Les LGBT sur la voie de la concurrence victimaire ?

Si le « vivre-ensemble » est un objectif de notre pays, que penser de l’escalade de revendications communautaristes et victimaires ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pleurs credits Robert Silmon de Monerri (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les LGBT sur la voie de la concurrence victimaire ?

Publié le 13 décembre 2014
- A +

Par Le Parisien Libéral.

pleurs credits Robert Silmon de Monerri (licence creative commons)

Il y a quelques jours, France 2 diffusait un reportage intitulé « Homos, la haine ». En effet, selon le dernier rapport de l’association SOS Homophobie, les actes homophobes ont augmenté de 78 % et les agressions physiques ont doublé en un an.

Comme toutes les atteintes à l’intégrité physique et morale de quiconque, les violences qui touchent les homosexuels sont à déplorer et à punir.

lib

Cependant, il semble que l’émission « Homos, la haine » n’ait pas su éviter un énorme cliché : penser que les agressions subies par les homosexuels sont forcément des actes homophobes. En effet, quand on lit que d’après Libération, « Homos, la haine » intègre le témoignage de Wilfried, dont la photo du visage tuméfié après une agression avait fait le tour des réseaux sociaux l’an dernier, on comprend que le reportage a une tonalité accusatrice et partisane qui l’éloigne d’un travail explicatif et pertinent.

Or, on le sait maintenant, Wilfried n’a pas été agressé parce qu’il est gay, mais parce qu’il était juste une personne bien portante, à l’air bobo, et de type européen, se promenant un soir porte de la Villette. Wilfried n’a pas été agressé par des « LMPT », mais par des racailles « ordinaires ». Il est à ce titre fort dommage que ce fact-checking soit uniquement réalisé par la droite de la droite.

Du reste, les téléspectateurs ont fait leur choix.

Est-ce que la prochaine étape de mobilisation sera, comme le suggère la socialiste parisienne Caroline Mecary, la comparaison entre l’homophobie et l’antisémitisme et l’escalade sur la route de la concurrence victimaire ?

#Homophobie la faute de @fhollande : ne pas appeler un chat un chat en revanche pour l’antisémitisme artillerie lourde http://t.co/ylJj8YVyE2
— caroline mecary (@carolinemecary) 10 Décembre 2014

Notez, il ne s’agirait pas d’un inédit.

D’autres groupes ont décidé de se mobiliser sur une base religieuse ou ethnique, à tel point que même le site web phare de la fachosphère a décidé de poser la question de l’organisation de la communauté blanche de France, en ligne avec les thèses de Zemmour et autres.

Bref, si le vivre-ensemble est encore un objectif de notre pays, alors peut-être serait-il temps que, d’une part, l’une des missions régaliennes de l’État, soit assurée correctement et avec justice, et que, d’autre part, le législateur abroge toutes les lois qui donnent lieu à une escalade de revendications communautaristes et victimaires.

À ce titre, il est comique d’entendre Manuel Valls et les socialistes de la génération SOS Racisme dénoncer les faits et gestes du comique Dieudonné, alors que ce dernier est le fruit des contradictions de cet environnement victimaire.

La balle est donc dans le camp du gouvernement socialiste, celui qui nous promettait une France apaisée. Évidemment, il est plus facile de faire des amalgames douteux que d’essayer d’analyser les choses rationnellement. Non, il n’y a pas de lien clair entre les manifs contre le mariage gay et la hausse de l’homophobie. Les millions de Français qui ont manifesté contre la loi Taubira ne sont pas tous prêts à se comporter comme une minorité de gens pour qui, finalement, peu importe le prétexte.

Sur le web

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • La concurrence victimaire est le fond de commerce des militants LGBT depuis toujours. Voici ce qu’en dit Jean-François Revel dans ses « Mémoires »:

    « Selon un préjugé dit moderne, le passage du temps à lui seul assouplirait les mœurs et civiliserait les rapports humains. Quelle erreur ! Le temps détériore autant qu’il améliore. Il se moque d’apporter le progrès ou la régression, l’honnête homme ou le pédant pontifiant. Plus encore que le siècle des lumières, notre siècle des ombres a donné dans ce grossier historicisme. La libération des esprits ne suit pas plus un cours uniforme que ne le fait la libération des mœurs.

