Coupe du Monde, les grands enjeux du dernier carré

Que peuvent espérer, et que risquent, les quatre dernières équipes encore en lice dans la coupe du monde de football 2014 ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
mondial 2014 FIFA world cup brasil

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coupe du Monde, les grands enjeux du dernier carré

Publié le 8 juillet 2014
- A +

Par Nick de Cusa

Logo de la Coupe du Monde de Football Brésil 2014 (Tous droits réservés)La fin de la compétition arrive pour la Coupe du Monde 2014 de football au Brésil. Le premier tour fut excitant et pétillant, et la suite a vu la disparition intégrale des surprises, bien que presque tous les matches aient été serrés, et un jeu beaucoup plus contrôlé et bien moins risqué.

La France est tombée contre plus expérimentée qu’elle, et avouons qu’il s’agit d’un tournoi où l’expérience compte pour beaucoup. L’Algérie a été vaillante au possible. La Belgique a certainement manqué d’un brin d’audace, peut-être du fait de l’enjeu.

Et maintenant il n’en reste que quatre. Et ce n’est rien de dire que nous avons là à faire à des nations spécialistes, voire expertes, tant on a l’habitude de les voir à ce niveau : l’Allemagne, l’Argentine, les Pays-Bas et le pays hôte, le Brésil. Les petits Poucets des demi-finales passées, Uruguay, Corée, Turquie, Croatie, Belgique, et autres, brillent par leur absence.

Quels sont les enjeux pour ces quatre-là ?

Argentine, Messi géant ?

Pour l’Argentine, nous l’avons déjà écrit, il s’agit de savoir si Messi ajoutera le titre indispensable pour entrer parmi les plus grands. Pour le reste de l’équipe, une victoire finale signifierait de rattraper l’Allemagne au palmarès, et de se confirmer ainsi comme le plus grand des petits pays du football – par la population s’entend.

Pays-Bas, enfin ?

Pour les Pays-Bas, c’est très simple : gagner enfin. Cruyff n’y est pas arrivé en 1974 face à l’Allemagne de Beckenbauer ; en 1978, des vilaines langues prétendent qu’il a renoncé à y aller à cause d’intimidations. Van Basten, Gullit et Rijkaard, pas plus, Bergkamp a échoué aux tirs au but en 1/2 finale en 1998, et bien sûr, Robben et Sneijder ont chuté face à une Roja simplement trop forte en finale de la dernière édition. De bien des points de vues, on pourrait dire que c’est leur tour. Dans le cas contraire, ils risquent de se trouver coincés dans le role de Poulidor du football. Étrangement, ce sort guette aussi un peu la grande Allemagne.

Allemagne, Poulidor ?

L’Allemagne, Poulidor ? Le pays dont Lineker disait qu’il gagne toujours à la fin ? Eh bien oui. Depuis sa dernière victoire en 1990 (et même à l’euro en 1996), le temps se fait long. C’est une impressionnante accumulation de demi-finales, de podiums. Pour ce qu’on a vu jusqu’ici, elle est, de toutes les équipes, celle qui présente le moins de lacunes dans le jeu. Toutes les autres ont dévoilé des points faibles clairs ; elle, pas tant que ça. Du point de vue de l’analyse globale, elle fait figure de favori logique. Mais sinon, gare à la sinistrose : une longue sécheresse, l’Argentine qui pourrait la rattraper au palmarès avec trois titres, l’Italie qui resterait devant avec quatre, ou le Brésil qui pourrait s’échapper très loin.

Brésil, sixième ?

Car bien sûr, la plus grosse question est de savoir si la superpuissance mondiale du football international va arriver à remporter, non seulement sa coupe du monde « à la maison », mais encore sa sixième. Au début, on ne l’aurait pas cru, mais il faut souvent éviter dans ce tournoi de se fier aux premières impressions. Le vainqueur final peut monter régulièrement en puissance, et finir bien plus fort, au bout de quatre semaines, qu’il n’a commencé. Bien sûr, le Brésil a perdu son meilleur élément, le talentueux et turbulent Neymar, d’une lamentable agression qui lui a tout de même cassé une vertèbre. N’excluons pas que ce drame (à l’échelle du jeu) galvanise l’équipe, et qu’elle y parvienne en son honneur.

Une fois tout ceci dit, qui va gagner ? Puisque les surprises ont soudainement disparu depuis les huitièmes de finale, je prends le risque d’annoncer le Brésil ou l’Allemagne. Bien malin qui pourrait choisir entre les deux. Pour trancher, disons que l’élan national fera la différence et que ce Brésil qui n’est pas – jusqu’ici – un grand cru, y arrivera quand même.

J’espère me tromper, car mon équipe du cœur, elle, c’est les Pays-Bas. Et ça n’engage que moi.

Que le meilleur gagne.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • « Les petits Poucets des demi-finales passées, Uruguay, Corée, Turquie, Croatie, Belgique, et autres, brillent par leur absence. » la turquie n’a meme pas étéqualifié pour le mondial. la croatie et la corée ne sont pas sorti de leur poule

    • « Les petits Poucets des demi-finales passées, Uruguay, Corée, Turquie, Croatie, Belgique, et autres, brillent par leur absence. » c’est clair qu’une telle imprécision discrédite l’auteur.
      L’allemagne, « celle qui présente le moins de lacunes dans le jeu » houlala on ne doit pas parler de la même équipe d’Allemagne.
      Un article inutile ou « comment parler d’un sujet qu’on ne connait pas »… M. de Cusa pardon mais une photo Panini ne vous donne, à priori, pas l’expertise requise pour parler foot.

  • je suis comme sceptique pour le brésil…….je doute qu’ils arrivent à battre l’allemagne sans neymar. pour moi, on va asssisté à une finale argentine allemagne.
    le brésil est le pays pour lequel il y a le plus d’enjeu. l’enjeu est non seulement sportif mais aussi politique. dans quelques mois, il va avoir des élections. Dilma Rousseff condamne son pays à long terme à cause de sa politique ultrapopuliste. ceci dit ces deux concurrents sont un social démocrate et un socialiste. je doute qu’ils sont mieux qu’elle (meme si je ne les connais pas n’étant pas spécialiste de la politique brésilienne).

  • Je parierais plutôt sur nos cousins germains, dont l’équipe, outre son absence de point faible flagrant, est aussi la plus complète. Ca joue bien et à tous les postes. Ils sont capables de mettre une grosse branlée au Portugal et de jouer sérieux-1er-de-classe contre la France. Et ils ne sont pas dépendants d’une individualité comme le Brésil (à qui il va en manquer 2 très importantes ce soir) ou l’Argentine. Les allemands sont aussi tous là, tous en forme et ont de l’expérience à revendre. Bref la Mannschaft est uen grosse machine bien huilée, très deutsche Qualität.

  • pour le brésil, les enjeux sont énormes. on ne peut pas exclure la possibilité qu’ils décident d’utiliser des moyens pas très légales (du genre pot-de-vin) pour s’assurer de gagner la coupe du monde. en plus, cela ne serait pas vraiment la première fois…….je remarque juste que les abrites ont tendance à être plutôt en faveur du brésil (et pas que pour cette coupe du monde).

  • Quitte à passer pour un gros naze, je crois que celui qui va pallier l’ absence de Neymar en attaque, ce sera Fred.
    Ce joueur ne fait strictement rien au sein de l’équipe brésilienne depuis deux semaines.
    Je pense qu’il va brutalement se reveiller sur la fin du tournoi

  • Mi-temps. Allemagne 5 – Brésil 0.
    Attendons les analyses et les commentaires. Indice : le foutebol est un sport collectif.

  • Allez, va pour un pronostic : Argentine devant Allemagne puisqu’à cette heure on sait qu’elle a éliminé le Brésil.

  • Hier soir, démonstration de vulnérabilité quand le collectif n’est plus. Avis aux libéraux 😉

    • Ah ben non ❗
      Oui au collectif décentralisé au maximum ❗
      :mrgreen:

      • Marcelo, arrière gauche (?) en titre du Brésil vous a reçu 5 sur 5 (5 – 0 à la mi-temps) dont 2 ou 3 pour lui tout seul qui avait décidé de se décentraliser en attaque quand l’Allemagne…attaquait !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Thomas Renault.

[caption id="attachment_210426" align="aligncenter" width="640"] baby-foot d'extérieur credits frederic Bisson via Flickr ((CC BY 2.0)[/caption]

Il y a quelques temps, le génie John Nash, prix Nobel d'économie 1994, a perdu la vie avec sa femme Alicia dans un accident de voiture. Si vous ne connaissez pas la vie de John Nash, je ne peux que vous conseiller de regarder au plus vite le film A Beautiful Mind (Un homme d'exception en français), oscar du meilleur film en 2002. John Nash était un mathématicien bien... Poursuivre la lecture

Le 9 janvier 1822 marque le début de l'indépendance du Brésil. Fico ! Un mot, un seul, et tout a basculé ce jour là . « Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico » proclame Dom Pedro. Ce qui donne en bon français approximativement : « puisque c'est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste ». Ce « je reste » (Fico) jeté à la face du Portugal était l'aboutissement d'un processus déclenché plusieurs années auparavant.

L'indépendance brésilienne est la plus originale du continent américain. Les h... Poursuivre la lecture

football
0
Sauvegarder cet article

par h16

Dans un précédent billet, je m'interrogeais sur l'étonnante fréquence de certains troubles observés chez des athlètes de différents milieux, une augmentation du nombre de petits soucis chez certains footballeurs et l'étrange augmentation de la mortalité, toutes causes confondues, chez des populations jeunes plutôt habituées à ne pas trop mourir. Et ça tombe bien parce que, dernièrement, les contributeurs de Wikipédia ont mis à jour quelques listes intéressantes.

On trouve de tout, sur Wikipédia, depuis la vie passionnant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles