Crèches de Noël dans les bâtiments publics : les Français y sont favorables

crèche credits Alkelda (licence creative commons)

Selon un sondage Ifop, les Français, attachés aux traditions culturelles, se déclarent favorables à la présence de crèches dans les bâtiments publics tels que les sièges des collectivités territoriales.

crèche credits Alkelda (licence creative commons)Suite à la décision du tribunal administratif de Nantes ordonnant au Conseil général de Vendée de retirer la crèche de Noël installée comme chaque année dans son hall d’entrée, un débat s’est ouvert sur ce sujet sensible. Ce débat a été alimenté par l’annonce de Robert Ménard, maire de Béziers, de son intention de vouloir également installer une crèche de Noël dans sa mairie.

Interrogés par l’Ifop pour Dimanche Ouest-France, les Français émettent un jugement massif et sans appel : 71% d’entre eux se déclarent plutôt favorables à la présence de crèches dans les bâtiments publics car « cela constitue plus un élément de tradition culturelle qu’un symbole chrétien », contre seulement 18% qui y sont plutôt opposés car « il s’agit d’un symbole religieux incompatible avec les principes de neutralité et de laïcité du service public ».

Les personnes partageant la ligne du tribunal administratif sont donc très nettement minoritaires dans le Grand ouest, de tradition catholique (19%) comme dans les autres régions (18%). Si les réponses varient également peu selon les classes d’âge, les moins de 35 ans s’avérant aussi favorables que les 65 ans et plus (67% contre 69%), l’attachement aux crèches se transmettant donc génération après génération, des clivages se font jour, de manière assez logique, selon la religion mais aussi et surtout selon la proximité partisane.

À titre de comparaison, rappelons qu’en mars 2013, un autre sondage de l’Ifop réalisé pour Dimanche Ouest-France, avait révélé que 84% des Français étaient opposés au port du voile ou foulard islamique par des femmes travaillant dans des lieux privés accueillant du public suite à l’affaire de la crèche Baby Loup. Aux yeux de l’opinion publique, le respect du principe de laïcité peut donc être à géométrie variable et l’on voit bien que l’héritage et les traditions chrétiennes pèsent encore de tout leur poids dans les représentations, même si l’audience du catholicisme a considérablement décliné depuis 50 ans.