    Ainsi, pour ne mentionner qu’un détail, Jean Thomas et Jean Baufret affichaient l’un et l’autre leur homosexualité. Ou plutôt ils ne l’affichaient pas : ils s’en fichaient. Ils la vivaient avec la plus souriante sérénité, sans que leur notoire réputation eût jamais nui ni à leurs amitiés ni à leur carrière. Quand on bavarde de nos jours avec des adhérents du FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) ou autres organisations militantes, on les trouve convaincus qu’avant 1968 tout homosexuel vivait enseveli sous la terreur et condamné à la dissimulation, surtout s’il était fonctionnaire. C’est là une de ses reconstructions factices, qui tendent à dépeindre le passé comme plus répressif qu’il ne l’était, ce qui autorise à célébrer le présent comme plus révolutionnaire qu’il ne l’est ».

    Jean-François Revel, Mémoires : le voleur dans la maison vide, Plon, 1997. (Page 152 dans l’édition paru dans la collection « Pocket »).

    • « La concurrence victimaire est le fond de commerce des militants LGBT »
      Non Lionceau, notre société a engendré le besoin de faire pleurer les « braves gens ».
      Et les bénéfices qu’en attendent tout un chacun.
      La plus grosse monstruosité de notre temps fut la Shoah.
      Et les juifs ont demandé des « dommages & intérêts », ce qui est comprenhensible, jusqu’à multiplication exagérée des exigences et des bénéfices attendus
      (juifs du Maghreb et récemment juifs américains -après 70 ans de « souffrance »-).
      Puis les noirs d’Afrique (Cf. Dieudonné) ont réclamé leur bénéfice sur l’esclavage
      (« les juifs ne sont pas les seuls à souffrir ! »)
      Alors pourquoi pas les pédés (voir Wilfrid).
      Vous voyez la « concurrence victimaire » a de beaux jours devant elle !

    • C’est le socialisme qui a besoin de victimes et qui enrôle tous les groupes qu’il peut.
      Je veux le pouvoir, dit le socialisme, mais pas par mégalomanie, pas par cupidité du pouvoir.
      C’est vous qui avez besoin de ma protection voyez comme les autres vous haïssent et vous persécutent !

      Le discours victimaire ne sert qu’à la conquête du pouvoir.

  • Toutes les comunautés ont des extrêmistes. Même les libéraux ont des extrêmistes………

    • « Même les libéraux ont des extrêmistes » ce sont les libertariens qui sont des liéraux extrémistes. les pires se sont les anarchocapitalistes qui sont complétement utopistes

      • Ce que souhaitent les « anarchaps » c’est le respect de la propriété privée et la non-initiation de la force. Je pense donc que la consonance négative qu’il y a dans le terme « extrémiste » ne peut pas s’appliquer aux « libertariens » ou aux « anarcho-capitalistes ».

      • Brrr… Enfermons-les et mettons-les hors d’état de nuire, ces gens-là…

      • Les anarcaps et les libertariens – même si je ne suis pas du tout d’accords avec eux, et que je pense que ce sont de doux rêveurs – sont des extrémistes qui ne demande qu’une chose : qu’on leur foute la paix sur leurs propriétés.

        Franchement, ça change des extrémistes qui emmerdent le monde en « essayant » (ou « réussissant’) à imposer leurs lubies à autrui.

    • Ah ? Où sont donc ces libéraux qui prônent l’usage de la force, de l’action terroriste, de la répression, de la coercition pour imposer leurs idées ?
      Qu’il y ait des libéraux intransigeants ou radicaux, oui, mais extrémistes…

      • non c’est le sens du mot extrémisme qui a été galvaudé… ce n’est qu’un adjectif quantitatif après tout…et je suis extrêmement content d’avoir dit ça…

        d’ailleurs si on demande à un « extrémiste de droite » la distance qui le sépare d’un « extrémiste de gauche », il vous répondra qu’elle est extrême.

        Plus simple est de ne plus utiliser le mot extrémiste mais anti liberté individuelle ou antilibéraux d’ailleurs.

        • Comme disait Tonton Barry, la modération dans la poursuite de la Justice n’est pas une vertu, et l’extrêmisme dans la défense de la liberté n’est pas un vice.

  • Le pire est que cette victimisation sert à humilier moralement les opposants à leurs revendications.
    Mais les opposants ont une culture millénaire, font partie d’une grande nation, avec une grande histoire, et ils commencent à comprendre la manipulation, comme en témoigne le succès du livre de Zemmour ou des scores électoraux du front national. alors attention au retour du bâton !

  •  » les actes homophobes ont augmenté de 78 % et les agressions physiques ont doublé en un an. » oui et ce sont qui qui commettent les actes d’homophobie ?? c’est triste à dire mais ceux qui commettent les agressions homophobes sont en général, des francais d’origine immigré (plus spécifiquement d’origine musulmane). pour rappel, ce sont des gens qui font parti de l’électorat du PS. les associations LGBT (qui sont bien sur aux ordres de la gauche) préfèrent combattre l’homophobie là où elle n’existe pas (l’homophobie est utilisé pour attaquer quiconque n’est pas d’accord avec les associations LGBT et leurs lubies, elle sert à imposer la pensée unique) plutôt que là où elle existe vraiment et où elle pose un problème (car c’est dans l’électorat du ps)

    •  » ceux qui commettent les agressions homophobes sont en général, des francais d’origine immigré (plus spécifiquement d’origine musulmane) » Elle est pas mal celle la, je la voyais pas venir… Je savais que les musulmans étaient responsable de mon mal de pied, du fait que j’ai oublié de faire le plein de ma voiture… Mais des agressions dites homophobes, je suis fan, euh les chiffres sont issus de quel rapport ?
      Vous utilisez la même technique que ceux que vous denoncez, vous trouvez un ennemi tout trouvé pour éviter de réfléchir aux vrais problèmes. Pour les socialos, la technique c’est de trouver le méchant raciste ou homophobe ce qui évite de trouver des solutions aux problèmes, et surtout cela évite de mettre trop en évidence les vrais causes du racisme et de lhomophobie. Votre schéma de pensée c’est « 2 jeunes avec prénom arabes ont agressés 1 homo, et comme les arabes sont d’origine musulmane donc les musulmans agressent les homos »… Si je suis votre raisonnement Dutroux était blanc donc les chretiens sont des pedophiles vu que Dutroux est blanc donc d’origine chrétienne… Et je peux faire ça pour tout.

      Après oui bien sur que les termes Homophobie, antisémitisme, racisme,… Sont sortis de la bouche de beaucoup juste pour éviter de débattre, mais ça permet aussi aux gens comme vous de trouver la bête a abattre, ce qui évite de vous remettre en question et ce qui donne a manger aux pseudos assocs antiracistes sous perfusion d’État organe de recrutement du PS, car comme si le mariage entre 2 homos étaient responsables de la misere dans le monde, ou que les musulmans étaient responsables de la crise économique mondiale, du chômage,… Bref bonne continuation, je vais moi aussi me trouver un ennemi c’est cool on peut se reposer dessus en généralisant n’importe comment, ça va me soulager ça mevitera de me remettre en question.

      • Il y a aussi un monde entre l’homophobie le racisme et en général la haine et l’agression physique .
        Ces haines ont toujours existé, les manifestations violentes se produisent par poussées pour des raisons qui n’ont pas grand chose à voir avec ces haines.

      • « Je savais que les musulmans étaient responsable de mon mal de pied, du fait que j’ai oublié de faire le plein de ma voiture… Mais des agressions dites homophobes, je suis fan, euh les chiffres sont issus de quel rapport ? » merci de me caricaturer. en quoi j’ai dit que les musulmans étaient responsable de tous les maux ??? j’ai dit que la majorité des agressions homophobes étaient du fait de francais d’origine musulmane ( des jeunes hommes) ce qui est la stricte vérité, je n’ai jamais dit que la majorité des musulmans agressaient les homosexuels j’ai dit que la majorité des agresseurs étaient musulmans c’est complétement différent. mes sources me viennent d’un policier que je connais et aussi d’un homosexuel. ce n’est d’ailleurs, pas pour rien que dans certaines régions comme la Gironde, 50% des militants actifs du FN sont gays. en niant ce problème, vous ne faites qu’inciter au racisme et après ne vous étonnez pas de voir de plus en plus de gays voter pour le fn. la meilleure chose à faire s’est accepter la réalité et essayer de combattre ce problème sans tomber dans les solutions faciles du FN.

        • Certes; mais un constat statistique conduit presque toujours à l’assimilation des individus au groupe auquel l’étude statistique les rattache.
          La compréhension requiert plutôt la recherche d’une série de paramètres qui permet d’identifier les agresseurs de la meilleure façon.
          Il me semble que les agression homophobes révèlent plutôt une radicalité politique soit un phénomène de groupe qu’une haine individuelle, les agressions sont rarement individuelles.
          L’antisémitisme etait sans doute aussi présent en allemagne avant le nazisme, c’est les théories radicales nazi qui ont conduit à l’extermination.
          Avec mon pifometre il vaut mieux identifier les mouvements radicaux homophobes , il est clair qu’il y a une frange de la population musulmane qui utilise le confit israelo palestinien comme pretexte , mais il y a aussi des groupes qui fantasment toujours sur une domination du monde « juive » et d’autres parlant m^me de pureté de race…
          Pour qu’un mérah arrive à mettre une balle dans la tete d’une gamine et revendiquer cela pour que des crétins applaudissent en pensant que ça venge les palestiniens innocents…on est loin d’une homophobie reposant sur des prescriptions religieuses.

  • en france, les associations qui combattent l’homophobie sont comme les associations qui combattent le racisme, elles ne combattent pas vraiment l’homophobie ou le racisme, ce sont juste des satellites de la gauche qui servent à imposer la pensée unique. la lutte contre l’homophobie c’est comme l’antiracisme et l’antifascisme ce sont des impostures qui ne servent qu’à imposer la pensée unique et a attaqué quiconque n’est pas d’accord avec la gauche

    • non elles ne servent pas à ça, elles servent à définir un ennemi, ou un méchant, car tout le discours électoral dans les cas désespérés se résume à votez pour nous les gentils contre les méchants…

      Il faut définir l’ennemi quitte à le créer.

    • Ca sert surtout à salarier des gens avec le pognon des autres.

      Ce sont des professionnels de l’associatif, à la sortie de l’école : ils se trouvent un « fond de commerce » et basta. Si on proposait à des militants LGBT de toucher 1 milliard d’euro ou d’éradiquer l’homophobie, bien peu choisiraient la deuxième offre.

      Le constructivisme sociétal, la recherche de l’homme nouveau : c’est une minorité. La plupart veulent juste pomper votre pognon.

      • En même temps, si vous proposez 1 milliard d’euro à un Français moyen ou d’éradiquer le sida, ebola, la famine etc, je pense que vous trouverez peu de personnes généreuses.

  • ce qui disait Jean-François REVEL dans La fin du siècle des ombres sur l’antiracisme est tout aussi vrai pour la lutte contre l’homophobie ou pour l’antifascisme:
    « On se demande souvent quelle idéologie va remplacer le socialisme. Mais elle, est déjà là sous nos yeux : c’est l’anti-racisme.
    Entendons-nous bien : l’antiracisme dont je parle n’a pas pour but réel de servir de lutte contre le racisme, pas plus que le socialisme n’avait pour but réel de lutter contre la pauvreté et l’inégalité. Comme toutes les idéologies, celle de l’anti-racisme se propose non de servir ceux qu’elle prétend délivrer, mais d’asservir ceux qu’elle vise à enrôler (…)
    Agissant par la terreur et non par la raison, cet anti-racisme fabrique plus de racistes qu’il n’en guérit. Telles les autres idéologies, celle-ci est à la fois confuse et péremptoire dans la théorie, terroriste et contradictoire dans la pratique.
    L’antiracisme idéologique, qu’il faut soigneusement distinguer de l’anti-racisme effectif et sincère, attise les divisions entre humains au nom de leur fraternité proclamée »

  • La logique victimaire puise sa vitalité dans le poids excessif de l’état, qui s’est substitué à l’oppression religieuse. ?Cette dernière combat encore contre la liberté des individus.

    Liberons les citoyens de l’état, pour qu’ils puissent être libre de vivre la vie qu’ils veulent, tant que cela ne porte pas atteinte à l’intégrité des personnes et que cela respecte la propriété d’autrui.

    La liberté s’accompagne de l’entière responsabilité de ses actes
    La liberté s’ accompagne de la tolérance bienveillante

    Il n’y a plus de combat à mener par les lgbt, puisqu’ils ont les mêmes droits que les autres
    Il nya plus de combat à mener pour les cathos, puisque l’état ne se mele plus des affaires privées , et qu’ils sont libres de vivre leur religion à leur guise.
    Il n’y a plus de combat pour les musulmans qui souhaitent cacher leurs femmes sous une burkat

    Le role de l’état demeure dans la garantie du libre choix des individus, que ce soit pour s’isoler du monde sous une burkat ou dans un couvent, que ce soit pour louer son ventre pour enfanter ou son sexe à autrui,que se soit pour créer une communauté de vie pour mettre en commun des moyens et partager des responsabilités vis à vis d’enfants sans soucier du nb et des pratiques sexuelles des adultes consentants, etc

  • Tous les citoyens sont égaux devant la loi, il ne devrait pas y avoir de circonstances aggravantes parce que l’aggression était motivée par antisémitisme, racisme, mysoginie ou homophobie.
    Je ne vois pas en quoi il est plus grave de tabasser quelqu’un parce qu’il est gay que de tabasser quelqu’un parce qu’il est gros.

    Les gens violents trouveront toujours des raisons pour être violent.

    • « tabasser quelqu’un parce qu’il est gros. »

      C’est gwossiste ! :mrgreen:

      • Vous mettez un gros et un maigre sur un banc.

        Un type normal dira « le gros doit avoir un problème de santé ».

        Le socialiste dira : « le gros a piqué la bouffe au maigre. »

    • on peut quand même imaginer des circonstances aggravantes mais on peut aussi compter sur la sagesse des jurés ou des juges pour la définir…

      agresser une personne invalide , un enfant, un vieillard… je fais partie des gens qui pense que ça doit aggraver la condamnation morale ou pénale envers l’auteur

      Il me semble que le problème est que de toutes façons la motivation d’un acte relève toujours du procès d’intention…aussi mieux vaut ne pas mettre cela dans le droit…

  • Les gros, les petits, les bègues, les balafrés etc… Ce qui est bien avec la concurrence victimaire, c’est que l’on peut inventer des milliers de « causes » à défendre. Avec toujours derrière une association s’arrogeant le droit de représenter ces gens sans rien leur demander.
    Je fait parti de l’une de ces « minorités » (rien de difficile en France, il y a une association pour tout), et je crois que c’est ce qui m’énerve le plus: non seulement on parle à ma place, mais ces représentants autoproclamés sont écoutés et décident de la vie de milliers de gens sans aucun mandat.

    Foutez la paix au gens.

  • Avant la création de la HALDE, le Comité National Consultatif des Droits de l’Homme (qui est à peu près autant écouté par les gouvernements que la Cour des Comptes) avait émis un avis négatif au motif que la multiplication des catégories à protéger nuisait à l’universalité et à l’indivisibilité des droits de l’homme. Le résultat est là. Pour arrêter cette surenchère victimaire, il serait urgent d’abroger les lois Pleven, Gayssot et autres, qui instaurent une véritable police de la pensée en transformant des associations bien-pensantes (et subventionnées) en garde-chiourmes de la république, et fracturent durablement la société. En mettant en avant l’appartenance des individus à leur ethnie (ou leur homosexualité) on fait le lit du racisme (ou de l’homophobie) que l’on prétend combattre.
    La Cour européenne des droits de l’homme répète constamment dans ce genre de problème, que c’est par l’éducation, l’information et le débat que, dans une démocratie, on lutte contre les idées choquantes. Le reste s’appelle tout simplement de la censure. Car celle-ci peut s’exercer non pas de façon directe et violente, mais aussi par la manipulation et l’intimidation.

    • eh oui et si en plus ça ne nourrissait pas les haines en leur donnant un argument tout à fait valables  » ils sont protégés ».. l’enfer est pavé de bonnes intentions ..surtout quand ces bonnes intentions ne sont pas si innocentes que cela.

  • Ce qui est horrible, finalement c’est qu’ils créent la haine de toute piece. Les chiffres parlent deux mêmes, les agressions homophobes ont exploses au moment ou Najat a voulu faire passer sa loi sur le mariage homo en force, les agressions antisémites ont explosés au moment ou Valls a décider que le problème majeur des français étaient un humoriste et qu’il sen ai occupé pendant des mois bafouant toute notion de liberté. Il n’y a qu’une méthode pour combattre les idées que l’ont considere comme fausse, c’est le débat public… Certainement pas l’opposition entre les français ou l’exagération communautariste.

    • oui tout à fait, ce qui amène à la question l’ont ils fait de façon naïve et sincère ou par sombre calcul politique.

    • En tant que membre de la communauté LGBT et libéral, je tenais à rebondir sur votre commentaire. Personnellement, je pense que le gouvernement a fait exprès de laisser traîner le débat (contrairement à l’Espagne et le Royaume-Uni) sur le mariage pour tous pour faire oublier ses échecs sur le plan économique.
      Comme toute communauté, les LGBT visent avant tout la défense de leurs intérêts (ce qui est logique) et l’Etat est un moyen comme un autre (c’est là où je ne suis pas d’accord en tant que libéral). Ce genre de position n’est pas toujours facile à expliquer dans le milieu associatif car les gens sont habitués à dépendre de la manne étatique.

      • oui..mais une chose me gêne un peu dans votre commentaire qu’est ce que c’est que la communauté lgbt ?

        • Ce qui vous gêne, c’est le terme communauté ? Je vous rassure, je n’estime pas parler au nom d’un groupe de personnes (pour moi le terme communauté LGBT désigne simplement l’ensemble des personnes se reconnaissant comme homosexuelles, bisexuelles, transgenres, etc. en fréquentant des lieux et événements associés).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Trois bonhommes Monopoly, l'un se couvrant les yeux avec ses mais, le deuxième les oreilles et le dernier la bouche
2
Sauvegarder cet article

Un article de La Nouvelle Lettre

 

Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé : loi de la jungle, vol organisé, égoïsme débridé, inégalités croissantes, victoire de l’avoir sur l’être, société de consommation, concurrence sauvage, obsession de la rentabilité, etc. Il est facile de réfuter ces attaques : la réalité est autre.

Il y a mieux à faire : il est temps d’appliquer les vrais principes libéraux. Pourquoi préciser les « vrais » principes ? Parce qu’il est dit beaucoup de choses ridicules et menson... Poursuivre la lecture

Le 18 novembre, le Wall Street Journal signalait qu’une petite fusée, la Vikram Sriharikota (Vikram S), construite par la startup indienne Skyroot Aerospace avait atteint l’altitude de 89,5 km.

En soi cet événement est peu significatif car cette altitude a été dépassée et de beaucoup par toutes les grandes puissances spatiales, au premier rang desquelles la NASA, SpaceX, Roscosmos (Russie), l’ESA, la JAXA, la CNSA (Chine), l’agence publique indienne, ISRO (Indian Space Research Organisation) et même Blue Origin de Jeff Bezos (avec sa f... Poursuivre la lecture

Vendeuse de fruits devant ses étalages
1
Sauvegarder cet article

C’est une histoire, un témoignage, que l’on entend souvent.

Vous avez créé un produit, vous pensez qu’il est formidable, il y a déjà quelques clients. C’est le début de l’aventure de start-up.

Mais voilà, pour trouver les clients suivants, on se heurte à :

« Mais vous êtes trop fragiles, revenez quand vous aurez trois ans d’ancienneté et plusieurs clients », « je ne peux pas vous acheter votre produit car je ne veux pas que mon entreprise représente 80 % de votre chiffre d’affaires », « j’ai déjà un produit qui fait un pe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles