L’armée française équipée d’un fusil étranger pour la 1ère fois depuis 300 ans

En 2017, c’est sans doute une arme d’origine étrangère qui prendra la relève du célèbre fusil d’assaut Famas, en service depuis prés de 40 ans dans l’armée française,

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’armée française équipée d’un fusil étranger pour la 1ère fois depuis 300 ans

Publié le 2 juillet 2014
- A +

Beretta ARX-160Depuis 1717, date de l’adoption de son premier modèle réglementaire, l’armée française a toujours été équipée de fusils de conception et de fabrication nationale, dont certains ont fait l’histoire et sont devenus mondialement célèbres, comme le fusil An IX des grognards de Napoléon, le modèle 1866 Chassepot, le plus moderne de son époque, le modèle 1886 dit Lebel, le premier au monde à tirer une cartouche sans fumée et symbole du poilu de la Grande Guerre ou encore le MAS 36, qui eut une si longue carrière.

Mais à présent, faute de compétiteur national en mesure de répondre aux exigences du ministère de la Défense, ce sera plus que probablement une arme d’origine étrangère, soit allemande (Heckler & Koch) soit belge (FN Herstal) soit enfin italienne (Beretta), qui semble actuellement la favorite. Le nouveau fusil devrait tout de même être fabriqué en France par Humbert, filiale de la société italienne.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Encore un symbole qui s’écroule.
    Mais rassurez-vous, Valls et Hollande nous jurent que tout ira mieux…. un jour.
    A quand des soldats totalement étrangers? des mercenaires quoi.

    • Comment peut-on lire Contrepoint et s’en plaindre ?

      Nous ne sommes plus au XIXeme siècle, ça n’a rien de choquant dans le monde actuel.

      Mais peut être préférez vous une arme dépassé mais bien de nous.

      • C’est sûr, on sait pas faire ! Bien sûr…

        C’est ridicule. Le siècle n’a rien à voir là-dedans…

        Fabriquer des armes de très hautes qualité on sait faire et plus que bien. Mais encore faut il que l’on ne crache pas sur ce que sa représente.
        Ca fait des années que le lobby anti-arme en France nous désinforme. ( A la solde de pays tiers ???)
        On a encore de grandes manufactures d’armes, des ingénieurs etc.

        Ho ! Je lache l’affaire ce pays est désespérant……..

  • A cette annonce, on sait qu’on a descendu une marche d’escalier.
    Nos munitions de calibre 5.56 sont déjà produites à l’étranger !

  • Logique. L’État français détruit le marché, les producteur nationaux n’ont plus de marché, ils disparaissent, et il ne reste plus qu’à se fournir à l’étranger.
    véhicules haut de gamme, art, armes, éducation, etc. Mêmes causes mêmes effets …

  • Mais mais mais …C’es pô bien les armes ! Voyons…
    On veut plus en fabriquer, pô bien…

    Bon on va essayer de fourguer quand même notre Rafale, mais pour des Pm de fantassin, on sait pas
    faire !?
    Putain, ce pays part grave en quenelle (molle) !
    Manurhin est une marque française qui fabrique pour le GIGN. Bof, le GIGN encore un groupement de fachos qui n’a pas de femme inside !!
    http://www.gign.org/groupe-intervention/?p=805

  • Le Famas fabrique en France ?, j’ai un cousin qui vis en Grèce et a fabrique des Famas pour l’armée française.

  • Je pense pas…au Liban l’armée française était dotée du SG 540…je parle dans les année 85.

  • Humbert assurera la maintenance du parc, mais sûrement pas la fabrication. Et cela seulement si le FA Beretta est retenu.

    Le cahier des charges est quelque peu discriminatoire, en plus, puisqu’il exige que le fournisseur fasse au moins 80 M euros dans l’UE, ce qui élimine pas mal de candidats.

    Evidemment, depuis le sabordage des industries de défense sous Jospin et successeurs en ce qui concerne les armements légers ou individuels et les munitions, on ne va pas laisser une telle industrie, qui ne pourrait être que privée, se créer et se développer et produire des emplois. M’enfin!

    Pour l’anecdote, des milliers de FA MAS absolument neufs filent à la destruction ces temps-ci et les opérationnels doivent faire avec des fusils usés jusqu’à la corde. Saine gestion, n’est-ce pas…

    Pas sûr que la pensée fonctionne dans certains ministères! Ni même qu’elle existe…

    • « Pour l’anecdote, des milliers de FA MAS absolument neufs filent à la destruction ces temps-ci »

      Ah ouais… quand même!

  • De toutes façons, l’armée française n’existe pratiquement plus, diluée qu’elle est dans l’Otan où elle joue les supplétives de l’armée américaine. Quand à ce fusil, on a intérêt à en soigner la crosse, car lors d’un prochain défilé, cette dernière risque fort d’être mise … en l’air.

  • Winch !
    petite correction nous les étrangers nous sommes là déjà depuis 150 ans.
    Vive la légion

  • 0 arme , 0 mort …. ce serait encore mieux non ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il n'y a aucune différence entre le ministère des Armées (appellation actuelle depuis 2017) et le ministère de la Défense (appellation qui était retenue depuis 1974). Emmanuel Macron a simplement choisi de reprendre l'intitulé qui était celui du ministère entre 1958 et 1969. Le service de presse du ministère des Armées a d’ailleurs indiqué que "le ministère des Armées exerce toutes les attributions précédemment dévolues au ministre de la Défense, telles que définies par le Code de la défense".

Pour paraphraser Fernand Raynaud, « c’est ... Poursuivre la lecture

Par Eric Martel-Porchier. Un article de The Conversation

Si l’on compare l’actuelle guerre en Ukraine à deux conflits précédents qui ont impliqué l’armée soviétique et russe – la guerre soviéto-finlandaise de 1939 et la première guerre de Tchétchénie en 1994-1996 –, on ne peut qu’être surpris par leurs similitudes. Pourtant, les contextes historiques et sociaux sont totalement différents. Quelle proximité peut-il y avoir entre l’URSS de 1939, marquée par les terribles purges staliniennes et dont le gouvernement vit dans la peur d’une f... Poursuivre la lecture

Par Sergei Fediunin. Un article de The Conversation

En 2008, la Russie a lancé la grande réforme de ses forces armées. Au-delà de la modernisation des matériels et de l’armement, il s’agissait d’optimiser les effectifs et de professionnaliser les contingents.

Les effectifs ont été fixés à un million d’hommes. Dans les faits, les militaires professionnels, soldats comme officiers, dont le nombre total s’élève à plus de 700 000 personnes, sont toujours appuyés par quelques 260 000 conscrits. Environ 130 000 hommes de 18 à 27 ans s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles