L’enfonceur de plancher

Jusqu’où nous faudra-t-il descendre pour enfin songer à remonter ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Sondages Hollande (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enfonceur de plancher

Publié le 7 juin 2014
- A +

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints373

La devise de Nicolas Fouquet, ministre de Louis XIV, « Quo no ascendet ? » (« Jusqu’où ne montera-t-il pas? ») a été reprise par Hollande Ier qui l’a ajusté à sa taille : « Quo no descendet ? », en battant tous les records de dégringolade de la Vème République. Il en est à 16% de confiance… et à 0,5% de sondés qui le considèrent comme le meilleur Président de cette même Vème… Et pour enfoncer le plancher, 3% l’envisagent comme candidat du PS pour 2017 !

C’est ce type qui a expliqué en privé à Poutine l’avenir de l’Ukraine, a épaté Obama par sa vision du monde et s’est assis galamment avant la Queen au repas de la Commémoration. C’est aussi le gus qui a intronisé l’indépendantiste guyanaise comme Garde des Sceaux et enclenché une politique de « changement civilisationnel » comme elle l’a dit.

En quasi-discrétion pendant que la flotte alliée traversait la Manche (ok, il y a 70 ans, mais ça sonne bien), l’Assemblée dite nationale votait dans la nuit du 4 au 5 juin la suppression des peines-plancher instaurées par Sarkozy dans un esprit de karchérisation de la délinquance. C’est dans le droit-fil de l’idéologie socialo-marxiste des années 70, « C’est la faute à la société » que le dinosaure PS s’obstine à vouloir fabriquer une société à son moule, parce que si les socialistes admettaient l’évidence de la société réelle, ils ne pourraient plus être socialistes, donc, ils ne seraient plus.

Il est particulièrement symbolique de voir le Président Poutine, ex-KGB, ex-communiste, à la tête d’une Russie dépouillée de ses oripeaux marxistes et adepte de l’économie de marché1 côtoyer lors des cérémonies du D-Day le Président socialiste d’une France qui hurle à l’ultra-libéralisme à la moindre tentative de réforme.

Jusqu’où nous faudra-t-il descendre pour enfin songer à remonter ?

  1. Économie de marché fondée sur le capitalisme de connivence, certes…
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Merkel n’a pas un U-boot encore en état dans un musée afin de couler le pédalo ?

  • Hélas pour nous tous, sa majesté sérénissime Normal 1er, a fait un stage à la COMEX (H.G Delauze), les profondeurs ça le connait.

  • Ça c’est vraiment un « regard » qui fait avancer le schmilblick… René toi aussi il faut que tu remontes la pente…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
extrême droite
1
Sauvegarder cet article

Un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche a interrogé des Français six mois après la réélection d'Emmanuel Macron, sur leur choix s'ils votaient aujourd'hui.

 

"On refait le match" : l'extrême droite illibérale progresse

Même si Emmanuel Macron améliore modérément son score comparé aux résultats officiels de la présidentielle d'avril (29 % d’intentions de vote contre 27,8 %), et garde toujours la préférence des seniors, il ressort que Marine Le Pen enregistre d’une forte percée (30 % des voix contre 21,3 % des suffrages e... Poursuivre la lecture

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles