Ces chiffres du chômage que Rebsamen n’a pas commentés

François Rebsamen (Crédits Philippe Grangeaud-Solfé Communications, licence Creative Commons)

François Rebsamen a refusé de commenter la nouvelle forte hausse du chômage en France. Soulignons à sa place les chiffres importants.

Par Nicolas Nilsen.

François Rebsamen a annoncé jeudi 26 juin que – contrairement à son prédécesseur Michel Sapin « qui l’a beaucoup fait » – il ne commenterait pas les chiffres mensuels du chômage. Il préfère les « étudier sur une période assez longue »…

« Étudier les chiffres sur une période assez longue… »

« Je me suis donné une consigne en arrivant », a déclaré le ministre du Chômage, « de ne jamais commenter les chiffres mensuels du chômage »…« Ces chiffres mensuels, quand on les prend mois par mois, ils ne veulent pas dire grand-chose. » Il faut, a-t-il ajouté, « les étudier sur une période assez longue ».

Très bien, regardons-les donc sur « une période assez longue » les chiffres du chômage en mai publiés ce soir, 26 juin, par la DARES.

Chomage France

Le détail des chiffres de mai

  • 3 388 900 chômeurs en catégorie A – en hausse de + 4,1% sur 1 an.
  • 5 020 200 chômeurs en catégories A, B, C – en hausse de + 4,8% sur 1 an.
  • 5 695 700 chômeurs en catégories A, B, C, D et E (France métropolitaine uniquement, chiffre auquel il faut donc ajouter les chômeurs des DOM qui – pour je ne sais quelle obscure raison raciste que je ne m’explique pas – continuent à ne pas être comptabilisés comme « chômeurs Français »1

5,7 millions de chômeurs au total

Pourquoi retenir le total cumulé des catégories A, B, C, D et E ?

Tout simplement parce que lorsque tous ces chiffres, que François Rebasamen se refuse à voir, exploseront en émeutes urbaines, on ne demandera pas aux casseurs s’ils sont de catégorie A ou B ou E… Quand ils arriveront en fin de droits et que l’État en faillite ne pourra plus payer leurs indemnités-chômage, ils casseront tous ensemble les vitrines pour manger ! Il ne faudrait donc même pas dire « courbe des demandeurs d’emplois » de telle catégorie, pas dire non plus « courbe du chômage » mais dire carrément « courbe de l’explosion sociale » ou, et c’est d’ailleurs la formule que j’adopterais, « courbes des prochaines émeutes urbaines »…

C’est donc bien ce chiffre de 5,7 millions de chômeurs qui devrait faire trembler de peur tous nos politiciens aveugles ! Mais Rebsamen préfère ne pas les commenter…


Sur le web.

  1.  Pour les catégories D et E, le gouvernement ne donne en effet pas les chiffres « avec les DOM »… Pourquoi cette distinction « Métropole / DOM » ? On est tous Français non ? Le gouvernement est-il devenu raciste au point de distinguer les chômeurs selon qu’ils sont « DOM » ou « métropolitains »… Pour moi, un chômeur est un chômeur, quelle que soit la couleur de sa peau. Et il faudrait donc ne donner qu’un seul chiffre, sans distinction d’origine. Est ce qu’on comptabilise à part les « ministres métropolitains » ? Est ce qu’ils oseraient compter Madame Taubira à part dans le gouvernement ? Quelle honte tout de même. Qu’ils arrêtent donc une fois pour toutes de parler de « chômeurs métropolitains » et de « chômeurs des DOM ».