Un périple autour du monde : On a voulu l’aventure, on l’a eue, et on ne regrette rien

On ressent cette sensation lorsqu’on contacte les personnes restées en France : on se rend compte de ce qu’était notre ancienne vie, et maintenant, ça nous fait peur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cigarettes whisky credits great beyond (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un périple autour du monde : On a voulu l’aventure, on l’a eue, et on ne regrette rien

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 7 octobre 2014
- A +

Parce qu’un con qui marche va toujours plus loin qu’un intellectuel assis, deux frères sont partis sur les routes depuis de longs mois, traversent les frontières, les villes et les campagnes à l’occasion d’un tour du monde à durée indéterminée, sans casques ni golden-parachutes. Au fil de leur voyage, ils livrent leurs impressions sur des expériences qui les ont marqués.

Aujourd’hui, bilan d’étape.

Par Greg.

cigarettes whisky credits great beyond (licence creative commons)

Après deux ans d’Australie, il n’est pas vraiment facile de vous parler du pays puisque nous étions entrés temporairement dans la vie active et n’avons que très peu bougé. C’était surtout l’occasion de renflouer les caisses et du coup, de faire un peu le point sur ce qu’on a vécu jusqu’ici. Ça, ce n’était pas vraiment prévu en arrivant mais les souvenirs d’un an et demi sur les routes rejaillissent trop souvent pour ne pas voir ce qui a changé.

Alors que le projet mûrissait depuis des années, je me demandais les premiers jours du voyage ce que j’étais en train de faire, quel sens ça pouvait bien avoir. Tout en voulant absolument poursuivre, je ne savais pas trop ce que ça allait m’apporter. Ce sentiment a été à son paroxysme juste après la descente des Alpes jusqu’à complètement disparaître en quelques semaines. Au bout d’un mois j’ai vraiment su que j’avais raison de voyager quand justement,  je réalisais que cela ne faisait qu’un mois alors que j’avais l’impression d’être parti depuis des années. Comment avais-je pu passer à côté d’un truc pareil pendant toutes ces années de routine ? Le temps semblait ralentir pendant que je voyageais, j’étais quasiment capable de dire ce que j’avais fait chaque jour du mois précédent alors que j’ai l’habitude de ne pas me souvenir de la veille.

Jamais le même lit, la même ville, le même restaurant aux tables collantes (mais souvent le même plat), les mêmes paysages, habitants, langages, cultures, comportements, etc. Toutes nos habitudes sont bousculées quotidiennement. On découvre plus de choses en deux mois que les 20 années précédentes et ça envoie quand même un sacré électrochoc. On ressent régulièrement cette sensation lorsqu’on contacte les personnes restées en France : alors qu’on pourrait s’étaler pendant des heures sur ce qu’on vit, on se rend compte de ce qu’était notre ancienne vie, et maintenant, ça me fait peur. J’aurais pu rester en France dans mon dernier boulot, à 2000€ / mois. On m’a dit que c’était une bonne main pour un début de carrière, je n’y ai pas cru et j’ai tenté d’y aller au culot.

Résultat, je me retrouve à avoir parcouru l’Europe, l’Asie, l’Océanie et très sûrement plus de chiffres sur mes comptes que si j’étais resté pendant tout ce temps-là dans mon dernier emploi (entreprise qui depuis a viré le directeur d’agence et a connu la démission de nombreuses personnes… si c’est pas un signe ça ?). Si je n’ai jamais été attaché à la sécurité de ma situation, je comprends que certains se soucient de la leur (un minimum hein, je ne parle pas de ceux qui entrent dans la fonction publique dans ce but ; là on peut pas discuter) mais je ne crois pas pouvoir un jour entrer dans ce cadre, surtout après un tel voyage. Je ne fais plus partie de ce monde-là. Et puis les séjours au Laos et en Papouasie notamment, même si j’ai adoré le temps que j’y ai passé, m’ont confirmé que le manque d’initiatives et de changements est rapidement ennuyeux. En bref, les plans de carrière, le salariat et les communautés de décroissants, ça me fout les miquettes. J’ai besoin d’aventures, de risques, d’imprévu et un milieu où je ne peux pas me permettre de juste attendre bêtement que la journée passe.

Évidemment, on peut aussi se viander méchamment, c’est la vie. L’important c’est au moins d’essayer.

« Si nul ne prenait jamais de risques,
Michel-Ange aurait peint les planchers de la chapelle Sixtine. »
– Neil Simon

P1050317

 

« Je ne changerais pas de place avec le vice-roi en personne »

voyage rené le honzecL’homme qui voulut être roi, avec Sean Connery et Michael Caine (le film préféré des deux acteurs, c’est dire s’il vaut le coup d’œil vue leur filmographie respective) est un film que j’adore. C’est l’histoire de deux aventuriers, anciens soldats de l’Empire britannique en Inde qui décident de partir au Kafiristan pour y devenir rois, avec la b… et le couteau comme on dit. Ils tiennent ce dialogue alors qu’ils s’apprêtent à mourir gelés en montagne :

— « Peachy, je voudrais ton opinion. Est-ce que nous avons vécu bêtement ?
— Eh bien ça dépend de ton point de vue. Je ne dis pas que le monde soit devenu meilleur de nous avoir vu naître.
— Ce serait exagéré.
— Et pas une larme ne coulera à l’annonce de notre trépas.
— De toutes façons je ne veux pas qu’on pleure.
— On n’a pas tellement de bonnes actions à notre crédit.
— Non. Pas de quoi se vanter.
— Mais combien d’hommes sont allés où nous sommes allés, et ont vu ce que nous avons vu ?
— Pas tellement, c’est indubitable.
— Même maintenant, je ne changerais pas de place avec le vice-roi en personne s’il me fallait cracher sur mon passé.
— Moi non plus. »

Aujourd’hui je ne sais pas ce que je ferai plus tard, quand cela s’arrêtera, où et comment je vivrai, je suis loin de tout ce que j’ai connu, et même dans les pires moments de galères je ne changerais pas de place avec le vice-roi en personne s’il me fallait cracher sur ma situation.

Bref, c’est bon l’aventure.


Sur le web 

Lire les autres épisodes de la série :

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Bon article : Bouffée d’air pur !

  • Cool ! Bon voyage !!!! all the best & take care

  • Bravo pour cet article. Toutefois, cher auteur, sache que le film dont tu es fan est l’adaptation d’une nouvelle de Rudyard Kipling, que je t’incite très fortement à lire. Tu la trouveras dans The Phantom ‘Rickshaw and other Eerie Tales. Bonne lecture !

  • Bon talents d’écriture. Des propos justes: ceux que nous vivons avec notre famille en voyage autour du monde depuis 3 ans … En bateau. D’ailleurs nous partirons des Fiji pour la Nouvelles Zélande fin Novembre. Pourquoi ne pas se rencontrer si vous y êtes encore.
    Bravo a vos billets encore, « le voyage vous fait et vous défait » N. Bouvier.

  • Les voyages forment la jeunesse ! Et même les moins jeunes …
    Se prendre en charge sans attendre que les autres ou le système vous aspirent et que l’o n perde son âme…

    « L’aventure » revêt de nombreuses formes ! Je pense qu’un Pierre Curie était un aventurier..s’irradier la tronche pour découvrir un nouvel élement, faut en avoir aussi etc.
    Allez contre les idées conformistes idem.
    Se déranger pour les autres sans rien attendre itou !
    Risquer tout ce qu’on possède pour un projet quel qu’il soit
    etc.

  • Merci de me faire voyager sans bouger…Je suis un intellectuel assis après avoir un peu vadrouillé dans ma jeunesse et beaucoup, beaucoup vadrouillé dans les livres qui m’ont beaucoup appris et m’apprennent toujours, comme , en plus, l’internet. Et j’ai beaucoup, beaucoup aimé mon compatriote Celte Sean Connery dans « L’Homme qui voulut être roi ». Bons voyages!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Australie Royaume-Uni USA
0
Sauvegarder cet article

Par David Camroux. Un article de The Conversation

L’alliance AUKUS, réunissant l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis, a officiellement vu le jour le 22 novembre 2021, lors d’une cérémonie de signature discrète à Canberra, environ deux mois après l’annonce publique et spectaculaire de l’accord par les dirigeants des trois pays concernés.

Dans l’intervalle, une avalanche d’analyses s’est concentrée sur les aspects stratégiques et géopolitiques de cette entente pour l’Australie et les États-Unis, tendant à minimiser ses dyn... Poursuivre la lecture

L’Angleterre et l’Australie ne sont plus aux antipodes. La géopolitique post-Brexit opère un bouleversement copernicien sur le plan du commerce international et de la libre circulation.

Boris Johnson a admis que l’adhésion de la Grande-Bretagne à la CEE en 1973 et la fin de ses conditions commerciales préférentielles avec le Commonwealth « ont eu des effets assez dévastateurs sur de nombreux agriculteurs australiens ». Le ministre australien du Commerce a déclaré que l’accord commercial post-Brexit « corrigerait un tort historique ».Poursuivre la lecture

zéro-covid Australie
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Dans un précédent billet, j'évoquais le glissement de certains pays vers de dangereux marécages dictatoriaux. Or, pour mesurer la vitesse de délitement, rien de tel que deux instantanés à quelques jours de distance.

Avant tout, oublions pudiquement la France dont les instances en sont maintenant au même point qu'Israël à envisager fort sérieusement d'annuler la validité du pass pour ceux qui refuseraient la troisième petite dose. D'une part, il serait malvenu de rappeler que les vilains complotistes évoquaient exactemen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles