Quand le temps se fige en terre de France

Alors que le meilleur gouvernement serait le gouvernement minimum, nous avons dérivé vers un gouvernement maximum.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
temps figé hollande René Le Honzec

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand le temps se fige en terre de France

Publié le 8 décembre 2014
- A +

Par Jean-Louis Caccomo.

La France vue par The EconomistFaut-il supprimer les notes à l’école ? Faut-il travailler le dimanche ? Parce que l’on s’obstine à ne pas vouloir faire les inévitables réformes que tous les grands pays ont fait, on se pose les questions les plus inutiles et surtout insolubles au niveau collectif.

Ces questions reviennent au devant de l’actualité depuis trente ans alors qu’il suffirait de laisser les agents concernés libres de décider par eux-mêmes. Car cela ne relève pas de la politique mais bien du libre choix. C’est pourquoi elles deviennent insolubles. Si l’État impose n’importe quelle solution, il y aura toujours une corporation pour s’élever contre. Alors il changera son fusil d’épaule et se mettra à dos une autre corporation. C’est pourquoi nous sommes perpétuellement dans l’impasse, face à un mur infranchissable, un mur que nous nous sommes construit nous-même alors que certains pays ont abattu le leur.

Cet immobilisme illustre le drame de l’interventionnisme omnipotent qui en devient inefficient. Alors que le meilleur gouvernement serait le gouvernement minimum, nous avons dérivé vers un gouvernement maximum mais paralysé parce que tout est devenu affaire publique : la santé, l’éducation, l’économie…

temps figé hollande René Le HonzecSans le dire, mais pour arriver à cela, il a fallu collectiviser même les esprits. Car les gens ne se posent même plus cette question : ils constatent l’inefficacité de l’État et ils demandent en réponse plus d’État. Donnez leur du pain et des jeux, et ils abandonneront leur liberté en vous acclamant. Les empereurs romains l’avaient bien compris.

Mais quand on sacrifie sa liberté et donc sa responsabilité, l’économie s’arrête aussi de fonctionner puisqu’elle n’obéit qu’aux décisions des agents libres, pas aux plans gouvernementaux. Et les plans étatiques ont la fâcheuse faculté d’annihiler toute initiative individuelle. L’engrenage fatal s’enclenche alors : constatant la défaillance des agents individuels (entreprises, ménages) dont il est pourtant le seul responsable, l’État accroît alors le champ de ses interventions et le domaine de ses compétences. Alors inéluctablement, le temps se fige en terre de France…


Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il faudrait tordre le cou à un mythe : les Français ne demandent généralement pas plus d’état. Chaque fois qu’on pose la question directe, on trouve une majorité contre la suppression des notes (80%), pour la liberté de choix du travail du dimanche (69%), pour le diesel (70%), contre la limitation à 80 sur les départementales, etc. Alors nos communicants d’état trouvent une manière de poser la question qui va leur permettre de reprendre la main : pensez-vous qu’on donne trop de poids aux notes et pas assez à la personnalité de l’élève, seriez-vous prêt à abandonner vos enfants pour aller travailler le dimanche, pensez-vous que les micro-particules polluantes invisibles puissent représenter un danger pour votre santé, pensez-vous qu’il faille cesser de prendre des mesures de prévention routière, etc.

  • Joliment résumé…

  • « Ce qui est difficile en Politique, ce n’est pas de choisir entre une bonne et une mauvaise solution, mais entre deux mauvaises. » (Richelieu ?)

    Contrairement à la sentence de Richelieu, il existe une bonne solution politique, hautement efficiente la plupart du temps : ne rien faire. Aucune solution (gouvernementale) ne résiste à une absence totale de problème, la proposition inverse étant également vraie.

    Tout ce qu’on demande à un gouvernement, c’est de cesser de s’occuper des sujets qui ne le regardent pas, pour lesquels il est par nature et par construction incompétent.

    • Tout ce que TU demandes au gouvernement.
      Manifestement, il y a une forte demande pour autre chose : régler « mes » problèmes, satisfaire mes revendications.
      Mort sur les routes, chômage, maladie, drogue, logement, nourriture, essence, pollution, salaires, pénibilité du travail (pléonasme !) etc. la liste est sans limite. Et jusqu’à prix des culottes roses…

    • D’un autre côté, ils ont cessé depuis longtemps de s’attaquer à des problèmes comme le chômage, les ghettos, la délinquance … Mais au lieu d’expliquer pourquoi ce n’est pas en leur pouvoir et d’admettre que l’état est trop omniprésent par rapport à son pouvoir réel de répondre aux vrais questions des français, ils s’occupent à pondre des lois stupides que la prochaine majorité abrogera histoire de s’occuper.

      Prendre les gens pour des imbéciles a cependant des limites.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La vraie question que vous devriez vous poser est : aujourd’hui l’État français prélève à peu près 62% de la richesse française et rien ne marche […] Qu’est-ce qu’ils font de notre pognon ? »

 

Ces mots de Charles Gave prononcés à l’antenne de Sud Radio sonnent comme du bon sens. Si la question initiale visait le secteur régalien, elle se pose également pour la politique environnementale. Cette année, le ministère de la Transition écologique a été doté d’un budget de 45,5 milliards d’euros, soit cinq fois celui des Affair... Poursuivre la lecture

liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Les libertariens se demandent souvent pourquoi le socialisme continue à être si populaire, alors qu’il s'est avéré être un tel échec en tant qu’idéologie politique et système économique. Bien que l’idéologie de l’éducation publique et des médias traditionnels soient des raisons importantes qui expliquent cela, la persévérance obstinée du socialisme est aussi quelque peu fictive, car le socialisme a évolué : le socialiste d'aujourd'hui n'est pas le socialiste d'antan.

Cette distinction est importante à garder en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles