Belgique : la gauche la plus c… du monde !

Pourquoi donc la gauche a déterré la hache de guerre et brandit à nouveau la lutte des classes ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
OMG credits tembako the jaguar (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Belgique : la gauche la plus c… du monde !

Publié le 17 octobre 2014
- A +

Par Philippe Bouchat, depuis la Belgique.

OMG credits tembako the jaguar (licence creative commons)

Ainsi donc la messe est dite : la Belgique va connaître des manifestations à répétition à partir du 6 novembre prochain jusqu’au 15 décembre où une grève nationale aura lieu. Quel est le motif du courroux syndical, appuyé par les partis de gauche ? Que le nouveau1 gouvernement fédéral2 belge soit de centre-droite3 et, plus fondamentalement, qu’il ait le courage d’entreprendre de vraies réformes structurelles.

Dans l’accord de gouvernement , les vraies réformes sont annoncées clairement. Citons ainsi, en vrac, les réformes structurelles suivantes :

  • la suppression du handicap salarial belge par rapport à ces voisins, via un saut d’index et la diminution drastique des cotisations patronales ;
  • et la réforme des pensions via l’instauration révolutionnaire d’un système de pensions à points et le relèvement de l’âge légal de la retraite à 67 ans.

Passons en revue brièvement ces quelques points, en signalant que beaucoup d’autres réformes importantes sont envisagées et pour lesquelles j’invite le lecteur à se reporter à l’accord de gouvernement.

Saut d’index

Pour comprendre cette mesure, il convient de préciser que la Belgique est le seul pays de l’Union européenne (avec Chypre et le Luxembourg) qui prévoit l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales. Donc, lorsque nous sommes en période d’inflation et que l’indice des prix dépasse un certain seuil (appelé « indice-pivot »), les salaires et les allocations sociales sont majorées de 2%, automatiquement, sans qu’aucune décision publique ne soit nécessaire. Ce que propose le nouveau gouvernement c’est, lors du prochain dépassement de l’indice-pivot, de ne pas indexer les salaires et les allocations sociales (on parle alors d’un « saut d’index »). Cette mesure, notons-le, est neutre pour le budget de l’État, car ce qu’il gagne en n’augmentant pas les allocations sociales et le traitement de ses fonctionnaires, il le perd en ne prélevant pas les accroissements subséquents de cotisations sociales et d’impôts.

Cette mesure va principalement servir de bouffée d’oxygène aux employeurs privés… et publics, dont les gouvernements communautaires qui ne devront pas ainsi, par exemple, majorer le salaire des enseignants, ce qui est tout bénéfice pour le… PS qui gère les entités communautaires du Sud du pays et de Bruxelles ! La gauche fait donc montre d’une extraordinaire hypocrisie en criant haro sur cette mesure qui va permettre de créer de l’emploi, alors qu’elle se félicite par ailleurs que, grâce au saut d’index, « ses » gouvernements vont pouvoir boucler leurs budgets respectifs !

Mais, poussons la logique jusqu’au bout. Si on veut maintenir le caractère automatique de l’indexation, pas de problème : comme aujourd’hui on est plutôt en déflation (ou, à tout le moins, en période d’inflation négative), les salaires et allocations sociales devraient être rabotées de 2% automatiquement ! Or, de cela, les gauchistes n’en parlent pas ! Belle cohérence intellectuelle !

Diminution des cotisations patronales

À côté de ce saut d’index, la coalition « suédoise » prévoit de ramener le taux des cotisations sociales à charge des employeurs de 33% actuellement à 25% en fin de législature. Cette mesure qui vise, notamment, à réduire le handicap salarial des entreprises belges par rapport à leurs concurrentes des pays limitrophes, sera financée en partie par l’effet retour4 des emplois qui seront créés et, en partie par le renforcement des crédits déjà prévus dans le cadre du pacte de compétitivité.

Révolutionnaire ? Non, car le pacte de compétitivité a été décidé par le gouvernement sortant dirigé par le PS ! Ainsi donc, une mesure qui était bonne hier est devenue subitement antisociale parce que menée par une nouvelle coalition dont les socialistes sont absents ! Bel exemple d’intégrité intellectuelle !

Pensions à points

Autre mesure nettement plus révolutionnaire : le nouveau système des pensions à points. Ce système – préconisé par une commission d’experts indépendants présidée par l’ancien ministre des pensions, le flamand et… socialiste Frank Vandenbroucke ! – pour faire simple, prévoit que : « Le système à points est donc un contrat social entre la population active et les retraités dans lequel la hauteur du taux de remplacement de la pension n’est plus tributaire du caractère aléatoire du contexte économique (croissance forte ou faible du salaire moyen) dans lequel les droits sont constitués. », « la valeur du point est fonction du revenu salarial moyen des actifs au moment de la prise de pension dans le régime spécifique et reflète dès lors la solidarité intergénérationnelle entre la population active et les pensionnés. Ce résultat est obtenu par la réintroduction, budgétairement neutre, de la revalorisation des salaires liée à la croissance salariale ». Il est encore trop tôt actuellement pour en évaluer les impacts et il convient d’attendre les premières mesures d’implémentation. Mais d’ores et déjà, on se trouve en présence d’un système en rupture avec le système actuel ! Ceci dit, on est loin du système de pensions… suédois qui tient compte non seulement du taux démographique, mais aussi et surtout des performances économiques du pays (système dit « notionnel »).

Retraite à 67 ans

La coalition de centre-droit prévoit que l’âge légal de la retraite, aujourd’hui fixé à 65 ans tant pour les hommes que pour les femmes, sera porté à 66 ans à partir de 2025 et à 67 ans à partir de 2030. Cette mesure – de loin la plus critiquée par la gauche – prévoit des exceptions pour les métiers lourds et pour ceux qui ont commencé à travailler tôt, mais les experts s’ils la jugent vitale, considèrent cette réforme comme insuffisante, car elle ne devrait contribuer à payer la facture des pensions qu’à concurrence de 25% seulement.

Notons que cette mesure était déjà préconisée par l’ancien ministre des pensions, aujourd’hui décédé, le truculent et compétent Michel Daerden… socialiste de son état !

Il est important de préciser qu’il est prévu, dans l’accord, que ces réformes seront entreprises en concertation étroite avec les partenaires sociaux, donc avec l’ensemble des organisations patronales et syndicales, à qui le gouvernement demande, notamment, de conclure « un « macro-accord socio-économique » qui explicite l’objectif de croissance maximale et de la création d’emplois ».

Voilà donc d’importantes réformes structurelles ; ce sont elles que constituent l’objet de l’ire syndicale. Qu’en penser ?

Personne ne conteste que le nouveau gouvernement fédéral se soit engagé à mener des réformes structurelles. D’ailleurs si tel n’était pas le cas, il y aurait fort à parier que les organisations gauchistes (partis socialistes, écologistes, communistes, syndicats, mutuelles) n’auraient pas décrété des mouvements de grèves tous azimuts. En ce sens, ce gouvernement « suédois » fait donc montre de courage, à l’instar d’ailleurs du dernier gouvernement de centre-droit qui, au début des années 80, a également entrepris les réformes nécessaires pour l’assainissement budgétaire du pays et permettre son entrée dans l’Union économique et monétaire (UEM).

Pour dire vrai, ce courage s’imposait, car les règles européennes en matière de contrôle des budgets nationaux, ne permettent une indulgence toute relative vis-à-vis de l’endettement colossal de la Belgique qu’à la condition sine qua non d’entreprendre des réformes structurelles justement. Donc, pour le dire autrement, en admettant que le PS soit resté aux affaires, il n’aurait pas eu d’autres choix que d’entreprendre les mêmes réformes que celles annoncées par le nouveau gouvernement fédéral… pour autant qu’il en ait eu le courage, bien sûr !

Les milieux académiques et patronaux saluent la nouvelle direction que la coalition suédoise entend ainsi imprimer à la Belgique. Et ce, d’autant plus qu’il est prévu que le budget5 de l’État sera à l’équilibre en 2018 et en boni structurel à partir de 2019 et non plus à partir de 2016, les marges ainsi dégagées par cet assouplissement devant financer intégralement les nouvelles mesures prévues.

Bref, les réformes structurelles sont courageuses, nécessaires et vont objectivement dans le sens souhaité par ceux qui créent l’emploi, innovent et prennent des risques pour maintenir une protection sociale élevée et adaptée au monde moderne. Même des élites socialistes vont dans ce sens (Michel Daerden, Frank Vandenbroucke).

Alors pourquoi donc la gauche a déterré la hache de guerre et brandit à nouveau la lutte des classes ? Je ne vois pas d’autre explication que celle de l’idéologie ! Cette idéologie liberticide – le social-constructivisme – qui promeut toujours plus de dépenses publiques, toujours plus d’assistanat, et qui, fondamentalement, pense que l’emploi se décrète ! Aujourd’hui cette gauche idéologique, bien loin de la troisième voie que représentent Schröder, Blair ou Valls (au moins dans son discours), est aux commandes de la Wallonie et de Bruxelles. Cette « réforme de l’État6 » que constitue son éviction de l’échelon fédéral prive le PS d’un pouvoir de nuisance au moment même où la Belgique est contrainte au courage de ses réformes. Ainsi, en aucun cas, le PS et ses affidés syndicaux et mutuellistes ne pourront se vanter d’avoir mené ces réformes vitales. Alors, forcément, il les critique en se drapant, par facilité, dans les vêtements du populisme le plus conservateur et le plus nauséabond !

En conclusion, si la France se targue d’avoir la droite la plus bête du monde, la Belgique peut, elle, s’enorgueillir d’avoir la gauche la plus conne7 du monde !

  1. À l’heure où j’écris ces lignes, le 15 octobre, les membres du gouvernement ont été nommés par le roi Philippe, mais n’ont pas encore reçu la confiance de la Chambre des représentants, l’équivalent belge de l’Assemblée nationale française.
  2. Dans la Belgique fédérale, les résultats des dernières élections du 25 mai 2014 ont donc consacré des coalitions de centre-droit au niveau fédéral et au niveau flamand et des coalitions de gauche au niveau wallon et bruxellois.
  3. C’est la première fois depuis presque 30 ans que le parti socialiste est rejeté dans l’opposition. Cette coalition de centre-droite est surnommée « coalition suédoise » en référence aux partis libéraux flamand (Open-VLD) et francophone (Mouvement Réformateur) représentés par la couleur bleue du drapeau suédois, au parti chrétien-démocrate flamand (CD&V) représenté par la croix et par les nationalistes flamands de la N-VA représentés par la couleur jaune. Cette coalition est dirigée par Charles Michel, président du Mouvement Réformateur et plus jeune premier ministre (38 ans) depuis plus de 170 ans et fils de l’ancien commissaire européen Louis Michel.
  4. L’effet retour est estimé à 1/3 en ce qui concerne les nouvelles cotisations sociales et à 50% avec les impôts prélevés sur ces nouveaux emplois.
  5. Actuellement, le déficit de l’État fédéral est inférieur aux 3% du PIB, nonobstant les nouvelles règles européennes de comptabilité nationale (SEC-2010). L’endettement est à 104% du PIB.
  6.  Expression empruntée au vice-premier ministre libéral francophone et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.
  7. Je suis désolé d’utiliser ce vocable de docker, mais je la voulais symbolique du retour à la lutte des classes voulue par l’ensemble de la gauche belge !
Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Sans nullement vouloir froisser mes voisins ni jouer à « c’est moi qui ai la plus c… », je me dois de signaler que côté connerie, la gauche en France aligne une équipe de compétition et ne se laissera pas aussi facilement ravir le titre.

    • bonjour Jga ; précision utile ,au cas improbable où il existerait encore dans le monde entier une gauche aussi bassement stupide que la gauche française ! Nous sommes là dans les records absolus ,sans équivalence dans l’histoire !

      • Je trouve moi que les socialistes Wallons (et Bruxellois) font une assez bonne concurrence aux Français. On se les échangerait qu’on ne verrait pas grande différence.

    • Je plussoie Jga, en ce domaine, battre les français semble strictement impossible!

    • Ce ne sont même pas les champions du monde, ils s’entraînent pour ravir le titre aux meilleurs.
      Cela dit ils ont à faire à forte partie, entre la Corée du Nord, Cuba et le Vénézuela, la compétition est acharnée.

  • La gauche est toujours mauvaise perdante.

    Elle a perdu les élections. Elle est vexée de voir des flamands « d’extrême-droite » progresser… donc 3ème tour : manifs et grèves.

    C’est une très vieille ficelle.

    Le problème, comme d’habitude, est que la pseudo droite au pouvoir… fait bien pâle figure. Et se couchera vite fait bien fait, et s’empressera d’augmenter les impôt, et de mener une politique rose pâle.

    Vu et revu. Rien de neuf sous le soleil.

    Il suffit juste d’attendre que la Belgique soit coupée en deux (il manque encore un poils de votes au bloc flamand).

    Et alors les gauchistes wallons, l’une des pire espèces au monde dans la veulerie, se consumeront dans leurs délires collectivistes et la faillite financière.

    Mêmes causes mêmes effets.

    Nous ne sortirons jamais par le haut (un preux chevalier libéral emportant tout sur son passage)….

    Non. Nous sortirons du cauchemar socialiste par le bas : c’est à dire par la faillite.

    Elle doit être totale, brûlante. Un bon petit feu de joie façon destruction créatrice et bouquet final.

    • Bonjour décidémment les bons commentaires affluent aujourd’hui
      Merci pour celui -là que j’approuve totalement
      Ayant fréquenté ces gens trop longtemps je ne peux qu’affirmé haut et fort la gauche est la digne héritière d’un certain Adolf lui aussi socialiste

  • la gauche a ruiné la wallonie et elle est la championne des magouilles, de l’affairisme, du clientélisme (son électorat vote pour elle par clientélisme, et après elle ose donné des leçons de morale, elle ne respecte même pas la démocratie quand elle est dans l’opposition

  • La plus c** ? avant ou après la France ?
    De toute façon, c’est une constante universelle : mettez la gauche au pouvoir, c’est assurer la ruine du pays.

  • C’est assez intéressant de voir des libéraux défendre le MR.

    D’abord il faut relever que le fonds de l’article est tout à fait pertinent, même si je ne partage pas certains points (la Commission de réformes des pensions s’est désolidarisée de l’accord de gouvernement, et les mesures qui visent à réduire le « handicap salarial » équivalent diminuer de 10% le salaire du cheval pour contrer l’arrivée du train -> Les emplois à faible valeur ajoutée disparaissent de manière inéluctable en Belgique, réduire les charges de 33 à 25% ne fait que définancer les retraites et ne permettra en rien de concurrencer la main d’oeuvre asiatique ou d’Europe de l’Est)

    Bref, ce qu’il y a de plus juste ici c’est de critiquer cette stupide et stérile opposition partisane. Comme c’est bien souligné, des mesures similaires auraient été prises même avec les socialistes au pouvoir, afin de respecter les critères européens.

    Plutôt que de dualiser l’échiquier entre les « social-constructivistes » et les « libéraux responsables » qui sont quand même au pouvoir depuis 15 ans, il serait peut-être intéressant de s’attaquer à la pire forme de syndicat corporatiste qui menace la liberté individuelle de chaque citoyen belge : le parti politique.

    Et le MR est à cet égard un parti comme les autres, un caméléon prêt à bafouer son programme électoral et sa base idéologique, à dire A un jour et B le lendemain pour arriver au pouvoir. Le MR n’est en rien mieux que le PS ou le CDH.

    Je retourne là l’argument selon lequel les socialistes auraient de toute façon pris des mesures similaires pour plaire à la Commission. En quoi le MR a-t-il dès lors pris ses responsabilités de manière courageuse?

    Voter utile, c’est voter blanc. Il n’y a pas de parti libéral en Belgique

    • merci pour tous ces commentaires!

      cher @Oh-Dae-Su, je suis d’accord avec vous : il n’y a pas de parti libéral classique au sens où nous l’entendons ici dans les colonnes de Contrepoints. Toutefois, je suis partisan de RealPolitik au sens où je pense bien humblement qu’il vaut mieux miser sur le cheval le moins constructiviste et participer au pouvoir que de garder les mains pures éternellement dans l’opposition. C’est pour cela que j’ai rejoint le MR – et non le parti libertarien ou le MdL. Dans le même ordre d’idées, tant que le PLD en France n’a personne pour l’incarner – tel un Madelin p.ex. – je suis plutôt partisan d’un Sarkozy même si je ne suis pas dupe de son colbertisme. bien cordialement, phb

      • vous devrez envoyé votre texte à lalibre (dans « opinion »)

        • Je ne suis pas bien sûr que le journal La Libre Belgique accepte cet article. Corentin de Salle s’est fait virer de cette gazette pour moins que cela. Il est vrai que La Libre Belgique se positionne en journal « écolo-bobo » avec un reste de bien-pensance catho, et un article attaquant l’allié naturel des pastèques sera mal vu. Tant qu’à faire, il vaudrait mieux voir si le journal socialiste Le Soir publie un tel article. Mais à mon sens, cet article mérite plutôt une traduction en néerlandais et une publication dans un journal flamand.

          • Cher Célestin, cela fait longtemps que je ne tente plus de faire publier mes articles dans La Libre, Le Soir ou le groupe Vers l’Avenir; ils sont tous liés plus ou moins directement à la gauche et n’acceptent pas la contradiction. En revanche, je vais tenter vers un quotidien flamand sur votre excellente suggestion! Belle après-midi! phb

            • Vivant en situation de concurrence exacerbée, tous nos médias – TV et écrits – ont adopté des méthodes de marketing. Partant d’une segmentation de marché de lecteurs/auditeurs potentiels, chacun tente de racler de manière large : par ciblage des articles / titres / contenu, volontiers adaptés afin de complaire chacun d’entre eux.

              De discussions avec un ami belge : la gazette LaLibre flatte son lectorat des gauches, jadis catho et celles Ecolos (EELV – nos verdâtres français) ; la gazette Le Soir flatte de manière prédominante son lectorat des gauches PS, Ecolos et (? PTB = extrême-gauche belge) ; les gazettes wallonnes sont fort braquées sur le régionalisme (et sur l’esprit syndical de leurs lecteurs). Aucun titre ne se positionne à droite.

              Tous leurs médias vivotent grâce à la PUB (mais revenus en baisse). Les revenus issus de leur lectorat est partout en baisse. Donc l’importance leur est vitale de s’abonner à des subsides gouvernements (sous contrôle PS) comme en France ! En résultat de quoi, tous les canaux sont garanti « AOC » ( Assujettissement d’Origine Contrôlée). Leur crédibilité auprès du public ne cesse de baisser. Mais les masses inertes et bornées continuent à leur faire confiance, par défaut !

  • Bonjour
    et bien merci tout est dit sur cette gauche que je rencontre tout les jours et qui a TOUJOURS RAISON les autres ayant toujours tord.
    Je n’appelle plus cela la gauche mais bien le fasciste de gauche qui a la vérité infuse .
    Nous sommes très loin des pères fondateurs qui eux étaient un peu plus HUMBLENT dans leurs dialectiques;

  • Avis à nos lecteurs et politiciens véreux et surtout toute cette population pro SOCIALISTE et leurs dirigeants de la gauche mafieuse.
    Suite à votre vidéo de propagande révolutionnaire séparatiste d’extrême gauche, je tiens à m’insurger contre cet élan mensonges manipulateurs issue de votre frustration de ne pas pouvoir profiter d’un portefeuille ministériel.
    Pouvez-vous nous citer citez une génération de vos ancêtres socialistes qui n’a pas été impliqué dans une sombre affaire de corruption ou détournement de fonds public! Hein??? J’attends!!!
    Agusta, Van Co & Co, Paul Vanden Boeynants, Elio Di Roupo qui aurait été impliqué dans des faits de pédophilie (je lui laisse la présomption d’innocence), Anne-Marie Lizin, l’assassinat d’André Cools, BELFIUS as Dexia as Crédit Communal, Philippe Moureaux et j’en oublie certainement. Le PS est sans aucun doute le parti le plus corrompu de Belgique et avec leurs confrères français surement les pire gestionnaires des pays de U.E. pour exemple la Wallonie est sans aucun doute la région la moins bien géré d’Europe et si nous continuons à les suivre nous menons nos enfants vers l’enfer commandé par un satanisme socialiste et tous ces militants socialistes et humaniste car ce ne sont que les palefreniers de leurs grand souverain de gauche, sont sans aucun doute sous l’emprise d’ordre sectaire au désirs vénal.
    Cette vidéo est tout simplement de l’incitation à la haine vis à vis du gouvernement mais surtout du M.R., et un soulèvement révolutionnaire, conspirateur dans le seul but de destituer ce gouvernement à fin de reprendre les rênes du pouvoir pour mieux s’en mettre dans les poches.
    « Jamais nulle part ailleurs dans un pays occidental, n’a existé de parti politique comportant autant de gens ayant des démêlés avec la justice que le Parti Socialiste Belge, pour des malversations diverses. Ils sont les champions incontestés des magouilles en tout genre ! »
    NATION.BE
    Que le P.S. agisse de la sorte et accuse à tort le M.R, c’est comme si les RUSSES accusaient les AMERIQUAINS d’avoir construit le mur de Berlin!
    Vous, dirigeants socialiste, jugez les accords pris par le M.R de Mr Michel dans ce gouvernement alors que vous avez avouez que 70% des dispositions prises sont en majeur partie celle qui l’ont été sous votre législature !
    Ne jugez pas mais surtout ne faites pas d’une nécessiter voir même une obligation sur la survie du maintien de notre système sociale une propagande post électoral qui pourrait vous être favorable si notre gouvernement tombait à l’eau.
    Oui, je suis déçu du saut d’index, oui je suis déçu que l’âge de la pension soit reculé à 67 ans et pour en témoigner voici deux exemples :
    -Je connais plusieurs hommes, don 2 que je peux citer, REMY WAUTLET de JODOIGNE qui depuis avant c’est 16 ans à commencer à travailler et qui est indépendant depuis de nombreuses années et qui a 70ans à l’heure actuelle travaille toujours!!! Mon père, ERNST Thierry Ernst qui a commencé à travailler en rentrant à l’armé, à moins de 18 ans et qui à dut partir travailler en France laissant son épouse ici en Belgique et ne pouvant revenir que tous les 15 jours selon les prix des billets d’avion, car pas assez de revenus si il prend sa pension maintenant alors qu’il a lui aussi jamais chômé et à plus de 40 années de service! Pire, ces deux exemples ne sont pas les seuls! + 70% des indépendants doivent travailler au-delà de l’âge légale de la pension!
    Alors que vos militants et autres aveugles de notre réalité économique cessent de pleurnicher! Notre système social et l’évolution de la démographie à un prix! Il faut rester réaliste, nous sommes tous heureux de pouvoir bénéficiez d’une sécurité social: chômage, CPAS, remboursement des soins de santé, pension, éducation, allocations familial, prime pour les activités culturel de vos enfants,…De plus n’oublions pas que les trous dans les caisses de l’état belge ne viennent pas d’un état libéral mais bien de 25 années de mauvaise gouvernance de nos partis socialiste et sociaux chrétien !
    Sachez, que vous avez de la chance de promouvoir, modifier, contourner les lois car sans quoi vous, gangsters en col blanc avec vos auréoles aux dessus de vos têtes, devriez répondre de vos actes devant une commission ou un tribunal. Quand on entend vos commentaires sur les salaires des dirigeants d’entreprise et leurs parachutes dorés, nous, peuple de notre royaume nous suivons dans ce sens alors que vous, les accusateurs êtes les premiers à profiter de ce système capitaliste.
    Combien touchez-vous de salaire ? Vous, qui touchez un rente à vie dès que vous devenez parlementaire, vous qui accumulez les mandats rémunéré, vous qui nous manipulez, oui, sachez que vous devriez être les premiers sur les bancs des accusé et nous sommes en droit de vous demander des comptes car NOUS sommes vos employeurs ! Répondez de vos actes devant la loi devant ce dieux que vous « soit disant » respectez !
    Qu’avez-vous fait de toutes ces sommes récoltées pendant 25 ans ?
    Avez-vous dirigez ce pays en bon père de famille ?
    N’avez-vous jamais mentis, triché, volé et profité de votre statut à des fins personnelles ?
    Jamais vous n’en répondrez ! Car toute question aura toujours une réponse détournée nous manipulant pour préserver votre dictature !
    Aux armes citoyens mais ne vous trompez pas d’ennemis

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexis Vintray.

Les élections qui se sont tenues aux États-Unis le 3 novembre ne concernaient pas uniquement la présidentielle. Étaient aussi en jeu la Chambre des représentants, un tiers du Sénat américain et bon nombre d'élections et de référendums locaux. Les médias mainstream continuent pourtant à se focaliser uniquement sur la défaite désormais quasi certaine de Donald Trump, prenant sûrement plaisir à la sortie d'un président avec qui ils ont eu des relations compliquées de longue date. Une obsession anti-Trump qui masque la ... Poursuivre la lecture

Par Tom Geloen.

Le Mouvement Réformateur se révèle être un parti portant l’étendard du libéralisme, tout en partageant de nombreuses idées constructivistes. Pourquoi ne pas assumer pleinement son identité ?

Le qualificatif libéral est bien connu en Belgique, au point que l’un des partis majeurs de la Wallonie, le Mouvement Réformateur, s’en revendique dès que l’occasion se présente. Qu’en est-il des idées de ses représentants ? S’agit-il réellement d’un parti libéral menant une politique que nous attendons depuis des siècles, o... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

[caption id="attachment_252967" align="alignleft" width="235"] Image libre de droits[/caption]

Il n’avait pas le physique de l’emploi avec sa figure longue et replète encadrée de favoris. Ou du moins, il avait bien le physique de ce qu’il était d’abord : un filateur de laine cardée de la région de Reims. S'il n'avait été que cela, ce patron d'une entreprise de taille moyenne ne serait pas demeuré dans les mémoires. Mais il ne devait pas en rester là. Pierre Louis Prosper Léon dit Léon Harmel (la Neuvi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles