L’optimisme libéral, par Bertrand Russell

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bertrand Russell credits Aldo C. Benedetti (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’optimisme libéral, par Bertrand Russell

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 août 2014
- A +

Bertrand Russell credits Aldo C. Benedetti (licence creative commons)Bertrand Russell (1872-1970) fut à la fois un grand mathématicien et un grand logicien. Il était également libéral au sens qu’on donnait à ce mot au début du 20e siècle : les progrès de la science et la rationalisation de la politique devaient nécessairement aboutir à l’amélioration globale du bien-être de l’Humanité. Son Histoire de la philosophie occidentale témoigne de cet optimisme, qui prend sa source dans la tradition intellectuelle de la fin du Moyen âge et ne s’effacera qu’avec l’expérience traumatisante des deux guerres mondiales :

Le libéralisme primitif était optimiste, énergique et philosophique parce qu’il représentait les forces grandissantes qui paraissaient devoir être victorieuses sans grandes difficultés et apporter par leur victoire de grands bienfaits à l’Humanité. Il était opposé à tout ce qui était médiéval, en philosophie comme en politique, parce que les théories du Moyen âge avaient été utilisées pour sanctionner le pouvoir de l’Église et du roi, pour justifier la persécution et faire obstacle aux progrès de la science mais il était aussi opposé aux fanatismes, alors modernes, des calvinistes et des anabaptistes.

Il voulait la fin des luttes politiques et théologiques afin de libérer les énergies pour les entreprises plus vivantes du commerce et de la science, pour la théorie de la gravitation et la découverte de la circulation du sang. Dans tout le monde occidental, la bigoterie faisait place à la lumière, la crainte de la puissance espagnole prenait fin, toutes les classes de la société s’enrichissaient et les plus grands espoirs paraissaient devoir être sanctionnés par les esprits les plus sobres. Durant un siècle, rien ne vint obscurcir ces espoirs. Puis enfin, ils engendrèrent eux-mêmes la Révolution française qui conduisit directement à Napoléon et la Sainte Alliance. Après ces événements, le libéralisme dut reprendre des forces avant que la nouvelle vague optimiste du XIXe siècle devienne possible.

Source : Bertrand Russell, Histoire de la philosophie occidentale, Les Belles Lettres, vol. 2, p. 684 (trad. H. Kern).

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Misère, j’ai été voir sa fiche wikipédia point effair où il est écrit dans l’intro « Il […] défendit des idées proches du socialisme de tendance libertaire »…

    J’ai regardé dans la discussion, j’adore la tentative de récupération idéologique et la démonstration d’autoritarisme des petits ministres wikipédiens de la vérité
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Bertrand_Russell#absence_d.E2.80.99adh.C3.A9sion

    Sur wiki anglais, ça donne : « At various points in his life he considered himself a liberal, a socialist, and a pacifist, but he also admitted that he had never been any of these in any profound sense. »
    Ce qui est tout de même plus impartial…

  • quelques citations de B. Russell : http://uplib.fr/wiki/Russell

  • Cela sent le déterminisme qui mène au socialisme.

    Je lis actuellement « Knowledge and power », de George Gilder:
    En fait l’économie n’est pas déterministe, et la prospérité exige un cadre stable permettant à l’innovation de se propager (et donc à la Communauté, au sens de Bastiat, de croître).

    La théorie de l’information valide donc le principe moyenâgeux de distinction entre le spirituel et le temporel (là c’est moi qui le dis), qu’on peut aussi justifier par le principe d’incomplétude de Gödel (aucune construction logique ne peut démontrer ses propres prémisses) et le préjugé déterministe s’avère une superstition.

    Le constat empirique de la stupidité du socialisme, ou celui historique de l’incomparable prospérité de l’Occident depuis mille ans, trouve ici sa démonstration théorique.

  • Je ne suis pas un grand connaisseur des idées profondes de B. Russell, mais le peu que j’en sais me le faisait plutôt passer pour un socialiste « tendance anglaise », donc plus modéré en apparence.

    Il y a assez de grands penseurs authentiquement libéraux pour ne pas chercher à faire adhérer tout le monde au club.

    C’est assez irritant cette tendance à vouloir faire entrer les célébrités dans nos chapelles (quelles qu’elles soient) sauf bien sûr s’il s’en sont revendiqué clairement et que cela est clair. Sinon je suis sûr qu’on peut trouver quelque part des gens qui à coup de citations tronquées ou sorties de tout contexte feront de M. Rothbard un émule de Marx et Lénine. Ou soutiendront que Jésus était musulman.

    • « dans nos chapelles ». No comment.
      A part cela, vous avez totalement raison. Bertand Russell n’a rien à faire ici : ça le déshonore.

    • Je suis assez d’accord avec votre point de vue.

      Je trouve que B.Russel est très mal connu en France à tort. Il jouit aussi de l’ostracisme dont fait preuve intelligentsia française envers les penseurs anglo-saxons et états-uniens.

      Libéral au sens moderne ( libertarien par exemple ) surement pas. Mais ce qui vaut sont rejet en france c’est justement qu’il n’incarne pas une tradition Rousseauiste, contrat social et autre foutaise…

      De là a en faire un pur libéral, je ne suis pas sur de ça.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bertrand Hartemann.

La sortie de Matrix 4 Resurrections est l'occasion de revenir sur cette saga emblématique. Écrit et réalisé par les Wachowski, il reste un objet de fascination. Ce patchwork culturel tisse des liens entre l’art du kung-fu, les mangas japonais, la philosophie post-structuraliste ou encore la culture cyberpunk. Outre le fait d’être un monument de la pop culture, c’est surtout une formidable machine herméneutique invitant à des jeux de piste théoriques. Le film façonne une réflexion, plus que jamais d’actua... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Damien Theillier.

De nos jours la philosophie est devenue un phénomène de masse. Elle est partout : dans les magazines, sur internet, dans les forums, à la télévision, dans les cafés. Le philosophe lui-même n’échappe pas à la starisation médiatique. Souvent d’ailleurs il est invité à s’exprimer sur des sujets qui ne sont pas de sa compétence directe : l’économie, la psychologie, le climat etc.

Mais pour certains, la philosophie est déconnectée de la vie, elle n’est rien de plus qu’une analyse du langage, une spéculation vide... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

Les politiciens doivent-ils nous faire rêver ? Ont-ils pour fonction de peindre un avenir radieux ? Bien entendu, le paradis terrestre n’existera que s’ils sont au pouvoir. Leurs opposants sont toujours mauvais et la société qu’ils promettent à rejeter. Cette dérive puérile et manichéenne du discours politique est certainement favorisée par les médias.

Les politiciens professionnels s’imaginent que pour exister il faut frapper fort par le verbe, au risque de tomber dans l’outrance ou dans le ridicule. En obse... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles