La magie du 45e parallèle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
45e parallèle

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La magie du 45e parallèle

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 août 2014
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

45e parallèleL’origine des grands vins fascine les vignerons. Pourquoi ici, pourquoi cette terre produit-elle des vins dignes d’acquérir la qualification de mythe ? Olivier Bernard et Thierry Dussard, l’un vigneron, l’autre journaliste viticole, essayent de répondre à cette question récurrente en proposant un facteur explicatif : la magie du 45e parallèle. C’est en effet sur une bande de terre allant de 40° à 50° de latitude que se trouvent les grands vignobles et les grands vins, aussi bien dans l’hémisphère nord que sud.

À la suite d’un long entretien, Olivier Bernard explique ses méthodes de culture et de vinification, son travail de vigneron, qui implique de travailler aussi bien la vigne que le jus. Cet entretien de plusieurs pages est passionnant pour appréhender la réalité du travail de vigneron et pour mieux comprendre comment ces hommes essayent de mettre en valeur leur terroir.

L’autre intérêt du livre est de donner la parole à 26 personnalités du vin, vignerons, œnologues, dégustateurs, géographes, négociants, qui s’expriment tous sur la notion du 45e parallèle et sur ce qui fait un grand vin. À travers ces interventions multiples, qui concernent aussi bien des spécialistes français qu’étrangers, le lecteur fait un tour du monde du vin et de sa complexité, aussi bien dans cette bande du 45° parallèle qu’au-delà. Avec ce livre on quitte à proprement parler la terre et le lieu pour entrer en contact avec des hommes du vin.

Enfin, il faut mentionner l’effort particulier d’édition qui fait de ce livre un bel objet à lire et à manier. Un beau papier, une typographie choisie, des portraits au crayon des différents intervenants. Le vin a besoin de bons verres pour s’exprimer pleinement, la lecture elle aussi gagne à se faire sur des supports de bonne qualité.

Olivier Bernard et Thierry Dussard, La magie du 45e parallèle, Féret Editions, 2014, 160 pages.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • bouffeur de tapioca
    6 août 2014 at 10 h 52 min

    je ne dirais qu’une seule chose :  » vin dieux « 

  • C’est un peu réducteur de choisir son vin en fonction de sa latitude. Je reviens du Cap-Vert où j’ai eu l’occasion de goûter les vins produits sur les sommets volcaniques de l’île de Fogo (latitude 16° !). Le vin rouge qui y est produit est bon, mais à mon avis ne se distingue pas vraiment d’un vin typique des pays chauds (type boulaouane), ce qui peut à la rigueur accréditer la thèse du livre.
    Le vin blanc de Fogo en revanche est franchement surprenant. Malgré ses 14° affichés, il est sec en bouche tout en étant fruité et minéral. Ce vin sublime n’a rien à envier à un Riesling de qualité ou un blanc de Bourgogne. Dommage que ce vin n’est pas exporté chez nous, d’autant plus que son tarif local est d’environ 7€.

  • Complètement réducteur, je connais bien des bons vins au-dessus et en-dessous de ce vignoble. Et personnellement je vais choquer mais je n’apprécie pas autant les vins de Bordeaux que la doxa, ni les vins d’Italie du nord .

  • A mettre en parallèle (c’eest le cas de le dire…) avec la liste des vins les plus chers du moment : http://www.wine-searcher.com/most-expensive-wines.lml

    Je vous laisse chercher ceux se trouvant dans le 45° parallèle. (indice, ce ne sont pas les premiers.)

    Bon, sinon, dans le fond, il faut bien reconnaître que vitis vinifera ne pousse pas partout bien entendu.

    • Oui, faut descendre au 12eme pour trouver le Petrus, sur le 45°. C’est sûr qu’il y a un tropisme bordelais ici.

      Cela dit, la Romanée Conti, et toutes les cotes de Beaune (qui trustent le haut du classement avec quelques vins allemands, à peine plus au nord), c’est 47°09′ Nord, pas franchement loin du 45° parallèle.

  • mam'selle Scarlett
    21 août 2014 at 9 h 33 min

    Voilà un article agréable à lire : intéressant, positif, enthousiasmant.
    On en redemande. Surtout dans cette publication négativo-négative qu’est contrepoints.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Simone Wapler.

Les vignerons sont frappés par une nouvelle surtaxe à l’export vers les États-Unis. Ils sont victimes collatérales d’une guerre Airbus-Boeing au moment où le confinement les prive de débouchés commerciaux.

Tout commençait bien, il y a presque vingt ans. En 1992, un louable accord entre l’Union européenne et les États-Unis impose des limites aux subventions publiques que peut recevoir le secteur aéronautique des deux côtés de l’Atlantique. Hélas, nous vivons dans un monde cruel…

En 2004, Boeing accuse Ai... Poursuivre la lecture

Par Aymeric Belaud. Un article de l'Iref-Europe

Les viticulteurs disent merci à l’Union européenne…

Dans un précédent article relatant la bonne performance du cognac sur le marché américain, nous avons expliqué que les États-Unis étaient le partenaire le plus fiable pour les producteurs du spiritueux charentais. Notre conclusion prenait la forme d’une espérance, que le cognac ne subisse pas de futures taxes protectionnistes dans le conflit commercial opposant les États-Unis et l’Union européenne.

Malheureuse... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé.

Géographe et historien du vin et de la gastronomie, Jean-Robert Pitte a consacré de nombreuses études à ces sujets. Il nous a notamment gratifiés d’une histoire de la bouteille et d’une histoire du paysage français ainsi que d’une étude comparée des vins de Bordeaux et des vins de Bourgogne.

Ces Cent petites gorgées de vin sont la publication des articles qu’il consacre tous les mois depuis 2006 à La Revue du Vin de France. Cent articles qui sont autant de touches permettant de s’initier à l’histoire du vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles