Allocution de François Hollande : le pédalo a encore rétréci

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Allocution de François Hollande : le pédalo a encore rétréci

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 mai 2014
- A +

C’est avec un peu d’étonnement que j’ai appris que Hollande allait intervenir sur les médias, étonnement qui s’est rapidement mêlé de consternation en entendant ce que le président avait à dire. Cela méritait-il vraiment d’interrompre toutes les rotatives et tous les journalistes en radio ? Franchement, je me demande.

la dialectique peut elle casser des briquesParce qu’en cinq minutes d’une intervention menée à un rythme qui ne ressemblait pas à celui, lancinant, qu’il impose d’habitude à ses auditeurs, ce qu’il a dit n’a pas franchement cassé des briques.

Après avoir passé un petit savon sur les électeurs du FN, qui n’ont vraiment pas été gentils, lui font mal à sa France et mettent ce beau pays, le phare de la Liberté et des Droits de l’Homme, dans une sale posture vis-à-vis des autres membres européens, Hollande a fermement décidé de faire porter le chapeau à son prédécesseur et à la conjoncture très difficile (mais surtout pas lui), puis s’est fixé comme mission de réformer la France et de réorienter l’Europe, parce que bon, ça suffit à la fin, maintenant, c’est décidé, il faut faire des choses.

Voilà donc le capitaine de pédalo qui annonce vouloir agiter ses petites cannes de serin pour draguer derrière lui tout le paquebot européen. On y croit très moyennement, d’autant moins que son frêle esquif a encore rétréci au lavage électoral, et ne mesure plus guère qu’un petit 15% (si on oublie l’abstention, et 6.1% sinon). Mais il y tient : avec sa nouvelle légitimité turgescente et vigoureuse, il va réorienter l’Europe, d’autant plus qu’il va mener une réforme du Tonnerre De Brest en France, vous allez voir, ça va cogner du chaton mignon.

hollande alibi

Oui, vous avez bien lu (et pour les plus courageux d’entre nous, vous avez bien entendu), il entend réformer la France à grand coup de plans d’actions, de pactes trucs et de dépoussiérage institutionnel machin. Cette affirmation soudaine à vouloir changer les choses interroge. D’une part, on se demande pourquoi il ne s’y est pas mis plus tôt. Même en imaginant qu’il lui ait fallu un an pour prendre la mesure de l’ampleur de la crise, la deuxième année aurait largement dû être consacrée à mettre en place les réformes structurelles qui permettraient, justement, de relancer la croissance, ou, au moins, de stabiliser la situation, arrêter l’hémorragie d’emplois, de reboucher les paniers percés des administrations, bref, insuffler un vrai vent de réformes profondes.

D’autre part, on attend toujours les détails de ses pactes divers et variés, annoncés pour certains depuis la fin de l’année dernière. Si la mise en place des réformes demandera bien évidemment du temps, annoncer précisément de quoi il va retourner n’en prend guère, et composer des grandes lignes pour préparer l’opinion à ces réformes ne nécessite surtout que du courage. Les données, on les a depuis des lustres. Les domaines d’actions sont connus. Les méthodes ne sont, malheureusement, pas pléthore et les marges de manœuvre ont même tendance à se réduire, ce qui laisse peu de place aux tergiversations chronophages. Mais apparemment, l’actualité a été trop chargée ces derniers temps puisque nous n’avons eu ni les grandes lignes, ni le détail de ces réformes, juste leurs noms sous forme de slogans publicitaires et de jingles acidulés.

quand valls économise un chaton mignon prend cher

Et du côté européen, il prétend pouvoir réorienter tout le paquebot Europe. On se demande où il est allé pécher une idée pareille, mais deux petites secondes de réflexion montrent qu’il ne le pourra pas. D’abord, parce que le Parti Populaire Européen (la droite européenne, donc) a toujours la dragée haute. Ensuite, il faut bien admettre qu’actuellement, ceux qui ont le vent en poupe, ce sont largement plus les anti-européens que les pros, et certainement pas le PSE (parti socialiste européen) qui a perdu pas mal de sièges et n’a toujours pas la majorité au parlement. Et enfin, les récentes élections, toutes bleues marines furent-elles, n’ont pas changé la donne européenne : les équilibres sont identiques, les gugusses sont globalement les mêmes. Hollande n’a rien pu réorienter en deux ans d’Europe, on ne voit pas ce qui pourrait changer maintenant. Et ce n’est certainement pas avec sa nouvelle crédibilité qu’on n’aperçoit plus maintenant qu’avec un microscope à balayage électronique qu’il va pouvoir déclencher autre chose que des sourires amusés parmi ses collatéraux à Bruxelles.

hollande : habemus blagounette

Avant même d’avoir entendu le chef de l’Exécutif s’exprimer sur les résultats de campagne, il était légitime de se demander s’il y avait réellement matière à commenter de sa part.

Après tout, le peuple, souverain, a voté, et a mis une solide calotte aux partis de gouvernement : il n’y a guère à discuter. Après tout, l’élection implique des députés européens, et si elle est probablement un défouloir pour les électeurs, ne change pas l’équilibre des forces en présence dans le jeu national : il n’y a donc en France rien qui change fondamentalement. Après tout, le bonhomme est en place pour encore trois ans et peut, si cela sent vraiment le roussi, dissoudre l’assemblée ; moyennant le scrutin à deux tours, il aurait probablement une droite pas trop extrême en face de lui pendant le reste de son mandat, ce qui sera amplement suffisant pour la griller définitivement et être réélu quasiment dans un fauteuil. Bref : même un échec pareil ne le remet pas directement en cause.

Alors, sérieusement, pourquoi a-t-il pris la parole ?

Quel conseiller à moitié débile lui a proposé une manœuvre aussi délicate, et pire, quel hydrocéphale lui a pondu un texte à ce point navrant ? Prendre la parole devant le peuple à la suite d’une telle rouste demande effectivement du courage, mais cela se transforme en pure inconscience si c’est pour ensuite se placer, encore une fois, dans un nouveau piège rhétorique. C’est à se demander si Hollande, parfaitement conscient de son inamovibilité, ne se moque pas ouvertement du peuple français. Alternativement, il est totalement inconscient du décalage de son attitude par rapport à ce qui est demandé et ne comprend pas qu’ajouter une grosse louchée de langue de bois sur la débâcle de dimanche ne fait qu’attiser l’irritation générale, tant chez ses opposants que, pire, chez ses partisans (dont le nombre continue de diminuer).

De façon claire, prendre la parole pour un résultat aussi calamiteux laisse pour le moins perplexe. Si l’on écarte la possibilité qu’il ait lancé cette idée en l’air, pour rire, entre deux tartines au petit-déjeuner, et que tout son staff, aussi servile que perdu, ait embrayé aussi sec, on est forcé d’imaginer que cette prise de parole répond à une stratégie particulière. Bien évidemment, on en sera réduit aux pures spéculations, mais peut-être le message d’hier ne s’adressait-il finalement pas aux Français. Peut-être était-il plutôt dirigé vers l’extérieur, ce monde qui nous regarde un peu, consterné par les résultats, et que Hollande a bien maladroitement tenté de rassurer, tant sur le plan politique que sur le plan économique avec ses promesses de réformes, pour l’instant sans substance concrète. Peut-être aussi ce message s’adressait-il à ses propres troupes sur le mode « Tenez bon, j’ai compris qu’on barbotait dans le purin, on va s’en sortir », impossible à faire avaler.

Difficile à savoir. La seule impression qui surnage est que le chef de l’Exécutif semble s’être fait dicter sa conduite par un parti tiers, qu’il est balloté par les événements et ne montre aucun signe de savoir où il va… mais qu’il y va quand même, à tout hasard.

Vraiment, tout ceci n’est pas très rassurant.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (39)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (39)
  • Et c’est sans parler du lapsus du président… Lapsus dans le texte (pondu par le staff ?) lu tel quel, enregistré et balancé tel quel à la gueule des français… On en est même plus à de l’amateurisme, c’est carrément grotesque. Il s’était levé, on l’aurait découvert en calbut. Il se serait retourné, il avait un poisson en papelard scotché dans le dos… Il y avait sûrement des confettis jonchant le sol à ses pieds…
    C’est la franche rigolade.

  • 🙂
    Oh, racontez (si vous avez le temps) ! Quel lapsus ? Je n’ai pas écouté le-dit discours, marre des pensums bavards qui ne mènent à rien…

  • Inlassablement, tel un « leitmotiv », il répète à l’envi :
    « Demain, on rase gratis ! Demain ! »

  • Il s’en fout, il est payé à vie (comme président puis comme retraité).

    Il parle juste pour qu’on ne l’oublie pas (et cela marche).

    Seul point positif : il donne raison aux défenseurs de l’éolien : il faut vite en mettre une dans la cour de l’Elysée : elle va être brassée celle-là !

    • Après la perte TOTALE de légitimité qui est maintenant actée.
      Je pense qu’une petite descente sauvage et citoyenne festive serait nécessaire.

      Si l’on ne nous reconnait pas le DROIT de virer des incompétents, il faut donc aller le réclamer !

      Sinon, arrêtons de nous plaindre.

      • Mais dit moi, tu m’as l’air bien en forme toi !

        Tu es sur que tu as plus de 18 ans pour trainer sur les forums libéraux.
        Tu sais, c’est des mangeurs de chatons, de BB, et parfois même d’enfants.

        Les super, Néo-libéraux (j’aime, ça fait très futuriste) sont des dangereux pervers qui veulent sauver le monde en nous libérant de la racaille socialiste. Le seul HIC, est que les libéraux ne veulent pas du pouvoir (c’est sale, pas propre et pas chatons compatible).

        Du coup, on va se taper la grosse blonde en 2017. SI ça, c’est pas le « cul sur la commode » ou « démonter ta petite gueule », hein ?

        Mais j’aime bien votre style sinon (en valeur absolue sur la grossièreté, c’est poétique et frais)

  • Oui, rien à rajouter.

    Sauf un petit plan en marinière qui serait le bienvenue:
    http://goleri.fr/images/pK6RhWs

    Histoire d’insuffler un peu de vigueur dans nos joues et retrouver le sourire.
    Pour conclure, c’est peut être ça qu’il manque à la France.

    Il est grand temps de faire un gros RESET SYSTEM ctrl+alt+supp, je boot en linux, et ça roule.

  • Encore parfait ! J’en ris encore !
    Votre papier reflète parfaitement les réflexions que je me suis faites (et je pense que beaucoup comme nous ont pensé de même). Aurait-il fait son speech le soir des élections (comme tout vrai homme d’état l’aurait fait à sa place), on aurait compris un peu plus. Mais prendre une journée, des réunions avec ses complices, pour sortir ça ! C’est très ridicule et inutile. Alors peut-être avez-vous raison ! Peut-être ne s’adressait-il pas à nous mais « au monde » ; pour les rassurer ? je ne sais pas. Je ne pense pas qu’ils aient encore peur de nous Nos politiques se sont chargés de nous transformer (notre pauvre pays) en un matamore pérorant et incompétent que les autres pays ne craignent plus du tout et sur lequel ils ironisent.
    Nous n’avons plus hélas la place que nos vrais chefs d’Etat avant Giscard) nous avaient donnée. Nous ne sommes plus que des fantoches.
    En tous cas, encore un article que je vais me faire un plaisir de conserver et relire lorsque le cafard est trop fort.
    Merci à vous !

  • La nouvelle bataille navale franco-libérale :

    – H16 ?
    – Un pedalo coulé !

  • forcement qu’il met un peu de conviction, il est tellement bas, qu’il faut ressortir un atout de son jeu. aura t-il assez de carte pour rester à la table de jeu jusqu’en 2017 ?

    Je parie que quand ça sera la merde en 2017 il nous dira qu’il a pas eut le temps de faire ce qu’il voulait…

  • Le combat de Horace Hollande contre la Curiace économie :

    – Que vouliez-vous qu’il fit contre les réalités économiques ?
    – Qu’il mourût !

  • Après le coup du voyage en voiture à Tulle, cet épisode montre tout le misérabilisme de Normal Ier. Franchement, son équipe de com est complètement à la rue !

  • Effectivement, il ne pouvait que s’adresser au monde vu le niveau indigent de son allocution, avec un beau lapsus en prime 😀

    Et le monde est effectivement rassuré : Hollande est un nul, la France coule. Le monde va pouvoir venir se servir. La curée est ouverte.

  • Il va terminer à califourchon sur un flotteur

  • Culbuto le prophète irresponsable sait parfaitement où il va, à savoir sa réélection face au FN en 2017. Le recours systématique à des boucs émissaires qui ne font plus illusion (et d’opportunes actions judiciaires « indépendantes » contre ses adversaires politiques habituels) est le signe qu’il persiste obstinément dans cette stratégie de conservation à tout prix de son pouvoir personnel, au prix de la France et des Français sacrifiés.

    Sauf que s’il persiste dans cet objectif, c’est le FN qui gagnera la présidentielle, pas lui. Et là, on ne donne pas cher du PS dont les membres devront faire face à d’autres actions judiciaires tout aussi « indépendantes » mais autrement plus fermes, dans l’indifférence générale. Finalement, ce sont plutôt les socialistes qui ont aujourd’hui tout intérêt à faire tomber Culbuto, et vite fait encore, s’ils espèrent survivre à 2017. Seront-ils assez futés pour comprendre qu’à force de laisser l’irresponsable jouer avec le pays, ils jouent très gros pour eux-mêmes ? A entendre les filochards du PS, rien n’est moins sûr pour l’instant.

  • Il ferait encore mieux de se taire , en agissant de la sorte il ne dit pas de bêtise qui sont immédiatement récupérées politiquement par le FN ou l’UMP…

  • J’en ai discuté avec d’autres militants UMP et personne ne pense que la démission de Copé ne va affaiblir notre parti, contrairement à ce qu’en disent les médias.
    Car les Français auront à choisir
    Soit le socialisme d’Hollande ou de Valls qui nous conduit inexorablement à le ruine
    Soit l’UMP alliée à l’UDI .
    Les electeurs penseront-ils qu’il faut sanctionner l’UMP parce qu’il y a eu un dépassement de budget lors de la campagne de 2012 ?
    Franchement il serait suicidaire de reconduire un pouvoir socialiste (allié aux Verts) , à cause de cette petite erreur budgétaire

    • Le PS ne passera même pas le premier tour.

      Mais pas sur que l’UMP en grand écart entre son aile populiste et son aile libérale survive longtemps une fois de retour aux manettes … L’UMP doit absolument se scinder pour survivre à long terme, l’impopularité du PS ne lui ouvre aucuns boulevards. Il n’est raisonnable d’avoir des ultra-étatistes associés à des libéraux au seins d’un parti de droite.

      • @ un jeune

        Eclairez ma lanterne, à propos de ceux que vous considérez comme des ultra-étatistes.

        Des gens de l’UMP comme François Fillon, Xavier Bertrand, Bruno Lemaire, Henri Guaino, Laurent Wauquiez.
        Les considérez vous comme des ultra-etatistes ?

        • Des étatistes ? A peu près tous, à divers degré bien sûr, sauf peut-être la « France moderne et humaniste ».

          Des ultra-étatistes ? Commençons par « la droite populaire » et « la droite forte ».

          Donc maintenant, j’aimerai bien qu’on m’explique comment des ultra-étatistes peuvent cohabiter avec des « libéraux » et des moyennement libéraux/étatistes. Il y a un énorme problème ! Ces gens ne peuvent pas cohabiter dans un « tout » lisible pour l’électeur. Comment je sais que mes idées seront représentées, si je vote pour un parti où on trouve tout et son contraire ? C’est aberrant. Et parfaitement illisible pour l’électeur.

          Il y a un moment donné où il faut arrêter les idioties. L’UMP va devoir choisir son camp : où elle fait la course à l’étatisme (pour pas dire l’échalote ») avec le PS et le FN, où elle prends la place vacante sur l’échiquier politique : le libéralisme autant social qu’économique (et pour le premier c’est pas gagné).

        • La chose désespérante que je vis en tant que libéral, c’est l’absence quasi-totale d’une offre libérale sur l’échiquier politique française et aussi le refus systématique de mes collègues de s’allier à une quelconque formation sous prétexte que celle-ci est ultra-étatiste parce qu’elle a accordé une subvention aux joueurs de pétanque de Glandage (Dans la Drôme).

          Les Khmers verts de EELV via leur alliance avec le PS, ont bien réussi à passer du statu d’insignifiante petite fiente politique à celui-ci de destructeur total du marché de l’immobilier Français, ce qui n’est quand même pas rien en terme de progression.

          On ne va tout de même pas me faire croire que tous les Français seraient hostiles à l’émergence d’un parti libéral, même si celui-ci fait des alliances avec l’UDI par exemple.

          S’allier, ce n’est pas forcément perdre son âme.

          • Je ne pense pas être intransigeant. Je ne pense pas non plus être un libéral pur et dur.

            Néanmoins, je suis désolé mais je ne peut pas voter pour un parti qui garde en son sein des structures comme « la droite populaire » ou qui s’allie avec des chrétiens démocrates, c’est-à-dire des types qui pensent savoir mieux que tout le monde ce qui est bon pour lui. Mon libéralisme n’est pas soluble là dedans.

          • Non je suis d’accord, les liberaux doivent faire des concessions pour se rapprocher du pouvoir. C’est d’ailleurs ce que j’ai déjà dit à plusieurs reprises.

            Il faut voir où à commencer le socialisme. La façon dont il a grappillé petit à petit nos libertés pour mettre en place LEUR société, leur vision et l’imposer comme la nouvelle norme. Ils ne sont pas arrivés avec leurs gros sabots en promettant le tout ou rien. Non, le socialisme a prospéré en France en serpentant.

            Nous devons en faire de même, car il n’y a que ça qui fonctionne.

        • richard-ump: « Les considérez vous comme des ultra-etatistes ? »

          C’est la fée Carabosse qui aurait fait passer l’état français de 30% à 57% en quelques dizaines d’années ?

        • Wauquiez est un coco !

    • Amusante illusion, nourrie par l’ancien histrion de l’Elysée ! C’est plutôt vers le PS que l’UDI penche. S’ils ont fuit l’UMP, ce n’est pas pour s’y coller de nouveau. Les propositions répétées de l’UDI en vue d’une collaboration avec le PS, au prétexte d’une union sacrée pour sauver le pays, le démontrent à l’envi. En réalité, l’UDI est la meilleure carte à jouer pour Culbuto. C’est sans doute l’objet de l’invention farfelue du « social-libéralisme ».

      Cela sert les ambitions de Culbuto. Pas la France et les Français évidemment, mais ça, il y a longtemps qu’on sait que les politiciens s’en foutent complètement.

    • « Franchement il serait suicidaire de reconduire un pouvoir socialiste »

      Eh bien, tant que l’UMP n’aura pas abandonné le socialisme et fait son mea culpa pour le quinquennat Sarkozy, vous reconnaissez vous-même qu’elle n’a aucune chance. Un parti qui fait de la cohésion sociale un de ses piliers justifie par avance tous les excès. Si je peux vous donner un conseil, laissez tomber la solidarité et revenez à la fraternité.

  • Le PIB de la Russie est passé de 195 milliards en 1999 à 2113 milliards en 2013.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles