Immobilier : le marché locatif tendu

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Immobilier : le marché locatif tendu

Publié le 11 septembre 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

L’excellente étude « Clameur des marchés locatifs » vient de sortir. Plusieurs points méritent d’être relevés.

marchélocatif1

 

Tout d’abord, la mobilité résidentielle, qui fait le marché, est en baisse. En forte baisse. Quels sont les éléments constitutifs de cette mobilité ?

L’emploi

Il n’y a plus de région en France où l’emploi se développe de telle manière à attirer de nouveaux résidents. L’opportunité. Déménager génère des coûts. Même si un certain nombre de familles sont prêtes à des sacrifices pour des raisons sociologiques (nouvelle adresse permettant d’échapper à l’établissement scolaire imposé par la carte, se rapprocher d’un lieu de travail, se rapprocher de transports en commun…), le niveau de vie baissant et le poste logement restant le premier poste du foyer, les économies le touchent aussi.

Non renouvellement de bail

Les propriétaires sont aussi enclins au conservatisme. La multiplication des impayés totaux ou partiels, les dégradations, l’augmentation de la fiscalisation des revenus locatifs, les menaces sur l’encadrement des loyers et la peur suscitée par les menaces de l’ex-ministre du logement quant à de possibles réquisitions poussent les propriétaires à jouer la carte de la prudence et à conserver les locataires qu’ils ont, plutôt que tenter l’aventure du changement.

La pénurie d’offres

La chute vertigineuse de logements locatifs neufs, consécutive à la politique désastreuse de l’ancien ministre du logement, pousse bien évidemment au statu quo. Tous ces facteurs conjugués ont créé un immobilisme.

Le niveau de la vacance locative

Corollaire du point précédent, toujours selon les données de l’observatoire « Clameur des marchés locatifs privés », le niveau de la vacance locative (soit le temps pendant lequel un logement reste vide entre deux locations) est aujourd’hui de 8,1 semaines en moyenne. Sur un an, cela équivaut, pour les propriétaires, à une perte de 4% sur le montant des loyers perçus. Sur la période 2008-2014, la vacance locative a progressé de 23,1%, soit une hausse de 4,3% en moyenne chaque année.

Cette atonie du marché peut-elle être imputée au niveau des loyers ? Clairement non, puisque ceux-ci ne cessent de baisser. Ils baissent dans certaines régions ou villes de manière importante ou de manière relative dans le sens où leur évolution est inférieure à celle du coût de la vie. Certains affirmeront que cette modération ou baisse des loyers n’est pas suffisante puisqu’ils réclament la mise en place du régime de « blocage » des loyers… Parmi les plus acharnés, le maire de Lille.

Il est vrai que Lille est la ville de France où les loyers continuent d’augmenter. L’exception. Cela est dû à des circonstances très particulières, à un contexte spécifique. Le TGV a mis Lille à une heure de Paris, la métropole rayonne au-delà de la France, la ghettoïsation de certaines des communes périphériques poussent les Français moyens vers le centre. Il n’empêche que l’activité urbanistique et immobilière est, depuis dix ans, source de revenus réguliers et importants pour la ville, qui s’est bien gardée de réinvestir pour accroître l’offre et maintenir les prix… C’est toujours plus facile de profiter du « pouvoir » dont on dispose pour spolier autrui que pour s’imposer la rigueur de la gestion.

marchélocatif2


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Attention
    vous avez écrit :

     » … poussent les propriétaires à jouer la carte de la prudence et à conserver les locataires qu’ils ont, plutôt que tenter l’aventure du changement.  »

    Pardon de vous contredire, mais en aucun cas le propriétaire peut changer de locataire de son propre chef. Le bail est acquis au locataire et reconduit de façon tacite, en aucun cas le propriétaire peut donner congé à un locataire pour le remplacer par un autre locataire. C’est parfaitement illégal. Le propriétaire ne peut donner conger au locataire qu’en dénonçant le bail par lettre recommandé 6 mois avant son échéance et ceci pour les raisons suivantes : Soit pour s’y loger ou y loger un membre de sa famille proche, soit pour vendre le bien immobilier. Mais jamais un proriétaire ne pourra virer son actuel locataire sous pretexte qu’il pue des pieds ou autre motif même valable et remettre le bien en location.

    • moi, j’ai déjà fait partir un locataire parce que son loyer était insuffisant. et j’ai respecté la lettre de la loi.
      pas l’esprit de la loi, bien sûr, puisque l’esprit de la loi est de protéger excessivement le locataire.

  • Le locatif existe parce que la politique du logement existe
    En aquitaine la Lgv va mettre Paris à 2h de bordeaux. Intérêt général oblige la ville de repenser la revitalisation de son urbain.
    Selon les penseurs ecolo, c’est la faute à la construction en milieu rural ou plutôt péri urbain.
    La solidarité c’est quoi ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

par h16

Il y a quelques semaines, je notais, consterné, que la transition écologique devenait doucement mais sûrement l'excuse facile et pratique pour tabasser juridiquement et fiscalement les automobilistes : moyennant une stigmatisation des voitures âgées ne répondant pas à des normes de plus en plus drastiques et déconnectées de la réalité, on allait enfin pouvoir interdire aux pauvres de se déplacer de façon autonome et ne laisser ce privilège qu'aux classes supérieures (celle qui votent comme il faut). L'aventure ne pouvait bien é... Poursuivre la lecture

Par Henry Bonner.

Les débats sur un possible reconfinement permettent d’occulter les dégâts économiques. La reprise économique est pleine de surprises, pas nécessairement bonnes, loin de là.

Le sujet du jour dans les médias : le confinement qui revient dans un certain nombre de pays.

Les élus démentent toute possibilité de retour en arrière ici en France…

Pourtant, ils avaient aussi écarté la possibilité du passe-vaccinal. Voici un extrait de LCI de décembre 2020 :

Non, le vaccin contre le coronavirus ne ser... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'IREF Europe.

En 2018, le taux de prélèvement obligatoire en France s’établissait à 45 % du PIB et se décomposait en trois parts principales :

53,7 % pour les administrations de sécurité sociale (ASS), 31,6% pour les administrations publiques centrales (APUC), 14,3% pour les administrations publiques locales (APUL).

Soit 6,4 points de PIB contre seulement 4,3 en 1986.

Les dépenses des APUL ont crû principalement du fait des Actes I et II de la décentralisation, mais aussi par l’applic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles