Le CSA : donnez-lui directement votre télécommande, ça sera plus simple !

TNT : le CSA refuse la gratuité pour LCI, Paris Première et Planète+.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
CSA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le CSA : donnez-lui directement votre télécommande, ça sera plus simple !

Publié le 30 juillet 2014
- A +

Par Kevan Saab

CSA

Le feuilleton estival qui animait le secteur de l’audiovisuel français se termine enfin. Les chaînes LCI (groupe TF1), Paris Première (groupe M6) et Planète + (groupe Canal +), toutes trois candidates pour incorporer l’offre TNT gratuite, s’en sont toutes trois vues refuser l’entrée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA). Triple échec donc pour des chaînes dont le passage vers la TNT gratuite était la clé pour sortir du carcan de la TNT payante.

Bref, jusqu’ici rien de très surprenant, une brochette de neuf hauts fonctionnaires et personnalités des médias français, non-élus et perclus de conflits d’intérêts grossiers s’en prennent une fois encore au principe de la libre concurrence afin de préserver les intérêts des chaînes gratuites existantes. Ce qui laisse songeur cependant, c’est l’argumentaire utilisé afin de défendre ce choix.

Pour commencer, le CSA pointe du doigt une conjoncture publicitaire peu favorable à l’implantation de nouvelles chaînes : « Aucune reprise significative du marché n’est prévue à brève échéance et les perspectives à moyen terme demeurent encore incertaines ». Tout d’abord, il est assez cocasse de voir une institution étatique dirigée par l’ancien directeur de cabinet de Lionel Jospin se soucier autant des recettes publicitaires d’entreprises privées. Doit-on rappeler au CSA qu’il n’a pas vocation à agir en tant qu’actionnaire des grands médias existants, mais bien en tant que défenseur du pluralisme et de la liberté d’expression comme il l’affirme haut et fort son site internet ?

Continuant sur sa lancée, le CSA souligne la fragilité financière de certaines chaînes de la TNT gratuite, potentiellement à risque en cas d’entrée de nouveaux concurrents. Contrairement à ce que laisse entendre le Conseil, cette situation n’a rien d’inquiétant. En effet, il est tout à fait normal de voir sur un marché des entreprises qui s’en tirent mieux ou moins bien que la moyenne. De même, il n’y a aucune raison de tenter de maintenir en vie une chaîne de télévision en difficulté financière en atrophiant sa concurrence quand ses clients, c’est-à-dire ses téléspectateurs ou ses promoteurs publicitaires, choisissent jour après jour d’aller voir ailleurs. Laissons les spectateurs choisir eux-mêmes les chaînes qu’ils veulent voir réussir et croître. Enfin, le CSA agite la menace de suppressions d’emplois parmi les chaînes déjà existantes sans même prendre en compte le risque bien réel de voir LCI disparaître complètement de la carte.

Pour finir, le CSA considère « que l’arrivée d’une ou plusieurs chaînes gratuites supplémentaires, dans un paysage déjà composé de 25 chaînes constituant une large gamme, ne devrait pas se traduire par une augmentation significative de l’usage de la télévision ». Pour faire simple, selon les neuf sages qui décident quelles chaînes M. Dupont a le droit de regarder sans frais sur sa TNT gratuite, notre brave M. Dupont a déjà accès à une offre bien assez complète et l’ajout de nouvelles chaînes ne le pousserait pas à regarder davantage la télé. Et si M. Dupont veut quand même regarder les nouvelles sur LCI, se divertir sur Paris Première ou regarder un documentaire sur Planète+ me diriez-vous ? Eh bien, qu’il investisse dans une offre payante vous rétorquera le CSA ! Eh oui, c’est aussi ça la bureaucratie au service de la population et du pouvoir d’achat !

Plus sérieusement, cette décision unilatérale du CSA crée un dangereux précédent en matière de contrôle des médias. Jamais dans une démocratie moderne, une institution technocratique, sans aucune légitimité populaire qui plus est, ne devrait avoir en son pouvoir le droit de choisir unilatéralement les médias dignes de diffuser au plus grand nombre. Pire, l’idée même de tenter de garder en vie artificiellement des chaînes de télévision en dépit des choix du public revient ni plus ni moins qu’à influencer indirectement le contenu de l’offre télévisuelle et donc in fine ce que le téléspectateur français a le droit de regarder. Tant qu’à faire, donnons tous nos télécommandes au CSA afin qu’ils répartissent équitablement entre les chaînes existantes l’ensemble de l’audimat.

Voir les commentaires (70)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (70)
  • Je remercie le CSA de savoir mieux que moi ce que je veux regarder. Je suis soulagé, j’ai enfin un avis d’expert. Ma vie en sera meilleure.

    Il est temps de mettre un terme à l’absurdité des médias en général et de la télé en particulier.
    Il faut payer une taxe pour financer france télévision et avoir le droit de regarder des chaines gratuites, mais pas toutes, seulement celle que le Comité de Censure de l’Audiovisuel autorise.
    Vite, retrouvons de la liberté.

  • Il y a déjà TROP de chaines TV. Du coup, je ne sais pas laquelle je dois regarder!

    Je voudrais donc que le CSA simplifie l’offre plétorique et ramène le nombre de chaines à 2 ou 3 comme au bon vieux temps.

  • Qu’est-ce que la TV ???

  • Que dire sinon
    – j’étais abasourdi hier de la justification des décisions du CSA
    – je ne suis pas étonné de l’absence de réactions dans les médias classiques
    – je m’attendais à ce que Contrepoints soit légitimement inquiet de cette décision…

  • J’adore le commentaire :

    « …le Comité de Censure de l’Audiovisuel… »

    Un bidule de plus avec nos impôts avec des gens grassement payés à) vous dire ce que vous DEVEZ penser…

    Je ne suis pas un fan de Dieudonne, mais il faut reconnaître qu’il ne dit pas que des conneries…

    Ce pays va exploser…

    • Notez que la prochaine fois que le gouvernement voudra censurer Dieudonné, il n’aura qu’à avancer l’argument que l’offre de spectacles est largement suffisante et que cette concurrence supplémentaire risquerait de nuire à d’autres comiques.

  • Ce que peu de gens soulignent, c’est que l’offre TNT gratuite est, pour le moment, constituée en majorité de chaînes ineptes ou la real-TV le dispute aux séries mal fichues… Normal que ça risque de couler net si la concurrence s’agrandit ! 😀

  • De quoi je me mêle? Encore un comité a supprimer.

  • Quelle confusion en effet, l’accès à la TNT n’est pas gratuit: il faut payer le réseau herzien et ce n’est pas rien! Les chaines de la TNT doivent financer ce réseau. Publiques: impôt, privées: publicité: notre consommation. Sur le cable, la fibre, le satellite : il faut payer un abonnement …mais nos impôts y participent aussi et notre consommation etc…. Quel est le pb? N’est-ce pas plutôt le principe même de la TNT et de son financement publique qui devrait être en question?

  • Le mode de nomination du CSA a changé par La loi du 15 novembre 2013 : http://www.csa.fr/Le-CSA/Presentation-du-Conseil/Des-missions-diversifiees/Les-nominations Regardez la date des nominations et le nom des « bénéficiaires » des postes. Ainsi, les médias, TV et presse générale sont devenus complaisants au pouvoir par leur dépendance aux subventions. LCI, rachetée opportunément par le Monde (après le Nouvel Obs), l’Huma « sauvé » par le contribuable en toute impunité, et quasi tous les médias seront verrouillés à gauche, à part le Jdd, Le point et Valeurs actuelles et les offres internet tels Contrepoint, BV…

    • D’ailleurs sur le site du CSA je n’ai pas trouvé les déclarations de conflits d’intérêt ou ne serait-ce que le parcours médiatique de chacun des membres.

      Bon faut quand même savoir que c’est le CSA qui nous a sauvé en censurant le slogan :

      « Haribo, la vie est beau »

      Sûr que depuis la grammaire a fait un sacré bond en avant.

      L’UFC Que choisir avait quant à elle demandé à un tribunal d’interdire le slogan de Free :

      « Il a Free, il a tout compris. »

  • Personnellement je m’en cogne de cette décision du CSA car je reçois la TV par Canalsat et je reçois les programmes de LCI de Paris première et de planete+ (bien que je regarde assez peu ces trois chaines).
    D’un autre coté je paye 45 euros par mois ! ! ! !
    Il va bien falloir à un moment que les gens qui lisent Contrepoints sachent que le principe de la TV gratos a des limites.
    Les chaines comme LCI payent des salaires a des centaines de journalistes et de techniciens.
    En payent mes 45 euros par mois je fais travailler ces gens et j’evite que le consommateur lambda paye ses yaourts ou son assurance voiture 20 % plus cher …..parce que les marques filent de l’argent pour que LCI soit « gratuit »
    Les radins auront juste droit à voir les programmes que le CSA décidera.

    • Contrepoints est bien placé pour le savoir :

      http://www.contrepoints.org/aider-contrepoints

    • Le problème n’a rien à voir avec le fait de vouloir regarder ces trois chaines gratuitement ou pas.

      Le problème est que ces trois chaines veulent changer de modèle économique et passer du payant au gratuit et que c’est le CSA qui l’interdit pour des motifs économiques douteux.

      Je n’ai absolument aucun avis sur le fait que ces chaines soit gratuites ou pas, je ne les regarderais pas de toute façon. Par contre, je trouve choquant qu’une entreprise privée ne puisse pas décider elle mêmes de son modèle économique (surtout quand elle est en difficulté).

      • @Pmn
        Il ne faut pas exagérer la « victimisation » de TF1, en disant que le gouvernement empêche une société privée de changer de modèle économique.
        Vous ne savez pas comment fonctionne l’audiovisuel .

        1- Le CSA gère l’entrée des chaines sur le réseau TNT, et comme le nombre de fréquences est limité, il a la compétence de choisir parmi les dossiers de candidatures ceux qui lui paraissent les plus satisfaisants.
        Or comme BFM et I-Télé présents déjà sur la TNT font la même chose que LCI , il est normal que LCI ne puisse entrer.
        2- Il y a plusieurs années TF1 a fait un mauvais choix économique car lorsque la TNT lui était ouverte, elle a négligée d’y introduire sa filiale LCI , préférant les réseaux de TV payants. Maintenant c’est trop tard, la place est prise , par d’autres, pour un certain nombre d’années..

        • @Kazar1000,

          1) Le nombre de fréquences TNT est peut être limité, mais il me semble que LCI y est en version payante certes, mais elle y est. Donc la question de la place ne se pose pas.
          2) TF1 avait peut être fait un mauvais choix économique, mais pourquoi lui interdire de changer, de s’adapter et de survivre ?, qui doit en décider, une instance supérieure qui décide de la libre entreprise ?

          De toute façon, l’apparition de la TNT était très mal fait dès le départ (numerus clausus en gratuit, en payant, préférence des copains etc….), bref, la France as usual.

          Ce que montre simplement cette décision, c’est qu’en France pour entreprendre, il faut l’avis d’un conseil supérieur de qqch. Nous avons des locomotiv act (http://fr.wikipedia.org/wiki/Locomotive_Act) dans tous les sens.

          Bref, notre pays est foutu (© H16)

        • @ Kazar1000

           » il a la compétence de choisir parmi les dossiers de candidatures ceux qui lui paraissent les plus satisfaisants. »

          Waouh ! des compétences comme ça ça existe dans un CV ? On peut déterminer avec des compétences si une ligne éditoriale va plaire ou pas ? C’est les chaînes qui devraient les embaucher hé hé.

        • « Vous ne savez pas comment fonctionne l’audiovisuel . »

          Vous non plus.

          On parle UNIQUEMENT de chaines qui SONT (mode : indicatif, temps : présent) sur la TNT.
          Pas qui seront, pas qui seraient, qui sont.

      • « c’est le CSA qui l’interdit pour des motifs économiques douteux. »

        Ce n’est pas douteux de penser que LCI ne dégagera pas assez de ressources publicitaires en devenant « gratuite ». Il y a déjà trop de chaînes sur la TNT. Un annonceur n’a aucune raison particulière de préférer LCI aux deux autres chaînes d’infos gratuites. Bref ça ne vaut pas le coup de payer pour une chaîne en plus qui est visiblement appelée à mourir.

        • Qu’en savez-vous ? Apparemment, il y avait encore de la place pour ces chaînes sans en exclure d’autres, et c’est à celles qui ne sont pas viables de virer quand elles ne peuvent équilibrer leurs comptes, pas à un comité de designer qui doit être protégé en raison de son attrait culturel, copinal ou politique pour le pouvoir en place.
          « Payer pour une chaîne en plus » : qui paie, qui aurait payé ?

          • +1. Surtout qu’en final, si le marché de la pub est limité, alors l’intervention du CSA sera nulle sur le nombre d’emplois.
            – avec intervention du CSA la chaîne refoulée est condamnée.
            – sans intervention du CSA une chaîne non viable sera condamnée.

            La différence étant que dans le 2ème cas, deux ou trois chaînes concurrentes vont se battre à armes égales sur les programmes proposés pour coller aux demandes des téléspectateurs. La qualité a gagné.

            Dans le 1er cas, ça n’empêchera pas la chaîne de disparaître au profit d’un media accessible par un autre canal… euh Netflix pour les films par exemple. Résultat : 2 chaînes disparaissent et la nouvelle émet en dehors de France !

          • Quand Berlusconi avait reprit la Cinq et a été incapable de dégager les recettes publicitaires suffisantes, qui a éponger les dettes à votre avis ? Nous. C’est aussi cela être sur le réseau publique.
            Si le CSA ne veut pas prendre de risques eh bien c’est peut-être pas plus mal. Au pire on ne va pas me raconter que LCI va manquer dans le paysage audiovisuel français. Ils étaient les pionniers mais n’en ont rien fait durant toutes ces années.

            Quant à la décision politique, bof bof… ça reste franchement à prouver.

            • Tom, la 5 était une chaîne privée drivée par Hachette en dernier lieu.
              C’est le marché qui s’est pris les dettes en pleine face (on parle de 3Mds de FF) comme pour toute société qui est en liquidation judiciaire, c-a-d les fournisseurs, les banques, les fonds de garantie et les assurances.

              Arrête de raconter n’importe quoi svp, on est là pour discuter en amenant des réflexions ou des éléments au débat, pas des inepties.

            • En supposant que vos inventions soient vraies, cela signifie juste qu’il faut éviter que la collectivité paye pour les chaines, cela ne signifie pas qu’il faut limiter le nombre de chaines.

        • Interdire à quelqu’un d’essayer car on pense qu’il va échouer me parait pourtant très douteux.

        • « Il y a déjà trop de chaînes sur la TNT. »

          Super.

          Vite, coulons les chaines de merde (les chaines d’info gratuites, pour commencer).

        • « Ce n’est pas douteux de penser que LCI ne dégagera pas assez de ressources publicitaires en devenant « gratuite » »

          Quand j’ai voulu m’inscrire au bac en candidat libre, une sal0pe de votre engeance a voulu m’interdire parce qu’elle pensait que je n’avais aucune chance.

          Des menaces de tribunal ont ramené la petite fachote à la raison.

  • Simple effet d’un nombre ingouvenable autrement qu’à l’encontre de ce qui nous semble encore relever de la plus élémentaire liberté. Lire à ce sujet :
    https://docs.google.com/document/d/1SO3AkXIn_6TdEY0l6_pJ7MPzHxF1Uyt2PAy_apRTI2U/edit

  • Un moyen comme un autre d’imposer les chaines de propagande gauchistes avec les infos que le gouvernement permet et rien d’autre et duchnock 1°ose critiquer Monsieur Vladimir Poutine ! c’est le modèle démocratique a la francaise peut etre ?

  • Il y des libéraux qui oublient leurs fondamentaux. There ain’t no such thing as a free lunch.

    La TNT n’est pas « gratuite » car nous la payons via nos impôts. Le CSA est dans son rôle en décidant qui bénéficie de la couverture en accès libre ou non. Chaque chaîne en plus représente un coût pour la collectivité. On peut critiquer la gestion du CSA ou mieux encore le fait que des chaînes « gratuites » existent, mais cela n’a rien à voir avec une entrave à la concurrence ou au marché. LCI n’avait qu’à mieux gérer.

    • La TNT n’a en effet aucune raison d’être gratuite, mais alors pourquoi les chaînes existantes en bénéficient-elles, et pourquoi le téléspectateur doit-il se soumettre à la redevance et aux choix d’un comité digne des dictatures les plus bananières sur son affectation ?

      • Le CSA est gestionnaire de l’offre TNT. Si il estime que LCI n’est pas viable eh bien ils ont le droit de leur refuser l’accès. LCI n’a eu qu’une seule année de bénéfices. Ca me parait du bon sens.

        • – Hello, je voudrais sortir du placard car je ne vois rien ici
          – Fais voir…
          – Hou, la lumière m’aveugle
          – Ben, tu vois bien qu’il faut que tu restes dans ton placard.

        • @tom
          C’etait mieux au temps de l’ORTF avec la ligne directe avec de ministre de l’information Peyrrefitte.
          Ya pas à dire avec mongénéral c’était quand mieux.

          • Surtout qu’à l’époque ils juraient croix de bois croix de fer qu’ils étaient indépendants.
            30 ans après il y en a qui ont écrit des bouquins… bon, va falloir attendre encore 30 ans pour connaître la façon dont sont prises les délibérations du CSA.

    • @ Tom

      Oui vous avez clairement expliqué la situation alors que l’article de Contrepoints fait un contre-sens absolu en cherchant à démontrer que l’état s’immisce dans la gestion de sociétés privées d’audiovisuel.
      Le réseau TNT c’est nous tous qui le payons avec nos impots .
      Le CSA ne fait que lancer des appels d’offres vers des chaines privées pour occuper le réseau TNT et choisit ensuite .
      TF1 se lamente mais comme pourraient se lamenter Eiffage ou Bouygues lorsque l’un est choisi, au détriment de l’autre, pour réaliser un projet payé par le contribuable.

      • Bonjour Tom et flagorm
        Vous savez, c’est le BA-ba de tout dictateur, lors d’un coup d’état, il faut contrôler la TV.
        Donc le CSA c’est le machin qui permet de contrôler la TV.
        Mais c’est pour notre bien.

        • J’imagine que ces société ne paient aucune redevance . Tout est gratuit en France comme chacun le sait!!
          D’où qu’il sort le Tom ?
          Ça sert à quoi quand l’ETAT vend les fréquences alors ?
          Faut vraiment avoir une case qui manque pour croire que l’État français fait des cadeaux au privé !

      • « Le réseau TNT c’est nous tous qui le payons avec nos impots . »

        Vous parlez de la construction des tours?

        La tour Eiffel n’a pas construite avec les impôts que je saches.

        De toute façon, si vos âneries sont vérifiées cela signifie juste qu’il faut privatiser les tours et les émetteurs.

    • @ Tom
      « La TNT n’est pas « gratuite » car nous la payons via nos impôts. »

      Tu pourrais préciser stp car il me semble que lors du passage à la TNT il y a eu un fonds abondé par l’état pour 333ME et par les diffuseurs, fonds destiné à aider les utilisateurs à faire la transition (antennes, équipements) mais depuis la TNT ne nous coûte pas un rond puisque les diffuseurs paient pour leur diffusion.
      Si tu as des infos ?

    • L’impôt ne légitime pas l’existence du Soviet de l’Audiovisuel, encore moins ses décisions ridicules. En considérant que la régulation est une question de droit et d’autorité auto-proclamée, douteuse combinaison d’intérêts particuliers, alors qu’il s’agit en réalité d’une question de marché, le législateur a construit dès l’origine l’illégitimité du CSA. Par nature, par construction, le CSA n’a aucun droit, sinon celui de se taire, et chacune de ses décisions est illégitime par défaut.

      En France, sur ce sujet comme tant d’autres, on fait mine d’ignorer que seul le marché est en mesure de produire de la régulation, jusqu’à ce que, tôt ou tard, la ruine élimine la fiction étatiste et rétablisse le réel.

  • Aucune reprise significative du marché n’est prévue à brève échéance
    Le CSA se fourvoie. D’après le Maître économiste au pouvoir, la reprise est déjà là, la courbe du chômage inversée, les dépenses de l’état maîtrisées, etc.

    • « Aucune reprise significative du marché n’est prévue à brève échéance »

      Croyez-en le csa, il savent. C’est leurs économistes Vaudou qui font les prévisions. Ils interrogent les esprits qui leur apporte la réponse.

      Sérieusement, qui peut croire qu’on peut prévoir comment va se comporter le marché? Si c’était le cas, nous ne parlerions même plus de spéculation depuis bien longtemps.

      Ceci dit, la TNT est une bouillie étatique tout à fait habituelle, il n’est guerre surprenant qu’elle soit gérée ainsi.

      • « Aucune reprise significative du marché n’est prévue à brève échéance » Monsieur Schramek, socialiste bon ton, a bien analysé le travail et les résultats de son maître François Hollande.

  • à mon avis cette décéision est une entorse grave aux lois européennes de la concurrence, les M6 et autres TF1 ont intérêt à aller devant les juridictions nationales et européennes pour faire casser cette décision

  • BFM Business (sur TNT Paris) est pas mal.

  • Le CSA ??? mais de quoi se mêlent les apparatchiks du bien penser ?

    Décidément rien ne peut se faire dans ce pays sans que des connards de bureaucrates ne viennent s’en mêler.

    Légalement bien sûr…

  • La TNT avait pour but d’accroitre le contrôle de l’état sur les médias télévisuels et radiophoniques -puisque la TNT diffuse aussi les radios !!!

  • Il y a dekja bien assez de chaines gratuites sur la TNT. TF1 a ete le premier a lancer une chaine d’information en continu (LCI) en choisissant deliberement le modèle payant plutôt que la « CNN a la Francaise ».
    Paris perdu face a I>Tele et BFMTV.

    Ceux qui veulent des chaines supplementaires peuvent les recevoir sur les box et CanalSatellite. Apres toiut, le CSA n’oblige pas LCI a rester crypté sur les box: la TNT n’est qu’un mode de diffusion parmi d’autres.
    Plutot que d’ajouter de nouvelles chaines, le CSA ferait mieux de migrer les chaines SD vers la HD et de prevoir des canaux pour la 4K.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Par Cécile Philippe.

Alors que la liberté d’expression et plus généralement les libertés civiles sont plébiscitées par les Français, le libéralisme économique, quant à lui, continue de susciter la suspicion voire le rejet chez la plupart des gens, y compris à droite. Ce terme est en effet connecté à des questions difficiles comme la mondialisation, le profit, les délocalisations, la loi du plus fort, etc., et génère des sentiments négatifs comme la peur ou l’envie.

 

Pour pallier les défauts d’un libéralisme « débrid... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles