Pas d’intervention belge en Irak et en Syrie !

Le Parti Libertarien belge soutient la lutte contre le terrorisme islamiste, mais estime que la guerre n’est pas une solution face à cette menace.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Syrie CC flickr Bernard-G

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pas d’intervention belge en Irak et en Syrie !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 septembre 2014
- A +

Une tribune de Patrick Smets, depuis la Belgique

Syrie CC flickr  Bernard-G

Le Parti Libertarien souhaite que la Belgique s’abstienne de toute intervention militaire en Irak et en Syrie, tant pour des questions de fond que de forme. D’une part, cette implication dans une guerre civile est inopportune, illégale et dangereuse. D’autre part, un gouvernement en affaires courantes ne dispose pas de la légitimité nécessaire pour conduire une telle action. Le vote des parlementaires ne garantit pas un contrôle démocratique suffisant sur un gouvernement qui ne bénéficie pas de la confiance des représentants du peuple.

Sur le fond, le Parti Libertarien rappelle qu’il y a un an, suite à l’attaque au gaz sur la Ghouta, la communauté internationale fut sur le point de s’engager militairement auprès des ses ennemis actuels. Cette péripétie prouve la complexité de la guerre civile actuelle et l’impossibilité de prendre position lorsque chaque camp compte autant d’assassins que de victimes. Pourquoi la Belgique devrait-elle prendre parti dans cette guerre lointaine ? Et qui allons-nous soutenir ? Le gouvernement irakien se résume à une bande de corrompus chiites dont la politique sectaire a créé les conditions de la crise actuelle. Sur le terrain, les troupes régulières sont depuis longtemps en déroute. Les combattants que nos frappes aériennes soutiendront appartiennent à des milices chiites formées par le Hezbollah. Quels nobles alliés que voilà ! Le soutien de circonstance aux Talibans dans les années 90 ne nous a-t-il vraiment rien appris ? Enfin, les frappes en Syrie étant indispensables mais parfaitement illégales, nous serons obligés de les négocier avec le criminel de guerre Bashar el-Assad. Comment pourrions-nous accepter, sans débat réel, d’engager la Belgique dans cette guerre civile où nous n’avons le choix qu’entre la peste et le choléra ?

Par ailleurs, rien dans le droit international n’oblige la Belgique à participer à l’opération. Il n’y a pas de mandat de l’ONU et ce n’est pas une action de l’OTAN. Il s’agit d’une alliance de circonstance à laquelle la Belgique peut parfaitement choisir de ne pas prendre part. Vu la situation actuelle d’un gouvernement en affaires courantes, le Parti Libertarien estime plus conforme à l’esprit de la constitution que la Belgique s’abstienne de participer. Le déplorable précédent de la guerre en Libye, déclenchée par le gouvernement démissionnaire Leterme-Reynders, bénéficiait encore d’un mandat de l’ONU. Ce n’est pas le cas aujourd’hui et rien ne justifie de sortir du cadre des affaires courantes. Une guerre à l’étranger est un sujet grave et qui n’a jamais été abordé lors de la dernière campagne électorale. On peut donc s’interroger sur la légitimité même du parlement de voter cette intervention. De plus, une fois le feu vert accordé par les députés, qui contrôlera l’action du gouvernement ? Comment sanctionner un ministre qui agit déjà sans disposer de la confiance du parlement ?

Le Parti Libertarien soutient la lutte contre le terrorisme islamiste, mais la guerre n’est pas une solution face à cette menace. Voilà dix ans que les occidentaux sont militairement actifs en Irak et nous voyons aujourd’hui combien cette action est inefficace. A-t-on instauré une démocratie stable ? Non. A-t-on apporté la paix ? Non. A-t-on réduit les risques terroristes ? Même pas !
Qui est assez naïf pour croire que quelques bombes de plus changeront la situation ? Au contraire, elles contribueront à cliver les opinions et à alimenter la haine de l’Occident qui fait le lit des terroristes. Et nous aurons peut-être un jour à payer cette nouvelle intervention militaire.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Propos récents d’Alain Bauer: « on ne fait pas la guerre aux terroristes. Le terrorisme relève de la police et du renseignement. »

  • Quand on dit que la guerre n’est pas une solution, il faut proposer des solutions crédibles;;;ce n’est pas le cas. Je suis désolé, quand je vois des chrétiens crucifiés, des femmes et des enfants massacrés, … je ne fair plus de philosophie , et je me fiche du droit, constitutionnel belge!

  • un parti croupion pesant 1,5% de la population belge forcerait le pays entier à s’abstenir d’intervenir ?

    je reconnais là toute la sagesse pseudo-intellectuelle et dogmatique de ses meneurs !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture
1
Sauvegarder cet article

On reparle d’un éventuel rattachement de la partie francophone de la Belgique à la France. Ce débat est un serpent de mer qui réapparaît périodiquement[1. Tribune de Jules Gheude, écrivain belge et militant wallon prônant le rattachisme, le 7 mai 2022 dans Le Monde : « Et si, en 2024, la Wallonie devenait française ? »] parce qu’il a une certaine logique, mais les conditions de ce rattachement sont-elles vraiment réunies ?

La Belgique est profondément divisée, linguistiquement et politiquement et chaque Belge a sa vision passionnée du ... Poursuivre la lecture

ur
3
Sauvegarder cet article

Notre cinquième Centre du progrès est la ville mésopotamienne d'Ur pendant ce qu'on appelle la Renaissance sumérienne, au XXIe siècle avant J.-C.

Ur était alors la capitale d'un roi nommé Ur-Nammu. Sous sa direction, la ville a publié le plus ancien code juridique existant au monde, le code d'Ur-Nammu, qui précède de trois siècles le code d'Hammurabi, plus connu. Le code de lois d'Ur-Nammu, gravé sur des tablettes de terre cuite et distribué dans tout son royaume, a représenté une avancée significative dans l'histoire de la civilisatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles