Pierre Moscovici commissaire européen : le braconnier devenu garde chasse

Pierre Moscovici en 2012 2 (Crédits Mathieu Delmestre-Parti socialiste, licence Creative Commons)

Pierre Moscovici, l’ancien ministre des finances qui a conduit la France à ne pas respecter sa parole devient commissaire européen…

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Pierre Moscovici en 2012 2 (Crédits Mathieu Delmestre-Parti socialiste, licence Creative Commons)

Les trois commissions du Parlement appelées à se prononcer (affaires économiques, marché intérieur et commerce) ont approuvé la désignation de Pierre Moscovici par 44 voix contre 12, avec trois abstentions. A la seconde question sur le périmètre de son action, il a été jugé apte à assurer son portefeuille aux Affaires économiques par 32 députés. Quinze ont voté contre, et 12 se sont abstenus, attestant des doutes sur la capacité de l’ex-ministre français des Finances à juger avec impartialité de l’état des finances françaises.

Il s’agissait d’un chantage

Le feu vert des députés à la nomination de l’ancien ministre socialiste des Finances était quasiment acquis après celui obtenu plus tôt dans la soirée par le conservateur espagnol Miguel Arias Canete pour le portefeuille Climat et Énergie. En effet, le groupe PPE (conservateur) avait mis le sort de M. Moscovici en balance avec celui de M. Arias Canete, au centre d’une vive controverse pour de possibles conflits d’intérêt en raison de ses liens avec l’industrie pétrolière. C’était donnant donnant, un incapable aux finances en échange d’un « indélicat » à l’énergie. Un deal auquel les socialistes n’ont rien trouvé à redire et qu’ils ont accepté, trop contents de trouver le moyen de caser Moscovici. Il faut dire que le vent du boulet n’était pas passé loin du crâne, déjà dégarni de l’ex ministre. Son audition avait coïncidé avec la présentation du projet de budget français pour 2015 qui prévoit un déficit public à 4,3% du PIB en 2015, alors que Paris s’était engagé à le ramener à 3%, et qui repousse au calendes grecques, ou plus exactement au prochain gouvernement le respect de la parole de la France.

Une liberté néanmoins surveillée

« Comment être certains que vous serez le braconnier devenu garde-chasse ? », lui avait notamment lancé la députée néerlandaise Sophie In’t Veld (libérale). La réponse se trouve dans les deux vice-présidents que les parlementaires lui ont collés. Il s’agit du Finlandais Jyrki Katainen, chargé de la croissance et de la compétitivité, et du Letton Valdis Dombrovskis, chargé de la zone euro. Tous les deux de solides libéraux qui n’ont pas hésité, en particulier le Letton, à appliquer des recettes drastiques qui ont permis à leurs pays, après une courte période difficile, de rebondir et de ne plus être à la remorque de l’Europe.

Sur le web