Mon psy est déjanté !

Alors que j’aurais pu être choqué d’être qualifié de déjanté, je ne le suis pas. J’assume parfaitement d’être hors norme dans ma manière de pratiquer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chat fou (Crédits Going Crazy, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mon psy est déjanté !

Publié le 10 août 2014
- A +

Par Philippe P.

Chat fou (Crédits Going Crazy, licence Creative Commons)Dans ma profession, quand les patients nous choisissent, tous les confrères adoreraient que ce soit pour des raisons positives voire exceptionnelles. Ainsi, on aimerait que ce soit pour notre professionnalisme, nos publications, notre culture ou que sais-je encore. Je n’y échappe pas. Même si je lutte contre l’ego, je n’en suis pas dépourvu et moi aussi j’aimerais croire que j’ai été élu parce que l’on a distingué en moi quelque chose d’exceptionnel.

Hélas, Dieu en sa très grande sagesse semble en avoir décidé autrement pour moi. C’est ainsi que dernièrement, tandis que je recevais une de mes patientes, exerçant la noble profession de médecin hospitalier (PH pour les connaisseurs), ne me souvenant plus de la manière dont elle avait eu mes coordonnées, je me suis risqué à lui demander pourquoi elle m’avait choisi parmi les pléthores de psys sur le marché.

Elle me rappela alors que j’avais traité voici quelques années une de ses consœurs, P., dont je me souvenais fort bien, laquelle lui avait donné mes coordonnées. Et la praticienne hospitalière de poursuivre : « P. m’a raconté la manière peu orthodoxe dont vous aviez mené sa thérapie et je me suis dit que vous étiez déjanté et que vous étiez fait pour moi ».

Oui, vous avez bien lu, je n’avais pas été choisi pour une quelconque qualité qui font d’un homme un futur professeur du collège de France mais parce que j’avais semblé « déjanté » ! Si je me fie au dictionnaire, le terme déjanté signifie littéralement sortir de ses jantes, et se dit à propos d’un pneu. Cependant, en langage commun, déjanté signifie aussi « hors norme » ou encore « marginal ».

Bien que je ne sois pas filiforme, loin s’en faut, je n’ai rien d’un pneu et je dois donc en déduire que l’on m’a collé une étiquette selon laquelle je serais « hors norme » voire carrément « marginal », une sorte de « maverick » comme ils disent dans Top gun à propos de Pete Mitchell, le personnage interprété par Tom Cruise, qui fait rien qu’à pas écouter ses chefs et n’en fait qu’à sa tête !

Bon, ceci dit je n’ai pas de chefs, donc je n’ai pas d’ordres à recevoir et je ne pilote pas d’avion. La comparaison avec Top gun s’arrête donc là. De plus, je suis beaucoup plus grand que Tom Cruise et j’aurais du mal à tenir dans un cockpit de F14. Et puis, je ne suis pas vraiment indiscipliné. Je suis trop bon diplomate pour prendre l’autorité de face. D’ailleurs, plus jeune, j’avais des tas d’avertissements pour « bavardage » parce que j’ai du mal à maintenir mon attention mais jamais pour indiscipline. J’étais un p’tit gars bien poli et gentil.

Et lundi, voici que cela continue ; une de mes jeunes patientes me dit carrément qu’elle me trouve déjanté mais qu’elle sait qu’avec moi, ça peut marcher. Pourquoi me trouve-t-elle déjanté, je n’en sais rien. Peut-être que le fait que je me sois assis par terre parce que j’en avais marre d’être sur mon fauteuil a pu jouer ? Ou alors que j’offre le café ? Que l’on puisse fumer dans mon cabinet ? Je n’en sais rien mais ça a à voir avec l’accueil des patients ou sans doute à ma manière de voir les choses. Je dédramatise pas mal et ma devise est « c’est mieux que si c’était pire ».

Quant aux gens venus du blog, ils m’ont aussi choisi pour ce côté déjanté. Sans doute que mes lubies, mon affection pour les marcassins et les hérissons ont pu jouer. J’imagine que cela donne de moi une image moins conforme de ma profession dans laquelle les gens sont généralement plus dans le contrôle et sans doute un peu moins libre que je ne le suis. C’est vrai que tous les confrères n’ont pas une RJ49 !

Bref alors que j’aurais pu être choqué d’être qualifié de déjanté, je ne le suis pas. J’assume parfaitement d’être hors norme dans ma manière de pratiquer tout en estimant que je suis extrêmement carré dans ma réflexion.

Et puis comme les médecins qui m’envoient du monde le savent autant maintenant que les lecteurs de ce blog, cela me permet d’avoir une clientèle assez hors norme aussi. Je ne parlerais pas de déjantés par pur respect et parce que le terme pourrait être mal interprété psychiatriquement.

Mais c’est vrai que je ne compte plus les ingénieurs sortis de grandes écoles. Tout en assumant une nette propension à la glandouille, ces gens brillants ne se prennent pas au sérieux. J’en ai même eu un, ancien chercheur, qui s’est jeté dans mes escaliers pour m’expliquer comment on apprenait à les descendre rapidement dans ses stages d’autodéfense.

N’importe lequel de mes confrères aurait jugé la démonstration pour le moins étrange mais moi, j’ai trouvé cela super. entre « déjantés », on doit se comprendre. Un jour moi aussi je serai capable de me jeter dans les escaliers pour les descendre plus rapidement !

Ce qui est bien avec la « déjante » c’est qu’il n’y a pas de limites.

Sur le web 

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Euhhhh RJ49, c’est le nom de code du DSM 5?
    Ça a l’air spécial la thérapie avec vous, et Freud dans tout ça?

    • « Euhhhh RJ49, c’est le nom de code du DSM 5? »
      Il parle de sa Microcar.

      « Ça a l’air spécial la thérapie avec vous, et Freud dans tout ça? »
      Freud est ennuyeux.

      • Il est surtout obsédé et à côté de la plaque, Freud…

      • Ok, connaît pas mais je vais mener ma petite enquête!
        Jamais bu de café avec Freud, je ne peux donc vous dire si il est ennuyeux!
        @ Augustine: nous pourrions donc demander à Philippes si il saute ces patient(e)s? en fait je me questionnais sur sa manière de faire…!

        • « Jamais bu de café avec Freud, je ne peux donc vous dire si il est ennuyeux! »
          Il suffit de le lire pour se rendre compte qu’il provoque un ennui persistant et, comme le souligne Augustine, du manque d’intérêt de ses travaux. Bien vous a pris de ne pas le faire !

          « en fait je me questionnais sur sa manière de faire…! »
          Un questionnement intéressant. 🙂

          • Kasher, je ne dirais pas cela sur Freud, roh et puis c’est le papa de la psycho et on ne renie pas sa famille!
            Je me questionne mais vu que Philippe semble à l’aise de dégringoler les escaliers avc ses clients, j’y trouve plein de raisons 🙂 filou!

            • Et on sait tous ce que signifient les escaliers dans les rêves 😉

            • La psychologie est antérieure à la psychanalyse, celle-ci en étant une dérive selon les lubies de Freud. Longtemps très prisée aux Etats-Unis (alors que la psychologie scientifique et cognitive avait suivie ses propres recherches de son côté) et devant l’absence d’amélioration clinique des troubles (divers témoignages le confirment voir « Les patients de Freud : Destins » de Mikkel Borch-Jacobsen), celle-ci a périclité là-bas, laissant la place aux sciences psychologiques qui elle ont montré de plus en plus de résultats. La psychanalyse perdure en France pour des raisons bizarres mais devrait là aussi progressivement disparaître.

              • Bon je vous l’accorde, mais Freud a quand même, de son temps, fait un gros coup de pub pour la psycho, la psycha et cela a profiter aux thérapies cognitives, humanistes… Je ne dis pas que la psychanalyse c’est mieux, cela va disparaître, c’est certain, elle n’ait pas adapté aux demandes actuelles des individus, après si tout le monde veut critiquer nos héritages, je dois être dans le faux avec ma vision équilibrée!
                @ Augustine: je suis limitée en rêve d’escalier, je n’en connais pas la signification, mais soirs de pleine lune, je suis dans les cauchemars 🙁

  • Haha, je vous ai découvert grâce à Contrepoints et si je continue de vous lire par votre blog, ce côté déjanté n’y est pas pour rien. Je m’y retrouve bien.

  • c’est peut être un psy tel que vous qu’il faudrait à un de ma famille ; lui , quand il voit son psy , une fois par mois , la consult , 40 euros quand même , dure environ 5 mn , le temps de refaire son ordonnace ; d’ailleurs , depuis 25 ans , son état mental ne s’est pas amélioré , il stagne , comme une eau croupis ;

  • 20140810 http://www.contrepoints.org/2014/08/10/176580-mon-psy-est-dejante?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Contrepoints2+%28Contrepoints%29
    Trop grand pour entrer dans le cockpit d’un F14, mais suffisamment petit pour entrer dans une RJ49 (merci Google, ce n’est pas une codif. d’acte médical) ? Faut croire que celle-ci est plus petite que celui-là…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une centaine de services d'urgences sont en danger de fermeture cet été. Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash. En réponse à Gabriel Attal qui défendait les mesures déjà exposées par Brigitte Bourguignon, Jordan Bardella a répondu « Il faut arrêter de gérer l'hôpital comme on gère une entreprise ». C’est une erreur fréquente de croire que l’hôpital français est géré comme une entreprise, sous entendu « privée ».

À la base de l’entreprise privée il y a l’entrepreneur, son audace, sa créativité et son adaptabilité. I... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

En écho à l’article bienvenu de Philippe Bilger sur « la liberté d’expression et la liberté de rire de tout », diffusé sur Contrepoints, un court hommage à Pierre Desproges, personnalité à l’humour unique qui continue d’inspirer ponctuellement un certain nombre d’humoristes.

 

Chroniques de la haine ordinaire

Je me souviens avoir regardé à plusieurs reprises, tout jeune, la fameuse minute de monsieur Cyclopède, diffusée quasi-quotidiennement à la télévision. Mais j'étais alors probablement bien t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles