Cette Afrique capitaliste qui gagne, cette Afrique étatiste qui stagne

Contrairement aux idées reçues, toute l’Afrique n’est pas dans une impasse économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lion en Afrique pouvoir (credits Anne LANDOIS-FAVRET, licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cette Afrique capitaliste qui gagne, cette Afrique étatiste qui stagne

Publié le 19 novembre 2014
- A +

Contrairement aux idées reçues, toute l’Afrique n’est pas dans une impasse économique. Au contraire, le continent a besoin de poursuivre son ouverture aux marchés et au monde afin de débloquer son potentiel économique.

Par Kevan Saab.

Lion en Afrique pouvoir (credits Anne LANDOIS-FAVRET, licence creative commons)

En Occident, nombreux sont les artistes, les politiques, les intellectuels et les représentants des milieux associatifs qui se sont auto-attribués le rôle de sortir les pays en voie de développement de la pauvreté à coup de millions d’euros d’aide humanitaire. Au vu des résultats mitigés de ces envois massifs d’argent (détournement de fonds, gaspillage, corruption, etc.) et de la misère persistante de beaucoup de pays receveurs depuis fort longtemps (le cas d’Haïti étant emblématique), on est en droit de remettre en question l’efficacité de cette approche. Certes, l’aide humanitaire est absolument nécessaire et vitale dans des situations d’urgence (famine, sécheresse, guerres, etc.), cependant cette aide s’avère de fait inapte à sortir durablement un pays de la pauvreté.

L’Afrique étant de loin le continent accusant le plus grand retard de développement, mais aussi les plus forts contrastes en termes de performances économiques, il est donc intéressant de chercher à comprendre pourquoi certains de ses pays commencent s’extraire de la pauvreté à vitesse grand V tandis que d’autres semblent y stagner depuis déjà trop longtemps.

En regardant les données, on s’aperçoit rapidement que l’extrême pauvreté est un fléau qui frappe principalement les pays d’Afrique subsaharienne. Puisque la notion d’extrême pauvreté est un concept assez souple, on mettra dans cette catégorie tous les pays africains dont le Revenu National Brut (RNB) par habitant en 2012 s’élève à moins de 5 000 dollars internationaux en Parité de Pouvoir d’Achat (PPA). Pour les néophytes, le dollar international est une unité monétaire utilisée par la Banque Mondiale notamment dans l’évaluation des niveaux de vie des populations à travers le monde, enfin l’expression Parité de Pouvoir d’Achat exprime le fait que les chiffres présentés plus bas sont corrigés afin de tenir compte du coût de la vie dans chaque pays. Bref, ces deux concepts sont extrêmement utiles pour comparer avec justesse le niveau de vie de populations de pays différents. Ainsi, d’après le critère que nous nous sommes fixés, l’Afrique compte 34 pays très pauvres sur 54 nations (les données pour le Tchad sont malheureusement de piètre qualité, source des données : Banque Mondiale). À titre de comparaison, la France affichait en 2012 près de 37 690 dollars internationaux PPA en RNB, soit entre 8 et 57 fois plus que tous les pays listés ci-dessous :

saab1

Si ces pays sont tous sans exception des pays où la pauvreté est un enjeu majeur, la comparaison s’arrête là. En effet, comme le montre la colonne de droite, les revenus des populations de ces pays ont évolué de manière diamétralement opposée entre 2002 et 2012. Tandis que certains pays frisaient la croissance 0 ou encore même la décroissance, une poignée de pays affichaient fièrement des augmentations de revenu brut par habitant de plus de 9% par an ! Un rythme digne des dragons asiatiques ! Pourquoi un tel écart ?

Le meilleur facteur pour expliquer cet écart est « l’ouverture du pays aux affaires ». Chaque année, ce concept est mesuré par la Banque Mondiale dans une enquête appelée Doing Business Report dans laquelle l’organisme établit un classement des pays en fonction, d’une part, de leur capacité à assurer efficacement les services essentiels d’un État moderne (exécution des contrats garantie par la Justice, résolution des cas d’insolvabilité, octroi des permis de construire, transfert de propriété, etc.), d’autre part, de leur capacité à laisser le champ libre aux entrepreneurs pour opérer (facilité de créer une entreprise, imposition, commerce transfrontalier, etc.). Pour faire simple, ce classement mesure l’adaptation des pays au capitalisme libéral qui a fait la prospérité du monde occidental.

Alors que presque tous les pays africains ci-dessus sont depuis la création du classement des éternels bons derniers du Doing Business Report, une poignée de pays se classe désormais parmi les 140 meilleures destinations pour y implanter une entreprise. Le Rwanda pointe même son nez à la 44ème position sur 189 ! On est encore loin des scores des pays développés certes, mais l’ouverture est palpable dans des pays comme le Ghana, la Zambie ou encore le Mozambique par exemple, surtout quand on les compare à leurs pairs africains.

Comme à l’accoutumée, cette ouverture à l’économie de marché est directement corrélée à l’amélioration des conditions de vie des populations locales. De fait, sur la période 2002 – 2012, les pays ayant les meilleures notes au classement Doing Business de la Banque Mondiale sont aussi ceux qui ont connu la plus forte croissance annuelle de leur niveau de vie :

saab
Cliquez pour agrandir.

 

Pour interpréter ces données plus facilement, on peut séparer les pays en quatre groupes égaux par ordre de classement dans le Doing Business Report de la Banque Mondiale (en statistique on parle de « quartile ») et mesurer leur performance économique moyenne. Pour visualiser aisément les pays au sein de chaque quartile, on se référera au code couleur sur le graphique plus haut :

saab2

Quelles conclusions s’imposent ? Tout d’abord, les données économiques attestent sans équivoque possible que les pays les plus ouverts à l’économie de marché sont ceux qui ont vu le niveau de vie de leurs populations progresser le plus vite. Pour faire simple, le niveau de vie des pays du 1er quartile a augmenté d’environ 8% par an, un rythme comparable à ce que les pays asiatiques émergents ont connu ces dernières années. Bref, certains pays d’Afrique semblent avoir timidement pris le train de la mondialisation et du capitalisme en marche, et leurs populations en bénéficient pleinement. À l’opposé, le reste des pays africains pauvres peine encore à atteindre les objectifs minimums en terme d’établissement d’un État de droit et de marché libre avec pour conséquence une croissance atrophiée et même des cas de baisse du niveau de vie ces dernières années. Le Zimbabwe est l’illustration parfaite de cette situation avec un pouvoir politique et économique centralisé dans les mains d’un même homme depuis 1987 ! Résultat, ce pays qui fut autrefois considéré comme le grenier à blé de l’Afrique connaît aujourd’hui des manques de nourriture chroniques, un chômage d’au moins 60% en 2013 d’après le manifeste de campagne du parti au pouvoir, et ressort à peine d’une crise d’hyperinflation catastrophique avec un pic d’inflation en 2008 à, tenez-vous bien, 231 000 000 % en rythme annuel.

Contrairement aux idées souvent véhiculées en Occident, toute l’Afrique n’est pas dans une impasse économique. Qui plus est, le continent n’a en aucun cas besoin du misérabilisme habituel ou de l’altermondialisme creux que se plaisent trop souvent à lui servir les intellectuels et humanitaires occidentaux. Au contraire, le continent a besoin de poursuivre son ouverture aux marchés et au monde afin de débloquer son potentiel économique.

Au fond, n’y a-t-il pas plus belle histoire que celle d’un pays d’Afrique subsaharienne, comme le Rwanda, qui malgré une histoire récente sanglante et douloureuse réussit 20 ans après à caracoler en tête des plus fortes croissances économiques du continent, le tout sans ressources naturelles extraordinaires mais en s’appuyant sur la modernisation de la culture du café et du thé, et enfin sur l’ouverture de son économie au commerce mondial ?

Concluons en saluant le courage de Bono, chanteur de U2 et fervent philanthrope, qui après plusieurs années d’implication personnel sur ces questions de pauvreté et de développement économique, avouait récemment devant un parterre d’étudiants estomaqués que, je cite, « l’aide humanitaire n’est qu’une solution de dépannage. Le capitalisme entrepreneurial et le commerce sortent plus de gens de la pauvreté que l’aide humanitaire ». Espérons que les bienfaits démontrés du capitalisme entrepreneurial parviendront à terme à vaincre cette paresse intellectuelle qui consiste à penser que tous les problèmes de pauvreté doivent se régler à coup d’aide humanitaire et que l’Homme africain ne serait pas en mesure d’améliorer sa situation par lui-même sans la charité de son frère occidental.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • ERYTHREE : UNE DES PIRES DICTATURES AFRICAINES D’ESSENCE COMMUNISTE.
    Quand on parle des pauvres gens qui échouent à Lampedusa, c’est toujours pour culpabiliser les Européens. L’une des provenances fréquentes est pourtant l’Erythrée, dont on n’entend jamais parler ou presque.
    Pays de six millions d’habitants situé dans la corne de l’Afrique, il est dirigé d’une main de fer par le dictateur Issayas Afewerki depuis 21 ans.
    Formé comme les Khmers rouges à l’école sanglante du maoïsme, il a établi le pouvoir de son parti unique en 1993. Comme tout bon régime communiste, le sien se caractérise par une l’absence d’élection pluripartite, une économie centralisée avec rôle prépondérant de l’État et une forte restriction des libertés fondamentales.
    Au sein même du parti, quelques-un se sont risqué à demander une plus grande ouverture politique et sociale. En bon communiste, Issayas Afeworki a répondu en emprisonnant les contestataires (dont son vice-président, Mahmud Ahmed Sherifo) et les journalistes qui s’étaient fait l’écho de ces critiques.
    Dans un rapport publié en 2013, Amnesty International décompte plus de 10 000 prisonniers politiques, arrêtés arbitrairement et détenus sans jugement dans des conditions « atroces ».
    Actuellement, il est considéré comme le principal soutien logistique des shebabs islamistes de Somalie. La Chine est très présente en Erythrée et le Qatar fournit de l’argent frais. Comme au bon vieux temps de l’URSS, celui-ci profite surtout aux apparatchiks du parti et la grosse majorité de la population crève de faim.
    En France, certains inconscients pensent qu’il faudrait remplacer le calamiteux et désastreux Hollande par des extrêmistes de gauche tels Besancenot ou Mélenchon. Mêmes causes, mêmes effets, une telle chose ferait de la France une Erythrée européenne à coup sûr au bout de quelques années.

  • Bon article. Vous qui habitez outre-Atlantique, je vous invite a lire Easterly et son fameux livre « the Elusive Quest for Growth ».

    La clé en économie pour obtenir la croissance a toujours été une question de motivation des agents et non de quantité de capitaux aussi bien humains que physiques injectés dans une économie lambda. Et malgré les difficultés géographiques de l’Afrique (soulignées notamment par Bloom ou Dell), aucun pays n’est voué a l’échec.

    Il est d’ailleurs intéressant de savoir que nombres d’économistes décrient depuis plus de 10 ans maintenant les approches catastrophiques que nombres d’occidentaux ont pour développer l’Afrique. Même un élève du primaire aurait pu prédire les résultats médiocres (voir contre-productifs) de certaines initiatives comme « cash for condoms » ou l’annulation des dettes de certains États africains…

    Bref, comme tout le monde le sait, la meilleure solution pour qu’un homme ait du poisson c’est de lui apprendre a pêcher. La meilleure façon pour rendre l’Afrique compétitive c’est de lui en donner les outils institutionnels pour et non les restes et la pitié d’économies capitalistes.

  • Attention pour le Rwanda, le pillage du Congo est pour beaucoup dans la croissance de ce pays.

  • L’évolution économique des pays africains n’est pas déterminé par leurs ouverture économique. Celle ci est juste la conséquence d’effort pour améliorer de l’état de droit. L’état de droit progresse essentiellement parce que les pays partent de loin en la matière et que la guerre disparaît peu à peu du continent.
    L’Ethiopie est une dictature communiste tourne autour de 9% le Mozambique aussi. La différence avec le Zimbabwe c’est que ces pays sont plus du bord Deng Xiao Ping que Mao.

    Pour ce qui est de la Zambie et du Ghana ces DEUX pays sont en discutions avec le FMI pour cause de sur endettement lié à la hausse des salaire dans le publique ces dernière années. Ce sont de très mauvais exemples le CEDI a pris -50% sur deux ans.
    http://blogs.ft.com/beyond-brics/2014/11/19/ghana-promises-austerity-in-bid-for-imf-help/

    Et pour finir l’aide c’est souvent de la subvention au exportation et rarement du transfert de technologie de pointe gratuit, et donc ça n’a effectivement aucun intérêt. L’aide réellement altruiste elle n’est versé qu’au compte goutte.

    • Quelqu’un connait il l’auteur de l’article , kevan saad ? Il s’agit apparement d’un pseudonyme car ce monsieur n’existe pas sur internet. J’aimerais connaitre la profession de ce monsieur qui, peut être nous eclairerait sur ses opinions, car il semblerait que nous n’ayons pas exactement affaire à un journaliste…

      • Qui a encore confiance en un journaliste? pas moi en tout cas.
        Celui qui a écrit cet article est manifestement extrêmement brillant.
        Donc rien à voir avec les « œuvres » des pisse-copies et autres fouilles-merde

  • Bonjour. Votre analyse ne va pas assez loin. Les pays anglophones s’en sortent mieux car ils ont une plus grande ouverture au monde des affaires. Clairement, la langue du business est l’anglais ; ca les aides beaucoup.
    Pour compléter cela, les pays francophones qui ont remplacé leurs dinausores françafricains par des jeunes, formés dans des environnements business anglophones ou sous leur influence, sont en train de se redresser.
    En somme, quand un pays francophone veut ce qu’il y a de mieux pour sa population, il se limite a ce qu’il y a de mieux en Francophonie. Quand un pays anglophone veut ce qu’il y a de mieux pour sa population, la planète est sa limite car tout le monde parle anglais…

    • Disons qu’un jeune africain formé à la francaise a 90% de chance d’avoir le cerveau lessivé et la même hargne anti-entreprise qu’un jeune francais. Évidemment, quand il s’agit de développer un pays, ca aide pas trop.

      • effectivement un commentaire très brillant … Pourriez vous, cher monsieur décliner votre identité ? ou à minima votre profession. Je suis un jeune français et n’ai pas de hargne anti-entrepreneur, et n’ai pas non plus l’impression d’avoir le cerveau lessivé. Mais je suis sans doute trop bête pour m’en apercevoir … par contre je me méfie beaucoup des conflits d’interêts et cherche toujours à évaluer l’objectivité de mon interlocuteur. Un défaut sans doute typiquement français, et que ce type de valeur vous gêne je le conçois bien. D’ailleurs le fait que ce post restera certianement encore sans réponse (alors qu’il est inutile d’hésiter, vous pouvez mentir vous êtes sur internet personne sans doute ne cherchera à vérifier vos affirmations) le démontrera bien. Salutations.

        • Bonjour,
          Prénom: Kevan
          Profession: Analyste dans une entreprise manufacturière canadienne
          Formation: Ingénieur

          J’écris bénévolement pour Contrepoints, point de conflits d’intérêts de ce côté là. Avez-vous des questions de fond sur l’article sinon?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Afghanistan
0
Sauvegarder cet article

Par Serge Michailof, Université Clermont Auvergne (UCA) Un article de The Conversation

Si les talibans ont pu l’emporter aussi aisément, c’est en grande partie parce que les efforts de la communauté internationale visant à créer quasiment de toutes pièces puis à consolider l’État afghan n’ont pas été couronnés de succès. Il y a des raisons objectives à cela. Retour sur vingt ans d’erreurs. Tentons de tirer quelques leçons pour l’avenir, en particulier pour le Sahel…

Les néoconservateurs américains étaient farouchement hostiles au «... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Martin.

Pour quelles raisons, après six décennies d’aide au développement, un grand nombre de pays pauvres ne se sont-ils pas développés ? N’est-il pas temps de « faire le développement autrement » ? Mais, après toutes les « modes du développement » qui se sont révélées être des déceptions, comment faire ? Dans son dernier ouvrage Pauvreté et liberté, Matt Warner, président de l’Atlas Network, s’attaque à ces questions difficiles. 

Tout chercheur sérieux qui s’est penché sur ces thèmes sait que l’obstacle majeur aux... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

Depuis l’invention du terme tiers-monde par Alfred Sauvy, le développement des pays « du Sud » a eu une évolution très contrastée.

En restant grossièrement chronologique, il y a d’abord eu l’apparition des « tigres et dragons » asiatiques (Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong, Singapour). Leur développement rapide a suscité un grand étonnement aujourd’hui oublié. On peut en retenir que des pays très pauvres peuvent se développer rapidement, ce qui mène à se demander pourquoi d’autres n’y arrivent pas.

L... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles