« Pétronille » d’Amélie Nothomb

Dans ce roman-ci, c’est en compagnie d’Amélie Nothomb qu’on passe un bon moment… au champagne !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Pétronille » d’Amélie Nothomb

Publié le 17 octobre 2014
- A +

Par Francis Richard.

nothombPourquoi lire de l’Amélie Nothomb ? Non pas parce que ses livres font chaque année partie des meilleures ventes de la rentrée littéraire, mais parce que c’est un réel plaisir d’en lire.

Cette année encore, depuis sa parution fin août, son petit dernier, Pétronille, n’échappe pas au succès. À la date du 9 octobre 2014, il est toujours dans le top 10 des ventes de livres chez Payot, que publie L’Hebdo, chaque semaine…

Comme à l’accoutumée dans ses romans, Amélie Nothomb a l’art et la manière de faire passer un bon moment au lecteur. Dans ce roman-ci, c’est en sa compagnie que se passe ce bon moment. Elle s’y met elle-même une nouvelle fois en scène, avec beaucoup d’autodérision. Pétronille Fanto est une admiratrice d’Amélie Nothomb. Après échange de deux trois lettres, elles se rencontrent, fin 1997, lors d’une séance de dédicace du Sabotage amoureux, dans une librairie de la rue de Lévis à Paris. Pour Amélie, c’est une surprise. Elle n’imaginait pas vraiment comment pouvait être physiquement sa correspondante. Celle-ci, étudiante en littérature élisabéthaine, âgée pourtant de vingt-deux ans, a en fait « l’apparence d’un garçon de quinze ans » « Elle m’avait écrit des choses si profondes et si ténébreuses que j’avais pensé avoir affaire à une personne vieillissante. Et je me retrouvais nez à nez avec une adolescente au regard de piment rouge. »

Cette rencontre tombe à point nommé. En effet, par analogie avec compagnon ou compagne (étymologiquement, qui partage le pain), Amélie cherche désespérément un « convignon » ou une « convigne », c’est-à-dire quelqu’un avec qui elle puisse boire du champagne, ce sublime breuvage qui provoque des visions qui lui sont apparentées : l’or de sa robe coulant en bracelets, ses bulles en diamants… Or, Pétronille, prolétaire véritable, le temps d’une soirée, s’avère pour Amélie, qui est de la haute et qui est née dans une ambassade, la prometteuse compagne de beuverie qu’elle cherche, le champagne de qualité étant pour elles deux un terrain d’entente tout trouvé.

amélie nothomb rené le honzecQuatre années passent. En octobre 2001, Pétronille publie son premier livre, Vinaigre de miel. Les rôles d’Amélie et de Pétronille s’inversent. C’est Pétronille qui dédicace l’exemplaire d’Amélie, laquelle, en apparaissant devant elle, lui donne « une atroce envie de Roederer ». Envie qu’elles satisfont au Café Beaubourg, où Amélie a ses habitudes… À la fin de ce mois d’octobre, elles se retrouvent, pour un après-midi de dégustation de champagne, au Ritz, où les seules personnes fréquentables sont les échansons, où elles évitent les dames à serre-tête qui snobent Pétronille, et où elles partent à cheval sur le vin de champagne pour le pays de l’ivresse et de la complicité.

La suite du roman, de 2001 à aujourd’hui, est le récit des relations tumultueuses des deux « convignes » et écrivains. Ces relations ne sont pas non plus immobiles puisque l’auteur emmène le lecteur à Londres, dans une station alpine ou à Antony, en banlieue parisienne. Le dénouement confirme qu’écrire peut être dangereux et, même, qu’on peut y risquer sa vie…

L’histoire de Pétronille a cependant moins d’importance que la façon humoristique avec laquelle elle est relatée par l’auteur, que les réflexions sur l’allié précieux dans la vie que peut s’avérer être le champagne (à boire en s’abstenant de manger), et que les répliques que se donnent Pétronille et Amélie, toutes deux ayant ce grain de folie sans lequel l’existence n’aurait pas de sel.

Amélie Nothomb adresse au passage un clin d’œil à « un grand écrivain suisse », « spécialiste des ogres », écrivant, en 2009, ce petit mot à l’héroïne, après la sortie de son roman, Aimer le ventre vide :

 « Chère Pétronille Fanto,

Votre roman confirme ce que j’ai vu: vous êtes un enfant et vous êtes un ogre.
Vous faites désormais partie de mes fous.
Jacques Chessex »

Amélie Nothomb, Pétronille, Albin Michel, 180 pages.

Sur le web 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Qu’est-ce que vous trouvez de bien chez Nothomb ?
    J’ai lu 2 de ses romans et je ne trouve vraiment pas ça terrible, même si j’ai eu assez de curiosité pour finir l’un des deux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Ce fichu Covid a tout bouleversé : même la quinzaine de la Pléiade en a été retardée. Cette année la collection rend hommage à Joseph Kessel dont romans et récits viennent d’être publiés en deux volumes sous la direction de Serge Linkès. Ce joli cadeau, offert pour l’achat de trois volumes de la prestigieuse bibliothèque de la Pléiade, offre comme à l’ordinaire une biographie richement illustrée de l’écrivain retenu. Gilles Heuré a ainsi signé cet album Joseph Kessel.

Peut-être un peu oublié, cet écri... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles