Élections dans le Doubs : Hollande face à Marine ?

Le regard de René Le Honzec.

Le Pen Hollande élections Doubs rené le honzec

En faisant le V de la victoire, Marine Le Pen en a foutu un coup à Flanby, qui regardait caché dans la foule le résultat de son poulain. Parce qu’il ne faut pas oublier que ce fut le fief d’un grand serviteur de l’État, Moscovici, celui qui a fait une carrière météorique quelque part en économie au gouvernement, et recasé pour services rendus à l’Europe, et qui n’a pas pensé une seconde revenir. Les perdants, ce sont les « UMPS », dirigeants alternatifs du pays depuis 30 ans, qui n’ont pas réussi à remettre la France en confiance, vu qu’ils en étaient incapables. Petite mention pour la grande gueule du PAF Mélenchon dont les camarades prolétaires refusent obstinément d’entendre parler. Mais gageons qu’on le verra toujours sur les plateaux des médias subventionnés – moins ou plus que Le Pen ?

Parce que, attendez, vous pouvez enfin souffler : la Bête a encore été repoussée, la démocratie est sauvée, tout ça. Mais ça n’empêche pas l’UMP de s’entredéchirer à ce propos d’alliance, de voir Sarko aller se faire payer de quoi acheter des clopes et du rouge au Qatar, NKM, Juppé de revenir 20 ans en arrière « Ah mon Dieu, le FN ! », de voir la Gauche multiplier les candidatures minables pour justifier des demandes de strapontin aux prochaines discussions.

Parce que tous s’en foutent, quoiqu’ils disent, empêtrés dans des calculs électoraux à court terme – je veux être calife à la place du calife.

Surtout, ça conforte Flanby dans sa stratégie de ‘je serai là en 2017″ et nous allons voir repartir les « affaires » Sarkozy par des juges zélés (et indépendants, of course) : sa seule chance et son espoir, être face à Marine.