Une réaction libérale face à la violence antisémite

synagogue paris île de france CC Nelson Minar

On ne peut pas être libéral et ne pas s’inquiéter devant la montée de cette violence antisémite.

Par Bruno Lévy.

synagogue paris île de france CC Nelson MinarOn ne peut pas être libéral et ne pas s’inquiéter devant la montée de cette violence antisémite en provenance de ces jeunesses arabo-musulmanes.

La cause profonde n’est pas « communautaire », elle n’est pas « sociale », elle ne demande pas « plus d’État ». Mais elle est certainement liée au désœuvrement et à l’absence d’individuation dans des populations mal éduquées et endoctrinées par une religion dont on nous dit que 20 à 25% des membres se reconnaissent dans ses revendications les plus extrêmes (y compris la Jihad, le port du voile obligatoire pour les femmes, et plus généralement la Sharia).

Bref on découvre un phénomène qui, inévitablement, fait penser à ces jeunes hordes nazies qui ne trouvaient que la haine, la violence et un message simplificateur pour se « reclasser » à leurs propres yeux.

Avec la faillite probable et bientôt proche de l’État, il est à craindre que d’autres catégories de la population française, si dépendante par rapport à l’État, tomberont dans le même piège d’une violence à la fois victimaire et sacrificielle.

Pour deux raisons : beaucoup auront besoin de trouver un « coupable » à leur déclassement. Mais surtout, la coupure soudaine de revenus non basés sur le travail personnel (car redistribués par l’État) créera une appétence pour des mouvements caritatifs fortement religieux et pour certains fortement islamisés…

L’homme déclassé, qui malheureusement se perçoit sans talents, sera prêt à manger à tous les râteliers pour pouvoir se nourrir lui-même, ainsi que sa famille.

Ce phénomène n’a rien à voir avec l’origine ethnique ou raciale, soulignons le. Mais il fut certainement un facteur d’attrait du nazime auprès des jeunes chômeurs allemands désœuvrés et est certainement la cause, dans le monde arabo-musulman, du développement de mouvement comme les Frères Musulmans, le Hamas ou le Hezbollah.

Terrible État-providence qui, sans avoir l’air de rien, à coup de prétention arrogante (le meilleur système social du monde nous disait-on…), a créé en 40 ans des populations désœuvrées et désœuvrables, dépendantes économiquement, irresponsables individuellement et collectivement – un véritable terreau de haine.


Mise à jour (22.07.2014) : À la demande de l’auteur du texte, la photo qui illustrait l’article, choisie par la rédaction de Contrepoints, a été modifiée. Celle-ci était susceptible de créer un contresens qui n’existe pas dans le texte : ce dernier ne fait pas, ni ne prône de faire, l’amalgame automatique entre l’opinion des auteurs de ces violences antisémites et celle de tous les manifestants pro-palestiniens.

Avis de modération : En raison des abus constatés, les commentaires ont été fermées pour cet article.