Un périple autour du monde : l’océanie, c’est fini !

Ainsi s’achève la Nouvelle-Zélande, le pays du long nuage blanc (ou Aotearoa pour les érudits), des gentils Rangers et des animaux sympas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un périple autour du monde : l’océanie, c’est fini !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 octobre 2014
- A +

Parce qu’un con qui marche va toujours plus loin qu’un intellectuel assis, deux frères sont partis sur les routes depuis de longs mois, traversent les frontières, les villes et les campagnes à l’occasion d’un tour du monde à durée indéterminée, sans casques ni golden-parachutes. Au fil de leur voyage, ils livrent leurs impressions sur des expériences qui les ont marqués.

Aujourd’hui, les derniers moments en Nouvelle-Zélande.

Par Greg.

greg1

Si vous êtes linguiste passionné, vous prendrez plaisir à découvrir la langue maori que les autorités essayent tant bien que mal de faire perdurer en traduisant tout et n’importe quoi. On retrouve ici, à un degré moindre, cette espèce de repentance éternelle qu’avait déjà le gouvernement australien envers les Aborigènes. Les noms des villages sont ainsi petit à petit remplacés par leur équivalent maori, ce qui ne facilite pas la tâche aux blancs-becs que nous sommes. Il faut ainsi se souvenir des Whanganui, Waipukurau, Whakarewarewa, Kaiapoi, Paraparaumu, Ngaruawahia. Tous les lieux ou institutions d’importance ont une double dénomination anglaise/maori, dont certaines ont dû donner du fil à retordre aux traducteurs (certains reprennent simplement la dénomination maori pré-colonisation européenne, d’autres comme le Department of Conservation font sourire).

La première grande fierté kiwi est sa nature éblouissante et on peut leur accorder. Tout est verdoyant (ce qui n’a pas de prix après deux ans passés dans le désert du Western Australia), les hauteurs offrent des vues imprenables, et quand une certaine monotonie commence à s’installer, on découvre un volcan au coin du bois, ou un lac, une rivière aux eaux couleur arctique. Nous profiterons de ces paysages pendant deux mois, parcourant 4000km, de Wellington à Napier, de Gisborne à… bref, on a pas mal tourné.

greg2

Il est dommage que les Rangers se sentent systématiquement obligés de goudronner les chemins forestiers, encadrer et baliser tout ce qui leur tombe sous la main. Ça finit par gâcher le côté sauvage du pays. Dans le même genre, il est frustrant de voir toute cette verdure prête à accueillir nos tentes, cernée de clôtures. Mais on ne va quand même pas reprocher aux éleveurs de vouloir tenir leurs nombreux bestiaux… Car malgré les réticences des locaux à accepter ce fait, les moutons y sont toujours 8 fois plus nombreux que les humains aujourd’hui.

Nous n’aurons pas vu de kiwis. D’abord parce qu’on a pas voulu payer 20$ pour mater 25 kiwis en captivité sous lumière artificielle. On en a bien entendu quelques-uns couiner autour des tentes mais on n’allait quand même pas se lever pour ça…

Pendant une bonne semaine on a cru être les témoins privilégiés d’un grand nombre de kiwis le long de la route, dont deux en vie, et des dizaines écrasés. Nous avons même plumé l’un d’eux pour garder un authentique souvenir du piaf le plus célèbre de Nouvelle Zélande. C’était jusqu’au jour où nous avons eu l’occasion de consulter Google et découvrir qu’il s’agissait de Wekas. Comme leur homologues kiwis, ils ne volent pas et sont menacés. Et ils adorent traverser la route. Ceci explique cela. Ce qui fait la beauté d’un piaf, c’est de le voir voler, planer, gazouiller sur une branche. Là, donc, il couine, et si on lui donnait un peu d’élan il se transformerait en steak tartare.

Le principal ennemi du kiwi est l’opossum, un rongeur introduit en Nouvelle-Zélande pour sa fourrure et qui y prolifère désormais joyeusement sans aucun prédateur, bouffe tout ce qu’il trouve et bouleverse l’équilibre naturel (je n’en sais pas plus, ne demandez pas de précisions). Pour le bouquet final, il est un des principaux vecteurs de la tuberculose bovine. Ils sont donc sulfatés au 1080 : le fluoroacétate de sodium. C’est visiblement la seule solution pour réellement calmer ses ardeurs, ce qui n’empêche pas certains écolos d’en demander l’interdiction sans proposer d’alternative viable.

D’un point de vue très personnel, le sulfatage me réjouit, ces sales petites bestioles ayant cru bon de faire une ouverture de 5cm dans ma toile de tente pour gratter un peu de pain de mie. Un bon possum est un possum mort.

greg3

Notre dernière étape néo-zélandaise passera par Christchurch, le temps de s’arrêter chez Steve, un anglais émigré il y a deux ans qui nous offrira le gîte et le couvert mais surtout notre première douche depuis 36 jours. La couche était épaisse. Nous nous étions, pour la première fois de ce voyage, inscrit sur Warm Shower, un site d’hébergement gratuit dans la lignée de Couchsurfing mais dédié aux cyclistes.

Christchurch est une ville au look un peu spécial depuis le dernier gros tremblement de terre qui a secoué la ville en 2011. Des quartiers entiers ont été détruits, les édifices historiques restants sont souvent renforcés par des étais et poutres métalliques, et les containers remplacent les anciens garages, voire certains bureaux. Un vrai paradis pour Paul Krugman. Outre les nombreux morts, cela a également créé une grave crise du logement dans la ville qui n’a toujours pas recouvré sa capacité d’antan. Seul point positif, les places de parkings ne manquent pas…

La suite du voyage devait s’inscrire sur les mers. Nous avions prévu de naviguer en voilier dans les eaux du Pacifique sud pour rejoindre le Chili. Sans expérience de navigation, sur une route peu empruntée et dangereuse, trouver un volontaire pour nous conduire s’annonçait ardu et le tour des marinas du pays et les diverses demandes éparpillées sur internet n’ont pas suffi. Il aurait fallu travailler dans une marina et multiplier des contacts plus solides, ou voyager sur un paquebot (ce qui coûte sensiblement le même prix que l’avion pour une traversée monotone d’un mois… non merci !). En trois jours, nous sommes passés de la traversée du Pacifique sud en voilier, à l’escale à Tahiti ou Hawaï pour finalement débarquer par avion… à San Francisco, où nous attendait Kristian, un ami Danois rencontré trois ans plus tôt au Laos au cours de ce même voyage.


Sur le web

Lire les autres épisodes de la série :

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Australie Royaume-Uni USA
0
Sauvegarder cet article

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

L’Angleterre et l’Australie ne sont plus aux antipodes. La géopolitique post-Brexit opère un bouleversement copernicien sur le plan du commerce international et de la libre circulation.

Boris Johnson a admis que l’adhésion de la Grande-Bretagne à la CEE en 1973 et la fin de ses conditions commerciales préférentielles avec le Commonwealth « ont eu des effets assez dévastateurs sur de nombreux agriculteurs australiens ». Le ministre australien du Commerce a déclaré que l’accord commercial post-Brexit « corrigerait un tort historique ».Poursuivre la lecture

Par J.D. Tuccille. Un article de Reason.

Nous avons dépassé depuis longtemps le stade de la pandémie de Covid-19 où les politiciens font beaucoup plus pour répondre aux frayeurs virales et renforcer leur propre pouvoir que de s'engager dans un apaisement de la population craintive. Avec le nouveau variant Omicron qui se répand dans le monde entier, les restrictions de voyage semblent être leur réponse de choix parce qu'elles sont politiquement populaires.

Peu importe que la fermeture des frontières n'ait d'autre effet que d'alou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles