La démocratie africaine est mal partie

Peut-on dire que les valeurs démocratiques ne sont pas compatibles avec les valeurs de la société africaine ? N’est-ce pas simplement un problème de méthode de démocratisation ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
filles Afrique credits Rod Waddington (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La démocratie africaine est mal partie

Publié le 10 septembre 2014
- A +

Par Louis-Marie Kakdeu.
Un article de Libre Afrique.

filles Afrique credits Rod Waddington (licence creative commons)

De nos jours, le livre polémique de René Dumont paru en 1962 pourrait s’intituler La démocratie africaine est mal partie. Dans la version originale, L’Afrique noire est mal partie, l’auteur déplorait déjà une « Afrique cliente de l’Europe ». Cette relation entre l’Afrique et l’Occident demeure polémique en matière de démocratie. Remonter à Dumont permet de modérer ce débat qui n’a jamais disparu sur la non-préparation de l’Afrique à la liberté et sur l’inadéquation du modèle occidental pour le continent. Déjà, en 1990, comme le rapporte Jeune Afrique N°1523 du 12 mars 1990, Jacques Chirac, alors Premier ministre français, déclarait à Abidjan que la démocratie (multipartisme) était « un luxe » et « une erreur politique » pour l’Afrique.

Dans les faits, peut-on dire que les valeurs démocratiques ne sont pas compatibles avec les valeurs de la société africaine ? N’est-ce pas simplement un problème de méthode de démocratisation ? Est-il possible pour l’Occident de promouvoir la démocratie en Afrique avec des méthodes anti-démocratiques ?

Une démocratie africaine sans Africains ?

La démocratie suppose la représentation aux instances de prise de décision et la participation aux prises de décision. En prenant des décisions sur l’Afrique en absence des Africains, la communauté internationale viole ce principe démocratique et soulève des problèmes d’éthique. Par exemple, comment expliquer que les interventions militaires sur le sol africain se fassent contre l’avis de l’Union africaine comme ce fut le cas en Libye en 2011 ? Comment expliquer que la sécurité au Nigeria se soit discutée plutôt en France le 17 mai 2014 au lieu de se discuter en Afrique et mieux, à l’Union africaine dans le cadre d’un dialogue interafricain ? En l’état, la démocratie est délégitimée sur le continent qui la perçoit comme un outil occidental de domination du monde. Il convient donc d’ouvrir les instances internationales comme le Conseil de sécurité des Nations Unies aux États africains et d’y développer des mécanismes de transmission de la volonté populaire conformément à l’article 21, paragraphe 3 de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1945 qui stipule que « la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ».

La démocratie suppose aussi la transparence dans le pilotage des affaires publiques et la souveraineté du peuple. Or, on observe que l’ingérence humanitaire en Afrique se transforme très vite en une idéologie des droits de l’homme. On peut parler de « pétrodémocratie » en référence à la volonté des puissances occidentales de manipuler la démocratie pour garder la mainmise sur les richesses du sous-sol africain. En effet, « l’aide au développement » est présentée comme une « prime à la démocratie » mais, le prétexte des droits de l’homme est souvent utilisé pour déstabiliser les régimes « libres » qui menacent les intérêts impérialistes. En ce qui concerne la France par exemple, tout part de La Baule où, faisant suite au vent de la liberté dans le monde (chute du mur de Berlin), le Président François Mitterrand décréta la démocratisation de l’Afrique le 20 juin 1990 lors de la 16ème Conférence des chefs d’État d’Afrique et de France. Le Président français avait dit en substance que le vent de liberté qui avait soufflé à l’Est devait aussi souffler en Afrique.

En effet, les 37 pays (Chefs d’État) présents étaient invités à accélérer leur processus de démocratisation afin de pérenniser leurs échanges avec le Nord. C’était un discours de « démocratie contre échange » qui avait malheureusement marqué le tournant du transfert des priorités des pays africains des affaires intérieures vers les affaires extérieures. L’objectif politique était dès lors de plaire à la France. Le curseur de la démocratie est tenu par les forces étrangères en fonction de leurs intérêts à elles. Ce sont elles qui déclarent une élection libre et transparente de façon discutable et ce sont elles qui déclarent un régime fréquentable, légitime ou non. Par exemple, le coup d’État est tantôt condamné comme celui du capitaine Sanogo au Mali en 2012 et tantôt accepté comme celui de Michel Djotodia en RCA en 2013. Cela pose un problème d’égalité de traitement si chère à la démocratie. Aussi, la communauté internationale n’intervient promptement que dans des pays où les intérêts internationaux sont importants. Parlant toujours de la RCA, la situation humanitaire s’est considérablement dégradée avant l’intervention internationale.

Enfin, la démocratie suppose le respect des droits fondamentaux comme le droit de choisir et même de plus en plus le droit à la différence. Elle est fondée sur un principe de tolérance et pourtant, la thèse universaliste (rejet des différences culturelles) des droits de l’homme se révèle être porteuse d’intolérance en faisant passer ses idées comme des dogmes qu’on ne saurait critiquer ou questionner sans se placer en dehors de l’humanité. La démocratisation importée est assimilée à une occidentalisation de l’Afrique (mission civilisatrice) qui provoque du rejet à travers la montée des micro-nationalismes. Ainsi, est considéré comme terroriste et ennemi de l’Occident, toute personne qui « défie » cette « civilisation ». À ce sujet, le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, avait déclaré au sommet de Davos le 23 janvier 2004 : « La guerre contre le terrorisme peut parfois aggraver ces tensions et faire naître des préoccupations en ce qui concerne la protection des droits de l’homme et des libertés civiles ». Pire, certaines « grandes ONG » sont dirigées par une « élite des droits de l’homme » qui agit en symbiose avec les « grands donateurs » et les pouvoirs politiques (africains ou occidentaux) et livrent des rapports discutables. Il s’agit de la « philanthropie hégémonique » qui gangrène le jeu démocratique en Afrique.

Finalement, on se rend compte que dans le débat africain, ce n’est pas la démocratie (libérale ou participative) qui est coupable, mais les méthodes impériales de démocratisation adoptées. L’Occident s’est constitué en « caution pour la démocratie de façade ». Il convient de prêcher par l’exemple en démocratisant l’intervention internationale en Afrique.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • On parle de la démocratie africaine, très intéressant comme sujet. Je me demande si nous sommes censé exprimer librement nos pensées. A mon avis, la vraie démocratie ne peut pas être existé. Elle a pris une autre forme dans certains pays du monde.

  • Juste une précision en 1990 c’était Rocard le premier ministre.

  • Belle tentation pour échapper à la question première. La démocratie a un unique sens qui est universel: l’égalité entre tous les hommes. Ainsi le suffrage universel vient mettre fin à l’absolutisme et au favoritisme d’un pouvoir héréditaire et imérité(le Gabon ne comprend rien). La démocratie à l’africaine n’excuse pas l’inégalité, la justice est pour tous.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont signé en septembre 2023 la Charte créant l’Alliance des États du Sahel (AES). Ces trois pays ont annoncé leur retrait de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) le 28 janvier 2024.

Un article de Marc Raffinot, Économie du développement, Université Paris Dauphine – PSL et François Giovalucchi, Conseil Scientifique, Faculté des Sciences Sociales, Université Catholique de Madagascar (UCM).

Le général Tiani, chef de la junte nigérienne, a fait part le 11 février 20... Poursuivre la lecture

Chaque 26 juin, la Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues rappelle combien les drogues (licites et illicites) ont une importance majeure d’un point de vue de santé publique et relèvent d’une dimension globale, au-delà des politiques nationales.

Au cours des dernières années, l’augmentation des saisies de cocaïne en France et ailleurs et la multiplication des violences – telles que les narchomicides à Marseille – ont attiré l’attention sur la puissance croissante des groupes internationaux engagés dans le trafic (notamme... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Depuis 2017, la Russie a accéléré son retour en Afrique en s’appuyant sur le levier sécuritaire, des intérêts économiques bien ciblés et son influence médiatique. Une situation de nature à inquiéter les anciennes puissances coloniales au rang desquelles la France, et par extension, le monde occidental. L’Afrique serait-elle de nouveau l’un des théâtres des antagonismes Est/Ouest ? Cependant, la présence russe en Afrique est à relativiser dès lors qu’on la compare à celle des puissances historiquement influentes et celle d’arrivants plus récen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles