Valls, le DSK des impôts

Baisse d'impôts (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Un billet d’humeur de René Le Honzec.

img contrepoints300

La hausse des prélèvements sur les ménages doit atteindre 12 milliards pour 2014, suite aux coups de pouce des myriades de dispositions fiscales que notre glorieuse Administration a pondu ces dernières années quels que soient les politiques au pouvoir : 939 000.foyers en plus en 2012, 840.000 en 2013, 1.000.000 prévus pour 2014 (baisse du quotient familial, suppression de demie-part, augmentation de TVA, suppression d’exonérations diverses, cotisations retraites etc.).

Après avoir voté ou prolongé ce que les fins politiques précédents avaient concocté, la bande à Manuel s’aperçoit qu’il y aurait même les plus pauvres qui seraient finalement assez riches pour être imposés. Alors, promis, juré, craché, baisé celui qui y croit, 500 millions pour les plus petits en moins, plus éventuellement, parce que « tout dépendra du dispositif retenu,en cours de chiffrage et d’arbitrage ».

C’est vous dire le sérieux de cette politique de communication affolée qui s’agite du Mali à l’Ukraine en passant par le Nigeria ou la Centrafrique, de la suppression des départements au report des régionales – et pourquoi pas des présidentielles, tant qu’on y est – en passant par le redécoupage sur « dix-douze » régions, des économies de 50 milliards (on ne sait pas quand, comment, ni où ni qui) au sauvetage de Montebourg (parce que pour les usines, c’est rappé) et de Taubira qui aime trop la Marseillaise pour la massacrer vocalement  en passant par  60 000 profs supplémentaires alors que, par exemple, la Justice, elle, manque de bras (de greffiers) et que, si les immigrés arrivent de Lampelusa, les émigrés diplômés et les sièges sociaux quittent la France. Bref, Valls, c’est le DSK des impôts : « Baisser qu’il disait, baiser qu’il voulait » comme le dit (à-peu-près) un proverbe breton gallo.