House of Cards : une troisième saison en demi-teinte

Moins cynique et plus réaliste que par le passé, House of Cards semble plus en phase avec le monde politique réel, mais cela lui fait perdre également plusieurs de ses points forts.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

House of Cards : une troisième saison en demi-teinte

Publié le 14 mars 2015
- A +

Par Aurélien Chartier.

The man in the shadow credits JE Branch (CC BY-NC-ND 2.0)
The man in the shadow credits JE Branch (CC BY-NC-ND 2.0)

 

House of Cards est en quelque sorte un symbole. Habituellement chasse gardée des chaînes télévisées nord-américaines, les séries TV grand public commencent à être produites directement par les sites de streaming. Si Netflix a commencé timidement avec Lilyhammer, une série relativement peu connue, le site de streaming a ensuite frappé un grand coup avec ce remake d’une mini-série britannique culte. Réunissant un casting prestigieux (Kevin Spacey et Robin Wright dans les rôles principaux, mais également Kate Mara et Corey Stoll), la série montre dès ses débuts une qualité de production excellente, une intelligence d’écriture des scénarios et un rythme haletant. Le succès rencontré par House of Cards est le précurseur d’autres séries produites par Netflix (Orange is the new black, Marco Polo, Unbreakable Kimmy Schmidt…). À tel point qu’aux États-Unis, des fournisseurs d’accès Internet (Comcast) et des chaînes traditionnelles (HBO) commencent à se lancer dans ce nouveau marché lucratif du streaming en ligne. Mais ceci est une autre histoire.

Du côté de House of Cards, on atteint l’âge de maturité, avec une troisième saison où on avait du mal à voir dans quelle direction les scénaristes allaient maintenant pouvoir se tourner. Les deux premières saisons avaient en effet été centrées sur l’ascension au pouvoir de Frank Underwood, d’abord au poste de vice-président à la fin de la saison 1, puis de président à la fin de la saison 2. Difficile de continuer dans la même dynamique à présent que l’anti-héros du show occupe le poste le plus important du monde politique américain. De plus, si les deux premières saisons avaient été en partie marquantes par des personnages antagonistes diaboliquement calculateurs (notamment le milliardaire Raymond Tusk), on peinait à voir qui allait pouvoir s’opposer à Frank maintenant qu’il occupe la Maison Blanche. Ces craintes ne sont qu’en partie résolues par cette saison 3, notamment pour la simple raison que le show s’oriente dans une nouvelle direction, malheureusement pas encore assez approfondie pour s’en faire un avis définitif.

Tout d’abord, la saison 3 a l’intelligence de sauter les mois suivant l’investiture du nouveau président, l’équivalent de la période de grâce de l’autre côté de l’Atlantique. On arrive donc au moment où sa popularité est au plus bas et où Frank doit se relancer dans la perspective des élections présidentielles de 2016. Le Parti Démocrate décide alors de soutenir un autre candidat pour ces élections, jugeant que Frank Underwood ne possède pas suffisamment de chances de gagner. On se heurte là encore une fois à un des principaux défauts de la série : le manque de réalisme. Cherchant à aller de rebondissement en rebondissement, le scénario a une tendance certaine à laisser de côté la plausibilité des actions de ses personnages. En effet, il apparait hautement improbable qu’un parti américain (que ce soit chez les Démocrates ou les Républicains) cherche à nominer un candidat autre que le président actuel si celui-ci est de son camp, et ce malgré le manque de popularité de ce dernier. En effet, l’expérience étant considérée comme un facteur important dans la vie politique américaine, le président sortant bénéficie automatiquement d’un avis favorable sur ce plan. De plus, le nombre de mandats de président est limité à deux par la Constitution, ce qui limite théoriquement la mainmise d’une personne sur la vie politique américaine (en réalité, cela se produit via des familles comme les Kennedy, les Bush, les Clinton…).

L’opposition à Frank au sein du parti démocrate est, comme dans les saisons précédentes, assez décevante. Bien que certains personnages œuvrent dans l’ombre, la majorité des Démocrates sont bien loin de Frank Underwood en termes de manigances. Quant aux Républicains, ils sont quasiment absents de cette saison. Le scénario se voit alors contraint de recourir à des coups du sort pour redonner un peu de suspense et le principal antagoniste de la saison se trouve être au final le président russe, ayant une ressemblance assez marquée et probablement volontaire avec Vladimir Poutine. Seul celui-ci se trouve être un adversaire à la hauteur de Frank Underwood, bien que l’on tombe là dans un des autres défauts de la série à savoir la surestimation de l’intelligence des hommes politiques, capables de créer des plans élaborés sans jamais commettre d’erreur. Comme le faisait justement remarquer Reason l’an dernier, on a du mal à imaginer les membres actuels du Congrès américain s’engager dans des stratagèmes aussi compliqués sans que rien n’aille de travers. Il faut toutefois reconnaître que cette saison fait un pas dans la bonne direction en faisant commettre quelques faux pas au couple Underwood, visiblement atteint de l’ivresse du pouvoir.

Dans les autres points peu crédibles de cette saison, on notera le programme politique de Frank, basé sur des coupes budgétaires dans Medicaid et Medicare, les principaux programmes d’assistance sociale aux États-Unis. On a du mal à imaginer ne serait-ce qu’un instant un homme politique remettre en cause l’équivalent de la Sécurité sociale française, et encore moins un Démocrate, sans que cela ne ruine définitivement sa carrière politique. Frank cherche également à se débarrasser d’un membre de la Cour Suprême atteint de la maladie d’Alzheimer à la candidature démocrate aux élections afin de le remplacer par sa principale rivale. Il évoque le scandale que cela ferait dans la presse, mais n’a apparemment pas l’idée de faire fuiter l’information lui-même. Pourtant, ce genre d’actions était partie intégrante de sa stratégie dans les saisons précédentes. Enfin, on notera également le parcours étrange de son allié habituel Doug Stamper dont le rôle vraisemblablement imprévu au casting de cette saison semble avoir été écrit de manière précipitée. Dans la direction opposée, le Républicain Hector Mendoza semblait devoir jouer un rôle important dans cette saison, mais se retrouve écarté étrangement après une poignée d’épisodes (la raison officieuse semblant être que l’acteur ait obtenu un rôle en parallèle dans American Crime).

En revanche, la nouvelle orientation à laquelle je faisais référence au début de cet article, est nettement plus intéressante et présente même le principal attrait de cette nouvelle saison. Après deux saisons où le couple Underwood paraissait un bloc uni que rien ne pouvait ébranler, on commence à voir apparaître les premières fissures. Les ambitions sans fin des deux personnages finissent par entrer en conflit et on transite lentement de l’alliance que l’on connaissait à une situation de quasi-adversité. Cet arc scénaristique ne fait visiblement que commencer et constituera probablement une partie majeure de la prochaine saison, mais l’étude des relations entre Frank et Claire est un tournant majeur de la série. Moins orienté politique mais davantage sur l’étude de personnages, la série montre une nouvelle facette intéressante et à laquelle on ne s’attendait pas forcément.

Si cela ne suffit pas à sauver cette saison, d’un niveau nettement plus faible que les précédentes, on peut espérer qu’elle anticipe une prochaine saison plus excitante autour de l’élection présidentielle de 2016. Moins cynique et plus réaliste que par le passé, House of Cards semble plus en phase avec le monde politique réel, mais cela lui fait perdre également plusieurs de ses points forts. Cette nouvelle direction, faite de l’adjonction d’une dose de subtilité, pourrait cependant se révéler un choix gagnant sur le long terme. Saison de transition ou début de la fin pour House of Cards, il est probablement encore trop tôt pour en juger, mais cette troisième saison nous laisse clairement sur notre faim.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Suis de votre avis. Il me reste… le dernier épisode, pour ce soir. C’est le drame. 😉

    Il y a des faiblesses. En particulier Doug, brouillon, comme le brouillard de l’alcoolique qu’il est.

    La saison 4 n’est toujours pas signée, semble t il. Vont ils faire une pause ?

    Autre piste : un effacement de Francis. Au profit…. de son épouse. Qui deviendrait la candidate. Et l’élue ?

    Il y aurait une certaine logique inversée. 3 saisons Francis, 3 saisons Claire pour un couple finalement assez « équilibré », qui se nourrisse l’un de l’autre.

    • Je n’en suis qu’au 4ième épisode mais question cynisme Underwood est toujours là…cf la première scène de l’épisode1 et celle de l’église….Mais il y a toujours ce qui marquera cette série: les apartés avec le téléspectateur et là Kevin Spacey est très très fort….Deux fois par épisode il nous prend à témoin et c’est assez jouissif….Bon je continue à m’avancer dans cette saison 3…

      • Et Claire est sublime. Elle prend de plus en plus d’importance.

        A un moment, en pleine conférence de presse Underwood… tousse bcp. Et il fume (ses fameuses clopes cachées)… futur cancer / problèmes de santé qui l’obligeraient à s’effacer laissant ainsi le devant de la scène à Claire ?

        L’idée du « pivot », chacun son tour, me semble un parfait moyen pour poursuivre la série, et explorer de nouveaux personnages.

    • J’avais aussi pensé à cette hypothèse, mais est elle encore envisageable alors que le caucus de l’Ohio a déjà eu lieu et qu’elle ne peut donc en théorie plus prétendre a l’investiture democrate ?

  • Doug est quand même un personnage intéressant, même s’il est tordu et bizarroïde.
    Ses manigances type agent double pourraient en faire un point fort de la saison 4.

    Concernant underwood, tout le temps qu’il a passé à manigancer pour arriver au pouvoir, il ne s’est pas vraiment fait d’ami qui peuvent l’aider à le garder et ça lui revient sur la gueule.

  • Je suis d’accord globalement sur la baisse de…régime de S03.
    Par contre pas tellement sur le fait que Franck n’utilise pas les fuites dans la presse pour faire partir le membre de la cour Suprême : son but n’est pas de le faire partir mais de neutraliser son opposante aux présidentielles en l’y plaçant. Dès lors qu’elle refuse la nomination, faire partir le juge malade n’a plus d’intérêt et Franck est un pragmatique.
    Medicare et Medicaid : le plus invraisemblable n’est pas qu’il envisage d’en réduire la portée, mais le programme de remplacement AmWorks, trop simpliste pour être crédible, trop gauchiste pour être réaliste. Sauf bien-sûr HOC décide d’augmenter son audience aux décérébrés, comme Apple avec sa Watch.
    Enfin, si l’on doit parler de crédibilité, que penser du scénario où le chief of staff du président du pays dont le modèle démocratique est un des plus « balancé » et surveillé du monde va tuer une jeune femme à la frontière mexicaine, sans parler de la facilité avec laquelle cet homme affaibli creuse un trou dans une des terres les plus arides du pays…

  • Je suis étonné que la majorités des critiques qualifient la saison 3 de décevante. D’ailleurs pour des raisons contradictoires : tandis que certaines pointent l’absence de machiavélisme de Frank cette saison, d’autres comme vous trouvent au contraire que lui l’est trop comparé aux autres personnages.

    Pour moi, après deux saisons marquées par des successions de victoires de Frank, les scénaristes n’avaient que deux choix pour se renouveler : faire chuter Frank définitivement et terminer la saison 3 sur son entrée en prison ou son suicide, ou montrer les émotions des différents personnages.

    C’est le second choix, moins courageux mais qui permet d’envisager d’autres saisons et donc plus d’argent, qui a prévalu. Cette orientation est toutefois infiniment plus innovante que ce que certaines critiques appelaient de leurs voeux : une redite des saisons 1 et 2, bourrées de coups retors.

    Une petite inexactitude dans votre critique : Frank Underwood envisage effectivement de lancer dans la presse l’information sur l’alzheimer du juge suprême. Ce n’est certes pas dit, mais c’est en fait la solution que Frank envisage lorsque, face caméra, avec le juge dans son dos, il se demande : « should i ruin this man’s life ? »
    S’il ne le fait pas, c’est à cause de son premier élan de pitié de la série, qu’il se reprochera par la suite.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

L'Ukraine connaît des combats limités depuis 2014 et une guerre inédite en 2022. Comment expliquer ce scénario tragique ukrainien? Quels sont les multiples enjeux du conflit russo-ukrainien?

L'Ukraine champ d'affrontement entre la Russie et les Etats-Unis

L'aspect global du conflit est perceptible à travers l'affrontement indirect que se livrent d'un côté les USA et de l'autre la Russie. Les Etats-Unis, chefs de file du camp occidental, ont les premiers violé le droit international avec d'abord la guerre du Kosovo en 1998 puis la guerr... Poursuivre la lecture

Le 2 mai dernier, Politico publiait en exclusivité un article traitant de la fuite d'un projet de jugement de la Cour suprême américaine relatif à la remise en cause d'un précédent jugement de cette même cour, Roe vs Wade.

Ce précédent arrêt avait posé les bases rendant légal l'avortement dans tous les États américains et limitant l'intervention de l'État dans la décision d'interruption de grossesse, considérée alors du domaine de la vie privée. Le projet actuellement en discussion et dont le contenu a fuité vers Politico renverrait à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles