François Hollande : no, he can’t

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
hollande obama (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande : no, he can’t

Publié le 6 novembre 2014
- A +

Le regard de René Le Honzec.

hollande obama rené le honzec

Si tout le monde attend avec curiosité et un zeste de sadisme la prestation du capitaine de pédalo Hollande, le parallèle avec Obama doit être souligné. Il vient de ramasser une belle claque, lui le Prix Nobel, lui qui se faisait acclamer par 200.000 imbéciles à Berlin, lui, la foi, la charité et l’espérance de la gauche hexagonale. Il n’a réussi aucun de ses « grands » projets, n’a pas su gérer l’après-américain en Irak comme il avait reproché à Bush de n’avoir su gérer la libération de la dictature de Hussein. Il laisse des guerres un peu partout, a abattu Laden mais n’a pas su en faire de même avec ses successeurs, n’a pas su suivre une politique en Syrie. Et si l’économie américaine est un eldorado comparée à la française, tout le monde s’accorde à dire qu’il n’y est pour rien.

Cela vous rappelle-t-il quelqu’un, en proportion plus modeste ? C’est pourquoi le show d’Oballande, notre Obama à nous, va s’apparenter à ceux que le Président américain aime à faire, avec le même résultat, sans qu’il y ait besoin d’élections de mi-mandat. No, he can’t !

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles