Des anti-inflammatoires qui affectent les plantes

Une nouvelle étude sur le rôle de certains anti-inflammatoires sur le développement des plantes soulève le problème…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
ibuprofen credits garbutt (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des anti-inflammatoires qui affectent les plantes

Publié le 27 décembre 2014
- A +

Par Jacques Henry.

ibuprofen credits garbutt (licence creative commons)

Trente millions de personnes de par le monde se traitent quotidiennement le plus souvent par auto-médication avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Ces molécules représentent un marché considérable « over the counter » puisqu’ils ne nécessitent pas de prescription et il est donc tout à fait compréhensible que leur usage soit aussi répandu. La population vieillissante en constante augmentation en raison de l’amélioration de l’espérance de vie et souffrant d’arthrite, d’arthrose et d’autres maux nombreux et variés ne peut plus se passer de ces médicaments loin d’être anodins.

Les anti-inflammatoires les plus communément utilisés sont le diclofenac, l’ibuprofen et le naproxen, respectivement appelés aussi Voltarene, Paracetamol et Antalgine. Ce sont des inhibiteurs d’une classe d’enzymes impliqués dans les processus inflammatoires appelées COX pour faire court. Or trente millions de personnes s’administrant jusqu’à un gramme par jour de ces substances, ça fait tout de même beaucoup !

henry

Les stations d’épuration des eaux usées n’éliminent pas ces produits et ils se retrouvent naturellement dans les boues d’égout épandues dans les champs comme engrais et les eaux retraitées parfois utilisées pour l’irrigation. C’est ainsi qu’on a étudié l’effet de ces produits sur les lombrics et la faune aquatique mais ces travaux se sont limités à l’évaluation de la teneur en ces diverses molécules dans ces organismes vivants. Quant à un effet direct sur les végétaux, la rareté des travaux a conduit l’équipe du Docteur Wiebke Schmidt de l’Université d’Exeter à se pencher sur l’interaction de ces produits sur la germination, la croissance et la physiologie de deux plantes potagères, le radis et la laitue.

Il ressort de cette étude que les anti-inflammatoires étudiés ont des effets systémiques sur la croissance des racines, retard et teneur en eau élevée, et retardent l’ouverture des cotylédons. Cependant, ces effets dépendent de la nature des produits étudiés ainsi que de celle des plantes. Il est donc nécessaire, devant les résultats obtenus, de prendre en considération le fait que l’usage de ces médicaments ne fera qu’augmenter avec le vieillissement de la population. L’utilisation en agriculture des boues et des eaux résiduaires pourrait conduire à une perturbation des cultures en particulier maraîchères et à une accumulation indésirable de ces produits dans les tissus végétaux.
Cette première étude détaillée de l’effet de médicaments massivement utilisés dans le monde sur les cultures arrive donc opportunément pour que l’on se penche en détail sur ce réel problème.

Source : University of Exeter News desk et Ecotoxicology and Environmental Safety aimablement communiqué par le Docteur W. Schmidt. Illustration tirée de l’article cité.


Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Ouaf ouaf ouaf!
    Ca fait des années que les maraichers utilisent certains AINS comme eliciteurs, en particulier l’aspirine qui, avec le Beroca sont probablement les deux produits les plus détournées de la pharmacie en direction des champs!

    Parlez nous donc de l’utilisation du Coca cola comme pesticides par les agriculteurs indiens, cela en vaux la peine 😉
    Bien a vous et joyeux Noel!

    • ils utilisent de l’aspirine pour lutter contre les limaces ? à quelle dose ? les antilimaces sur le marché ne sont pas trés cher, surtout pour des surfaces forcément restreinte comme le maraichage.

      et le coca ? pourquoi faire ? à une certaine époque, certains prétendaient que le café permettait de combattre les limaces ou de les détourner… on a plus jamais entendu parler de ça.

  • Ibuprofène et paracétamol n’ont rien à voir… Le paracétamol n’est même pas un anti-inflammatoire.

  • il faut croire que les chiffres donnés sont encore une fois pour beaucoup grossis et il faudrait savoir qui est visé par cette invention.Surtout quand on sait les nombreuses personnes souffrant de rhumatismes chroniques et qui ont des plantes à faire envie même à des jardiniers de métier .On a même connu des gens souffrant d’asthme dès leur plus jeune âge et qui encore a passé 60 ans avaient la main verte ,comme quoi entre théorie et réalité existe un vide à ne pas combler sur une simple rumeur
    En 1949 il y avait de magnifiques légumes arrosés de fientes humaines récoltées dans les fosses septiques quand aux lacs avec les égouts s’y jetant jamais perches et truites n’y évoluèrent en si grand nombre

  • Oui en effet, merci de souligner ce problème qui est un fait constaté aussi par des maraîchers spécialisés en culture biologique entre parcelles alimentées en eau naturelle, et celles irriguées par des eaux retraitées… Par ailleurs, en dehors d’autres perturbateurs biologiques ou chimiques, cette situation est principalement due à l’inflation du profit commercial de ces médicaments « chimiques », alors que le même traitement naturel existe avec le Curcuma et la Menthe poivrée, utilisés par les médecines anciennes et naturelles actuelles.

  • Un remplaçant extraordinaire,sans risque et très efficace de ces anti-inflammatoires très dangereux est une algue l’Artrospira. …que j’ai testé avec succès sur mon propre corps. …atteint d’une grave PR

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
uerss
4
Sauvegarder cet article

Le monde vacille au bord de multiples crises de sécurité alimentaire qui entraîneront des famines, des troubles politiques et sociaux et un effondrement économique dans un grand nombre de régions.

La guerre en Ukraine (qui a entraîné des pertes d'exportations de denrées alimentaires et une réduction des semis de printemps), les coûts élevés de l'énergie, les restrictions à l'exportation d'un grand nombre d'engrais, la spéculation sur les prix des denrées alimentaires, les goulets d'étranglement logistiques, les vulnérabilités financièr... Poursuivre la lecture

Les dommages causés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie aux chaînes d'approvisionnements alimentaires mondiales semblent être encore plus importants que ce que l'on craignait. Selon certaines estimations, la production agricole de l'Ukraine destinée au marché mondial serait réduite de moitié. La pénurie mondiale d'engrais, également exacerbée par la guerre, menace de réduire les récoltes. Combinée à la sécheresse, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) met en garde : "Une action humanitaire ciblée es... Poursuivre la lecture

Depuis juin dernier, les Pays-Bas sont le théâtre de blocages et manifestations. Agriculteurs et éleveurs s’opposent à un plan de réduction drastique des rejets d'azote, annoncé par le gouvernement. Pour atteindre l’objectif ambitieux de réduction des émissions - 70 % d’ici 2030 -, ce dernier prévoit de réduire l’utilisation des pesticides, ainsi que le nombre de têtes de bétail.

En effet, l’élevage contribue aux émissions d’azote par le biais de l’engrais, des effluents d’élevage ou encore des déjections animales. Selon le gouvernemen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles