Tour du monde des pièces d’or : l’Amérique du Nord

Les pièces nord américaines comme la Buffalo ou l’American Eagle font référence dans les pièces d’or internationales.

Par Charles Sannat.

Cet été, Loretlargent.info vous propose un tour du monde des pièces d’or et d’argent d’investissement. Avec un zoom sur les pièces nord-américaines, marquées par l’histoire : quand on parle de dollar, on parle aussi de ruée vers l’or, de conquête de l’Ouest et d’un élément fédérateur de la Constitution des États-Unis. Mais on parle aussi du Canada et de son patrimoine. Tour d’horizon des pièces nord-américaines.

Les États-Unis entre conquête de l’Ouest… et valeurs sûres

50 dollars Buffalo (Crédits US Mint, image libre de droits)Le Nouveau-monde, ses promesses d’une liberté nouvelles, sa conquête de l’Ouest… et ses luttes pour l’indépendance et l’égalité. Les États-Unis sont une terre jeune, mais néanmoins chargée d’histoire ! Celles de ses pièces d’or et d’argent peuvent en témoigner.

Le dollar est né après la guerre d’Indépendance, en 1792. Premier système monétaire décimal au monde, il a aussi très vite ses premières pièces… frappées en or de 22 carats. Jusqu’en 1933, quatre pièces d’or sont émises aux États-Unis : le cent, la dime, le dollar et l’aigle (Eagle), l’aigle étant l’unité de base. À l’exception de certaines pièces comme le dollar en or, les monnaies étaient d’ailleurs liées à la valeur de leur métal.

L’histoire de la monnaie américaine est aussi marquée par de très belles pièces d’or : le dix dollars indien de Saint-Gaudens, le 20 dollars Liberty de Saint-Gaudens

En 1933, l’or est retiré de la circulation. Pendant plusieurs décennies, il est d’ailleurs interdit de détenir de l’or aux États-Unis. Un effet direct de la Grande dépression : en pleine crise économique, un décret de Roosevelt a obligé les Américains à restituer tout or physique au gouvernement. Le Gold Reserve Act est d’ailleurs resté en vigueur jusqu’en 1975…

Après cette date, de nouvelles pièces marquent l’histoire des États-Unis. Comme l’American Eagle moderne, frappée en 1986 à West Point.

Ces pièces américaines qui font référence

Pièce bullion reconnue dans le monde entier, l’American Eagle moderne est certainement une référence quand il s’agit de pièce d’investissement. C’est d’ailleurs un concurrent direct du Kruggerand sud-africain. Elle existe en plusieurs valeurs faciales : 5 dollars, 10 dollars, 25 dollars et 50 dollars (une once d’or), avec un titre à 916,67 °/oo. Référence à l’histoire de la monnaie américaine, l’avers est inspiré du design de la Liberty de Saint-Gaudens. Et symbole des États-Unis et de l’unité nationale, le revers représente un nid d’aigles.

Autre pièce bullion, la Buffalo, éditée en 2006. Tout comme l’American Eagle, c’est un condensé de l’histoire américaine. Un Amérindien est représenté sur l’avers, et un bison sur le revers. Elle a d’abord été frappée uniquement en une once d’or, mais se décline aussi depuis 2008 en ½, ¼ et 10e .

Son titre très pur (999,9 ‰ d’or, soit 24 carats) en fait aussi une excellente pièce de placement.

D’autres pièces, plus historiques, restent des références. Comme la Liberty de Longacre, qui fut la première pièce américaine de 20 dollars. En pleine ruée vers l’or californienne, et sous l’effet d’un afflux massif de métal précieux, les premières pièces de 20 dollars or ont été frappées. A valeur égale, il était alors plus facile, et moins coûteux, d’émettre une grosse pièce pour de nombreuses petites pièces ! La Liberty de Longacre présente la tête de la liberté et l’aigle. Elle est dessinée par James B. Longacre, qui y a laissé son initiale. Avec un titre de 900 ‰ et un poids de 33,43 grammes, elle représente 30,1 grammes d’or pur.

Et en argent ? L’American Eagle a une petite sœur, la Silver Eagle, certainement aussi un investissement d’avenir.

La Maple Leaf canadienne : une pièce d’avenir !

Le Canada est l’un des producteurs d’or les plus importants du monde. Le pays est jeune, mais très marqué par l’histoire minière : l’exploitation aurifère y tient une bonne place. Le Grand Nord a aussi connu sa ruée vers l’or : après 1896, le Yukon et le Klondike attirent de nombreux prospecteurs en quête du précieux métal.

Aujourd’hui encore, les Canadiens donnent une grande place à l’or. Ils disposent des plus grandes mines du monde, et de nombreuses compagnies minières sont canadiennes. Cela contribue à faire de la Maple Leaf un symbole du patrimoine canadien.

Mais plus encore, c’est aussi un investissement sûr pour les habitants : la pièce d’or bullion est l’une des pures : certaines ont un titre qui atteint le 999,99 ‰. Cela en fait une pièce connue et recherchée, même si elle est jeune (premières pièces en 1979). Elle est aussi particulièrement sécurisée : la Royal Mint a mis en place une micro-gravure au laser pour la rendre infalsifiable. Et en argent, sa petite sœur est aussi réputée, avec un titre très pur de 999,90 ‰.

Le Canada exploite le Grand Nord aussi

Maple Leaf Canada Or (Crédits : Monnaie royale du Canada, tous droits réservés)Le Canada, c’est aussi le Grand Nord, ses animaux et ses légendes. La Royal Mint canadienne frappe régulièrement de nouvelles pièces d’or et d’argent directement inspirées de sa faune ou des images de la nature. Un des exemples les plus récents est sans doute celui du Loup hurlant, une pièce d’une once d’or pur, avec un titre de 999,99 ‰. Au revers, une œuvre de l’artiste canadien Pierre Leduc représente un loup hurlant vu de profil.

Mais attention néanmoins à ne pas tomber dans le piège des collectionneurs : il faut vérifier le titre de la pièce, ainsi que sa prime, pour être sûr d’acquérir une pièce d’investissement. Il est beaucoup plus intéressant de se tourner vers des pièces d’investissement reconnues et certifiées par des professionnels.


Sur le web