Pour une journée commémorative

À quand une journée des morts au champ d’honneur pour la patrie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Arc de triomphe Credit oatsy40 (Creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour une journée commémorative

Publié le 11 novembre 2014
- A +

Par le Parisien libéral

Arc de triomphe Credit oatsy40 (Creative commons)

Le dernier des poilus de la guerre de 14-18 est mort il y a déjà 6 ans.

Quand aura-t-on la bonne idée de regrouper le 11 novembre (commémoration de la fin de guerre de 14-18), le 8 mai (commémoration de la fin de la guerre de 1939-1945), le 9 novembre (souvenir des tirailleurs africains et troupes coloniales morts pour la France en 1914-18 et en 1939-45) et le 11 mai (hommage aux combattants tombés en Indochine) ?

Cela permettrait à la nation toute entière de se souvenir structurellement et de manière pérenne de ses morts au combat et de l’action de tous ces soldats qui, de Bouvines à Kandahar, ont contribué à faire de la France ce qu’elle est aujourd’hui, avec sa lumière aussi bien que ses zones d’ombre ?

Cela nous permettrait aussi, conjoncturellement, de ne plus avoir à supporter l’affligeant et insupportable spectacle de présidents de la République et autres représentants de l’État qui, parce qu’ils ont apparemment honte de leur histoire personnelle (souvenons-nous du passé vichyste de François Mitterrand) ou familiale (on songe notamment à François Hollande, François Rebsamen ou Manuel Valls), s’approprient l’Histoire au lieu d’aller chez un psy, et tordent le bras à la réalité historique pour satisfaire des enjeux politiques actuels.

Un memorial day à la Française permettrait de remplir ces deux objectifs. Et puis, puisque nous nous souvenons aujourd’hui de ceux qui sont tombés pour la France, rappelons-nous aussi du fait qu’ils sont tombés parce que des hommes politiques, planqués derrière leurs bureaux, ont su pousser jusqu’au bout la confusion entre l’État et la nation, sur fond de taxophilie folle.


Sur le web.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Personnellement j’ai un peu de mal à comprendre les communes par chez moi qui ont tous choisi de faire des animations autour des 100 ans de la première guerre… Si quelqu’un pouvait m’expliquer en quoi il est important de fêter un début de guerre ?

    • Je me suis toujours demandé aussi pourquoi le recueillement se devait d’être pompier, public et organisé à dates programmées. Je crois que l’explication m’en avait été donnée il y a longtemps par une amie prof de russe : dans les pays soviétiques, chaque journée se doit d’avoir un thème en accord avec la ligne du parti, sur lequel on va pouvoir déverser un tas de n’importe quoi invérifiables, propres à éduquer les âmes simples. Pour cela, la fin de la guerre est bien moins fertile que son début.

  • Oui je plussoie pour un mémorial day mais surtout pour une réhabilitation de TOUS les soldats fusillés (au moins 2,000) par leurs propres frères d’arme lors de la guerre de 14-18 pour lâcheté devant l’ennemi.
    C’est vraiment dégueulasse de laisser des familles avec cette infamie planant sur leurs têtes.

    • Dans l’après-guerre, les familles ne sont pas restées inactives, beaucoup de soldats ont été réhabilités (je n’ai pas le nombre). Et puis, il faudrait faire le tri. Certains ont été condamnés pour des faits de droit commun.

    • 650 fusillés (environ), la grande majorité au premier trimestre de la guerre.

      Beaucoup pour des faits de droits communs (viols, massacres, pillages…).

      Beaucoup de ceux qui avaient été fusillés à la « va-vite » ont été réhabilités : cela ne les a pas ressuscités, mais permis aux familles de toucher une pension et autre avantage comme les autres « morts pour la France ».

      Par ailleurs, le code de justice militaire était très strict. Des officiers supérieurs ont aussi été fusillés pour avoir avoir voulu se rendre ou s’être enfuis.

    • Il y a eu environ 2000 condamnation à mort mais bien moins d’exécutions. ( http://centenaire.org/sites/default/files/references-files/rapport_fusilles.pdf )

  • Le socialisme affaiblit la France et il n’y a que les pays faibles qui sont attaqués . Au lieu de sacrifier nos enfants dans une guerre , sacrifions quelques gouttes de sueur pour rendre notre pays capable de résister à une invasion belge ! ( exemple innocent )
    Il ne s’agit pas de travailler comme un esclave dans une usine à munitions ( mon camarade ! ) mais simplement de réduire la taille du parasite socialiste . Quitte à utiliser l’extrême droite , la droite ou les centres droits ( ceux qui ne nous détestent pas dogmatiquement )

  • Autant je n’aime pas le nationalisme teinté de repli sur soi de la droite autant il n’est jamais dispensable de rappeler que les donneurs de leçons de gauche ont tous pour caractéristique d’avoir un passé trouble et un drôle de lien avec l’histoire.

    Du passé colonialiste ou fraîchement Dreyfusard, sous oublier le pacifisme anti-raciste fournissant les pires collaborateurs aux nazis, le passif de la gauche française est très lourd.

    Ayant lu il y a peu de temps Hayek et sa route de la servitude, j’avais l’impression que lui, en 1944, me parlait clairement pour me dire que le Front de Gauche et le Front national se nourrissaient de la même merde.

    Penchant légèrement à droite, je suis outré de l’antilibéralisme de droite alors que face au tribunal de l’histoire, antilibéralisme de gauche est multiplement criminel autant que donneur de fausses leçons!!

  • C’est déjà le cas avec la loi qui instaure le 11 novembre comme journée d’hommage à tous les morts de tous les conflits, récents y compris :
    LOI n° 2012-273 du 28 février 2012 fixant au 11 novembre la commémoration de tous les morts pour la France

  • bonjour le Parisien Libéral ,peut-être cela vaut-il pour Paris et les grandes agglomérations .
    En province ,pour se souvenir « officiellement  » ou « in-petto » il y a dans le moindre village de 300 habitants un monument aux morts où figurent les noms de nos ancêtres tombés dans au moins 4 conflits = 14/18 ,39/45 , Indochine , Algérie .
    Comptez aussi les monuments & plaques commémoratives des Résistants fusillés .
    Chez moi il y même au cimetière une colonne dédiée aux enfants de la Commune tombés lors de la guerre de 1870. Tout ceci ne peut être ignoré puisque l’entretien de ces monuments , plaques commémoratives est toujours inscrit au budget ,comme l’entretien d’un quiconque lampadaire ou les gouttières de la chapelle ;et que le budget de la commune figure sur le bulletin annuel de la dite commune , lequel bulletin est distribué à tout un chacun .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Tourre.

[caption id="attachment_104198" align="aligncenter" width="614"] Extrait de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants, Éditions Tulys.[/caption]

Le 11 novembre 1918 marque l’armistice de la Première Guerre mondiale mais malheureusement pas la fin du suicide européen par le nationalisme guerrier ou le socialisme.

Car par-delà ses massacres de masse et ses destructions, cette Première Guerre mondiale marque la fin de l’âge d’or européen, un âge d’or largement libéral.

Dans son auto... Poursuivre la lecture

Par Victor L.[1. Étudiant en classe préparatoire aux grandes écoles de commerce.]

Il y a tout juste 75 ans, le 6 juin 1944, plus de 150 000 hommes, parfois encore adolescents, débarquaient sur les plages de Normandie. Troupes d’infanteries, aviateurs et parachutistes ont donné leur vie pour défendre un pays qui n’était pas le leur, au nom de la liberté.

C’est bien cette liberté qui a motivé les troupes alliées plutôt qu’un nationalisme, pour ainsi dire une fierté d’être un Américain qui sauverait les peuples autochtones européen... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Même si rares sont ceux qui se lèvent pour participer aux défilés qui parcourent les nombreuses communes de France pour le 11 novembre, personne ne peut totalement oublier qu’il y a un siècle mourait Péguy dans un champ de blés mûrs, et une grande partie de la jeunesse d’Europe. À défaut de guerre courte, nous eûmes une combustion lente.

Bien sûr la France de 2018 a le chômage, les déficits, les impérities gouvernementales, mais jeter un regard vers hier permet aussi de mesurer l’immense chemin parcouru. N... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles