Les Gaspards de la politique 2015

Benoît Hamon a obtenu le Gaspard d’Or de la phrase la plus anti libérale prononcée durant l’année écoulée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Gaspards de la politique 2015

Publié le 15 février 2015
- A +

Un article de GenerationLibre

Ceremonie_Gaspard_GenerationLibre
Cérémonie des Gaspards (Credits : GenerationLibre)

 

La seconde édition des Gaspards de la politique, organisée par GenerationLibre en partenariat avec l’Opinion, a eu lieu mercredi 11 février. Comme l’année dernière, ce prix a voulu récompenser les phrases les plus anti libérales prononcées au cours de l’année par des personnalités politiques de tout bord.

Cinquante phrases ont été sélectionnées par la rédaction de l’Opinion et GenerationLibre puis étudiées par le jury pour chacune des catégories du Prix. Les internautes ont été associés à ce trophée en élisant le Gaspard d’Or, via les réseaux sociaux, parmi 5 prétendants de choix.

Walter, humoriste, chroniqueur sur France Inter, Europe1 et désormais dans la Nouvelle Édition de Canal+, fut le maître de cérémonie.

Lauréats 2015

  • M. Benoît Hamon, ancien ministre de l’Éducation nationale, Gaspard d’Or : « Quand on n’a rien à se reprocher, ce n’est pas grave d’être sur écoute » (cf. la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy).
  • M. Laurent Wauquiez, député UMP de Haute-Loire, Gaspard de l’interventionnisme : « (Il faut) se donner les moyens de ravoir (sic) une vraie stratégie industrielle et cela passe par l’entrée de l’État au capital. »
  • M. Gérard Filoche, membre du Bureau national du PS, Gaspard de  l’autoritarisme : « Aucun salarié de ce pays ne travaille le dimanche par « volontariat » mais parce que le patron le veut. »
  • M. François Hollande, Président de la République, Gaspard du jacobinisme : « La France, même quand elle fait du libéralisme, le fait par l’État. »
  • Mme Anne Hidalgo, Maire de Paris, Gaspard du paternalisme : « Un maire, c’est le souci de protéger, l’obsession de trouver une solution à chaque problème, une réponse à chaque question. »
  • M. Arnaud Montebourg, ancien ministre du Redressement productif,  Gaspard du dirigisme : « Lorsque je reçois l’Autorité de la concurrence qui vient à mon bureau, je lui dis : vous êtes contre les ententes et moi je les organise. »

Espoirs 2016

Face à des candidats brillamment anti libéraux, le jury a désigné nos Espoirs pour l’année prochaine :

  • Michel Sapin, Ministre des Finances, « Il n’y aurait pas autant de jeunes arrivant sur le marché du travail, le chômage baisserait. »
  • Bruno Le Maire, Député UMP, « Je suis opposé à la libéralisation sauvage des professions réglementées. »
  • Denis Payre, Président-fondateur de Nous Citoyens : « (La) loi d’Emmanuel Macron, le risque de casser certaines professions qui fonctionnent bien pour plaire à quelques ultra libéraux de la Commission. »

Jury 2015

Walter
Nicolas Beytout, président et fondateur de l’Opinion
Gaspard Koenig, dirigeant et fondateur de GenerationLibre
Christophe Chenut, directeur général de l’Opinion
Natacha Valla, économiste
Cécile Philippe, directrice générale de l’Institut Molinari
Grégoire Lucas, associé Image Sept
Mathieu Laine, dirigeant et fondateur de Altermind
Alain-Gérard Slama, essayiste et historien
Hugh Schofield, représentant de BBC News à Paris
Baptiste Favrot, représentant de European Students for Liberty en France
Nicolas Lecaussin, Directeur du développement IREF, Institut de Recherches Economiques et Fiscales

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Excellent florilège, mais tout autant affligeant de savoir que ces types-là, de droite comme de gauche font « autorité ». Le vrai visage de ces petits tyrans collectivistes a bien été cerné par ce valeureux jury: valeureux, car de telles phrases sont prononcées chaque jour par cet odieux personnel politique a qui l’on a confié la charge de décider pour les autres.

    Je suis cependant surpris de ne pas voir la « Madonne à la Peine » figurer parmi ce distingué aréopage, en tant que forcenée du dirigisme national.

  • Pour se convaincre que la France n’ est absolument pas ultra, méga, giga voire turbo libérale il suffit de regarder les cotisations sociale sur votre fiche de paye et puis de demander à votre employeur combien il doit lui aussi en reverser à l’ état. Si votre salaire est de 2000 euros net l’ état a récupéré 2000 euros de cotisations sociales. Rajouttez l’ impot sur le revenu et la taxe d’ habitation ou immobilière pour comprendre que nous sommes plus socialistes que libéraux.

  • Il y a une idée reçue, un préjugé largement diffusé comme quoi le secteur public aurait le monopole de la vertue et le secteur privé aurait le monopole du vice. Le patron serait un égoiste exploiteur qui ne penserait qu’ a se faire du fric sur le dos du salarié tandis que le fonctionnaire serait un admirable serviteur de la nation, au service de l’ interêt général, grand défenseur de la veuve et de l’ orphelin . Sauf que l’ habit ne faisant pas le moine, on trouve une bonne dose d’ escrocs, de crapules et de nuisibles dans le secteur public qui se font passer pour des bienfaiteurs. Quand au secteur privé avec tous les défauts qu’ il a c’ est tout de même lui qui paye le secteur public, les escrocs inclus.

  • « Aucun salarié de ce pays ne travaille le dimanche par « volontariat » mais parce que le patron le veut »: un peu exagéré, mais assez vrai dans l’ensemble. Je m’associe à ce gaspard.

    • Pourquoi restreindre votre commentaire au dimanche ? Vous ne voulez pas admettre que nombre de salariés sont volontaires pour le salaire, et contraints pour le travail ? Et qui, croyez-vous, nous a amenés à cette situation en partant de celle où les gens pensaient que c’était leur travail qui leur faisait mériter leur salaire, sinon les politiciens honorés par ces prix ?

    • « Il y a 3 millions de personnes qui veulent du travail. C’est pas vrai, de l’argent leur suffirait. »
      Coluche.

      • D’ailleurs, le travail, ce n’est pas ce qui manque… Ce sont les emplois qui manquent, ce n’est pas du tout la même chose, même si beaucoup préfèrent entretenir la confusion.

    • Aucun chômeur de ce pays ne travaille le dimanche. Non pas par « volontariat » mais parce que les syndicats ne veulent pas.

  • Merci pour ces Gaspards de la politique. J’en profite pour signaler cette vidéo de deux minutes dont une bonne partie du contenu mérite d’être diffusée : http://www.slate.fr/story/97989/colette-capdevielle-travail-dimanche .

  • Le meilleur a gagné, le plus brillant intellectuelle et le plus grand fleuro de l’avenir de la France.
    Un pays regrette de ne pas l’avoir comme citoyen: LA CORÉE DU NORD

  • J’en ai un autre à proposer, de Bartolone, à propos du contrat-entreprises:
    « Quand l’Etat met 5 millions sur la table, il est en droit d’exiger des contre-parties »
    Pour lui, baisser les charges, c’est « mettre de l’argent sur la table ».
    On ne peut mieux affirmer que l’ensemble de la richesse produite appartient à l’Etat, qui laisse aux acteurs des pourboires.

  • Qu’est ce que fait Alain-Gérard Slama là ? Il est libéral ?

  • Bruno Le Maire, Député UMP, « Je suis opposé à la libéralisation sauvage des professions réglementées. »
    Perso, je ne trouve pas que cette phrase soit « anti-libérale ».
    Il faut la remettre dans le contexte de la loi macron (une de plus d’ailleurs!!!!) :
    Autoriser de nouvelles installations (pharmacie, notaire) pour faire de la « concurrence et baisser les prix »…
    Mais en oubliant que ceux qui sont installés ont été OBLIGES par l’état à racheter les Officines / Offices à leurs prédécesseurs. En versant au passage une grosse taxe à l’état.
    Mais en oubliant aussi que c’est l’état qui fixe les prix des médicaments remboursés et les prix des actes notariaux (un notaire ne gagne que 1,6 % du prix de l’acte, le reste c’est l’état qui empoche).
    Donc cette « libéralisation » est bien sauvage car elle va créer une distorsion de marché entre ceux qui ont été obligés d’acheter leurs travail et ceux qui pourront s’installer sans frais…
    La loi aurait du prévoir un remboursement des emprunts de ceux qui ont achetés leur activité, et aussi prévoir un prix totalement libre…
    Ce qui n’est pas le cas !!!

    • Les médicaments vont, enfin, etre dispo en grande surface ? vont tous, enfin, avoir minimum une part payante ? Les pharmacies ne seront plus assurés d’avoir 2000 clients potentiels ? Eh non ! pardon, on est loin du sauvage…. très loin. On a des professions qui ont d’énormes avantages, qu’aucune autres entreprises ne peut avoir, a qui on assure une clientèle, qu’on oblige les clients a passer par eux uniquement, que l’on rembourse intégralement sans qu’ils aient a s’inquieter, et donc sur-dépensent,… et c’est sauvage tout cela ?
      On a les professions les plus aidés par l’Etat, les plus assistés par l’Etat, et c’est eux qui gagnent le plus parmis les petits patrons (8000€ pharmaciens, 15000 notaires). Moi je vous le dit, vous interdisez aux grandes surfaces de vendre de la viande, vous limitez a 1 boucherie pour 2000 habitants, vous remboursez 80% du prix de la viande,…. et je me lance demain dans la boucherie. Faut-etre serieux, quand on emploi des mots, on est a l’opposé du sauvage, j’aimerais pour ma part, qu’il y ait un peu plus de « sauvage » justement, ou devrais-je appeler cela tout simplement du libéralisme ?

      Vous pleurer les pauvres notaires ou pharmaciens qui ont été obliger de racheter les officines a leurs prédécesseurs ? Alors j’espère que vous allez demander a ce que l’Etat paye 10 années de cotisations retraites, sans qu’ils n’aient rien a faire et surtout pas a bosser, aux fonctionnaires qui passeront de 50 a 60 ans l’age de la retraite… ba oui c’est injuste, ils ont travaillés pour cela. C’est comme au loto, on joue on gagne ou on perd, mais on va pas demande rle remboursement des sommes versés car on a perdu. Les pharmaciens, notaires, taxis,… sont des priviilégiés, ils jouent depuis des années a valoriser leurs avantages fournis par l’Etat, et le jour ou on leur dit « c’est un peu pas trop juste tout de meme »… ils viennent pleurer et ils faudrait leur rembourser ? Soyons sérieux, ils savent pertinemment leurs avantages et le voie a chaque fin de mois quand ils reçoivent leurs salaires, ce qu’un patron non « réglementé » ne voit pas, car l’Etat ne lui assure rien.

      • 1) La moitié des officines de pharmacie sont en quasi faillite du fait du relèvement des taxes, charges du RSI et des nouvelles contraintes réglementaires (génériques, accès handicapés…), la nouvelle loi sur la santé de Touraine… qui prévoit que les pharmacies soient directement payées par la sécu (à 3 – 4 – 6 mois), tout en faisant l’avance des frais (c’est la pharmacie qui achète les médicaments !!!).
        2) Le salaire que perçoivent ces gens est en rapport avec le nombre d’heures travaillées. Bien supérieur aux 35 h.
        3) Oui, c’est sauvage après avoir réglementé de créer de la concurrence sans accepter de rembourser ceux qui ont payé des taxes à l’état pour avoir le droit de travailler !!!
        4) La véritable liberté serait un droit d’installation pour tous sans frais. Un prix libre sans contrôle de l’état. Un honoraire sans taxes et libre… Mais cela l’état ne leu veut pas !!! L’état veut mettre de la concurrence entre les pharmacies, entre les notaires mais surtout sans toucher à ses prérogatives et avantages. Bref, il restera maitre du jeux, et quand tout cela aura foiré, il aura beau jeux de dire : « le libéralisme ne marche pas, on re-contrôle tout ! »

        « Vous pleurer les pauvres notaires ou pharmaciens qui ont été obliger de racheter les officines a leurs prédécesseurs ? »
        DOIS-JE VOUS RAPPELER QUE C’EST UNE OBLIGATION D’ÉTAT !!! UN NOTAIRE NE PEUT PAS OUVRIR SI IL N’ACHÈTE PAS L’OFFICE D’UN AUTRE NOTAIRE !!! ET L’ÉTAT PREND UNE TAXE SPÉCIALE POUR CELA !!!

        « Les pharmaciens, notaires, taxis,… sont des priviilégiés, ils jouent depuis des années a valoriser leurs avantages fournis par l’Etat, »
        Les avantages fournis par l’état sont largement repris par l’état d’un autre coté. Mais cela vous ne le voyez pas (pauvre Bastiat). Les Tarifs régulés mais les taxes et charges qui explosent. Les obligations d’ouverture, les normes « sanitaires, sociales, handicapés », les changements de législation tous les 6 mois, les décrets d’applications imbitables… C’est sur que tout cela encourage fortement le développement des professions réglementés (le nombre de pharmacie baisse depuis 20 ans malgré la « protection » de l’état :29000 en 1990 et 23800 en 2012)

        • 1) Votre statistique sur le nombre de « quasi-faillite » elle sort d’ou ? C’est quoi une quasi-faillite ? Surtout quand un chef d’entreprise se paye en moyenne 8000€ ou 15000€… Non désolé, chez le commun des mortels, ceux qui n’ont pas d’avantages provenant de l’Etat, mais par contre qui paye les avantages des professions réglementées, le salaire du patron dépend de la santé de l’entreprise. Le RSI, les contraintes réglementaires,… ce sont des trucs dédié uniquement aux professions de favorisés ? Bah zut je vais vite fait aller au RSI leur dire que je paye leur truc alors que je n’en suis pas une, je vais aller voir toutes les institutions reglementant mon métier pour leur dire que c’est normalement dédié aux professions réglementées….
          2) Un salaire n’a jamais été en fonction du nombre d’heures travaillés, mais de l’efficacité au travail… Les pharmaciens ont la majorité du temps des titulaires salariés pouvant faire présence les jours ou eux ne travaillent pas, donc ils ne font pas 35h, mais ne font pas non plus du lundi au samedi non-stop, ni toutes les dispo nocturnes. Dans la majorité des cas, après encore une fois je me fous du salaire… tout du moins je me foutrais de leur salaire, si ils n’avaient pas tous les avantages d’Etat qu’ils ont. D’ailleurs je n’ai rien a reproché au patron de PME qui touche la meme somme, mais c’est un poil plus rare, c’est un truc bien spécifique aux professions assistées…
          3) Je pourrais prendre 10.000 exemples, comme celui que j’ai pris précédement, si l’Etat devait rembourser toutes personnes qui a eu un jour un avantage qu’on lui a retirer ou diminuer, on ne serait pas endetter a 98%, mais a 160 comme la grèce.
          4) d’accord avec vous, mais ce n’est pas parceque des cretins se revendiquant liberaux, et ne pratiquant que 1% de ce qu’il faudrait faire, vont droit dans le mur, et que cela va porter atteinte au liberalisme comme vous le dites a juste titre, que je vais combattre les 1% effectué. Car j’ai bien compris que 1% de ce qu’il faudrait c’est mieux que 0, et que le choix est forcément binaire dans une société idiote et étatiste comme la France.

          Pour les notaires, je vais vous parler d’une amie, qui a tout fait pour etre notaire, les études, tout… aujourd’hui elle sort des études et ca fait 3 ans qu’elle se ballade de boulot sous-payé a boulot sous-payé par des notaires. La cause ? Elle ne peut pas s’installer a son compte ? Pourquoi ? Les notaires revendent a leur cercle, elle, ne fait parti d’aucun cercle… Il est indispensable d’ouvrir ce marché fermé artificiellement par des députés sous influence de lobbys notariaux. Et en quoi libérer l’ouverture des pharmacies ou des notariats va entrainé leur chute ? C’est de la concurrence saine et normale, sans celle-ci on est dans un régime communiste, et les pharmaciens, notaires sont des salariés communistes de l’Etat… et comme les chefs communistes chinois d’il y a quelques années, c’est que des avantages payés gracement par l’Etat au frais du citoyen.

          Les taxes et charges aucune autre entreprise en a ? Les obligations d’ouverture, faites moi rire, au moment ou toute entreprise se bat pour ouvrir plus… justement les pharmaciens étant largement payé par l’Etat, pourraient se permettre de fermer 4 jours de la semaine, mais tout de meme. De plus pour les fermetures, encore une fois le lobby pharmacien avait prévu le coup et les titulaires remplacant leur permette de faire ce qu’ils veulent, additionner à la restriction/obligation de 1 pharmacie pour 2000 habitants, du coup pour les gardes, elles sont plutot rares pour les pharmaciens eux-memes. Les normes ? De quoi vous me parlez ? des normes pour les décapeurs sur bois ? des entreprises de menuiseries ? des normes pour les restaurants ? Toutes les entreprises ont des normes, et clairement les restaurants et les industries bien plus que les 3 normes des pharmacies….

  • C’est une excellente initiative qui a malheureusement 1/ encore trop peu d’écho (mais ça va probablement s’améliorer) et 2/ de beaux jours devant elle…

  • Non mais Michel Sapin… Remplacez « jeunes » dans sa phrase par « femmes », juste pour voir les réactions qui en découleraient. Ce type est un génie. On fixerait sur son dos une éolienne que le pays serait pourvu en électricité tellement il brasse de l’air.

  • Je suis déçu par Denis Payre sur ce coup, j’avais un peu d’espoir en lui.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » :

<... Poursuivre la lecture

Les petits chiffres de l'INSEE s'accumulent doucement et pointent tous dans la même direction : l'inflation n'est plus négligeable, elle continue à grossir et ceux qui expliquaient doctement il y a quelques mois que l'augmentation observée en fin d'année 2021 était transitoire se sont très officiellement fourré le doigt dans l'œil jusqu'à l'omoplate. Nous arrivons au milieu de 2022, l'inflation continue de grossir, et ceux qui en étaient à l'omoplate continuent de s'enfoncer.

Ainsi, sur les douze derniers mois, les prix ont flambé sur ... Poursuivre la lecture

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles