr ils ont aussi mis des barrières partout pour que personne ne marche à côté des sentiers.
    A Fontainebleau il y a un panneau écrit par le ministère ( drapeau bleu , blanc, rouge,!) il est dit que les vélos sont interdits car cela déplace les grains de sable!! Attention, la forêt est fragile.
    Dans les gorges du Verdon il est maintenant interdit de remonter en pédalo jusqu’en haut car cela empêche les poissons de se reproduire ( selon les gardes de l’environnement qui font respecter l’arrêté préfectoral). Chaque année il y a une forte augmentation du nombre d’exemples .
    Jusqu’où iront ils dans la bêtise?? Et quand les citoyens se décideront ils à désobéir?

    • J’ai adoré jouer dans les dunes quand j’étais enfant… les 4×4 s’y sont bien amusés quelques années plus tard…
      La liberté de tous, conduisait irrémédiablement à ce que ces dunes n’existent plus. Et pas par des agressions aussi massives que les 4×4… mais par l’augmentation de la frequentation, tout simplement.

      Un exemple, on trouve encore des abrutis pour cueillir une fleur… la liberté du cueilleur s’arrete à celle des promeneurs à suivre privée de la vue et de l’odeur de cette fleur privatisée

      pas si simple.

    • Bonjour !
      Entièrement d’accord avec vous !
      J’ai même l’impression que ceux qui votent toujours et toujours des lois savent bien que leurs lois sont débiles et ne servent à rien ; en fait c’est juste pour bien nous faire sentir qu’ils ont le pouvoir et qu’ils font de nous ce qu’ils veulent , nous faire bien sentir qu’on a juste qu’à s’écraser !
      Encore une fois, pourquoi laissons-nous faire ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Louis Henry Despaigne et Alexis Frentz.[1. Département de mathématiques, Polytechnique, École Polytechnique — Université Paris Saclay.]

[caption id="attachment_248792" align="aligncenter" width="640"] Semi marathon By: Guillaume Baviere - CC BY 2.0[/caption]

 

De plus en plus d’outils permettent d’aider les coureurs à améliorer leurs performances, que cela soit des montres GPS qui vous indiquent le chemin parcouru et votre vitesse moyenne, ou bien des applications smartphones qui vous aident à planifier un progra... Poursuivre la lecture

Marathon de Copenhague (Crédits Bo Jørgensen, licence CC-BY-ND 2.0)
0
Sauvegarder cet article

Par Charles Boyer.

[caption id="attachment_243460" align="aligncenter" width="1024"] Marathon de Copenhague (Crédits Bo Jørgensen, licence CC-BY-ND 2.0)[/caption]

Suite à la publication d'un précédent article où je donnais une description de la façon dont je me nourris, c'est-à-dire en mangeant le plus possible de (bon) gras, et le moins possible de glucides, un commentateur sur Facebook m'avait interpellé sur les passages de mon article ayant trait à la course d'endurance. Je mentionnais dans mon texte que je fais régulièrement... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Courir ou sourire ?

Par Bénédicte Cart.

Branchée sur les JO de Sochi, dès le petit-déjeuner, je ne peux louper cette merveilleuse occasion de parler de sport.

Il y a un an, lors d'un footing dominical et matinal, après deux minutes d'effort le verdict tombe : "Bénédicte tu ne sais pas courir". Vexée et blessée dans mon amour-propre, j'attends la suite et mon père d'enchaîner : "pour courir, prends appui sur l'avant du pied, tiens-toi droite, les bras le long du corps et le bassin légèrement en avant". Je l'observe et j'essaie en me contorsi... Poursuivre la lecture