États-Unis : l’État est notre plus grand problème

Les Américains ne sont pas fanatiques de leur État, du Congrès, du président et des politiciens de manière générale. Pourquoi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

États-Unis : l’État est notre plus grand problème

Publié le 13 janvier 2015
- A +

Par J. D. Tucille, depuis les États-Unis.
Un article de Reason

Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

L’État est le problème le plus important auquel font face les États-Unis en 2014, selon un récent sondage réalisé par Gallup. Une hausse par rapport aux résultats de 2013 où il figurait second et en 2012 troisième. Qui a dit que le système politique américain était bloqué ? En voilà du progrès !

Ce résultat indiquant que les Américains ne sont pas fanatiques de leur État, du Congrès, du président et des politiciens de manière générale provient d’une moyenne calculée sur plusieurs mois d’enquête. Étant donnée la litanie des vieilles arnaques gouvernementales déblatérées par les autorités, cette promotion du Léviathan américain au rang d’ennemi public numéro un paraît relever du bon sens pour de nombreux observateurs. Peut-être est-ce même l’expression collective d’un certain instinct de survie. Ou, du moins, d’un dégoût de masse.

Il est vrai que l’État vient tout juste de détrôner les préoccupations d’ordre économique et les inquiétudes à l’égard du chômage et de l’emploi. Mais tout de même, il est impressionnant de voir l’institution pour laquelle on paye pour soigner ses bobos quotidiens se hisser en haut de l’affiche des principaux maux de la société.

Gallup poll: government is America’s biggest problem

Les découvertes de Gallup ne sortent pas de nulle part. On découvre que la confiance en l’État, à 24%, est presque à son plus bas historique.

Une majorité des votants (42%), déclarent à Reason-Rupe que le Président Obama a bien trop étendu les pouvoirs de l’État. Une majorité parmi les jeunes Américains estime que l’État est dépensier et que les autorités publiques abusent de leurs pouvoirs.

rené le honzec obamaLes Américains se sentent de moins en moins libres chaque année depuis 2006, et des preuves existent appuyant leurs perceptions d’une liberté de plus en plus entravée. Elles comprennent entre autres une baisse dans les rangs de la liberté économique et une chute au niveau de la liberté de la presse.

La méfiance envers l’État est devenue tellement omniprésente que le Bureau du Recensement [NDT : équivalent américain de l’INSEE] pense que le seul moyen d’obtenir la coopération du peuple récalcitrant passerait par des menaces. Certainement parce que cela provoque toujours des sentiments vagues et chaleureux.

La bonne nouvelle pour les politiciens, bien qu’ils n’en méritent aucune, est qu’il ne peuvent que progresser, tant il est difficile de faire pire. Franchement, il leur serait difficile de décevoir un public qui a si peu de considération pour eux.


Article original titré « Governement is the Country’s Biggest Problem, says Americans » publié le 02.01.2015 par Reason. Traduction de Virginie Ngo pour Contrepoints.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • idem en france ; l’état ,ce gros machin avide et malsain nous pourrit la vie ; l’état n’est rien d’autre qu’un dictateur qui s’arroguent des droits qu’il refuse au peuple ; l’état est un gouinffre qui n’en a jamais assez ; en gros , l’état nous emmerde ;

  • Une excellente nouvelle pour Rand !

  • « …Biggest Problem, says Americans »
    sujet au pluriel et verbe au singulier? Merci de corriger votre texte

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
école
2
Sauvegarder cet article

Jamais le choix scolaire n’aura été si important.

Ce n’est un secret pour personne : l’école publique moderne est basée sur le modèle prussien du XIXe siècle. Elle avait pour but de former en masse des citoyens dociles. C’est d’ailleurs de là que vient l’expression anglo-saxonne Toe the line : c’était tellement strict que les écoliers devaient placer leurs orteils derrière une ligne.

Néanmoins, le libéralisme a permis de réformer cette aberration en introduisant des programmes spéciaux pour captiver les... Poursuivre la lecture

Il y a trois ans et demi, le New York Times Magazine publiait "The 1619 Project".

Il y était affirmé que 1619, l'année où le premier navire négrier serait arrivé dans ce qui est aujourd'hui les États-Unis, était aussi fondamentale pour l'Amérique que l'année 1776, et que l'héritage de l'esclavage façonne toujours notre société. La créatrice du projet 1619, Nikole Hannah-Jones, a donné une interview au New York Times le 16 janvier, dans laquelle elle déclarait que "le capitalisme aux États-Unis a été largement façonné par l'esclavage".<... Poursuivre la lecture

Pratiquement aucune affirmation n'a été répétée aussi souvent dans les médias que celle selon laquelle l'inégalité entre les pauvres et les riches a augmenté massivement d'année en année - partout dans le monde et surtout aux États-Unis.

Pour mon livre In defence of Capitalism, j'ai commandé une enquête sur les perceptions du capitalisme dans 33 pays : nous avons présenté aux personnes interrogées dans les 33 pays une liste de 18 affirmations sur le capitalisme - positives et négatives. L'idée que le capitalisme conduit à une inégalité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles