Jo Walton : Morwenna, du roman d’initiation à la fantasy

Se jouant de tous les genres et de toutes les cloisons romanesques, Jo Walton plonge son lecteur dans l’univers d’une adolescente brimée, curieuse et imaginative.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Morwenna, par Jo Walton (Crédits : Denoël, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jo Walton : Morwenna, du roman d’initiation à la fantasy

Publié le 17 juillet 2014
- A +

Par Thierry Guinhut

MorwennaChez Tolkien et ses suiveurs, la fantasy est un genre bien balisé. Elfes, mages et chevaliers, merveilleux et épique, royaumes en guerre parcourus par la quête d’un héros… À part pour les mordus infatigables du genre, qui lui pardonnent tout, nombre de constructions d’univers et de péripéties sont un peu répétitives, le surnaturel et la magie sont les démiurges obligés, les sociétés sont fortement régressives, sans compter le topos épique et les ficelles narratives un peu lourdes. L’écrivaine Jo Walton (né en 1964 au Pays de Galles) est plus subtile.

Son héroïne est une jeune fille tout ce qu’il y a de plus réaliste ; enfin presque. Car Morwenna Phelps, qui a perdu sa jumelle, dans un accident qui l’a laissée handicapée d’une jambe, est envoyée par son père dans le pensionnat privé très chic d’Arlinghurst. Amitiés et inimitiés pour une adolescente méprisée, solitaire et brillante, font et défont les intrigues du roman d’initiation, au service de l’identification des jeunes lectrices. Mieux, entre l’école et son milieu familial souvent sclérosé, quoique son père soit plus ouvert, il lui reste la dévoration passionnée des livres de science-fiction et de fantasy, et la bibliothèque locale. Là elle intègre un club de lecture, où la fascine Wim, bel adolescent un peu sulfureux, qui aurait mis, selon la rumeur, une jeune fille enceinte. Plus insolites, la certitude des fées et des gnomes qui habitent discrètement les campagnes, la croyance effrénée dans les pouvoirs de magie noire de sa mère, le soupçon que les trois sœurs de son père soient également sorcières, des lettres étranges, une photo brulée, la « magie de Karass », une acmé surnaturelle et un choix existentiel final… Tout cela entraîne le récit vers les hésitations du fantastique, plutôt que vers les certitudes du merveilleux.

À la lisère du folklore gallois et de l’analyse psychologique de la différence, ce roman de Jo Walton, bien que publié dans la collection « Lunes d’encre » (traditionnellement science-fictionnelle), se joue de tous les genres, de toutes les cloisons romanesques, usant non sans subtilité du journal intime pour inventorier les convulsions de l’adolescence. Mais aussi de la satire de la société scolaire, jusqu’à la folle féérie. Seule l’énumération des lectures de Morwenna, (Delany, Le Guin ou Silverberg…) faite de réserves et d’enthousiasmes, manque d’épaisseur, même si, après tout, il s’agit bien, modestement, du palmarès critique d’une toute jeune fille boulimique de livres.

Couverte de prix littéraires anglo-saxons et spécialisés (dont le Hugo et le Nebula), cette plongée dans l’univers d’une adolescente brimée, curieuse et imaginative est d’un charme fou, en dépit de la modestie de ses prétentions. Il n’y a en effet pas forcément besoin de grandes sagas, de grands univers science-fictionnels pour que le lecteur prenne en amitié cette attachante et magique personnalité en formation…

Jo Walton, Morwenna, traduit de l’anglais (Pays de Galles) par Luc Carissimo, Denoël, 2014, 350 pages.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Par Charlie Jane Anders et Gordon Jackson.

Le moment de payer ses impôts est arrivé ! Quels que soient nos sentiments vis-à-vis de l’action de l’État, nous ne pouvons nous empêcher de ressentir un pincement au cœur en envoyant au fisc sa déclaration d'impôts minutieusement remplie.

Et si jamais nous n’avions plus à payer de taxe ? Et si nous nous soulevions et refusions d'être assujetti à l’impôt ? La science-fiction et la fantasy regorgent de révoltes anti-taxes. De Robert Heinlein au Docteur Who, des peuples de tous les coins ... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Le triomphe de Continent Douluo en février-mars 2021 a confirmé le statut de star incontesté de Xiao Zhan. Sortie sans publicité particulière, la série a cartonné par la seule présence de son acteur vedette. Il a ainsi fait mentir les oiseaux de mauvais augure qui prédisaient sa chute imminente.

Mais nous ne sommes plus dans l'univers du wuxia. La série relève largement du fantastique (ou plus précisément de la fantasy comme on dit) qui pourtant n'a pas trop la cote en Chine communiste. Ajoutons que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles