Bitcoin : cyberattaque sur Bitstamp

Toutes les transactions sur Bitstamp sont actuellement suspendues. Que se passe-t-il ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bitcoin (Crédits Zach Copley, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bitcoin : cyberattaque sur Bitstamp

Publié le 9 janvier 2015
- A +

Par Thierry Berthier.

bitcoin (Crédits Zach Copley, licence Creative Commons)

Bitstamp est l’une des plus importantes plate-forme d’échange et de conversion bitcoins-dollars. Elle vient d’être temporairement mise hors ligne pour maintenance à la suite d’une cyberattaque. Toutes les transactions sur Bitstamp sont actuellement suspendues.

Le 4 janvier 2015, certains portefeuilles opérationnels de Bitstamp ont été compromis entraînant la perte de 19000 BTC ce qui représente 4 415 600 euros (1 BTC = 232,4 euros au 6 janvier 2015) soit environ 5 millions de dollars. Bitstamp, basé au Royaume-Uni et en Slovénie, a choisi de mettre hors ligne son site et de suspendre toutes ses opérations afin de sécuriser son capital de BTC et de « patcher » la vulnérabilité qui a permis l’intrusion dans le système d’échange et le vol. Tous les clients utilisateurs de Bitstamps ont été informés par mail de l’interruption du service dès le 4 janvier.

Berthier1

« On January 4th, some of Bitstamp’s operational wallets were compromised, resulting in a loss of less than 19,000 BTC. Upon learning of the breach, we immediately notified all customers that they should no longer make deposits to previously issued bitcoin deposit addresses, according to the notice. »

berthier2Nejc Kodric, le CEO de Bitstamp, s’est excusé auprès de ses clients sur twitter et a assuré que le service serait rapidement rétabli. Il a précisé qu’une réserve de bitcoins existait « hors ligne » afin de répondre à ce type d’incidents.

berthier3

Pour mémoire, la plate-forme d’échange de Bitcoins Mt. Gox (similaire à Bitstamps) avait subi une cyberattaque du même type en 2014, peut-être combinée à une fraude interne et ne s’était pas relevée de ces événements. Elle avait fait faillite dans la foulée. Le site BitcoinTalk.org avait subi une attaque par défacement en 2013 et vol de données dont 150 000 adresses mail et mot de passe de clients. En 2013, 12 000 bitcoins ont été volés par attaque DNS. Si l’on observe l’évolution du cours du bitcoin sur un an, on constate une baisse régulière qui devrait être encore renforcée par ces attaques récurrentes.

berthier4


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Apparemment, ils devraient réouvrir sous peu.
    Une enquête de la part de spécialistes est également en cours pour retrouver les hackers.

  • Quand est ce que les mecs vont comprendre qu’ils se battent contres des agences gouvernementales comme la NSA… Jamais un seul Etat Moderne resistera a piocher librement dans ces portefeuilles. Pour eux, c’est forcements des gens qui ont quelque chose a ce cacher, la morale etant dans le camps du bien, il faut bien lutter contre le mal par le mal…rasoir d’ Ockham quand tu nous ouvres a l’evidence…

  • Bitstamp est reouvert et fonctionne normalement .

    Je dirais que leur comportement est dans l ensemble un gage de sécurité .

    Maintenant c’est vrai que le bitcoin dérange les gouvernements et le banques . Une monnaie qu’on ne controle pas et qu’on ne peut parasiter , c est la fin d’une position de monopole.

  • Paradoxalement, l’extrême sécurité monétaire fait faillite au point de connexion avec le monde matériel… On dirait que ce qui sauve surtout l’or et le billet même (malgré leurs faiblesses diverses) par comparaison c’est leur aspect matérialisé.
    Comment y remédier?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec l’effondrement de la plateforme FTX, beaucoup d’observateurs des cryptomonnaies sonnent le tocsin. Les banques centrales en profitent pour avancer leurs pions sur l’échiquier des monnaies numériques centralisées et de la réglementation. Mais forcer les citoyens à aller vers ces monnaies numériques contrôlées par la force publique n’est-ce pas faire indirectement la promotion des monnaies numériques privées ?

On reparle beaucoup des cryptomonnaies depuis la faillite du courtier FTX. Certains se réjouissent que des spéculateurs créd... Poursuivre la lecture

Les trois moteurs de la saga des cryptomonnaies auront été des escrocs lunaires — souvent programmeurs — des idiots utiles et bien sûr ceux sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible : des millions de victimes.

 

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

La cryptomonnaie est une unité produite par un algorithme informatique qui, par des contraintes mathématiques et techniques, ne les produit qu’en nombre limité. Cette unité purement informatique et technique est baptisée « monnaie » par celui qui l’a produite. En vertu de... Poursuivre la lecture

Par Kristoffer Mousten Hansen et Karras Lambert.

 

Les amateurs de crypto-monnaies apprécient généralement beaucoup l'école autrichienne d'économie. C'est compréhensible puisque les économistes autrichiens ont toujours défendu les mérites de la monnaie produite par le secteur privé et échappant au contrôle de l'État.

Malheureusement, une compréhension erronée du développement et des fonctions de la monnaie est apparue et devenue de plus en plus dominante chez au moins certains partisans du bitcoin - un récit qui est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles