Belgique : Non, le gouvernement Michel n’est pas libéral !

La gauche accuse le nouveau gouvernement belge d’être ultralibéral. À tort.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Charles Michel et Kris Peeters - source Facebook Charles Michel

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belgique : Non, le gouvernement Michel n’est pas libéral !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 novembre 2014
- A +

Par Christian Coppe, depuis la Belgique.

Charles Michel et Kris Peeters - source Facebook Charles Michel

Le nouveau gouvernement dirigé par le MR Charles Michel est à peine sur les rails que l’opposition, emmenée par le PS et la FGTB, se déchaîne tous azimuts et le traite, en vrac, d’ultralibéral, de conservateur, de droite, de flamand, d’antisocial, de pro-riches, etc. La liste est longue. Si on tente d’en faire une synthèse, retenons qu’il est reproché au gouvernement d’être (ultra)libéral et conservateur de droite.

Or, ces deux aspects de la chose politique sont parfaitement contradictoires : on ne peut être à la fois libéral et conservateur de droite. Rappelons que les fondements du libéralisme sont les droits naturels, tels que décrits dans l’article 2 de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » de 1789, et qui sont la liberté, la propriété, la sécurité et la résistance à l’oppression. En outre, le libéralisme prône moins d’État, donc beaucoup moins de fiscalité et beaucoup moins de réglementation et d’intrusion de l’État dans nos vies privées. Rappelons en outre, pour être complet, que tant le socialisme que le libéralisme sont issus du siècle des Lumières, et sont deux courants progressistes, en opposition avec le conservatisme étatico-religieux de l’époque.

Force est de constater que l’actuel programme gouvernemental ne répond absolument pas à ces critères, et que le taxer de libéral est non seulement une erreur mais est ressenti comme une injure par les (vrais) libéraux. En effet, ceux-ci ne s’y retrouvent absolument pas dans les propositions faites par les partis au pouvoir, et sont profondément déçus. Outre celui du CD&V, la lecture des programmes socio-économiques des trois autres partis laissait augurer de réels espoirs d’une révolution fiscale libérale, d’un assainissement de la chose publique, et d’une possible reprise de l’économie. Il n’en est rien. La gauche n’a pas le monopole de la déception quant au pouvoir d’achat des citoyens. Les libéraux la partagent tout autant. La gauche n’est pas la seule à vouloir l’abolition des intérêts notionnels : tout libéral digne de ce nom les désapprouve, au nom de l’égalité du traitement face à l’impôt. Aucun libéral n’a approuvé l’augmentation arbitraire de l’âge de départ à la retraite, ni le saut d’index.

Ce qui différencie le libéralisme de la gauche n’est pas tant les désaccords avec les mesures gouvernementales actuelles, que les solutions à y apporter. Par exemple, un libéral veut libérer le citoyen de l’emprise du gouvernement sur la gestion de sa pension, et estime que chaque citoyen doit s’en occuper seul, même si une aide d’État peut être apportée pour les revenus les plus faibles quant aux paiements des cotisations nécessaires. Au contraire, la gauche veut taxer encore plus, afin que chaque citoyen puisse bénéficier de sa pension. Mais au final, force est de constater que tant la gauche que les libéraux sont contre l’âge arbitraire de la pension à 67 ans !

Il faut donc que, dans son discours d’opposition musclé, la gauche arrête de considérer l’actuel gouvernement comme libéral, et se contente de le voir comme étant conservateur de droite, ce qu’il est. Et que la gauche belge n’oublie jamais une chose : plus d’une révolution libérale a été soit mise en place, soit maintenue avec succès, par… des socialistes ! La Nouvelle-Zélande en est le plus parfait exemple.


Carte blanche publiée également dans La Libre Belgique du 18 novembre 2014.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La gauche belge fait ce que toutes les gauches font : un délire orwélien du type « la guerre c’est la paix ».

    La recette est éculée. En France aussi, nous sommes atteints du même mal…Songez que le Catalan est encore présenté comme un « social libéral ».

    Bref, l’inversion des valeurs et des mots est totale.

    La fausse droite belge résistera t elle ? Bien entendu non, puisqu’ils partagent au fond les mêmes obsessions que la « gauche » : l’étatisme, le clientélisme, la médiocrité.

    Concernant la Belgique, seule le séparatisme/nationalisme flamand pourra sauver une partie du pays.

    Mais la Wallonie est condamnée à la lente destruction, comme sa maman la France.

    • En même temps, il ne faut surtout pas croire que la NVA (nationalistes flamands) est libérale. Elle est foncièrement et purement étatiste de droite. Elle est fiscally conservative au niveau fédéral mais pas franchement au niveau régional flamand. Elle est par ailleurs extrêmement conservatrice, voire réac du point du vue sociétal.

  • Moi je pense que le recul de l’age legal de la pension est au contraire une bonne idee, et on devrait meme le reculer plus, genre de 9 mois chaque annee. Comme ca, ce serait relativement clair: la pension legale est vouee a disparaitre, chacun doit se debrouiller pour assurer ses vieux jours.

    En contre-partie, il faut bien sur diminuer les charges sociales… mais les syndicats sont totalement opposes a cela: c’est leur butin qu’ils aiment a distribuer comme bon leur semble… surtout a eux-memes et leurs amis

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles